AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2020147270
Éditeur : Editions du Seuil (1992)

Note moyenne : 3.6/5 (sur 40 notes)
Résumé :

« Cytomégalovirus. Depuis deux jours, j'avais du mal à lire, de plus en plus de mal. Soudain je fermai mon oeil gauche : les caractères d'imprimerie au-dessous de la ligne gondolée que je déchiffrais avec difficulté étaient effacés, tout le bas de la page était vierge. » - H.G. « Les mots sont victorieux », écrivait Hervé Guibert. Cytomégalovirus, texte paru en janvier 1992, ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
madameduberry
18 octobre 2013
  • 5/ 5
Ce journal restitue la souffrance personnelle de l'auteur, mais aussi sa protestation.J'ai aimé la concision volontaire du style, sec comme un coup de trique. Hervé Guibert a un sens aigu de l'inhumain ,il le débusque et le décrit sans fioritures. Atteint d'une maladie opportuniste alors qu'il lutte depuis des mois contre le SIDA, il passe brusquement dans l'univers des malades à temps plein. Son corps est doublement attaqué, par le virus, et par les techniques invasives qui doivent lutter contre l'agresseur.
L'écriture est comme une lutte contre la montre, avec la menace de perdre la vue , donc de ne plus pouvoir écrire.
Transformé en corps nu livré à la médecine,,dépouillé de des insignes "civils" et individuels, et menacé d'être affublé d'une chemise ouverte pour traverser tout l'hôpital afin de subir des examens, il refuse tout net et va frapper à la porte de ce service en tenue de ville, son chapeau sur la tête. Sidération du manipulateur radio, mais confirmation que "la chemise n'avait aucune utilité, que l'humiliation".
Quiconque a eu à lutter contre la déshumanisation créée par certaines pratiques archaïques lors de prises en charges hospitalières, remerciera Hervé Guibert d'avoir su les isoler et les décrire de cette façon .A la fois exutoire,revanche et catharsis, l'écriture lui permet aussi de recouvrer sa dignité humaine.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
anyways
04 août 2012
  • 4/ 5
J'ai toujours trouvé que la forme du journal convenait particulièrement bien à l'expression de la souffrance, et surtout à celle qui gravite autour des hôpitaux. C'est en lisant et adorant Une femme, d'Annie Ernaux, que je m'en suis rendue compte.
La souffrance morcelle, cisèle, fait rompre le fil. Et elle maintient dans une habitude d'écriture.
Cytomégalovirus est un ouvrage qui témoigne du courage, mais aussi de la peur presque ineffable face à la mort. C'est un hymne à l'humanité et à la dignité.
L'écriture est sincère, tour à tour cynique, altruiste et toujours directe.
Extrêmement émouvant.
Commenter  J’apprécie          100
Nathaniell
25 juin 2013
  • 4/ 5
Très court, trop court. Ce journal d'hospitalisation sent un peu l'inédit, publié un mois à peine après la mort de Guibert, par une édition du seuil qui, comme toutes les autres, ne crache jamais sur une publicité gratuite, aussi macabre qu'elle soit.
Une fois cela dit, on peut commencer à regarder un peu en profondeur.
Tout d'abord c'est Guibert. Ce n'est pas simplement pour jeter un nom comme cela, c'est que cela implique une distance par rapport à lui-même, comme un humour et un esthétisation de tout.
C'est Guibert et si cela ne garantis pas une haute qualité (c'est bien inférieur à mes lectures précédentes de lui), cela sous-entends que ce journal d'hospitalisation ne sera pas qu'un enchaînement factuel de détails déprimants.
Guibert devient pointilleux, il devient humain, et cela en devient presque étrange.
Après, au milieu des plaintes il y a aussi cela:
"C'est peut-être très beau une veine qui éclate : un jaillissement qui en met partout, un sang d'artifice bien rouge, un bouquet de sang. Dès que j'y pense, mon sang se met à bouillonner dans les tubulures de plastique. Non, ce n'est pas un éclatement de la veine, mais un reflux de sang.
Et rien que pour ces quelques lignes, cela vaut le coup.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
mariech
28 octobre 2011
  • 4/ 5
Emouvant ! Témoignage d'un journaliste qui est mort du sida .
J'ai beaucoup aimé ce livre qui nous montre sans complaisance ce qu'il nous arrive lorsque nous sommes malades , dépendants des infirmiers et des médecins , alors que peu de temps auparavant , on était en bonne santé .
La déchéance de ce corps encore jeune est effroyable , malgré ça , l'auteur ne fait jamais de voyeurisme .
Un témoignage très émouvant sur cette sale maladie .
Commenter  J’apprécie          62
Scrat
18 février 2015
  • 3/ 5
Sans contexte évidemment, le texte n'est pas très exaltant (en dehors de cette écriture crue qui vaut de toute façon le détour) mais avec les infos sur l'intertextualité des oeuvres de Guibert, ça devient vite très émouvant.
Ce journal d'hospitalisation annonce vraiment les événements qu suivront dans la vie de l'auteur, soit sa tentative de suicide et sa mort, environ deux mois après. Ce journal c'est celui d'un homme qui abandonne doucement, qui cède la place à la maladie.
Un point final présentit, d'une vie et d'une oeuvre.
Commenter  J’apprécie          10
Citations & extraits (22) Voir plus Ajouter une citation
coco4649coco464926 octobre 2015
L'autre matin, un brancardier qui vient
m'emmener en ophtalmo alors que je n'ai pas
besoin de lui puisque je peux marcher seul est
excessivement irrité par mon chapeau bleu, il
veut me le faire retirer, il dit : « Vous n'avez pas
besoin de ça pour aller en ophtalmo.» Je lui dit :
« Qu'est-ce qu'il a bien pu vous faire, mon cha-
peau ? » Il rechigne toujours. J'arrive à le calmer
en lui donnant la fausse clé de l'énigme : « Je
caille du crâne. »

