AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2917084472
Éditeur : Attila (03/05/2012)

Note moyenne : 3.75/5 (sur 8 notes)
Résumé :
La littérature française contemporaine compte un écrivain, d'origine américaine, dont le premier texte fut découvert et défendu avec ardeur par Raymond Queneau et J.B. Pontalis, publié aux éditions Gallimard avec une préface de Gilles Deleuze, acclamé par des sensibilités aussi différentes que celles de Paul Auster, J. M. G. Le Clézio ou encore Michel Foucault, qui invoquèrent tour à tour D. A. F. de Sade, Lautréamont et Raymond Roussel.
Bref, en 1970, Louis ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
MarianneL
  26 avril 2013
Le titre et la jaquette annoncent la couleur. Nous sommes là pour assister à l'agonie et au décès par maladie maligne de la mère de l'auteur, Rose Wolfson, au milieu du mois de Mai 1977, dans un roman qui entremêle le journal de Rose - essentiellement des annotations sur les visites à l'hôpital et examens médicaux subis entre 1975 et 1977 - et le récit de Louis Wolfson, son fils schizophrène, habité par des obsessions multiples, dont celle des paris hippiques.
Ce livre (qui est aussi un très bel objet) démarre par une excellente préface de l'éditeur, qui nous rappelle que Louis Wolfson, du fait de ses internements et mauvais traitements subis dans sa jeunesse, a développé une détestation de sa langue maternelle, l'anglais, et qu'il a ainsi appris, seul, le français, l'allemand, le russe et l'hébreu, en gardant en permanence sur ses oreilles des écouteurs stéthoscopiques branchés sur un petit magnétophone, appareil mentionné sans cesse au cours de ce récit écrit en français.
Même s'il fait parfois preuve d'humour et d'une certaine distance vis-à-vis de lui-même, il faut de la patience pour supporter les allitérations de Louis Wolfson, ses statistiques délirantes sur les courses hippiques et les chances de gagner de tel canasson en fonction de coïncidences numériques et allitératives, son obsession de ces coïncidences, ses haines de l'humanité, du corps médical, des noirs, des juifs, ses phobies de la maladie, d'être contaminé par la rage, sa phobie du corps et des excréments. Mais, bizarrement, cette écriture façonnée dans les obsessions et les allitérations porte le lecteur, comme une vague.
Au final, malgré les internements, malgré les électrochocs et la lobotomie chimique, malgré la pathologie et les phobies obsessionnelles, malgré tout ce que ce fils a subi et toutes les barrières à l'expression d'une affection entre eux, le lien entre le fils et la mère est là, distant mais bouleversant, dans le fil qui relie le fils né de son ventre au calvaire des métastases du nombril de Rose, dans ce fils reclus dans sa chambre qui refuse de parler anglais mais qui lit tous les articles sur les traitements du cancer en français ou en allemand, dans le parallèle entre le linceul de Rose et la camisole de force de son fils interné, dans l'impossibilité pour lui de croire au décès de sa mère, dans la disparition de la mère mesurée à l'aulne de l'Apocalypse.
« Je retournai à ma veillée dans la chambre 431, veillée qui continua peut-être une autre quarantaine de minutes. Aucune résurrection, pas même la plus petite palpitation perceptible visuellement. Elle devait être bel et bien morte. Alors, comment faire pour que mon propre cadavre, encore palpitant, sortît du mouroir Memorial ? »
« C'était le 57e anniversaire de Karol Wojtyla, futur pape polonais, incapable de comprendre le sens profond d'Apocalypse, XXI, 4, que revoici : …et la mort ne sera plus, et il n'y aura plus ni deuil, ni cri, ni douleur, car les premières choses ont disparu [la planète, elle-même]. »
Un livre hallucinant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

critiques presse (1)
Bibliobs   21 mai 2012
«Ma mère, musicienne…» est un livre hallucinant, auprès duquel l’«Etranger» de Camus n’est qu’une tendre rigolade.
Lire la critique sur le site : Bibliobs
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
HerveyHervey   11 décembre 2012
Le soleil baissait de plus en plus derrière quelque construction et, au fur et à mesure, ma paranoïa (plus ou moins iatrogène) se ravivait et gagnait de plus en plus d'emprise sur moi. Je jetai un coup d’œil sur ma montre. A juger de l’œil de ma mère, elle avait même semblé remarquer mon geste peu ou prou hystérique. Tout de même j'étais assez surpris d'entendre celle-ci aussitôt après mon regard voulu furtif me dire:
- Tu peux rentrer, L*.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
FurtifFurtif   17 janvier 2013
les Grecs disaient que le plus grand bonheur qui puisse échoir à un homme, c’est de ne pas être né. - Nous avons eu la poisse.
(p. 81)
Commenter  J’apprécie          30
Video de Louis Wolfson (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Louis Wolfson
Quelques images de Louis Wolfson .
autres livres classés : schizophrénieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
2161 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre