Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2266149849
Éditeur : Pocket (2004)


Note moyenne : 4.05/5 (sur 939 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Giovanni Drogo a choisi la carrière des armes. Dans une forteresse oubliée, aux confins de la frontière du Nord, il attendra de longues années, face à l'étendue aride, le début d'une guerre improbable. Jusqu'au jour où les mirages du désert s'animeront.
Traduite ... > Voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (70)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 5.00/5
    Par strummer, le 18 février 2013

    strummer
    Je viens de finir ce roman et j'ai le merveilleux sentiment d'avoir lu un authentique chef d'oeuvre. Ce Désert des Tartares m'a accompagné et hanté par son pessimisme et son côté torturé, puis la fin du livre m'a rassuré tout comme cet aphorisme célèbre de Nietzsche " Tout choix est un renoncement".
    L'histoire est simple : Drogo jeune officier est affecté à un fort non loin du Désert des Tartares, les jours se suivent et se ressemblent, puis deviennent des années etc... (je m'arrête là car sinon je dévoile tout le roman)
    Ce qui m'a frappé (entre autre chose) c'est la maîtrise du récit sur le plan temporel.
    Les personnages sont magnifiques et Drogo pourrait être un cousin germain de Bardamu (la révolte en moins).
    Mais le personnage clé du roman est fait de pierres, de chemin de rondes, de redoutes c'est le fort Bastiani : il parle, il chante, il change et pourtant il est immuable ; sûrement un lointain cousin de l'abbaye du nom de la rose.
    Certains passages rappellent les plus belles heures de "la grande peur dans la montagne". (le ruissellement de l'eau sur les rochers, la course des nuages..)
    Les militaires sont déterminés et en même temps plein de doutes ; ici il n'est pas question d'actes héroïques, de sabre au clair, de champs de bataille, le combat est intérieur et il se livre seul.
    C'est un roman épuré, plein d'aphorismes magnifiques et d'une fantastique sensibilité.

    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          4 60         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par LydiaB, le 10 janvier 2013

    LydiaB
    On a souvent comparé le style de Buzzati à celui de Kafka. Pourtant, il existe bien une différence entre les deux. Certes, l'absurde apparaît chez l'un comme chez l'autre. Cependant, là où Kafka enferme ses personnages sans vraiment leur laisser de marge de manoeuvre, Buzzati leur laisse le choix. Et c'est bien ce qui arrive ici à ce jeune militaire, Giovanni Drogo. Affecté au fort Bastiani, Drogo découvre qu'il est loin de tout. Face à l'édifice, se trouve une vaste étendue appelée "le désert des Tartares", lieu où est censé se trouver l'ennemi. Mais le règlement très codifié du fort ne lui plaît guère, pas plus que l'isolement. Drogo cherche à partir de cette espèce de forteresse...
    Roman de l'attente, roman de l'absurde, le Désert des Tartares est, sans conteste, un véritable chef-d'oeuvre. On tourne les pages frénétiquement et cela m'a fait le même effet que lorsque j'ai lu pour la première fois du Beckett. On aime ou on n'aime pas, mais il faut avouer que ces auteurs n'ont pas leur pareil pour placer le lecteur dans une position d'attente.

    Lien : http://www.lydiabonnaventure.com/litt%C3%A9rature-des-xxe-et-xxie-si..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          2 58         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par lecassin, le 06 septembre 2012

    lecassin
    Giovanni Drogo, fraîchement sorti de l'académie militaire qui forme les officiers reçoit son affectation : la citadelle de Bastiani, dernier rempart avant la frontière d'un territoire ennemi ; au milieu de nulle part, si tant est que le désert puisse être nulle part…
    Le désert des Tartares , premier roman de Dino Buzzati est l'histoire d'une attente. Celle de l'hypothétique attaque de l'Ennemi. L'officier Drogo est là, il veille… L'ennemi est là, lui aussi, tout près …et Drogo le sait …Même sans le voir, il le sent, il l'attend … il est prêt, il ne pourra pas lui échapper…Et Drogo se couvrira de gloire en le repoussant.