p.86
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
mandarine43mandarine4329 octobre 2011
Un séjour à l'hôpital, c'est comme un très long voyage en un défilé ininterrompu de gens, de distribution ou de rituels, pour remplir le temps. Il n'y a même plus de nuit.

L'hôpital, c'est l'enfer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
mandarine43mandarine4304 novembre 2011
Certaines aides-soignantes ont une tactique : elles tirent une telle tronche quand on les sonne pour un service minuscule et nécessaire qu'ensuite on préfère nager dans sa diarrhée plutôt que de revoir une aussi sale tronche, lasse et débilitante, presque méchante parfois.
Commenter  J’apprécie          80
mandarine43mandarine4331 octobre 2011
Quand on entre dans le service de réanimation, à cause des machines, des bruits, des bip-bip fracassants, des portes ouvertes, des cavalcades dans le couloir, des cris des infirmières qui appellent à l'aide, on se dit d'abord que c'est un nouvel enfer. Ensuite je me dis que ça me semble un endroit idéal pour mourir, il en faut.
Commenter  J’apprécie          60
coco4649coco464927 octobre 2015
« Mais qu'est-ce que vous en faites, de tous ces
thermomètres qu'on vous laisse ? », me demande
le beau grand gaillard au minuscule brillant à
l'oreille. « Je les mange. » Il me dit : « Alors vous,
c'est le mercure, votre truc ? »

Un tout petit peu amoureux du garçon aux
thermomètres. C'est agréable. Il est gai.

p.87
Commenter  J’apprécie          40
Videos de Hervé Guibert (12) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Hervé Guibert
Frédéric Andrau - Hervé Guibert ou Les morsures du destin .Frédéric Andrau vous présente son ouvrage "Hervé Guibert ou Les morsures du destin" aux éditions Séguier. Rentrée littéraire automne 2015. Retrouvez le livre : http://www.mollat.com/livres/andrau-frederic-herve-guibert-les-morsures-destin-9782840496946.html Notes de Musique : Storyteller by Jahzzar. Free Musique Archive. www.mollat.com Retrouvez la librairie Mollat sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat You Tube : https://www.youtube.com/user/LibrairieMollat Dailymotion : http://www.dailymotion.com/user/Librairie_Mollat/1 Vimeo : https://vimeo.com/mollat Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Tumblr : http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Blogs : http://blogs.mollat.com/
+ Lire la suite
Dans la catégorie : Malades physiquesVoir plus
>Problèmes et services sociaux. Associations>Problèmes sociaux>Malades physiques (105)
autres livres classés : sidaVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
1256 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre