AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2876952068
Éditeur : Comics USA (03/06/1993)

Note moyenne : 4.22/5 (sur 169 notes)
Résumé :
Les dragon balls sont des boules de cristal magiques. Celui qui les réunit invoque un dragon qui réalisera ses voeux. Sangoku, Dendé, Végéta et tous les protagonistes de cette grande saga tentent de trouver les sept dragon balls qui, une fois le voeu exaucé, s'éparpilleront à nouveau dans l'univers.Devenue un véritable phénomène de mode dès sa parution, cette série connaît un succès mondial auprès de toute une génération.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (14) Voir plus Ajouter une critique
Alfaric
  24 février 2015
Qui ne connaît pas "Dragon Ball" ? Personne ou presque ! blink
Et que nous disent les Saintes Écritures de Dragon Ball ? ^^
Au commencement était le Nekketsu, et le Nekkestu était avec Toriyama, et le Nekketsu était Toriyama.
Toutes choses dans le shonen ont été faites par lui, et rien de ce qui a été fait dans le shonen n'a été fait sans lui.
En lui était la vie, et la vie était la lumière des lecteurs de manga.
La lumière luit dans les ténèbres, et les ténèbres ne l'ont point reçu.
Il y eut un homme envoyé de Toriyama : son nom était Goku…

Pour une fois je ne vais critiquer le traitement de la culture populaire dans mon pays, puisque que le Festival d'Angoulême a décerné à Akira Toriyama un prix pour l'ensemble de sa carrière. C'est d'ailleurs le seul qu'il n'ait jamais reçu : il est surnommé « l'Empereur sans couronne », n'ayant jamais reçu un prix au Pays du Soleil Levant, qui aime bien snober tous les mangaka qui puisent leurs inspirations ailleurs qu'au Japon. Cela ne l'a pas empêché de rencontrer un succès planétaire. Mais tel Hector premier parmi les hommes à jamais second derrière Achille pareil aux dieux, Akira Toriyama restera le premier des mangaka à jamais second derrière Ozamu Tezuka pareil aux dieux.
Toute la nouvelle génération s'en réclame : Eiichiro Oda ("One Piece"), Masashi Kishimoto ("Naruto"), Hiro Mashima ("Fairy Tail"), Tite Kubo ("Bleach)", Atsushi Suzumi ("Venus Versus Virus"), Kentaro Yabuki ("Black Cat"), Shinya Suzuki ("Mr. Fullswing")… Souvent copié, rarement égaler, le meilleur héritier de l'empereur sans couronne est finalement Yoshihiro Togashi, mais ceci est une autre histoire…

Dans "Dr Slump", le mangaka parodiait la science-fiction de Tezuka et ses successeurs dans un esprit cartoon très Looney Tunes. Dans "Dragon Ball", il repend son univers de The World, en alternant cette fois-ci science-fiction et contes de fées.
C'est un vrai bonheur pour un amateur de science-fiction de repérer les clins d'oeil à "Star Wars", "Star Trek", "Terminator", "Alien" et même au doyen du genre "Frankenstein"… Et tout ça, c'est avant que la série ne marche sur les plates-bandes du space-opera à la DC Comics, ou l'arc des cyborgs avec tous ses voyages dans le temps (et bien ficelés s'il vous plaît !).
C'est vrai bonheur pour un amateur de fantasy que d'identifier les détournements du classique chinois La Pérégrination vers l'Ouest : Bulma en quête des Dragon Balls reprend le rôle de Xuanzang, San Goku celui du roi-singe Sun Wukong, Oolong celui du démon-cochon Zhu Bajie, Yamcha celui du bonze des sables Sha Wujing, et le dragon Shenron reprend évidemment celui du dragon Longwang Sanjun… ^^
La touche supplémentaire, est d'avoir puisé le cinéma de Hong-Kong, très en vogue en Asie dans les années 1980. Si ses confrères Buronson et Hara ont puisé dans le kung-fu tragique Chang Cheh, Akira Toriyama puise lui dans le kung-fu humoristique des films de Jackie Chan (Yamcha lui ressemble beaucoup, Kamé Sennin prendre l'identité de Jackie Chun durant le 21e Tenkaichi Budokai, et je laisse le soin aux amateurs du genre de repérer les nombreux clins d'oeil qui sont faits à ce cinéma là).
Je pense même qu'on peut faire un parallèle entre le travail du mangaka et celui du réalisateur Tsui Hark : tous les deux sont en avance sur leur temps en mélangeant action, fantastique et humanisme, tous les deux ont été boudés par les prescripteurs d'opinion et l'establishment culturel.
Oui, il y a beaucoup de tendresse de la part du mangaka envers ses créations : l'ambiance est bonne enfant, personne ou presque n'est réellement méchant, la mort est rarement définitive et l'au-delà est rempli de mecs sympas… Mais au fil des tomes, l'auteur quitte la formule de "Dr Slump", pour construire quelque chose de plus grand et de plus noble. Comme chaque avatar de l'universel Héros aux mille et un visages, Goku est confronté aux dures réalités de l'existence. Et durant l'arc de l'armée du Ruban Rouge, il devient un homme qui assume le rôle qu'il s'est choisi : celui du défenseur du bien et de la justice. Mais pour devenir un véritable héros, il va devoir subir son ordalie : l'altruiste et empathique Goku qui voit le bien en chacun va devoir affronter son exact contraire, égocentrique et sadique Piccolo/Satan qui voit le mal en chacun…
Le manga aurait pu s'arrêter là et cela aurait été très bien ainsi : après avoir vaincu Satan, le Tout-Puissant propose à Goku de lui céder sa place, mais il refuse la proposition préférant vivre une vie simple et tranquille à la campagne auprès de sa famille et de ses amis… Voltaire est vraiment has been avec « il faut cultiver son jardin sans se préoccuper de son prochain », car Goku lui ne va cesser de défendre son prochain, au péril de sa vie s'il le faut… D'ailleurs il est mort et ressuscité deux fois pour le Salut de l'humanité ! Car il y a en plus un côté rédempteur voir christique en Goku qui réussit bien souvent à transformer ses ennemis en amis : « Si ton frère a péché contre toi, reprends-le ; et s'il se repent, pardonne-lui ».
Et l'auteur enfonce le clou en faisant ensuite en faisant de Goku le nouveau Kal-el, l'enfant de l'espace qui choisit de défendre sa planète d'adoption plutôt que d'en être le conquérant et le tyran. Mais en reparlera quand on y arrivera… ^^

Dans le tome 2, les graphismes sont toujours très matures, dégageant une véritable personnalité. Les arrière-plans sont soignés et travaillés, allant vers une ambiance mille et une nuits très sympathique (le palais forteresse de Pilaf ressemble à Sainte-Sophie). le cadrage et la mise en scène sont très réussis : tout est très clair, très storyboardé donc très cinématographique, à des années lumière du manque de lisibilité qui est la plaie des shonens de dernières générations. La scène du premier kamehameha et la première transformation de Goku dans un style très Hurlement sont géniales… Bref, c'est un régal pour yeux des amateurs de manga.
La quête des Dragon Ball continue ! Bulma souhaite un fiancé BG, Yamcha intrigue pour être débarrassé de sa timidité, Oolong aimerait bien en profiter pour obtenir une nana valable et Goku se contente d'être à l'aventure… Oui, l'ambiance est bonne enfant et personne n'est méchant, ambitieux ou cupide (même Pilaf souhaite devenir le maître du monde parce que ledit monde lui fait très peur ^^).
L'ambiance conte de fée se poursuit avec Kamé Sennin éteignant lui-même la montagne de feu puisqu'ayant perdu son évantail magique. Puis on enchaîne avec l'épisode du gang des lapins comme interlude avant l'affrontement avec la bande à Pilaf. Grâce à la combinaison des talent de la team Bulma/Goku, Oolong parvient à griller Pilaf auprès de Shenron en demandant une petite culotte… (Soupir)
Particulièrement vénère Pilaf condamne nos amis à mort atroce, mais c'est le moment où le mystère de San Goha est résolu quand Goku se transforme en oozaru pour la première fois (c'est une espèce de King Kong garou, pour ceux qui ne connaisse pas encore… Oui que serait la culture populaire japonaise sans kaiju ? ^^). Heureusement au courant du point faible de Goku, Yamcha sauve la mise à tout le monde.
On se lamente sur le fait de devoir attendre un an pour retrouve les Dragon Balls, quand Bulma et Yamcha se rendent compte qu'ils sont le souhait l'un de l'autre et que Goku part à la rencontre de Kam pour devenir son dis. Ce dernier accepte à condition qu'il lui ramène une meuf à mater et à peloter. (Gros soupir.)
C'est gentil tout plein, mais ce n'est pas terrible :
- le running gag de la petite culotte
- le running gag du pan-pan
- le running gag du paf-paf
Ah ça ne vole pas haut, l'auteur peine à sortir du ton Dr Slump que j'ai toujours détesté à cause de son toilet humor… Si on lâche du lest sur le comique d'entrejambe, c'est pour en rajouter une couche dans les gags pipi-caca-prout. On touche même le fond quand Pilaf s'adresse aux lecteurs pour déclarer que la série ne doit pas devenir vulgaire. mdr
On ne va pas se mentir, cette première quête des Dragon Balls est à passer au plus vite pour entrer dans le vif sujet et voir l'auteur passer à plus ambitieux et plus consistant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
garrytopper9
  23 mars 2014
La quête des boules de cristal se poursuit, et avec elle Son Goku va continuer de rencontrer bon nombre de personnages totalement loufoques notamment le fameux Tortue Géniale.
L'auteur fait ici preuve d'un talent incroyable, il démontre qu'il est possible d'aller très vite sur certains évènements tout en les rendant passionnants.
On rit énormément dans ce tome qui n'est pas avare en surprises et en rebondissements. On rit mais pas uniquement, l'auteur intégrant déjà des grands moments, dont certains qui sont à n'en pas douter des passages clés de la série !
Et malgré toutes ces péripéties, les choses vont assez vite puisque déjà Shenron est invoqué… déjà on apprend la cause de la mort du grand père de Son Goku… pas de temps mort donc, pour un deuxième tome haut en couleurs !
Commenter  J’apprécie          180
Miguel33
  04 février 2014