    Chacun selon son vécu pourra trouver matière à interprétation, dans la filiation de Kafka, de Camus, voire de Sartre…"Le Désert des Tartares", un roman pesant, puissant, oppressant qui traite de la solitude de l'Homme traversant le désert de sa vie, du sens (ou du non-sens) de celle-ci, de l'obsédante fuite du temps … Bref, un chef d'oeuvre mondialement reconnu comme tel.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 45         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par Arakasi, le 03 septembre 2014

    Arakasi
    « Je m'appelle Zangra et je suis lieutenant.
    Au fort de Belonzio qui domine la plaine.
    D'où l'ennemi viendra qui me fera héros ! »
    Impossible de débuter la lecture du « Désert des Tartares » sans songer à la chanson de Jacques Brel, ce qui n'a rien d'étonnant puisque ladite chanson, « Zangra », a été directement inspirée du roman de Dino Buzzati. Voyez plutôt. Nous sommes au fort de Bastiani, citadelle délabrée et située en marge de toute civilisation. En face s'étend le désert des Tartares, immense étendue de pierre blanche où jadis rôdaient de terribles barbares mais où pas un signe de vie n'a été détecté depuis maintenant des siècles. Pourtant le fort est toujours là et la garnison attend. Qu'attend-elle ? Nul n'a l'air d'en être tout à fait sûr et surtout pas le lieutenant Giovanni Drogo, jeune officier tout droit débarqué de la ville et dans les rêves martiaux s'effritent peu à peu aux murailles poudreuses de Bastiani.
    La vie au fort est si terne, le temps si long, les jours si gris… Alors pourquoi notre jeune lieutenant refuse-t-il sa mutation quand, après quatre pénibles mois de service, le médecin de la citadelle lui propose aimablement de le faire porter pâle pour retourner à la ville ? C'est que Drogo espère et que, tout au fond de lui, il sait. Il sait que, tôt ou tard, apparaitra sur l'étendue blanche du désert un petit point noir, que ce petit point noir grossira pour devenir une tache, puis cette tache deviendra une armée, une armée hurlante et grouillante qui s'abattra sur les murailles de Bastiani. Alors, Drogo se dressera, seul rempart entre la barbarie et la civilisation, il saura se battre et vaincre, et son nom rentrera pour toujours dans l'Histoire de son pays. Qu'importe quelques mois ou quelques années perdus, Drogo n'est-il pas encore jeune ? N'aura-t-il pas le temps, une fois sa gloire assurée, de goûter les plaisirs de la vie et de l'amour ? Regardez-le, notre beau lieutenant ! Regardez-le sur ses remparts, le manteau claquant sur ses épaules et le poing sur la hanche, magnifique et tragiquement inconscient, il attend l'ennemi qui le fera héros.
    Ben, voilà, maintenant j'ai le cafard. Grand merci, monsieur Buzatti, vraiment ! C'est bien gentil de votre part d'écrire des chefs-d'oeuvre, mais pourquoi les faire si tristes, si sombres, si désabusés ? Pas besoin d'avoir la fibre militaire pour s'identifier au malheureux Drogo, tant son histoire est semblable à celles de millions d'autres hommes qui, dans l'attente d'un destin fabuleux mais incertain, laissent leur vie leur glisser entre les doigts. Qui que vous soyez, « le désert des Tartares » vous parlera et vous plombera le moral, car si nous ne pensons pas être des Drogos, nous craignons tous un peu de le devenir un jour… Superbement écrit et franchement désespérant.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          1 29         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par UglyBetty, le 18 juin 2015

