Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique


ISBN : 2714303595
Éditeur : José Corti (1989)

Existe en édition audio



Note moyenne : 4.17/5 (sur 234 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
À la suite d'un chagrin d'amour, Aldo se fait affecter par le gouvernement de la principauté d'Orsenna dans une forteresse sur le front des Syrtes. Il est là pour observer l'ennemi de toujours, replié sur le rivage d'en face, le Farghestan. Aldo r... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (20)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 5.00/5
    Par ibon, le 04 mai 2013

    ibon
    Ce Rivage est un dépaysement. Il y a volontairement peu d'éléments pour situer l'action dans le temps et dans l'espace. le roman se concentre sur l'attente d'un événement bizarrement salutaire: la guerre.
    Le narrateur est Aldo, un homme d'une vingtaine d'années de la jeunesse dorée d'Orsenna, ville et état en guerre - guerre que l'on dira passive - avec le Farghestan depuis 300 ans! Il est chargé d'une mission d'observation sur une forteresse en piteux état dans une région tout aussi inhospitalière, au bord de la mer: l'Amirauté.
    Cet endroit est en première ligne, bien que séparé de l'ennemi par deux jours de mer.
    Aldo évoque cet environnement comme dans un songe, le paysage et les ruines inspirent ses réflexions. La longueur exceptionnelle des phrases, heureusement ponctuées et poétiques, donne d'ailleurs l'impression que le temps se fige.
    Pourtant, imperceptiblement et à mon avis de façon magistrale, l'auteur distille le changement.
    Le catalyseur de cette réaction est Aldo, personnage romantique, contemplatif mais aussi impétueux. En effet , son action est susceptible de perturber un équilibre de 300 ans.
    Julien Gracq décrit cette atmosphère surréaliste avec bien peu d'événements - et pourtant à mon avis sans ennuyer le lecteur - grâce à son style.
    Des phrases étirées dans lesquelles je me suis baigné avec délice, sans me noyer.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          3 25         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par JS-KM, le 11 novembre 2011

    JS-KM


    Le rivage des syrtes est un territoire éloigné, aux confins sudistes de l'état d'Orsenna, évocation brumeuse d'une Italie appartenant probablement au XVIII ème, voire XIXème. Un état jadis puissant, assis sur son ancienne notoriété conquérante, qui perpétue son existence de grand fauve endormi à travers le corps civil et les institutions qui le décrivent.
    Aldo, le jeune narrateur du récit qui, avec un style à l'autorité palpable, nous invite dès les premières pages à la découverte sensuelle comme intellectuelle d'Orsenna, appartient à une famille de noble ascendance. Presque hautain, quoique superbe, le style agit à ce stade comme un repoussoir pour certains, ou révèle sa vertu hypnotique pour d'autres. Je fais partie des seconds ; en tant "qu'auteur" (ma régularité dans la pratique ne me dispense pas encore des guillemets) j'ai été proprement soufflé par cette entrée en matière. Il y a là, concentrés en deux pages, les affres d'un ennui affleurant pleinement à la conscience du narrateur, tandis qu'il convoque le souvenir, dans son quotidien, des quelques évènements qui le verront prendre la route des Syrtes. C'est déjà, en un rien de lignes, d'une richesse et d'une expressivité extraordinaires...
    Des raisons qui feront, finalement, demander à Aldo d'être muté en service dans la région des Syrtes, la plus notable sera certainement l'ennui, donc, et le besoin de s'éloigner des cercles dorés qu'il fréquentait, ses études achevées, à la capitale ; il deviendra Observateur dans ces terres reculées, lesquelles font face, par delà les mers, aux côtes du Farghestan, un pays d'un lointain Orient ; trois cent ans en arrière, celui-ci connut, aux prises avec Orsenna, un bref épisode de guerre où s'échangèrent, avant sommations, plusieurs faits d'armes maritimes. Depuis, malgré la pérpétuation de cette mémoire, un véritable status quo a, de fait, transformé la région des Syrtes en un désert, où rien ne semble pouvoir seulement advenir. La guerre, et l'ancien ennemi avec, sont eux mêmes devenus des lointains, sans forme ni consistance.
    Lorsqu'Aldo débarque à l'Amirauté, la forteresse à flanc de rivage qui abrite les officiants de l'Etat, il se pénètre des habitudes locales, fait connaissance avec Marino, son supérieur... un homme qui semble, plus que tout autre, appartenir à ces lieux d'où s'élève un chant morne, celui de l'existence comme un préliminaire à l'oubli.

    De l'autre côté, des terres inconnues, qui ne tardent pas, en un filet de voix éteintes, à attirer l'attention d'Aldo. le Farghestan.


    Je préfèrerai ne pas m'avancer beaucoup plus. Ce roman développe, durant ses trois cent vingt pages, des ambiances tout simplement sublimes, et un envoûtement certain. Lisez, prenez le temps de vous y engluer, car ici pas de façades, de savant aménagements concédés à ceux qui pourraient se sentir d'humeur un peu pressée, pour le coup !

    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 18         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par vincentf, le 24 juin 2010

    vincentf
    Livre d'un presque rien qui dévaste un empire, où le rien qui se passe se fait tout, Le Rivage des Syrtes fascine. Quelque chose d'antique, ce vieux bouquin jauni, cette guerre larvée qui, mine de rien, se délarve, ces paysages vides, cette atmosphère floue d'une vieille de combat, ce non-dit qui se confesse, ces désirs qui tournent autour d'un pot qui se dévoile presque, quelque chose qui donne un je-ne-sais-quoi. Ce livre ne ressemble à aucun autre. On se dit donc que l'auteur est grand, que du vrai se cache sous ce style pas tout à fait précieux, un style noble et vaguement dérisoire (quelque chose de Proust, mais ailleurs). Quelque chose (le mot quelque chose se répète parce qu'il est le seul qui convient) a lieu, dans cette ville sclérosée d'Orsenna, sur ces rivages flous des Syrtes, dans les populations qui se moyenâgent à Maremna. Un homme (un héros ?) provoque une guerre qui existe déjà, un rouage déborde le vase d'attente, le pouvoir secret se dévoile vaguement, les hordes du Farghestan menacent. Un empire va tomber, on s'en doute, mais le génie de Gracq, c'est de ne pas dire la chute mais ce qui la précède. Quelque chose d'antique, de déjà mort et l'appel de plus en plus net d'une renaissance, alors qu'étrangement, le royaume d'Orsenna, qu'on imagine peut-être italien, fait très Renaissance, on pense à la Venise des Doges, à une Florence empaillée. L'appel de l'inconnu, la frontière dont on sait très vite, dès la scène de la salle des cartes, qu'elle devra, malgré les siècles, être transgressée, la frontière que l'on désire ardemment, avec Aldo, franchir, ce monde inconnu, ennemi qui fascine comme fascine, et c'est sans doute là qu'aboutira ce roman qui se termine au moment où tout va commencer, la mort, tout, dans Le Rivage des Syrtes est tendu vers demain, un demain d'autre vie qui changera tout, Marino est mort, les temps anciens seront balayés, Orsenna court heureuse à sa perte, comme la vieille Europe, du temps de Gracq s'était jeté dans la gueule-aimant de la baleine guerre. On s'y jettera encore souvent.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          1 19         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par JPB, le 27 janvier 2012

    JPB
    De tous les livres que j'ai lus, c'est à n'en pas douter l'un de ceux qui m'ont fait la plus grosse impression quant à la qualité de l'écriture. Il faut remonter à Chateaubriand ou Victor Hugo pour trouver pareille virtuosité dans le maniement de la langue. L'histoire raonte comment Aldo, riche héritier d'une illustre famille d'un pays fictif (Orsenna), va mettre à mal la paix séculaire et tacite que son pays entretien avec son voisin le Farghestan. Une bonne partie du livre rappelle l'atmosphère pesante et passive du Désert des Tartares, au cours de laquelle il ne se passe quasiment rien, un peu comme dans les Syrtes, où le moindre évènement, aussi insignifiant soit-il, prend des proportions démesurées. Sur le plan du style, l'auteur use et abuse des comparaisons et emploie à longueur de récit le mot "comme", pour appuyer ce qu'il veut signifier. J'en ai relevé quelques exemples : " ... avant tout indice, comme l'étourdissement commençant d'un malaise, au milieu d'une route où on s'est égaré" (p.18) ou "l'oeil enfiévré revenait s'agacer sur leur silhouette coupante comme la langue sur le tranchant d'une dent frâchement cassée" (p.126) ou encore "...comme la respiration empanachée d'un geyser" (p.145). Il utilise beaucoup également l'expression "on eût dit". Son souci de orécision est constant, et c'est véritablement un régal.
    Un chef d'oeuvre.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 11         Page de la critique

    • Livres 2.00/5
    Par MarianneDesroziers, le 17 juillet 2010

    MarianneDesroziers
    A-t-on le droit de ne pas aimer Gracq quand on prétend aimer la littérature aujourd'hui ? Il y a des livres que je suis désolée de ne pas parvenir à aimer car de lecteurs que j'estime en disent le plus grand bien : "Le rivage des Syrtes" est de ceux là.
    C'est un livre que je voulais lire depuis longtemps et pour lequel j'avais un préjugé très positif. Peut-être est-ce la raison pour laquelle j'ai été déçue, et ce dès les premières pages. J'ai tout d'abord éprouvé quelques difficultés avec le style de Gracq : trop d'adjectifs dans la même phrase en particulier. Ensuite, je me suis ennuyée à cause de l'absence d'histoire prenante (je ne suis pourtant pas une adepte des thriller ou des livres d'aventure et la lenteur ne me pose pas de problème en littérature, ni même au cinéma).
    En avancant dans le roman, j'ai l'impression que le style devient plus fluide (ou est-ce moi qui m'y suis acclimatée ?). L'apparition du personnage féminin relance un peu le récit et renforce l'atmosphère mystérieuse. L'objet est beau mais quelle galère de lire un livre non massicoté en 2008 quand on ne trouve plus de coupe-papier dans le commerce !
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la critique

