Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2020147270
Éditeur : Editions du Seuil (1992)


Note moyenne : 3.73/5 (sur 22 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :

« Cytomégalovirus. Depuis deux jours, j'avais du mal à lire, de plus en plus de mal. Soudain je fermai mon oeil gauche : les caractères d'imprimerie au-dessous de la ligne gondolée que je déchiffrais avec difficulté éta... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (7)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 5.00/5
    Par madameduberry, le 18 octobre 2013

    madameduberry
    Ce journal restitue la souffrance personnelle de l'auteur, mais aussi sa protestation.J'ai aimé la concision volontaire du style, sec comme un coup de trique. Hervé Guibert a un sens aigu de l'inhumain , le débusque et le décrit sans fioritures. Atteint d'une maladie opportuniste alors qu'il lutte depuis des mois contre le SIDA, il passe brusquement dans l'univers des malades à temps plein. Son corps est doublement attaqué, par le virus, et par les techniques invasives qui doivent lutter contre l'agresseur.
    L'écriture est comme une lutte contre la montre, avec la menace de perdre la vue , donc de ne plus pouvoir écrire.
    Transformé en corps nu livré à la médecine,,dépouillé de des insignes "civils" et individuels, et menacé d'être affublé d'une chemise ouverte pour traverser tout l'hôpital afin de subir des examens, il refuse tout net et va frapper à la porte de ce service en tenue de ville, son chapeau sur la tête. Sidération du manipulateur radio, mais confirmation que "la chemise n'avait aucune utilité, que l'humiliation".
    Quiconque a eu à lutter contre la déshumanisation créée par certaines pratiques archaïques lors de prises en charges hospitalières, remerciera Hervé Guibert d'avoir su les isoler et les décrire de cette façon .A la fois exutoire,revanche et catharsis, l'écriture lui permet aussi de recouvrer sa dignité humaine.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par anyways, le 04 août 2012

    anyways
    J'ai toujours trouvé que la forme du journal convenait particulièrement bien à l'expression de la souffrance, et surtout à celle qui gravite autour des hôpitaux. C'est en lisant et adorant Une Femme, d'Annie Ernaux, que je m'en suis rendue compte.
    La souffrance morcelle, cisèle, fait rompre le fil. Et elle maintient dans une habitude d'écriture.
    Cytomégalovirus est un ouvrage qui témoigne du courage, mais aussi de la peur presque ineffable face à la mort. C'est un hymne à l'humanité et à la dignité.
    L'écriture est sincère, tour à tour cynique, altruiste et toujours directe.
    Extrêmement émouvant.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 9         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par Nathaniell, le 25 juin 2013

    Nathaniell
    Très court, trop court. Ce journal d'hospitalisation sent un peu l'inédit, publié un mois à peine après la mort de Guibert, par une édition du seuil qui, comme toutes les autres, ne crache jamais sur une publicité gratuite, aussi macabre qu'elle soit.
    Une fois cela dit, on peut commencer à regarder un peu en profondeur.
    Tout d'abord c'est Guibert. Ce n'est pas simplement pour jeter un nom comme cela, c'est que cela implique une distance par rapport à lui-même, comme un humour et un esthétisation de tout.
    C'est Guibert et si cela ne garantis pas une haute qualité (c'est bien inférieur à mes lectures précédentes de lui), cela sous-entends que ce journal d'hospitalisation ne sera pas qu'un enchaînement factuel de détails déprimants.
    Guibert devient pointilleux, il devient humain, et cela en devient presque étrange.
    Après, au milieu des plaintes il y a aussi cela:
    "C'est peut-être très beau une veine qui éclate : un jaillissement qui en met partout, un sang d'artifice bien rouge, un bouquet de sang. Dès que j'y pense, mon sang se met à bouillonner dans les tubulures de plastique. Non, ce n'est pas un éclatement de la veine, mais un reflux de sang.
    Et rien que pour ces quelques lignes, cela vaut le coup.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par mariech, le 28 octobre 2011