    UglyBetty

    L'idée du "Désert des Tartares" serait venue de l'image de l'attente routinière de l'événement chez les journalistes de "la corriere della serra" dont Buzzati, faisait partie.
    Le sergent major Tronk, spécialiste du règlement, est l'incarnation de cet ordre tatillon qui enferme l'individu dans un carcan d'interdits et de devoirs dont il accepte, sans la contester, la règle.
    Et au nom de la règle tous les tromperies sont permises.
    "Ici,c'est comme en exil, il faut bien trouver une sorte de dérivatif, il faut bien espérer quelque chose. quelqu'un s'est monté la tête; on s'est mis à parler des Tartares. Dieu sait qui a été le premier à en parler...".
    Il vaut mieux faire semblant d'y croire, comme bien d'autres...
    Comme Prosdocimo, qui s'obstine à présenter son séjour, comme provisoire après 15 années.
    Le mirage est trop fort et chacun semble y succomber.
    Drogo, plus que les autres, nous donne l'exemple de cette victoire progressive de l'illusion sur la réalité. D'ailleurs, l'illusion de l'héroïsme se confond, pour lui avec l'illusion de départ :
    " peut-être pour se prouver à lui-même qu'il était vraiment libre et tranquille".
    Il croit ou - feint de croire - que l'ennemi finira par arriver,que quatre mois avaient suffi pour l'engluer...".
    Il croit -ou feint de croire- qu'il pourra toujours quitter le fort quand il le voudra.
    Un envoûtement insidieux s'est emparé de lui dans la forteresse Bastiani, comme Hans Castorp, le jeune bourgeois de la montagne magique
    de Thomas Mann a été pris par l''enchantement du sanatorium de Davos.
    Victimes d'une illusion qu'ils contribuent à entretenir, d'un mensonges dont ils sont dupes, d'un malentendu qui brouille la réalité.
    Les personnage du désert des Tartares et Giovanni Drogo, plus particulièrement, semblent se débattre dans un mode d'erreurs...
    Illustrations métonymiques, d'une erreur essentielle qui est celle de l'homme et de son comportement face à la vie.
    Il ne s'agit pas là de glisser en arrière plan des circonstances favorables à l'erreur, mais de recentrer l'intérêt sur la question ontologique de l'identité de l'homme et de sa place dans l'univers.
    Selon Dino Buzzati, l'homme "est une créature erronée
    Les tartares, un mensonge? le désert, un mirage? L'attaque, un mythe? Qu'importe car ces figures de l'erreur sont indispensables au précaire équilibre qui unit l'homme au monde.
    Buzzati rejoint Camus dans l'illustration du thème de l'absurde et exprime son obsession du temps "qui passe et qui dévore" et de la désillusion qui arrive toujours.
    Triste consolation, mais c'est bien au moment de la mort que les hommes comprennent les choses, un peu comme "Le K" du pêcheur Stéfano, qui a fui toute sa vie le poisson monstrueux, alors que celui-ci tenait à lui délivrer la clé de l'existence.
    Et Brel chanta Zingras...
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 26         Page de la critique

> voir toutes (46)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par genou, le 02 novembre 2013

    Jusqu’alors, il avait avancé avec l’insouciance de la première jeunesse, sur une route qui, quand on est enfant, semble infinie, où les années s’écoulent lentes et légères, si bien que nul ne s’aperçoit de leur fuite. On chemine placidement, regardant avec curiosité autour de soi, il n’y a vraiment pas besoin de se hâter, derrière vous personne ne vous presse, et personne ne vous attend, vos camarades aussi avancent sans soucis, s’arrêtant souvent pour jouer. Du seuil de leurs maisons, les grandes personnes vous font des signes amicaux et vous montrent l’horizon avec des sourires complices ; de la sorte, le cœur commence à palpiter de désirs héroïques et tendres, on goûte l’espérance des choses merveilleuses qui vous attendent un peu plus loin ; on ne les voit pas encore, non, mais il est sûr, absolument sûr qu’un jour on les atteindra.

    Est-ce encore long ? Non, il suffit de traverser ce fleuve, là-bas, au fond, de franchir ces vertes collines. Ne serait-on pas, par hasard, déjà arrivé ? Ces arbres, ces prés, cette blanche maison ne sont-ils pas peut-être ce que nous cherchions ? Pendant quelques instants, on a l’impression que oui, et l’on voudrait s’y arrêter. Puis l’on entend dire que, plus loin, c’est encore mieux, et l’on se remet en route, sans angoisse.