> voir toutes (20)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par ibon, le 03 mai 2013

    J'avais cheminé en absence, fourvoyé dans une campagne de plus en plus morne, loin de la Rumeur essentielle dont la clameur ininterrompue de grand fleuve grondait en cataracte derrière l'horizon. Et maintenant le sentiment inexplicable de la bonne route faisait fleurir autour de moi le désert salé-comme aux approches d'une ville couchée encore dans la nuit derrière l'extrême horizon, de toutes parts des lueurs croisaient leurs antennes - l'horizon tremblé de chaleur s'illuminait de signaux de reconnaissance - une voie royale s'ouvrait sur la mer pavée de rayons comme un tapis de sacre - et, aussi inaccessible à notre sens intime qu'à l'oeil l'autre face de la lune, il me semblait que la promesse et la révélation m'étaient faites d'un autre pôle où les chemins confluent au lieu de diverger, et d'un regard efficace de l'esprit affronté à notre regard sensible pour qui le globe même de la terre est comme un oeil.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 12         Page de la citation

  • Par leluez, le 02 septembre 2013

    La femme qui va dévaster une vie s’annonce souvent à travers ces éclipses nonchalantes : un petit coup frappé à la vitre, de temps en temps, presque imperceptible mais net, sec, avec cet accent de percussion qui fait tressauter légèrement et ne se mêle à aucun bruit : elle est repassée devant vous, au fond de soi-même on le sait, c’est tout ; il faudra peut-être attendre, attendre longtemps encore, mais il y a en nous un nerf alerté, tapi, qui pour jamais est à l’écoute de ce seul bruit, rien d’autre ne peut l’atteindre.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 16         Page de la citation

  • Par Lucile-, le 07 janvier 2013

    Il y a dans notre vie des matins privilégiés où l’avertissement nous parvient, où dès l’éveil résonne pour nous, à travers une flânerie déoeuvrée qui se prolonge, une note plus grave, comme on s’attarde, le coeur brouillé, à manier un à un les objets familiers de sa chambre à l’instant d’un grand départ. Quelque chose comme une alerte lointaine se glisse jusqu’à nous dans ce vide clair du matin plus rempli de présages que les songes ; c’est peut-être le bruit d’un pas isolé sur le pavé des rues, ou le premier cri d’un oiseau parvenu faiblement à travers le dernier sommeil ; mais ce bruit de pas éveille dans l’âme une résonance de cathédrale vide, ce cri passe comme sur les espaces du large, et l’oreille se tend dans le silence sur un vide en nous qui soudain n’a pas plus d’écho que la mer.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 7         Page de la citation

  • Par ibon, le 27 avril 2013

    Je songeais combien les fibres qui me retenaient à ce pays étaient profondes, comme à une femme dont la beauté trop mûre et trop tendre vous tient captif; puis, de temps en temps, sur cet attendrissement mélancolique, comme un souffle vif et alarmant dans une nuit tiède, glissait ce mot troublant: "la guerre", et les couleurs si pures du paysage autour de moi viraient à une imperceptible teinte d'orage.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 14         Page de la citation

  • Par ibon, le 29 avril 2013

    Dans l'état de décrépitude et d'énervement où sont tombées aujourd'hui ses forces, Orsenna eût pu sans grands risques se relâcher d'une vigilance si soupçonneuse; mais la force des traditions, comme dans tous les empires croulants, croît chez elle à mesure que se dénude plus ouvertement, dans les rouages du gouvernement et de l'économie, l'action prépondérante de tous les principes d'inertie (...)
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 14         Page de la citation

> voir toutes (16)

Videos de Julien Gracq

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Julien Gracq


1001libraires.com - Bertrand Fillaudeau : les Manuscrits de guerre de Julien Gracq
Bertrand Fillaudeau, qui dirige les éditions José Corti en compagnie de Fabienne Raphoz, nous raconte l'histoire éditoriale des "Manuscrits de guerre" de Julien Gracq qui viennent d'être récemment publiés. L'occasion de mettre en perspective les deux textes qui le constituent dans l'oeuvre et la logique de création de l'auteur du Rivage des Syrtes.








Sur Amazon
à partir de :
18,00 € (neuf)
12,00 € (occasion)

   

Faire découvrir Le Rivage des Syrtes par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (519)

> voir plus

Quiz