AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9798682384938
260 pages
Auto édition (03/09/2020)
4.45/5   38 notes
Résumé :
Diane Lazure voit le jour en 1979 dans une famille chargée d’un siècle d’histoire européenne, entre des parents aimants et Baptiste, un « frère » de vingt ans son aîné, diabolique et peut-être assassin. Brillante informaticienne, entourée d’une bande d’amis aussi sincères que loufoques, Diane manque pourtant cruellement de confiance en elle, ayant appris à se détester à travers le regard et les actes de Baptiste.
La saga familiale tourne au thriller lorsque D... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (41) Voir plus Ajouter une critique
4,45

sur 38 notes
5
21 avis
4
13 avis
3
2 avis
2
0 avis
1
0 avis

tutesvuquandtaslu
  13 décembre 2020
Un seul être vous manque et tout est dépeuplé.
Ce livre, c'est plutôt un seul être suffit à tout faire foirer !
Notre héroïne, Diane, a tellement de chance.
Une famille passionnante sur plusieurs générations, une arrière grande mère et une grand mère, un oncle et une tante, des gens bien et des parents justes, généreux, droits. Tout est supposé être parfait. Ne reste que cette personne, cette pièce rapportée qui suffit à faire chavirer un bonheur somme toute fragile.
Ce Baptiste existe dans beaucoup de familles. Il peut être un frère, une soeur, même un parent. Quelqu'un qui ne vit que pour le malheur des autres. Qui se rejouit de sa réussite en se comparant aux autres.
La réaction de Diane durant toute sa vie, par rapport à son presque frère, peut parait excessive mais pourtant, lorsque l'on a le nez dedans, au quotidien.. Lorsque l'on subit ce harcèlement (car ceci est du harcèlement) même de loin, de part les jugements de valeur, les comparaisons, se sortir la tête de l'eau de l'eau devient plus que compliqué.
Les personnes toxiques gâchent la vie de beaucoup de gens.
La solution trouvée par Diane me convient parfaitement.
Premier livre de cette autrice, un vrai plaisir !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          620
coquinnette1974
  13 octobre 2020
Je remercie chaleureusement Virginie Vanos pour l'envoi, en service presse, de son nouveau roman : Indésirable.
Diane Lazure voit le jour en 1979 dans une famille chargée d'un siècle d'histoire européenne, entre des parents aimants et Baptiste, un « frère » de vingt ans son aîné, diabolique et peut-être assassin. Brillante informaticienne, entourée d'une bande d'amis aussi sincères que loufoques, Diane manque pourtant cruellement de confiance en elle, ayant appris à se détester à travers le regard et les actes de Baptiste.
La saga familiale tourne au thriller lorsque Diane se décide de ne plus rien attendre de ce faux frère.
La vengeance est un plat qui se mange parfois épicé....
J'avais très envie de lire Indésirable suite au résumé. Il m'intriguait énormément et j'étais curieuse de découvrir le personnage de Diane. Je dois avouer qu'elle ne m'a pas déçue :)
Quand Diane naît, en 1979, dans une famille aimante, elle va vite comprendre qu'elle doit composer avec Baptiste. Il n'est pas son frère biologique, a 20 ans de plus qu'elle, mais il a été recueillit par les parents de Diane des années auparavant. Il est étonnant cet homme, machiavélique et totalement malveillant avec sa « jeune soeur ». Tout au long de sa vie, il va saper le moral de la jeune fille, la faisant se sentir inférieure. Il va même dresser sa femme et leurs enfants contre elle ! C'est totalement dingue. Quel pervers narcissique ! du haut niveau. Cela fait froid dans le dos.
Pas facile alors pour Diane de se construire et d'avoir confiance en elle malgré un travail qu'elle adore et des amis fidèles. Elle a aussi de bons parents, totalement dépassés par le comportement de Baptiste.
J'ai beaucoup apprécié l'histoire, très bien construite. Diane est une femme qui m'a touché de part son vécu, c'est terrible de se sentir aussi mal à cause d'un de ses proches.
Une fois de plus, l'écriture de Virginie Vanos fait mouche. Elle sait me captiver et me surprendre, comme toujours.
Indésirable est un excellent roman, je ne vais pas en dire plus car il n'est pas facile d'en dire plus sans spoiler.
