AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Donjon Potron-Minet tome 1 sur 6

Christophe Blain (Illustrateur)
EAN : 9782840554233
48 pages
Delcourt (01/01/2004)
4.09/5   110 notes
Résumé :
Jeune noble d’une province reculée, Hyacinthe de Cavallère - futur gardien du Donjon - est envoyé par son père à la capitale...

Il est hébergé chez un oncle qui le confie aussitôt au service de Jean-Michel, son fils adoptif dénué de tout scrupule... Mais cette vie d'étudiant ne lui suffit pas, il faut en plus qu'il se rajoute une vie nocturne. Il se transforme alors en la Chemise de la nuit, qui est là pour rétablir un peu l'ordre, un peu car Antipoli... >Voir plus
Que lire après Donjon Potron-Minet, tome 1 : - 99 La Chemise de la nuitVoir plus
Donjon monsters, tome 1 : Jean-Jean la Terreur par Trondheim

Donjon monsters

Lewis Trondheim

3.74★ (2018)

18 tomes

Donjon Potron-Minet, tome 1 : - 99 La Chemise de la nuit par Trondheim

Donjon Potron-Minet

Lewis Trondheim

4.07★ (1189)

6 tomes

Donjon parade, tome 1 : Un donjon de trop par Trondheim

Donjon Parade

Lewis Trondheim

4.03★ (1224)

6 tomes

Donjon Zénith, tome 1 : Cœur de canard par Boulet

Donjon Zénith

Boulet

4.34★ (2346)

10 tomes

Critiques, Analyses et Avis (14) Voir plus Ajouter une critique
4,09

sur 110 notes
5
6 avis
4
7 avis
3
1 avis
2
0 avis
1
0 avis
Des personnages avec des becs d'oiseaux, d'autres chats ou chiens… un peu comme Donald et Oncle Picsou, on pourrait avoir l'impression de revenir en enfance dans l'univers de Disney. Hyacinthe est une sorte de hibou anthropomorphique. Il est encore très jeune et se rend à la ville chez son oncle pour entrer à l'université, et aussi pour l'honneur de la famille, car le temps des chevaliers est révolu, son père a l'impression de n'être plus qu'un simple chasseur dans son château perdu dans la forêt.

La ville est un prétexte à débrider l'imagination débordante de ses créateurs dans un univers de Fantasy sans limites : des gendarmes sur des oies volantes, une ville médiévale tentaculaire, des lutins qui volent des boutons de tunique, des combats à l'épée, des poursuites sur les toits, une géante-arbre, l'arbolesse, chaque page nous offre un délire total d'inventivité. le scénario semble improbable, presque improvisé, les auteurs laissent leur imagination en roue libre, complètement farfelu, et pourtant tout se tient parfaitement.

Dans ce monde un peu fou, Hyacinthe va vouloir se transformer en justicier masqué, luttant la nuit contre l'injustice. Mais il est encore bien naïf et innocent, son innocence va en prendre un sacré coup…

Et celle du lecteur aussi, ce n'est pas Donald ou Mickey. J'avoue que quand j'ai découvert cette série à sa sortie, j'ai été bien berné moi aussi, jusqu'alors, le dessin est parfois naïf, comme l'univers dans lequel les auteurs voudraient nous voir nous perdre, mais plus sombre, plus torturé, beaucoup de hachure pleine de nervosité, j'étais pourtant prévenu.

Les yeux de Hyacinthe atteignent péniblement le haut des jambes d'Alexandra, et les cris de femmes ne veulent pas forcément dire qu'il faut les aider. Dans cette sombre cité, il va découvrir les bassesses de la civilisation : « Les gens de ce monde moderne considèrent leurs semblables comme des outils, l'homme est pour eux un moyen, non une fin en soi. Cela laisse bien peu de place pour l'honneur, l'élégance et le panache. »

Joann Sfar et Lewis Trondheim on apporté un sang neuf dans l'univers de la bande dessinée, un époque ou les personnages anthropomorphiques étaient réservés aux publications jeunesses, et ou l'innocence se perdait uniquement dans des bandes dessinée forcément trash et brutes, façon Fluide Glacial, l'Echo des Savanes… Avec Donjon, on garde un peu notre âme d'enfant avec cet univers magique, mais pas notre innocence.

Et ce Hyacinthe finira bien par avoir du panache, un Zorro parfois pathétique et parfois romanesque.
Commenter  J’apprécie          280
Il aura fallu 4 tomes pour qu'enfin j'puisse avoir une idée de ce a quoi m'attendre avec Donjon dans ses 3 temporalités majeur, sans prendre en compte les dernières temporalité Antipodes qui en sont a leur début ni au spin off Monsters et Parade qui arriveront bien plus tard dans ma lecture, et ce que je pensait imprévisible et un virage a 90° osé avec Crépuscule (que je pense toujours) en faite c'est également ce qui ce passe avec ce Potron-Minet on est encore sur une narration et une vision de l'univers très différente mais a nouveau parfaitement pensé.

