AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2324011204
Éditeur : Gründ (2015)

Note moyenne : 3.75/5 (sur 4 notes)
Résumé :

La Bible de mes dix ans se résumait à un mince petit ouvrage cartonné, L'Histoire sainte, qui racontait les relations agitées de quelques héros de temps très anciens et d'un Dieu interventionniste qui se disait lui-même jaloux et prompt à la colère.
Des décennies plus tard, ma Bible d'homme parle du (et au) monde entier. Amoureuse et nomade, elle m'a entraîné en Terre sainte, chez les imprimeurs du ghetto de Venise, à Doura Europos, dans les cham... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.fr
Critiques, Analyses & Avis (3) Ajouter une critique
JeanLouisBOIS
JeanLouisBOIS07 décembre 2011
  • Livres 4.00/5
Dictionnaire amoureux de la Bible
publié dans L'Histoire n° 359 - 12/2010 +

On peut être amoureux de tout et cette excellente série le montre bien : du cinéma, du vin, des héros, du golf ou des chats. Mais de la Bible ! Pourtant le romancier Didier Decoin, dont on connaît l'enthousiasme, la diversité des intérêts et des goûts, s'y est risqué. Certes, il avait commencé, en 1980, par une Bible racontée aux enfants, continué, en 1999, par Jésus le Dieu qui riait. Aussi était-il armé pour une magistrale synthèse, où la science – certaine – voisine avec la subjectivité – assumée. Ce qui est la charte de la collection.
Le lecteur trouvera donc tout ce qu'il est en droit d'attendre sur la Bible (les noms, les lieux, les écrits, les problèmes), raconté avec vivacité, fièvre parfois (voir l'entrée « Jésus »), sympathie toujours. Car l'auteur est un homme de foi, il le revendique ; mais aussi de bonne foi : il connaît, apprécie le judaïsme antique. Il a fréquenté le Talmud, semble-t-il, avec assiduité et sympathie, il a lu les commentateurs. Bref, il a fait tout autant un travail d'exégète que d'artiste.
Pourtant c'est dans les détails qu'il faut le chercher pour mieux le trouver, dans des entrées inattendues : « Bible du Diable », « Bible des pauvres » (en latin dans le texte, Biblia pauperum), « jazz », « Loti » et bien d'autres. Didier Decoin suscite chez le lecteur l'envie d'en savoir plus. Car il ne se limite pas au texte et à ses souvenirs, il donne à lire (la littérature), à voir (le cinéma).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
JeanLouisBOIS
JeanLouisBOIS07 décembre 2011
  • Livres 4.00/5
La Bible selon Didier Decoin:
Chez cet écrivain passionné, ce livre n'est pas un coup de coeur soudain. La Bible, il la fréquente depuis son enfance au sein d'une famille croyante. Dans sa maturité, il a décidé d'en parler, entre amis, sans prétendre convertir quiconque. En parler comme on le fait d'une ville dont on a apprécié les beautés, ou même d'une bonne bouteille. Decoin veut simplement partager, dire ses émotions et son bonheur, son angoisse et sa piété, telles qu'elles lui viennent quand il ouvre le Livre. Mais comment faire pour transmettre ? Il y a tant de choses dans la Bible, et des choses si diverses en interprétations et en conséquences.
C'est ici qu'intervient l'idée d'un dictionnaire, et même d'un "dictionnaire amoureux" comme ceux que propose une collection bien installée. Une idée parfaitement adaptée à ce que souhaite l'auteur. Présenter la Bible comme un buffet garni ; révéler ses préférences personnelles, puis laisser les invités picorer à leur guise. Vous aimez les grandes scènes théâtrales ? C'est par ici. Vous préférez la réflexion intérieure ? Goûtez-moi ça. de la méditation ? Un peu d'histoire ? Un peu d'alphabet hébreu ? Servez-vous, à petites doses ou à pleines rasades : il en restera toujours pour les autres. Nous avons même quelques scènes assez lestes, pour les amateurs.
Le projet présente au moins deux risques évidents. le premier et le plus grave serait de blesser les juifs, à qui appartient d'abord l'Ancien Testament. On pourrait penser qu'il fallait "déminer" le terrain, mais ce serait mal comprendre Decoin : il n'en est pas aux précautions diplomatiques, mais au souffle de fraternité. Et il sait reconnaître un grand peuple et un grand esprit. On le ressent, par exemple, quand il parle avec admiration du Talmud ou de Maïmonide.
Intervention personnelle
L'autre danger aurait été de rester en surface, de raconter des événements ou de peindre des personnages sans explorer minutieusement les ambitions, les conséquences. Il faut, pour conjurer ce risque, une intense réflexion personnelle, assortie d'une recherche sur les sources et les commentaires : dans toutes les langues, sous toutes les latitudes, dans les détails les plus infimes. Ne manquer ni la Bible des gédéons, ni les rastafaris de la Jamaïque. L'auteur intervient personnellement dans ces pages : il commente un épisode, narre son enfance, ses voyages et ses émotions, devenant ainsi comme un personnage de son propre livre.
Alors ? Un dictionnaire, bien entendu, "amoureux", certes, mais aussi nourri d'émotions et d'extases qui révèlent l'auteur : un dictionnaire de Decoin.
Jean Soublin

Lien : http://reflets-mag.blogspot...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
JeanLouisBOIS
JeanLouisBOIS08 décembre 2011
  • Livres 4.00/5
Critique très juste de la revue ETUDES de mars 2010:
Ce dictionnaire, aux entrées diverses, parfois inattendues (« étu­diant », « picoler », « Voltaire »…), sou­vent savantes (« fresquistes », « rasta », « Bible Belt »…), toujours documen­tées, propose une vision ample et actua­lisée de la Bible. Y sont évoqués des personnes ou des figures, Jésus, Marie mais aussi Adam, Caïn, Moïse, Elie ou Job, et d'autres encore. L'histoire du livre, les questions d'archéologie, les langues, les traductions sont aussi abordées. Quelques grands thèmes (évangiles, Annonciation, croix, vérité…) ou grands lieux (Bethléem, Jérusalem, Galilée…) sont traités de façon originale, non pas à la manière informative et scientifique d'un diction­naire biblique mais d'un point de vue évocateur qui est celui d'un lecteur attentif, cultivé et passionné qui n'hé­site pas à faire partager sa propre expé­rience des livres bibliques. Chaque article envisage les prolongements actuels des textes en référence aux oeuvres cinématographiques ou litté­raires qui s'en sont inspirés à différents titres. Certains auteurs ou artistes font eux-mêmes l'objet d'un article (Claudel, Chagall, Messiaen, Wiesel…). L'ordre alphabétique des entrées n'est pas un obstacle à la cohérence de ce diction­naire. Celui-ci s'appréhende comme un roman. le style est sans complaisance, tantôt poétique, tantôt ironique, parfois éblouissant, d'un humour qui ne manque pas de finesse. Cette approche décapante, très suggestive se veut résolument contemporaine.
Chantal Reynier
Lien : http://www.revue-etudes.com/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Citations & extraits (14) Voir plus Ajouter une citation
JeanLouisBOISJeanLouisBOIS13 décembre 2011
La figue, dit-on, est pour les Juifs une allégorie parfaite de l'étude de la Bible, car ses graines, au lieu de se rassembler dans des "niches" cloisonnées, sont disséminées dans toute la chair du fruit, exactement comme les versets de la Torah dont le moindre d'entre eux, même atrophié et pris au hasard, peut ensemencer et féconder toute une vie. (p.291).
Commenter  J’apprécie          30
JeanLouisBOISJeanLouisBOIS13 décembre 2011
Satan, Lucifer, Belzébuth, Astaroth, Asmodée ou Méphistophélès, quelque soit son nom, ce nom est un non car il se résume à la négation de Dieu: le rêve du Diable, ce n'est pas Dieu est mort, c'est Dieu n'est pas. (p.602-603).
Commenter  J’apprécie          30
JeanLouisBOISJeanLouisBOIS15 décembre 2011
[Les Béatitudes] ont quelque chose du Paradis, quelque chose d'indicible qui fait battre le cœur, et qui mouille les yeux, car elles sont la réponse aux aspirations de l'homme à la fois les plus essentielles et les plus utopiques, les plus simples et les plus impossibles à combler. (p.89).
Commenter  J’apprécie          10
JeanLouisBOISJeanLouisBOIS13 décembre 2011
Le texte de la Torah fut écrit du doigt de Dieu: on associa donc révélation et alphabet hébreu. L'écriture était dorénavant considérée d'essence divine, en tant qu'instrument de la Création. (p.618).
Commenter  J’apprécie          10
JeanLouisBOISJeanLouisBOIS15 décembre 2011
Les déserts de la Bible ne sont pas forcément des espaces, ni des temps, ils sont tout aussi bien des états d'âme, voire une disponibilité pour rencontrer Dieu, pour l'écouter. (p.197-198).
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Didier Decoin (35) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Didier Decoin
Didier Decoin. Premier livre à 20 ans, prix Goncourt à 32 ans, il est l'auteur de nombreux romans mais aussi de scénarii pour le cinéma et la télévision. L'écriture a donc toujours été pour lui une évidence. Mais c'est un soir, apparemment comme un autre, que sa vie prend un tournant inattendu. Cet auteur d'ouvrages à succès jusqu'alors athée, a la révélation incontestable de l'existence de Dieu. Une conversion spectaculaire dont celui qui avoue être tombé amoureux de Dieu, témoigne sur le plateau de VIP. V.I.P. du 28/03/2010.
autres livres classés : dictionnaireVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Jésus qui est-il ?

Jésus était-il Juif ?

Oui
non
il était Zen
hippie

10 questions
684 lecteurs ont répondu
Thèmes : christianisme , religion , bibleCréer un quiz sur ce livre