Je vous le recommande sans aucune hésitation et je lui donne cinq étoiles.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          191
bagus35
  09 décembre 2020
Merci à SimPlement et à l'auteure, Virginie Vanos, pour l'envoi en service presse de ce bon thriller psychologique dédicacé.Diane Lazure a tout pour être heureuse,des parents aimants ,une farouche envie de faire de brillantes études dans l'informatique mais elle a un frère adoptif,Baptiste,véritable sociopathe ,qui va avoir de cesse de la rabaisser transmettant même sa haine à sa femme et ses enfants.Alors Diane,l'indésirable, va mener son bonhomme de chemin en s'entourant de gens bienveillants et en gardant dans un coin de sa tête une furieuse envie de se venger.On retrouve avec plaisir la plume alerte teintée d'humour de l'auteure.A découvrir.
Commenter  J’apprécie          230
dannso
  04 janvier 2021
Diane Lazure est l'héritière d'une famille où les femmes ont joué un rôle prépondérant, à l'instar de son arrière-grand-mère Émilienne. Elle est une informaticienne réputée, à la tête de sa propre entreprise, entourée d'amis attentionnés, aimée par ses parents. Alors pourquoi Diane se sent-elle « indésirable », n'a-t-elle aucune confiance en elle et se dévalue-t-elle sans arrêt : elle a été et est toujours la victime de son cousin Baptiste, de 20 ans son ainé, adopté de plus par les parents de Diane à la mort de ses propres parents. Baptiste est ce qu'on appelle un pervers narcissique et Diane sa proie préférée.
Ce roman m'a sortie de ma zone de confort. J'avais hésité quand l'auteure me l'avait proposé et j'ai finalement décidé de le lire. C'est un roman très fort, qui m'a laissé un sentiment de malaise. Ayant eu la chance de ne jamais être confrontée à ce genre de personnages, j'ai eu du mal à croire à toute la méchanceté et au machiavélisme de Baptiste. J'aurais aimé que l'auteure passe plus de temps sur la jeunesse de Diane et voir monter de façon plus progressive la destruction de l'enfant heureuse que Diane a été jusqu'à ses 10 ans. L'auteure nous le raconte par quelques évènements clés, à plusieurs époques, tous aussi horribles les uns que les autres. J'ai eu aussi du mal à comprendre que la famille de Diane, ses parents et sa grand-mère ne puisse pas mieux la protéger : c'est sans doute la preuve du génie malfaisant de Baptiste.
En dehors de ce petit bémol, qui n'est que mon ressenti personnel, j'ai beaucoup apprécié cette lecture. J'ai éprouvé beaucoup d'empathie pour Diane et j'aurais tellement aimé pouvoir l'aider. Elle est entourée, aimée, intelligente, mais ne réussira jamais à croire en elle. Elle va cependant être l'instrument de la vengeance. Et la fin est la seule qui pouvait convenir, en totale adéquation avec le personnage de Diane.
L'auteure au-delà de la famille de Diane introduit aussi quelques personnages savoureux, qui allègent un peu le récit, C'est la part optimiste de ce roman, qui chante les louanges de l'amitié et de la tolérance. Et que dire de Jeanne, qui m'aura fait sourire à plusieurs reprises.
Ce roman se lit très rapidement ; l'écriture est fluide et très agréable. J'ai beaucoup aimé les citations en tête de chaque chapitre, en accord avec le contenu de ceux-ci.
Je remercie chaleureusement Virginie Vanos pour sa confiance. j'ai aimé sortir de mes lectures habituelles, même si le souvenir de certaines scènes continue à me mettre mal à l'aise.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
Regis80
  13 octobre 2020
Virginie Vanos a on peut en être sur, toujours une surprise en réserve. Après un thriller dénonçant les dérives du harcèlement informatique,(« Rageur »), le recueil de nouvelles intimiste (« Chicha et autres nouvelles »), ou le roman fantastique et philosophique (l'indispensable « Anna Plurielle »), elle démontre toujours un talent indéniable. Elle a une façon de vous prendre par la main et de vous emmener jusqu'à la fin en vous faisant partager ses indignations et ses émotions sans jamais vous ennuyer, ni être trop démonstrative.
Tel est encore le cas de ce roman ou l'auteure franchît un nouveau palier et nous concocte un livre qui vous prend à la gorge et dont on gardera la trace longtemps encore…
Le pitch ? Diane voit le jour en 1979 entre des parents aimants et Baptiste, un « frère » de vingt ans son aîné, diabolique et peut-être assassin. Brillante informaticienne, entourée d'une bande d'amis aussi sincères que loufoques, Diane manque pourtant cruellement de confiance en elle, ayant appris à se détester à travers le regard et les actes de Baptiste.