    De la sorte, on poursuit son chemin, plein d’espoir ; et les journées sont longues et tranquilles, le soleil resplendit haut dans le ciel et semble disparaître à regret quand vient le soir.

    Mais, à un certain point, presque instinctivement, on se retourne et l’on voit qu’un portail s’est refermé derrière nous, barrant le chemin de retour. Alors, on sent que quelque chose est changé, le soleil ne semble plus immobile, il se déplace rapidement ; hélas ! on n’a pas le temps de le regarder que, déjà, il se précipite vers les confins de l’horizon, on s’aperçoit que les nuages ne sont plus immobiles dans les golfes azurés du ciel, mais qu’il fuient, se chevauchant l’un l’autre, telle est leur hâte ; on comprend que le temps passe et qu’il faudra bien qu’un jour la route prenne fin.

    A un certain moment, un lourd portail se ferme derrière nous, il se ferme et est verrouillé avec la rapidité de l’éclair, et l’on n’a pas le temps de revenir en arrière. Mais, à ce moment-là, Giovanni Drogo dormait ignorant, et dans son sommeil, il souriait, comme le font les enfants.

    Bien des jours passeront avant que Drogo ne comprenne ce qui est arrivé. Ce sera alors comme un réveil. Il regardera autour de lui, incrédule ; puis il entendra derrière lui un piétinement, il verra les gens, réveillés avant lui, qui courront inquiets et qui le dépasseront pour arriver avant lui. Il entendra les pulsations du temps scander avec précipitation la vie. Aux fenêtres, ce ne seront plus de riantes figures qui se pencheront, mais des visages immobiles et indifférents. Et s’il leur demande combien de route il reste encore à parcourir, on lui montrera bien encore d’un geste l’horizon, mais sans plus de bienveillance ni de gaieté. Cependant, il perdra de vue ses camarades, l’un demeuré en arrière, épuisé, un autre qui fuit en avant de lui et qui n’est plus maintenant qu’un point minuscule à l’horizon.

    Passé ce fleuve, diront les gens, il y a encore dix kilomètres à faire et tu seras arrivé. Au lieu de cela, la route ne s’achève jamais, les journées se font toujours plus courtes, les compagnons de voyage toujours plus rares, aux fenêtres se tiennent des personnages apathiques et pâles qui hochent la tête.

    Jusqu’à ce que Drogo reste complètement seul et qu’à l’horizon apparaisse la ligne d’une mer démesurée, immobile, couleur de plomb. Désormais, il sera fatigué, les maisons le long de la route auront presque toutes leurs fenêtres fermées et les rares personnes visibles lui répondront d’un geste désespéré : ce qui était bon était en arrière, très en arrière, et il était passé devant sans le savoir. Oh ! il est trop tard désormais pour revenir sur ses pas, derrière lui s’amplifie le grondement de la multitude qui le suit, poussée par la même illusion, mais encore invisible sur la route blanche et déserte.

    A présent, Giovanni Drogo dort à l’intérieur de la troisième redoute. Il rêve et il sourit. Pour la dernière fois, viennent à lui, dans la nuit, les douces images d’un monde totalement heureux. Gare à lui s’il pouvait se voir lui-même, tel qu’il sera un jour, là où finit la route, arrêté sur la rive de la mer de plomb, sous un ciel gris et uniforme, et sans une maison, sans un arbre, sans un homme alentour, sans même un brin d’herbe, et tout cela depuis des temps immémoriaux.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          1 9         Page de la citation

  • Par LydiaB, le 10 janvier 2013

    Le soir même le lieutenant Morel conduisit en cachette Drogo sur le chemin de ronde pour lui permettre de voir le désert. Et Drogo pu contempler le monde du septentrion, la lande inhabitée à travers laquelle, disait-on, les hommes n'étaient jamais passés. Jamais, de par-là, n'était venu l'ennemi, jamais on n'y avait combattu, jamais rien n'y était arrivé.

