Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2266142569
Éditeur : Pocket (2004)


Note moyenne : 3.77/5 (sur 13 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :

Né prince, fils d'un souverain de la puissante tribu des Sakya, au me siècle avant Jésus-Christ, il vécut dans le luxe et l'opulence avant de tout quitter pour partir sur les routes, seul, à la recherche de la sagesse. Il avait vingt-... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

Critiques, analyses et avis (2)

> Ajouter une critique

    • Livres 5.00/5
    Par enkidu_, le 30 octobre 2014

    enkidu_
    Même si j'ai quelques réserves mineures (définitions de "esprit" ou "âme", par exemple), cet ouvrage est une belle perspective synthétique sur le bouddhisme "tel que vécu par les bouddhistes", et donc défriche une large panoplie de caricatures sur cette voie initiatique, comme celle qui en ferait une moelle mode, là où le bouddhisme est, en réalité, une stricte ascèse "stoïque" du corps, de l'âme et de l'esprit.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          2 6         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par PaulPujol, le 04 novembre 2011

    PaulPujol
    Une présentation simple et limpide, non entachée par l'interprétaiton des siécles et des différentes cultures. A lire si on veut comprendre vraiment le Bouddhisme originel.

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la critique

> voir toutes (6)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par enkidu_, le 29 octobre 2014

    ...peut-être devons-nous voir, dans ce dialogue, le désir de réagir contre l’idée qui, en tous les malades, les malchanceux, les victimes d’infortunes quelconques, faisait voir des coupables expiant leurs fautes passées.

    Cette conception n’a pas disparu dans l’Inde. L’on y rencontre encore d’orthodoxes Hindous qui y demeurent attachés. Le plus gravement du monde, ceux-ci déclarent que construire des hôpitaux, faire la charité aux indigents et, de quelque façon que ce soit, soulager ceux qui souffrent, est aller à l’encontre de la loi du karman qui produit leurs souffrances.

    Certains vont même jusqu’à déclarer cette bienfaisance nuisible à ceux qu’elle soulage, parce que, en allégeant leurs maux ou en les en délivrant, on retarde les effets de leur expiation.

    L’on peut objecter à ces sombres sectaires – et les Bouddhistes ne manquent pas de le faire – que si l’on admet que le malade, l’indigent, l’homme frappé par une infortune quelconque, subissent le châtiment automatique de fautes anciennes, il faut aussi admettre que les résultats automatiques de ce même karman (leurs oeuvres passées) les ayant placés à proximité de médecins ou de personnes généreuses et capables de les secourir, c’est afin qu’ils puissent profiter de leur aide.

    Si, d’après cette théorie, leurs maux devaient demeurer sans allégement, la force de leur karman les aurait vraisemblablement conduits loin de tout secours possible. Cette logique ne persuade guère les gens butés dans leurs croyances cruelles. Le plus étrange est que l’on rencontre des individus qui appliquent cette foi barbare à leur propre personne. Sans pouvoir deviner les crimes qu’ils ont pu commettre dans leurs vies passées, sans qu’il leur soit même possible d’être le moins du monde certains qu’ils en ont commis, ces victimes d’une doctrine déraisonnable s’entêtent à se croire coupables dès que la souffrance physique ou morale les atteint, et se complaisent dans leurs tourments, y voyant l’expiation de fautes qu’ils ignorent. (chapitre VI)
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la citation

  • Par enkidu_, le 29 octobre 2014

    Bien que mis en garde, par leur Maître, contre l’inutilité des spéculations métaphysiques, les Bouddhistes n’ont pu résister entièrement au penchant de leur race ; ils ont élaboré de nombreuses théories concernant la matière, l’esprit et les phénomènes ; toutefois, ils ne se sont jamais laissé entraîner à tenter de décrire l’Absolu, la Réalité.

    La Réalité, pensent-ils, exclut à la fois la dualité et la non-dualité ; elle ne peut pas être définie par des mots, pas plus qu’elle ne peut se concevoir. Tous les Bouddhistes reconnaissent que les connaissances, quelles qu’elles soient, que nous pouvons acquérir, sont limitées et conditionnées par nos facultés de perception. Toutes nos connaissances sont donc relatives, et, par conséquent, tous les objets qu’elles atteignent sont, aussi, relatifs. Inconnaissable est l’Absolu ; connu, il deviendrait relatif.

    Le terme « Vide » (sûnya) que l’on rencontre dans les textes mahâyânistes y sert, généralement, à marquer l’absence de tout ce que pourrait concevoir notre esprit se mouvant dans le cercle de la relativité. Le Vide, chez les Bouddhistes, n’a jamais la signification de néant absolu que les Occidentaux ont, parfois, voulu lui donner. D’une part, il indique le défaut de substance autogène et propre, dans tous les éléments constitutifs des phénomènes, leur interdépendance, leur caractère relatif et, d’autre part, il est un nom pour la Réalité, l’Absolu que la limitation de nos facultés de perception nous rend inaccessible et inconcevable.

    Nous voici ainsi ramenés, après de multiples détours, aux sages conseils du Bouddha.

    « Ne pensez pas : le monde est éternel, il n’est pas éternel ; il est infini, il est limité » (Samyutta Nikâya).

    « Le monde a coutume de s’en tenir à une dualité : tout est, ou rien n’est ; mais pour celui qui aperçoit, en vérité et en sagesse, comment les choses se produisent et périssent dans le monde, pour celui-là, il n’y a ni être ni non-être. » (Samyutta Nikâya). (chapitre V)
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la citation

  • Par enkidu_, le 29 octobre 2014

    ...cette suppression de l’activité de l’esprit est mentionnée par les anciens Maîtres du Yoga hindou. Patanjali définissait la méditation comme la « suppression des mouvements, ou opérations de l’esprit » (citta vritti nirodha) et nous trouvons dans le commentaire du Lamdon la définition suivante : « La méditation est la source secrète du pouvoir d’abandonner les ratiocinations en même temps que leur semence. »

    Il ne faut pas se méprendre sur le sens de ces déclarations. Leur véritable signification est très imparfaitement rendue, quelquefois, même, complètement déformée par les traductions. On a fait dire à Patanjali que la méditation était « la suppression du principe pensant ». Il n’est point question de cela. Il ne s’agit nullement d’attenter à l’intelligence de l’individu, de l’engager à demeurer inerte, « sans penser », bien que certains soi-disant « maîtres spirituels » aient prescrit, à leurs disciples, cet impossible exercice. La suppression qui est enjointe est, comme il a déjà été dit, celle des opérations (vritti) de l’esprit qui confectionnent des idées, la suppression des fantaisies de l’imagination. Le précepte répété à satiété dans la Prajnâ Pâramitâ et dans tous les ouvrages philosophiques appartenant à cette école, est : « N’imaginez pas. » (chapitre V)
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation

  • Par enkidu_, le 29 octobre 2014

    ...quant à ce Bouddha que les écrivains occidentaux se sont souvent complu à nous dépeindre sous l’aspect d’un nonchalant rêveur, d’un nihiliste élégant, méprisant l’effort, nous pouvons le tenir pour un mythe. La tradition bouddhique ne garde aucun souvenir d’un tel personnage. Le sage qui consacra cinquante années de sa vie à la prédication de sa doctrine, puis, âgé de plus de quatre-vingts ans, mourut en pleine activité, tombant sur le bord de la route qu’il suivait à pied, allant porter son enseignement à de nouveaux auditeurs, ne ressemble guère à l’anémique désenchanté que l’on tente parfois de lui substituer.

    En fait, si nous le considérons dans ses principes essentiels, le Bouddhisme est une école de stoïque énergie, d’inébranlable persévérance et de singulière audace dont le but est d’entraîner des « guerriers » qui s’attaquent à la souffrance.

    « Guerriers, guerriers, nous appelons-nous. Nous combattons pour la vertu élevée, pour le haut effort, pour la sublime sagesse, ainsi nous appelons-nous guerriers ! »
    (Anguttara Nikâya.) (chapitre III)
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation

  • Par PaulPujol, le 18 décembre 2011

    « Il est dans la nature des choses que le doute naisse. »

    « Ne croyez pas sur la foi des traditions alors même qu'elles sont en l'honneur depuis de longues générations et en beaucoup d'endroits. Ne croyez pas une chose parce que beaucoup en parlent. Ne croyez pas sur la foi des sages des temps passés. Ne croyez pas ce que vous vous êtes imaginé, pensant qu'un Dieu vous l'a inspiré. Ne croyez rien sur la seule autorité de vos maîtres ou des prêtres. Après examen, croyez ce que vous aurez expérimenté vous-même et reconnu raisonnable. Ce qui est conforme à votre bien et à celui des autres. »

    ( Kâmâla sutra.)

    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 9         Page de la citation










Sur Amazon
à partir de :
6,37 € (neuf)

   

Faire découvrir Le bouddhisme du Bouddha par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (44)

  • Ils sont en train de le lire (1)

> voir plus

Quiz