AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2266115006
Éditeur : Pocket (2001)

Note moyenne : 4.16/5 (sur 257 notes)
Résumé :
C'est à Londres, en 1943, que Joseph Kessel, conteur inégalable et premier chroniqueur de notre temps, a écrit "L'armée des ombres", qui n'est pas seulement l'un de ses chefs-d’œuvre mais le roman-symbole de la Résistance que l'auteur présente ainsi : "La France n'a plus de pain, de vin, de feu. Mais surtout elle n'a plus de lois. La désobéissance civique, la rébellion individuelle ou organisée sont devenues devoirs envers la patrie [...]

Jamais la Fr... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.fr
Critiques, Analyses & Avis (37) Voir plus Ajouter une critique
zwyns
zwyns17 février 2016
  • Livres 5.00/5
Un portrait de la Résistance Françaises à ses débuts.Dans ce magnifique roman Joseph Kessel nous parle peu de l'organisation de celle-ci,et des grosses têtes qui la couvrent.
Il s'attarde plus sur les tâcherons ;si je puis utiliser ce terme quelque peu réducteur; qui vont faire le noyau de ce Résistance.
Des femmes,des hommes,qui issus de tous milieux vont affronter avec courage,la Gestapo et la sinistre Milice de Doriot.
Si ,les principaux dirigeants organisent tout depuis le Royaume_Uni,les petites mains à l'oeuvre sur
le Continent ,tels radios ,sauveteurs d'aviateurs Alliés,espions Français de l'Organisation Todt,liquidateurs de traîtres ou personnes ayant trop parlé,saboteurs d'installations Allemandes,messagers....et j'en passe ont donnés à la France souvent sans reconnaissance de sa part.Encore une fois Kessel,nous a ébloui par la simpliçité de son texte,par son ton dramatique.
Un livre à faire lire aux ados,et même au vieux,pour nous replonger dans cette période particulièrement de cette période noire de l'Europe;
+ Lire la suite
Commenter    J’apprécie          522
IreneAdler
IreneAdler12 novembre 2012
  • Livres 5.00/5
Des hommes qui vont à la mort en chantant. Des femmes, qui d'agent de liaison, deviennent chef de maquis. Des personnes que tout oppose, classe sociale, opinions politiques, éducation, se lient d'amitié, font des "coups", s'évadent, sont exécutées, torturées. Se trahissent parfois, parce qu'ils ne sont que des hommes et ont des points faibles.
L'Occpation a réveillé l'instinct de survie physique et psychologique, l'animal en chaque homme. Un sursaut de conscience face à l'horreur nazie.
Même si Kessel ne rapporte les actions que d'un seul groupe, c'est toute la Résistance qui est ici saluée, honorée par un texte écrit par un résistant, pendant la guerre.
La Résistance pendant qu'elle se bat, s'invente, se mythifie.
Commenter    J’apprécie          400
Ancolie
Ancolie04 juillet 2012
  • Livres 4.00/5
Quel précieux roman que celui-ci. Ecrit en 1943, il nous apporte un témoignage sur la résistance française face à l'occupant au début de la seconde guerre mondiale. Nous suivons le parcours d'hommes et de femmes qui décident de défendre leur patrie et s'ils sont ordinaires, il en ressort que leurs actions sont extraordinaires. Femmes au foyer, garagistes, policiers, rentiers, curés de campagne,… les résistants sont de tous bords, de tous genres. Sabotages, courriers, refuges, assassinats,… toutes les actions sont nécessaires et salutaires pour l'armée de l'ombre. La lutte pour la liberté a malheureusement un prix que tous acceptent de payer : emprisonnement, torture, suicide, condamnation à mort.
L'intérêt de ce roman qui finalement n'en est pas vraiment un – on pourrait plutôt parler de « roman-reportage » - est de plonger au coeur de la résistance et cela sans recul, tout est pris au vif et il en ressort une grande sincérité et une force incroyable. Un texte à lire et à relire.
Commenter    J’apprécie          290
Pingouin
Pingouin23 avril 2012
  • Livres 5.00/5
Nous nous sommes tous un jour ou l'autre questionné à ce sujet, pas toujours en imaginant le même contexte, mais la question intrinsèque reste la même : "Et moi, qu'aurais-je fait ?".
Voilà ce qu'eux ont fait, tous ces résistants, ceux-là qui forment une partie de la fierté de la France ; ceux-là qui ne se sont pas tus lorsque tout les y incitait ; ceux-là qui couraient à une mort certaine afin de conserver la fierté et la liberté que beaucoup d'autres avaient troqué juste pour avoir la possibilité de vivoter tranquillement dans la honte qui, au vu des actions de la résistance, les entachait pour le reste de leur vie ; ceux-là forment L'Armée des ombres, et ce livre nous conte quelques unes de leurs histoires.
Le roman est formé en trois parties, la première sous forme de roman classique, l'on passe ensuite à une longue série où de simples "notes" s'enchaînent, parfois des anecdotes sans aucun lien avec les précédentes, mais qui ont au moins le mérite d'être véridiques -dans la limite du possible, il ne faut pas omettre le fait que ce livre a été écrit en 1943, de fait et pour des raisons évidentes et nécessaires d'anonymat, les noms et lieues ont été modifiés-, puis la troisième partie qui se rapproche de la première dans la forme.
Écrit dans un style agréable sans être simple, c'est un enchaînement de fierté -d'être Français-, de joie -de constater la survie d'un personnage que l'on apprécie-, de peine -d'accepter la mort d'un que l'on apprécie également-, de surprise -d'apprendre la fierté et la bonté de l'être humain, comme sa petitesse et sa méchanceté, selon la situation- et d'intérêt -tout cela reste passionnant du début à la fin. C'est un livre dur, le fait de se dire que tout ce qui y est exposé peut-être considéré comme la réalité nous confisque la phrase de secours "c'est de la fiction" et nous oblige à regarder cette première en face, aussi dur et gratifiant que cela puisse être.
J'y ai appris énormément de choses, sur la résistance d'abord, sur la nature humaine ensuite, les différentes citations extraites de sa lecture et disponibles un peu plus bas vous permettront d'en avoir un aperçu correct.

J'ai vraiment été bouleversé et je referme ce livre avec une fierté de mon pays et de mes ancêtres renouvelée. Un court et grand livre.
+ Lire la suite
Commenter    J’apprécie          200
litolff
litolff16 septembre 2011
  • Livres 5.00/5
Un hommage magnifique à tous ces combattants de l'ombre dont a été Kessel, à tous les résistants, les jeunes, les vieux, les femmes, les naïfs, les exaltés, les intrépides et les revanchards... La fraternité et la compassion éclairent ce texte qui, ainsi que l'a souhaité l'auteur, permet d'apprécier l'extraordinaire courage, la force de caractère et la détermination qui animaient ces hommes et ces femmes, prêts à l'ultime sacrifice pour sauvegarder l'indépendance de la France.
Dans un style vif et sec, alerte, presque journalistique, parfois télégraphique, un texte vibrant et salutaire pour faire vivre de l'intérieur le quotidien d'un réseau de résistance, d'en faire ressentir les enjeux de chaque instant, les craintes, les angoisses, le pessimisme, les aléas de motivation, la noirceur, mais également l'ambition, l'orgueil, l'espoir.
Un livre très fort et émouvant.
Commenter    J’apprécie          260
Citations & extraits (72) Voir plus Ajouter une citation
dgwickertdgwickert28 avril 2016
Ils obéissent à Vichy, au maréchal. Ils n'ont pas appris à réfléchir.
Mais les autres, ceux qui en remettent, ceux qui travaillent à plein bras, à plein coeur contre les patriotes. Ceux là, bon sang...Ceux là....
Commenter    J’apprécie          40
dgwickertdgwickert27 avril 2016
Nous avions un camarade qui devenait facilement bossu. Il avait l'air si pitoyable que souvent dans le métro les Allemands lui cédaient leur place. Il s'asseyait avec mille précautions. Il portait beaucoup de choses dans sa bosse.
Commenter    J’apprécie          93
dgwickertdgwickert27 avril 2016
"Encore une seconde et je termine le télégramme."
"Allez y."
Le camion arrivait.
"Filez avec le poste dans le bois."
Jean François hésitait, il ne voulait pas laisser deux femmes seules. Les gens de la Gestapo descendaient du camion.
"C'est un ordre" a dit Mathilde. Quand les policiers allemands sont entrés dans la ferme, ils ont trouvé deux femmes en noir, silencieuses, qui tricotaient.
Commenter    J’apprécie          40
dgwickertdgwickert27 avril 2016
Louis H. calcule que sur quatre cents membres qui au début formaient leur groupe, il en reste cinq qui sont encore en vie ou en liberté.
Commenter    J’apprécie          70
dgwickertdgwickert27 avril 2016
Madeleine et la femme de Félix sont arrêtées. Dénonciation d'un milicien. Mathilde l'a condamné.
Commenter    J’apprécie          100
Videos de Joseph Kessel (38) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Joseph Kessel
Joseph Kessel, témoin parmi les hommes. Entretiens avec Paul Guimard
autres livres classés : résistanceVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Mais si, vous connaissez Joseph Kessel !

Avec son neveu, il est l'auteur des paroles d'un hymne à la révolte et à la résistance écrit à Londres dans les années 40 :

L'affiche rouge
Potemkine
Le chant des partisans

10 questions
91 lecteurs ont répondu
Thème : Joseph KesselCréer un quiz sur ce livre
. .