AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Donjon monsters tome 1 sur 15

Joann Sfar (Illustrateur)
EAN : 9782840555964
48 pages
Delcourt (01/01/2004)
3.77/5   62 notes
Résumé :
Franchement, quoi de plus triste qu'une auberge vide de clients ? Surtout quand cette auberge est tenue par une joyeuse brochette de monstres dont la seule raison de vivre est de dévorer toute crue leur clientèle. Comme le dit si bien Jean-Jean, le troll à huit pattes, "une auberge où on mange les clients sans clients à manger est une auberge où on ne mange pas à sa faim". Justement, ce jour-là se présente Guillaume ... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
3,77

sur 62 notes
5
4 avis
4
4 avis
3
1 avis
2
0 avis
1
0 avis

Décalé, fun et plein de petites choses qui resteront.

Je ne connaissais pas du tout Donjon et le tout me paraissait un peu hermétique avec ses différents plans de lecture. Du coup j'ai testé avec un ce Donjon Monster (et son Donjon associé : cœur de canard) et je dois dire que les enchâssements et les liens sont sympas.

Le côté med-fan est respecté tout en étant grandement enrichi.

Je regrette un peu le manque d'envergure de l'ouvrage en tant que one shot, mais c'est compensé par le tout.

Commenter  J’apprécie          150

Et c'est partis pour la dernière série que je n'avais pas encore atteint dans ma lecture par ordre de publication, les Monsters série dédié au personnages secondaire ce qui est un concept qui me botte pas mal selon les personnages et force est de constater que l'écriture de Donjon c'est pas de la camelote.

Ce tome est donc centré a la fois sur plusieurs monstres dont seul 2 on survécu au tomes ainsi qu'un personnages qui gagnera de l'importance plus tard dans Zénith (et ouais j'ai mentis j'ai plusieurs tomes d'avance mais que voulez vous mon planning d'un tome par jour a eu des complications) aka Guillaume de la cour, malgré le titre du tome laissant penser que Jean-Jean sera le centre de l'histoire c'est bien Guillaume le protagoniste surement influencé par le fait que c'est le tome qui l'introduis, le personnage est assez savoureux c'est un des ancien porteur de l'épée du destin et surtout un arnaqueur de la pire espèce, le genre de personne a qui tu colle un pièce au plafond tu le revois plus sur le plancher des vaches, le tome devient rapidement très divertissant rien qu'a le voir ce sortir de situation peu arrangeante simplement via ses entourloupes a base de contrat, c'est également lui qui lance l'aventure de ce tome qui est un road-trip, Auberge dans des sommets enneigé, Montagne rocheuse avec observatoire astronomique, ile de pirate et un petit détour a Zootamauxime avant le donjon voila le programme, qui dis road trip dis que chaque destination aura son importance plus ou moins grande, de l'évolution progressif d'un personnage jusqu'au gros bouleversement dans l'équipe, la palme étant atteinte lorsque l'on revoit une tête bien connu du tout tout début de Zénith, un certain Ababacar qui a ENFIN un temps d'apparition qui lui rend honneur bien qu'on devine ce qu'il va faire, pour ce qui est de la bande de monstres c'est variable disons, certain sont développé plus que d'autre, le magicien n'est même pas nommé et sers surtout au killcount, Wilfried et Métacarpe on bien plus de temps de page et serve de gros bras de l'équipe, ils on suffisamment de bon échange (notamment chez les pirates) et de scène pour être attachant et qu'on crois a l'amitié du groupe qui semble ce connaitre depuis une période plutot grande, sans prendre en compte qu'on connaissait déjà Métacarpe dans "Un donjon de trop", le projecteur est surtout mis sur Jean-Jean fraichement séparé en deux et son couple cassant avec Yvette a cause de son excès de gentillesse, ce focalisé sur ses deux la me semblait en sois logique puisque c'est les monstres les plus ancien de la série avec Zongo surtout que la situation dans laquelle il sont est aussi dramatique qu'absurde, j'serais surtout ce qu'est devenu Yvette car on l'a jamais vu avant ce tome et bon le personnage est marrant avec un design très étrang, et lors des dernières pages ca fait plaisir de voir Marvin et le Gardien interagir avec Guillaume pour la première fois et de les voir ce nouveau style de dessin.

Le dessin est cet fois ci signé Mazan et c'est plutôt joli, les personnages si on les comparé au trait plus simple de Trondheim gagne en détail y compris pour les décors plein de vie et varié y a un vrai sentiment de dépaysement ce qui est pas évident pour un univers fictif, un détail que j'ai trouvé plutôt cool c'est la manière dont il dessine Ababacar que ce sois le visage ou le corp en général il s'en dégage une apparence disgracieuse et laide bien loin du portrait et du physique flamboyant qu'on nous affiché dans Zénith et quand on voit comment était le personnage comparé a sa légende c'était assez malin de l'enlaidir de la sorte.

J'ai beaucoup aimé ce 1er tome surtout grâce au personnage de Guillaume mais le tome en sois offre un road trip a la fois drôle tragique et sans temps mort qui fait le lien avec Zénith de façon naturel.

Commenter  J’apprécie          10

Plus accessible et beaucoup moins sombre que les tomes Potron-Minet et Monsters associés, nous avons ici un tome qui se situe juste avant Coeur de Canard, le premier tome de la saga Zénith.

L'histoire est décalée, plutôt amusante mais la transition avec la noirceur des tomes précédents laisse le lecteur un peu perplexe. On a un peu du mal à assimiler le fait qu'il s'agisse du même univers.