Dans l'époque Potron Minet on ce situe cet fois bien avant Zénith et la création du Donjon, ce dernier n'en étant même pas encore un projet mais une maison d'un sénéchal et de sa famille qui est néanmoins présenté avec une formulation similaire au Donjon dans Zénith

"Une tour grise visible a trois heures de marche"

a la place de

"Quatre tours noires dont la plus haute est visible a dix jours de marche"

On devine facilement de par son design, la maison de son père et même plus tard le chapeau de son oncle qu'on suis un jeune Gardien (Hyacinthe de son vrai nom) a l'époque ou il était bien plus gentil, altruiste et rêvant d'aventures (contexte oblige) de cape et d'épée, c'est d'ailleurs comme ca qu'on pourrait qualifier ce tome: une BD de cape et d'épée tendance super-héros avec l'origin story et la recherche d'un nom de justicier agrémenté d'une sous-intrigue politique, l'action se passant dans la capitale Antipolis un lieu tentaculaire semblant gigantesque et sans fin ou vont ce tramé plusieurs magouilles lié a un carnaval ou l'on voudrait bruler une géante pour l'occasion.
Et je parle de l'intrigue de la géante mais ce n'est qu'une des nombreuse intrigue du tome certaines résolu et d'autre en suspend pour la suite, que ce sois Hyacinthe ce cherche une place dans ce milieu d'homme politique crapuleux, l'adoption de son identité de justicier, les magouilles de Jean-Michel, la rencontre avec les lutins, le personnage d'Alexandra, le carnaval et l'arbolesse, Sfar et Trondheim on réussis a écrire avec les 48 pages habituel une histoire dense tout en évitant une sensation de rush l'histoire avance fluidement et aucune page ne la freine.
Bien qu'assez sérieuse cet époque de Donjon laisse tout de même une place a l'humour moins cartoon et absurde que dans Zénith et majoritairement basé sur le décalage entre la personnalité de Hyacinthe et les habitant d'Antipolis l'un étant lumineux et les autres étant au choix escroc, manipulateur ou égoïste.

A la partie graphique on trouve un certain Christophe Blain il amène dans Donjon une style graphique qui joue beaucoup sur les hachures et le "surréalisme", il suffit de voir les décor d'Antipolis les rues et les bâtiments ce torde dans tout les sens et les hachure plus ou moins épais la rendent absolument menaçante de jour comme de nuit en extérieur comme en intérieur, certaine case comme celle ou l'on découvre l'arbolesse a la page 25 en deviennent magnifique avec le mélange du dessin de Blain et des couleurs de Walter jouant avec le marron/noir/gris offrant une une image crasseuse a la ville, c'est aussi accueillant que Yharnam, notons aussi le personnage d'Alexandra qui en plus d'être un personnage d'assassin intriguant a un traitement similaire a la ville pour ressortir la facette menaçante du personnage: un corp long au ligne branlante, un visage sans bouche et fixe régulièrement dans l'ombre ne laissant apparaitre que ses yeux jaune et figé, ne rentrant pas intégralement dans la plupart de ses cases et apparaissant a des moment inattendu tout au long de la BD ce qui participe a montré que la ville est grouillante de vie et qu'il vaut mieux faire confiance a quasi personne si on vient de l'extérieur.

Ce premier tome de Potron-Minet ce sépare du Donjon pour proposé une histoire "dans son coin" (encore que l'amitié de Hyacinthe avec les lutins sonne comme une piste pour le futur sur les début de relations avec les montres qui peupleront le donjon) au style graphique marquant, l'impression de changé d'époque en même temps que de bande dessiné est présente ce qui montre une des grande force de Sfar et Trondheim sur cet saga: pouvoir la faire muté a plusieurs reprises pour raconté quasiment tout ce qu'ils veulent.

Commenter  J’apprécie          10
Je dois bien confesser que je pense lire les tomes de Donjon dans le désordre le plus total. Entre Donjon Monsters, Donjon Potron-Minet, Donjon Parade, Donjon Crépuscule ou Donjon Zenith, voire Donjon Antipodes +, Antipodes - ou Bonus, je dois bien avouer que je m'y perds. Je prends donc chaque tome comme il vient et j'essaie de le coller à ce que j'ai déjà lu.

Ce tome -99 revient sur la genèse d'un justicier masqué appelé La Chemise de la Nuit. Hyacinthe, hibou antropomorphe naïf (très très) et fils d'un châtelain vieillissant, arrive à la ville. Il doit se présenter à son oncle, rejeté par la famille pour cause d'infirmité. Il va faire l'éducation de son neveu. Et cela commence par le faire coacher par Jean-Michel, tueur en chef. Il rencontre Alexandra, créature sensuelle et mortelle (ô combien), dont il tombe amoureux...

Mais la force de Hyacinthe réside dans son principal défaut: une indécrottable naïveté qui confine à la bêtise la plus fondamentale, qui résonne comme une profession de foi inaltérale pour la justice... oups, pardon... la Justice, avec une majuscule.

De bêtise en bévue, Hyacinthe se forge une identité de justicier nocturne masqué... et peu à peu sa naïveté cède la place à une volonté de changer le monde. Situation qu'il résume en disant à son père: "... dans ce nouveau monde, j'ai découvert que la justice doit avancer masquée".

Le trait de Christophe Blain est perturbant au départ, mais on s'y fait vite. Et il passe crème.

Jouissif, déjanté et frais. Un réel plaisir.
Commenter  J’apprécie          92
L'univers du Donjon, piloté par Trondheim et Sfar essentiellement, est très riche et 'potron minet' relate les origines du château aux multiples monstres, trésors et créatures.
Nous suivons donc ici les premiers pas de Hyacinthe de Cavallère que nous retrouverons dans les tomes "zénith" sous le nom de gardien du Donjon.
Le scénario est très bon et plutôt fataliste avec un humour un peu pince-sans-rire assez différent de celui des tomes "zénith".
C'est assez amusant de reconnaitre les prémices de personnages ou de situations que nous retrouverons des années plus tard, à l'apogée du Donjon, avec Herbert.
Blain est au dessin et y imprime sa marque, même si on ne peut pas ignorer l'influence de Star et Trondheim.
Commenter  J’apprécie          100
J'aime beaucoup cette série Donjon, et particulièrement les volumes rassemblés sous l'étiquette Potron-Minet. L'ensemble Donjon forme un univers multiforme, disparate, mais à la narration globalement cohérente, entraînant le lecteur dans une série de mondes un peu loufoques. On reconnaît bien là la patte des Trondheim, Sfar, Blain,... Potron-Minet, c'est l'histoire du jeune Hyacinthe, qui arivé à la ville (Antipolis), sort rapidement de son uniforme d'étudiant pour mener une vie trépidante, faites de coupe-gorges, de bandits, de créatures et de magie. le soir venu, il endosse ainsi son double justicier, la Chemise de la nuit. Sous ce sobriquet à la fois ridicule et grandiloquent, il court de toit en toit. J'aime beaucoup le décalage entre l'ambition du récit, se frotter à un grand thème comme celui-ci, un justicier à la hauteur de Zorro, et les petites choses qui le ramènent à une simple histoire de bistrot.
Commenter  J’apprécie          80

Citations et extraits (13) Voir plus Ajouter une citation
- Le doyen de l'Université m'a demandé de venir afin d'empêcher ces andouilles de brûler une arbolesse.
- Une quoi ?
- Une créature gigantesque venue de la vieille forêt. Ces sauvages veulent la brûler à la fin du Carnaval... Le doyen compte sur mes connaissances en sociologie pour les faire changer d'avis.
- Et vous pensez pouvoir y parvenir ?
- Franchement non. La science, ils s'en foutent.
Commenter  J’apprécie          190
Les gens de ce monde moderne considèrent leurs semblables comme des outils, l'homme est pour eux un moyen, non une fin en soi. Cela laisse bien peu de place pour l'honneur, l'élégance et le panache.
Commenter  J’apprécie          50
"- Ainsi, tu n'as rien, tu arrives à la ville les mains vides et les bottes pleines de merde, et tu t'imagines que je vais t'accueillir les bras ouverts. Comme si quelqu'un m'avait aidé, moi."
Commenter  J’apprécie          30
Et sache que si tu aimes les bains, tu n'es pas obligé de te salir exprès avant. (p.35)
Commenter  J’apprécie          60
-Et les femmes ,mon fils, parle-moi des femmes de la ville..ton bras exercé et tes yeux de braise ont dû te valoir d'innombrables succès .
-.........
-Hum ... Tu es discret ...c'est bien.
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Joann Sfar (178) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Joann Sfar
Reines et Dragons - par Joann Sfar
autres livres classés : bande dessinéeVoir plus
Les plus populaires : Bande dessinée Voir plus


Lecteurs (289) Voir plus



Quiz Voir plus

Le chat du rabbin

De quelle couleur est mon pelage ?

Gris souris
Tigré
Ebène

10 questions
136 lecteurs ont répondu
Thème : Le chat du rabbin - Intégrale de Joann SfarCréer un quiz sur ce livre

{* *}