Dans ce second tome, s'achève la première quête des boules de cristal. Il y a toujours autant d'humour que dans le premier volume, et du côté des personnages, Sangoku est toujours aussi idéaliste et candide. Il fait encore équipe avec Bulma afin de retrouver les boules de cristal manquantes.
L'auteur continue de nous faire découvrir son personnage principal et ses caractéristiques particulières: sa queue de singe, l'effet de la pleine lune sur lui, ainsi que sa capacité d'apprentissage exceptionnelle. Yamcha prend une place un peu plus importante dans ce volume. En parallèle, Akira Toriyama nous présente certains méchants comme Pilaf, qui ressemble à un enfant capricieux, qui pense régner sur le monde grâce aux boules de cristal. Il est accompagné de deux subalternes, qui semblent totalement décalés par rapport à leur chef. Tortue géniale est égal à lui-même: il va faire montre de l'étendue de son pouvoir contre une récompense particulière...
[...]
Lire la suite sur:
Lien : http://www.aupresdeslivres.f..
Commenter  J’apprécie          40
Cronos
  13 janvier 2014
Plus d'action que dans le premier tome mais toujours aussi fou.
Un volume important pour l'histoire, la technique du kaméhaméha est la plus connue de la série.
Commenter  J’apprécie          30
Takateru
  22 novembre 2012
La liste des protagoniste s'allonge pour le plus grand plaisir des fans de la série. Goku, quant à lui, révèle un incroyable potentiel en maitrisant sans trop de peine, des techniques de combat, comme la fameuse vague déferlante KAMEHAMEHA !!!
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
AlfaricAlfaric   01 mars 2015
[Pilaf] Tu ne te rends pas compte de l’effort que fait l’auteur pour cette B.D. ne voit pas vulgaire. Nos lecteurs sont nombreux, en conséquence il faut que tu surveilles ton langage et tes actes.
Commenter  J’apprécie          140
johnowen9johnowen9   13 avril 2013
Yamcha: Ne merdons pas... une pinute! ...
Plume: Qu'est-ce que t'as dit?
Yamcha: C'était un jeu de mots!
Oolon: Cherche plutôt un moyen de nous sortir de là au lieu de dire des bêtises!
Yamcha: Quoi? C'était pas drôle?
Commenter  J’apprécie          80
AlfaricAlfaric   18 février 2015
- T’as vu Yamcha ? Mais c’est quoi, ce Kamehameha ?
- Kame-Hameha, c’est… la technique qui consiste à rassembler tout l’énergie du corps en un seul point. Mais je n’aurais jamais pensé avoir la chance de la voir exercer…
Commenter  J’apprécie          60
AlfaricAlfaric   28 février 2015
- Ton nuage supersonique est vraiment génial !
- Evidemment, c’est Dieu qui me l’a donné.
- Il était à Dieu, c’est super !
Commenter  J’apprécie          40
TitusPouloTitusPoulo   22 décembre 2015
Fais ton vœu ! choisis le bien, je ne t'en accorderait qu'un seule !
Commenter  J’apprécie          40
Videos de Akira Toriyama (15) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Akira Toriyama
"Ce spin off centré sur Yamcha est un bon petit moment de détente, qui ravira les fans de Dragon Ball de par sa fidélité à l?univers de base ainsi que grâce aux nombreuses références présentes."
Salut à toi ! Voici une nouvelle fois un Mangado - La voie du manga sur Dragon Ball Extra-Comment je me suis re?incarne? en Yamcha de Dragon Garô Lee et TORIYAMA Akira. Pour ne louper aucune vidéo et nous soutenir, pense à t'abonner à la chaine youtube de Manga-News et de la Bande Animée !
La Bande Animée : https://www.youtube.com/channel/UCIUDG8qPmRfXNXT5W0JO2zg/?sub_confirmation=1
Manga-News : https://www.youtube.com/channel/¤££¤18DigcVcwW8Dragon Ball Extra-Comment17¤££¤6rmAqHIg/?sub_confirmation=1
+ Lire la suite
autres livres classés : mangaVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Dragon ball

Comment s'appelle le personnage principal ?

Sengoku
Sankogu
Sangoku
Senkogu

11 questions
227 lecteurs ont répondu
Thème : Dragon Ball, tome 1 : Sangoku de Akira ToriyamaCréer un quiz sur ce livre