On a donc affaire ici à une saga familiale matinée de thriller. Autant le dire, la peinture de Virginie Vanos sur les moeurs familiales, souriante (et même héroïque) au début, vire assez vite au vinaigre. La cruauté avec laquelle Virginie Vanos distille l'atmosphère de cette famille aveuglé et empoisonné par un seul de ses membres est remarquable. On étouffe rapidement pour elle. On cherche un salut dans la fuite et on est rapidement contaminé par la rancoeur et la mésestime de soi que ressent l'héroïne.
On se croirait presque parfois chez Chabrol si l'enchaînement des catastrophes n'était du qu'à deux ou trois seuls éléments.
A cet égard, la peinture des personnages réussie par l'autrice est époustouflante.
D'abord chez les méchants en commençant avec les hilarante belle-soeur et belle-fille qui échappent un peu à la vindicte par leur insignifiance même ; (Ah, ce portrait de la Texane !).
Les personnages de Baptiste et du fils ainé sont épouvantables de noirceur. On croirait presque du Hervé Bazin tant le venin est présent dans l'écriture de l'auteure qui cisèle jusqu'au moindre détail le portait de ces maléfiques personnages. Une petite merveille de cruauté.
Les amis de l'héroïne apportent une bouffée d'humanité dans ce désastre. La plume de Virginie Vanos se fait chaleureuse, empreinte d'humour devant ces amis qu'on voudrait tous non pas avoir, mais connaître. J'avoue cependant un faible pour Kim, empreint d'humour et qui se découvre des colères, lui pourtant plein d'empathie.
Enfin les autres personnages, autres membres de la famille, victimes des méchants ils vont au-delà de la silhouette.
Tous ces gens sont si vivants qu'il nous semble parfois que Virginie Vanos pourrait aussi raconter l'histoire de leur point de vue.
UN mot sur l'écriture et le style. La fluidité en est remarquable. On est beat devant la façon dont Virginie Vanos sait adapter sa palette aux différentes situations. La scène de l'opération est incroyable ; On a même le coeur qui se soulève. L'impression d'un reportage vécu est vraiment présente à nôtre esprit. Enfin, l'épilogue est remarquable de maitrise.
Virginie Vanos nous confie dans un Préambule que son livre sans être une biographie s'appuie souvent sur des faits réels. Elle nous met en garde sur des empoisonneurs de vie que certains portent cependant au pinacle en raison de leur réussite sociale. Elle nous démontre qu'il faut garder confiance en soi et cultiver les amitiés. Une alerte à méditer en cette époque pandémique et dépressive.
C'est la leçon de ce livre qui est sans conteste le meilleur de son auteur et qui est bien plus indispensable que certains best-sellers dont on nous rabat les oreilles.
Mercie à Virginie Vanos non seulement pour son livre mais pour les leçons à en tirer.
Et bravo pour une couverture particulièrement réussie!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
bagus35bagus35   09 décembre 2020
C'est à trop voir les êtres sous leur vraie lumière qu'un jour nous prend l'envie de les larguer. La lucidité est un exil construit, une porte de secours, le vestiaire de l'intelligence. C'en est aussi une maladie qui nous mène à la solitude. (Léo Ferré)
Commenter  J’apprécie          80
bagus35bagus35   09 décembre 2020
Elle était ce qu'elle était, soit,mais elle avait un luxe que je ne pouvais connaître :celui du monde des certitudes, fussent-elles infatuées et voire cruelles, fondées sur les apparences et sur des pseudos idéaux d'un racisme totalement infect .
Commenter  J’apprécie          40
bagus35bagus35   06 décembre 2020
Tant qu'elle ne se met pas à dealer de la colombienne pure à la sortie des cours et à tabasser des mafieux bulgares quatre fois plus gros qu'elle, on peut s'estimer heureux, je crois ...
Commenter  J’apprécie          50
ohangelabdxohangelabdx   03 décembre 2020
Marianne, pendant vingt ou vingt-cinq ans peut- être, tu seras proche comme deux orteils avec Baptiste. Presque pareille à vraie mère comme Line, mais ni meilleure ni pire. Pareille mais différente. Toi, tu ne seras qu’une seule fois maman dans ton ventre à toi. Dans très très longtemps, Janka ne sera plus du monde des vivants alors. Petite fille intrépide, je crois. Forte, courageuse, intelligente mais très sensible. Beaucoup de travail et d’efforts pour que bébé fille Marianne et Paul pas subir trop de malheur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
ohangelabdxohangelabdx   03 décembre 2020
Ce fut pourtant en 1967 que vinrent les premières failles, les premiers drames, les premiers coups durs qui impactèrent d’abord Baptiste, mes futurs parents
et bien plus tard... Moi-même.
Commenter  J’apprécie          30

autres livres classés : saga familialeVoir plus
Notre sélection Polar et thriller Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2238 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre