AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782896981861
104 pages
Éditeur : Le Quartanier (19/08/2014)

Note moyenne : 3.71/5 (sur 7 notes)
Résumé :
Un train déraille. Bon début. L'aventure peut commencer. Johanne Delambre se met à écrire. Elle aura beaucoup de succès. Tous les ingrédients sont réunis pour un roman plein de suspense et de rebondissements. Un roman? Pourquoi pas trois romans. Mais d'abord, un train doit dérailler.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Lourou
  19 janvier 2015
Excellent livre de David Turgeon, La revanche de l'écrivaine fantôme est le parfait exemple que la littérature regorge d'infinis possibilités. Ici, l'auteur propose une fiction dont les personnages principaux sont la narration et la structure du livre. On se trouve quelque part entre Calvino et une oeuvre sortie tout droit de l'imagination de Borges. Un agréable défi de lecture habilement écrit.
Commenter  J’apprécie          80
Pixie_dust
  23 décembre 2019
Ce petit livre labyrinthique portant sur le métier d'auteur est avant tout un exercice de style truculent qui déconstruit – littéralement! – l'écriture du roman. Dès les premières pages, le train du récit déraille et bascule dans l'envers du décor pour laisser place à de nouvelles intrigues, qui s'imbriquent et se démultiplient jusqu'à en éclipser l'histoire principale, qui n'en est pas vraiment une de toutes façons! Chaque fois que le récit semble prendre une direction, il bifurque soudainement vers une nouvelle destination. Grâce à ces passages à niveau, l'auteur contourne tous les clichés du genre romanesque et crée un roman unique – ou devrais-je dire multiple?

L'écriture habile et intelligente rend la lecture de cet antiroman ludique et parvient à y maintenir une certaine cohésion, malgré l'absence cruelle d'intrigue suivie. Car il faut bien l'avouer : ce train-là ne s'en va nulle part!
Commenter  J’apprécie          40
gielair
  14 avril 2019
« Ça commence dans un train en marche. » [D.T.]
David Turgeon aime raconter et il le fait si bien. Cette fois, c'est dans un dédale d'histoires mises en abyme qu'il nous invite, qu'il nous plonge, qu'il nous immerge. Cela débute par ce train qui déraille et par cet échange impromptu entre un dessinateur et l'une de ses lectrices dans un lieu hors du monde. Cette dernière veut connaître l'intrigue du prochain livre de son compagnon d'infortune. Il improvisera les premières lignes d'un roman autour d'une auteure obscure, Johanne Delambre, devenue écrivaine fantôme. On suit alors le travail de cette écrivaine, ses rencontres avec la jeune artiste à laquelle elle loue sa plume. Puis, on s'engage à l'intérieur d'un roman de Delambre, roman dont certains critiques et auteurs suspecteront la source. S'agirait-il ici d'un plagiat d'une oeuvre de Raymond Loquès qui a la particularité d'écrire des romans qui aborde tout justement le processus d'écriture de romans?
On se laisse bercer par ces intrigues dont les fils s'entrecroisent entre les réalités et les fictions, entre les personnages et les auteurs, et on accepte sans fausse joie le jeu que nous propose David Turgeon en nous interpelant comme lecteur, en nous embobinant dans son délire imaginatif.
Lien : http://rivesderives.blogspot..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
apberube
  03 décembre 2014
En cours, très agréable, pageturner...
Commenter  J’apprécie          20


critiques presse (1)
LActualite   08 décembre 2014
David Turgeon, qui est aussi bédéiste, nous présente ici un jeu de miroirs brillant et lumineux, où les images multiplient leurs reflets à l’infini pour mieux nous faire réfléchir.
Lire la critique sur le site : LActualite
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
julienraynaudjulienraynaud   30 décembre 2014
Ça commence dans un train en marche. On imagine
que l’histoire va tout de suite embrayer et qu’on va
se trouver sans attendre dans le feu de l’action. Ça
pourrait se passer comme ça, en effet, pourquoi pas.
Mais non, en réalité on déambule sans but, d’un wagon
à l’autre, certes à l’affût de péripéties, or sans véritable
succès. On ne tranche pas dans l’ennui, on s’y installe.
Et finalement le récit ne commence pas. Pourtant le
train est bel et bien en marche. Et nous à bord.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
Pixie_dustPixie_dust   22 octobre 2019
Admettons que le récit ne soit au fond qu'une fenêtre donnant sur un monde bien plus grand que lui; admettons que vos personnages aient la capacité de se dérober de son cadre à l'envi. Admettons que vous avez aujourd'hui simplement fermé les volets de cette histoire, et que le monde derrière ces volets continue néanmoins de grouiller.
Bref, admettons que l'histoire continue malgré vous et sans vous.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
taktic66taktic66   29 décembre 2017
Tout construire, et refaire, et ôter, et extraire, ne garder que le nécessaire, et encore: souvent tout effacer, recommencer du début.
Commenter  J’apprécie          10

autres livres classés : sur l'écritureVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Littérature québécoise

Quel est le titre du premier roman canadien-français?

Les anciens canadiens
La terre paternelle
Les rapaillages
L'influence d'un livre
Maria Chapdelaine

18 questions
168 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature québécoise , québec , québécoisCréer un quiz sur ce livre