    mariech
    Emouvant ! Témoignage d'un journaliste qui est mort du sida .
    J'ai beaucoup aimé ce livre qui nous montre sans complaisance ce qu'il nous arrive lorsque nous sommes malades , dépendants des infirmiers et des médecins , alors que peu de temps auparavant , on était en bonne santé .
    La déchéance de ce corps encore jeune est effroyable , malgré ça , l'auteur ne fait jamais de voyeurisme .
    Un témoignage très émouvant sur cette sale maladie .
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          2 5         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par MonsieurTouki, le 06 janvier 2013

    MonsieurTouki
    Que ce livre est morbide !
    Quinze jours d'hospitalisation raconté par l'hospitalisé, l'auteur, Hervé Guibert. Un récit tellement vrai qu'il en est gênant. L'auteur narre sa propre maladie. La douleur se ressent à travers la plume, son fameux port-à-cath fait mal, il triture notre esprit comme il triture son corps.
    La douleur ressentie se transforme finalement en dégoût, au sens littéral. Une sérieuse envie de vomir me saisit parfois lors de la lecture mais heureusement, quelques pointes d'humour, bouffées d'air frais, l'annihilent.
    Au délà de l'humour, le cynisme est omniprésent : « On n'entend que ça ici : « Bon appétit », « Bonne journée », « Bon week-end », « Bon repos », « Bonnes vacances », jamais « Bon décès ». » Personnellement, cela me fait exploser d'un rire gras.
    Je conseille vivement cette lecture, pour l'auteur, pour vous, pour le ressenti, fort. Rassurez-vous, l'histoire ne dure que quinze jours et l'auteur n'a pas la force d'écrire quotidiennement. Glauque.
    Finem Spicere,
    Monsieur Touki.

    Lien : http://monsieurtouki.wordpress.com/2012/12/18/cytomegalovirus-dherve..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la critique

> voir toutes (19)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par mandarine43, le 04 novembre 2011

    Certaines aides-soignantes ont une tactique : elles tirent une telle tronche quand on les sonne pour un service minuscule et nécessaire qu'ensuite on préfère nager dans sa diarrhée plutôt que de revoir une aussi sale tronche, lasse et débilitante, presque méchante parfois.

    Commenter     J’apprécie          0 7         Page de la citation

  • Par mandarine43, le 31 octobre 2011

    Quand on entre dans le service de réanimation, à cause des machines, des bruits, des bip-bip fracassants, des portes ouvertes, des cavalcades dans le couloir, des cris des infirmières qui appellent à l'aide, on se dit d'abord que c'est un nouvel enfer. Ensuite je me dis que ça me semble un endroit idéal pour mourir, il en faut.

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la citation

  • Par mandarine43, le 29 octobre 2011

    Un séjour à l'hôpital, c'est comme un très long voyage en un défilé ininterrompu de gens, de distribution ou de rituels, pour remplir le temps. Il n'y a même plus de nuit.

    L'hôpital, c'est l'enfer.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la citation

  • Par Madimado, le 28 novembre 2010

    On n’entend que ça ici : « Bon appétit », « Bonne journée », « Bon week-end », « Bon repos », « Bonnes vacances », jamais « Bon décès ».

    Commenter     J’apprécie          0 7         Page de la citation

  • Par mandarine43, le 03 novembre 2011

    Il se crée, au moment de la souffrance intense exercée par le médecin sur le malade, curieusement, un sentiment d'amour et de respect que je crois réciproque. La souffrance a quelque chose de sacré. Le médecin qui a fait souffrir et le malade qui a souffert deviennent des sortes d'amis, de complices, mais il y a la pudeur.

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la citation










Sur Amazon
à partir de :
9,69 € (neuf)
0,01 € (occasion)

   

Faire découvrir Cytomégalovirus : Journal d'hospitalisation par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Quiz