    Plus tard, seul dans sa chambre, Drogo comprenait ce qu'était la solitude et il pensait aux factionnaires qui, à quelques mètres de lui, marchaient de long en large, tels des automates, sans s'arrêter jamais pour reprendre haleine. Ils étaient des dizaines et des dizaines à être réveillés, ces hommes, tandis que lui était étendu sur son lit, tandis que tout semblait plongé dans le sommeil. Des dizaines et des dizaines, se disait Drogo, mais pour qui, pour quoi ?
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 36         Page de la citation

  • Par Rafaell3, le 31 mars 2012

    Le temps passait, toujours plus rapide ; son rythme silencieux scande la vie, on ne peut s' arrêter même un seul instant, même pas pour jeter un coup d'oeil en arrière. " Arrête ! Arrête ! " voudrait-on crier, mais on se rend compte que c'est inutile. Tout s'enfuit, les hommes, les saisons, les nuages ; et il est inutile de s'agripper aux pierres, de se cramponner au sommet d'un quelconque rocher, les doigts fatigués se desserrent, les bras retombent inertes, on est toujours entraîné dans ce fleuve qui semble lent, mais qui ne s'arrête jamais
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 23         Page de la citation

  • Par dourvach, le 29 mars 2014

    Les fantômes, naguère aimables, n'étaient donc pas venus jouer avec les rayons de lune, ils n'étaient pas sortis, innocentes créatures, de jardins parfumés, mais ils venaient de l'abîme.

    Les autres enfants eussent pleuré, ils eussent appelé leur mère, mais Angustina, lui, n'avait pas peur et conversait placidement avec les esprits, comme pour établir certaines modalités qu'il était nécessaire de préciser. Serrés autour de la fenêtre, semblables à une guirlande d'écume, ils se chevauchaient l'un l'autre, se poussant vers l'enfant, et celui-ci faisait oui de la tête, comme pour dire : bien, bien, tout est parfaitement d'accord. A la fin, l'esprit qui, le premier, avait aggripé l'appui de la fenêtre, peut-être était-ce le chef, fit un geste impérieux. Angustina, toujours de son air ennuyé, enjamba l'appui de la fenêtre (il semblait déjà devenu aussi léger que les fantômes) et s'assit dans le petit palanquin, croisant les jambes en grand seigneur. La grappe de fantôme se défit dans un ondoiement de voiles et le véhicule enchanté s'éleva doucement.

    ("Le Désert des Tartares" : extrait du chapitre XI de l'Intégrale des "Romans et nouvelles", page 223, traduction de Michel Arnaud)

    (Résumé : en poste au fort Bastiani depuis quelques années, le lieutenant Drogo fait un étrange rêve prémonitoire... Se revoyant enfant, il assiste - depuis la fenêtre d'un palais enchanté - au départ "dans les cieux" de son camarade Angustina, lui-même redevenu enfant... Angustina mourra dans les neiges un peu plus tard... et surtout, ni lui ni Drogo n'auront l'occasion de "se couvrir de gloire" en défendant leur avant-poste cerné par la cavalerie et l'infanterie tartares... )
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la citation

  • Par pile, le 27 août 2011

    Jusqu’alors, il avait avancé avec l’insouciance de la première jeunesse, sur une route qui, quand on est enfant, semble infinie, où les années s’écoulent lentes et légères, si bien que nul ne s’aperçoit de leur fuite. On chemine placidement, regardant avec curiosité autour de soi, il n’y a vraiment pas besoin de se hâter, derrière vous personne ne vous presse, et personne ne vous attend, vos camarades aussi avancent sans soucis, s’arrêtant souvent pour jouer. Du seuil de leurs maisons, les grandes personnes vous font des signes amicaux et vous montrent l’horizon avec des sourires complices ; de la sorte, le cœur commence à palpiter de désirs héroïques et tendres, on goûte l’espérance des choses merveilleuses qui vous attendent un peu plus loin ; on ne les voit pas encore, non, mais il est sûr, absolument sûr qu’un jour on les atteindra.

    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 12         Page de la citation










Sur Amazon
à partir de :
4,70 € (neuf)
4,75 € (occasion)

   

Faire découvrir Le Désert des Tartares par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (1954)

> voir plus

Quiz