Pour la première fois, nous croisons Herbert (personnage central de la suite de l'histoire) ainsi que Guillaume de la Cour, porteur, lui aussi, de la fameuse Epée du destin...

J'enchaine de suite avec une nouvelle relecture de Donjon Zénith, la partie de l'histoire que j'ai le plus lue.

Commenter  J’apprécie          110

Une épée magique bien encombrante, des monstres aubergistes qui dévorent leurs clients, un poulet agent d'assurances escroc... tous ces ingrédients bien loufoques se retrouvent pour nous embarquer dans une quête fantasy légère et cruelle à la fois.

Une lecture plaisante et divertissante.

Commenter  J’apprécie          100

C'est Jean-Jean la terreur qui inaugure cette quatrième série parallèle de "Donjon Zénith" : une série qui n'est pour une fois pas consacrée à l'une des périodes du donjon, mais qui se concentre à chaque fois sur l'un des personnages de l'univers Donjon. Les épisodes de cette série sont d'ailleurs situés à différents moments des trois séries clés : Potron-minet (niveaux -99 à 0), Zénith (niveaux 1 à 100) et Crépuscule (niveaux 101 à 200). Ce premier tome se situe au niveau -4, c'est-à-dire que l'action se déroule quelques temps avant «Coeur de canard», le premier tome paru dans l'univers donjon.

Ce premier one-shot présente la «naissance» de Jean et Jean et le chemin que les deux parties de Jean-Jean ont dû parcourir avant d'arriver au donjon. Mais cet album va également introduire un drôle d'oiseau nommé Guillaume de la Cour, un baratineur de première qui est ici le malheureux propriétaire de la capricieuse épée du Destin avant qu'elle ne soit récupérée par notre ami Herbert.

Un personnage totalement décalé, tout comme le ton de cet album très humoristique qui n'hésite d'ailleurs pas à faire quelques clins d'oeil amusants à des personnages connus du neuvième art à travers les personnages de Guillaume de la Cour (Guy Delcourt) et Mourad le pirate (Mourad Boudjellal).

Chaque album de cette série étant réalisé par un dessinateur différent, c'est à Mazan qu'est confié le dessin de ce tome. le dessinateur a su parfaitement s'adapter au style Donjon et étant donné que c'est Walter qui continue d'assurer la colorisation, l'unité et la cohérence graphique de l'univers Donjon sont assurées et le lecteur ne sera pas trop dépaysé.

Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation

- Comment ça, pas question ?

- Pas question ! Tu ne tireras pas l'épée du destin avant d'avoir accompli trois hauts faits avec les doigts nus de tes mains nues.

- Mais c'est fait. J'ai accompli ces hauts faits !

- Tu essaye encore de m'entourlouper, Guillaume de la Cour...

- Ah mais pas du tout, depuis que je te possède, j'ai fait signer trois contrats d'assurance complètement tordus à des hommes d'affaires réputés particulièrement retors ...

... dont un à mon ancien professeur d'écrit notarié : le vicomte de Clérembard lui-même !!

Trois contrats signés des doigts nus de mes mains nues, ceinture. Tu dois me laisser dégainer.

- Je proteste ! Les contrats ne peuvent être considérés comme des hauts faits !

- Tut, tut... Je suis sûr que cette clause n'est écrite nulle part.

- Bon...

- Quoi, bon ?

- Bon ! Tu peux dégainer.

- J'aime mieux ça.

- Mais tu regretteras de m'avoir forcé la main, Guillaume de la Cour !

- HA HA ! ... SHLA ! SHLA ! Et quel pouvoir elle a, cette épée ?

- Contractuellement, rien ne m'oblige à te le dire.

Commenter  J’apprécie          20

Imaginez un immense château abritant une communauté de monstres vivant sous la houlette d'un maître éclairé : le Gardien. Ce lieu recèle d'immenses trésors et les aventuriers du monde entier s'y pressent en masse. Mais les monstres les attendent, tapis dans chaque salle, cachés derrière chaque porte. Et c'est enfin la victoire des méchants sur les bons. Les aventuriers finissent dans le ventre des monstres, abandonnant leurs biens au profit du Donjon qui accroît sa richesse.

Commenter  J’apprécie          00

Moi j'ai juste mangé un tilapin dans l'auberge et personne m'a vu.

Commenter  J’apprécie          30

- Embrassez-moi Monsieur De la Cour. Une femme a besoin qu'on lui résiste.

- Euh ... Ça tombe bien, parce que je vais me permettre de résister à votre proposition.

Commenter  J’apprécie          00

Ma femme a raison ,mage Narboni,une auberge où on mange les clients sans clients à manger est une auberge où l'on ne mange pas à sa faim.

Commenter  J’apprécie          00

Videos de Lewis Trondheim (78) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Lewis Trondheim
Payot - Marque Page - Brigitte Findkakly - Superino à la rescousse !
autres livres classés : escrocVoir plus
Notre sélection Bande dessinée Voir plus





Quiz Voir plus

lewis trondheim

Quel est le nom de la bande dessinée qui a rendu célèbre Lewis Trondheim ?

Les formidables bavures de Lapinot
Les incroyables aventures de Lapinot
Les formidables aventures de Lapinot
Les formidables aventures de Barbinot

6 questions
90 lecteurs ont répondu
Thème : Lewis TrondheimCréer un quiz sur ce livre