Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2246726212
Éditeur : Grasset (2009)


Note moyenne : 3.64/5 (sur 122 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Après avoir été journaliste à la Voix du Nord, Marcel Frémaux est devenu biographe familial. "Toute vie mérite d'être racontée", disent ses publicités, et c'est pour cela que ses clients se confient à lui. Il les écoute, met en forme leurs souvenirs, les rédige puis fai... > voir plus
Lire un extrait Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (31)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 4.00/5
    Par carre, le 19 juillet 2012

    carre
    Encore du bon avec Chalandon, en plus sa rime. Un écrivain public sur la demande d'une cliente rencontre le père de celle-ci pour mettre sur papier son passé de résistant. Mais très vite Fremaux doute de la véracité des propos de son client. Lui qui espérait à travers Bauzaboc retrouver l'héroïsme secret de son propre père, et mettre des réponses sur les non-dits paternels, ressent un profond malaise. Que ça soit à travers Tyrone Meahan (dans les remarquables « Mon traitre » et « Retour à Killibegs ») ou dans celle de ce vieux monsieur qui n'a cesser de raconter ces exploits fictifs à sa fille admirative et demandeuse, Chalandon interroge la mémoire et sa transmission. Avec une question fondamentale, qu'elle est la place de la vérité et celle de la fiction lorsque le doute s'installe ? Comment ne pas salir ceux qui ont vraiment mis leur vie en danger pour un idéal ?
    Le roman de Sorj Chalandon m'a rappelé un peu celui de Jean-François Deniau « Un Héros très discret » sur sa trame de départ. Se fabriquer un passé héroïque pour un avenir plus acceptable.
    Chalandon tisse de livre en livre une œuvre profondément cohérente, cette « légendes de nos pères » n'échappe pas à la règle. L'écriture est talentueuse, intense remarquablement prenante. Un livre qui mérite notre admiration. C'est devenu une habitude.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 28         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par joedi, le 14 novembre 2014

    joedi
    Une fois de plus Sorj Chalandon m'a comblée ; ses mots sont poésie, ses phrases musicalité, son roman honore la Résistance et la filiation.
    Nous sommes le 17 novembre 1983, Marcel a vingt-sept ans, c'est l'enterrement de son père, Pierre Frémaux, Brumaire de son nom de résistant.
    «Ce fut ce jour-là, regardant les drapeaux et la panthère rouge, observant un à un les trois partisans, écoutant Tristan et ses larmes de pluie, que je fus orphelin. Vraiment. de père et de mère. Mon père était comme mort avant d'entrer en terre. Ma mère allait mourir de l'y avoir conduit. de lui et d'elle resteraient un enfant sans lumière, un autre sans empreinte.»
    [Lucas, frère de Marcel, est devenu aveugle dix ans avant le décès de leur père]
    Marcel ne les connaît pas encore mais il remarque en retrait Beuzaboc et sa fille Lupuline avec ses chaussures rouges, c'est la troisième fois qu'il les aperçoit à un enterrement de Résistant, c'est aux chaussures de la jeune femme qu'il les a reconnus.
    Son père racontait son passé de résistant à Lucas, son frère de dix ans son aîné, avec Marcel, il jouait.
    En novembre 2002 Lupuline Beuzaboc le contacte pour écrire la biographe de son père ou plutôt ses faits de Résistant qu'il lui racontait le soir avant qu'elle ne s'endorme lorsqu'elle avait douze ans, ses histoires ont bercé son adolescence, son père c'est son héros. Marcel avait été instituteur puis journaliste, avant de choisir le métier de biographe familial.
    Marcel, le narrateur, ressent un malaise lorsqu'il écoute Beuzaboc qui raconte sa "résistance", il doute de la véracité de ses récits, lui fils de Résistant à la recherche de la mémoire de son père.
    La légende de nos pères encore une perle de Sorj Chalandon, à lire !
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          3 16         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par canel, le 01 septembre 2012

    canel
    Le narrateur est biographe familial : il rencontre, sur plusieurs séances, un inconnu qui souhaite voir sa vie rédigée sous forme de livre. Son travail consiste à écouter, transcrire, habiller les propos de son "client", ceci le plus fidèlement possible, avec le maximum de neutralité.

    A ce titre, la fille de Beuzaboc le contacte pour qu'il écrive sur les années de guerre de cet homme en tant que résistant. Faute d'avoir osé/pu discuter avec son propre père de son passé de partisan, l'écrivain y voit (plus ou moins consciemment) l'occasion de retrouver l'histoire paternelle, indirectement, via le témoignage d'un de ses pairs. Il accepte donc. Mais les attentes très personnelles du biographe vont biaiser les échanges avec le vieil homme dont il doit raconter les souvenirs.

    Voici une histoire d'amour et d'admiration d'une fille pour son père, très belle et émouvante. le récit m'a semblé de plus en plus fort, de plus en plus brillant au fil de la lecture, à mesure que l'on découvre le parcours de Beuzaboc. Il interpelle sur la place du biographe (ou du journaliste), sur son objectivité - parfois difficile lorsqu'il est lui-même trop impliqué. Ce texte interroge également sur les "légendes" familiales, l'image que l'on veut donner de soi, celle que l'on veut avoir (et garder à tout prix) de ceux que l'on aime. Il évoque de ce fait en creux l'acceptation du silence parental, lorsque le passé est déjà trop lourd à porter pour être dit (Allemands de la 2e génération, enfants des combattants en Algérie, etc.).
    Un superbe roman.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 18         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par Drych, le 26 novembre 2014

    Drych
    Mensonges, confiance, pardon, souvenirs, héroïsme, vengeance ... quand ces mots abstraits concernent des proches, ils perdent de leur sens pour laisser place aux sentiments qui n'ont que faire de la vérité et de la rationalité. Sorj Chalandon sait rendre à merveille cette ambiguité et j'ai apprécié ce refus de tout manichéisme, qui rend ses personnages si attachants. Sans surprise le texte est très bien écrit et la lecture en est très agréable.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 15         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par Lilou08, le 06 mars 2014

    Lilou08
    Sorj Chalandon… Ma découverte coup de cœur de l'an dernier. Je crois, non je suis certaine, que petit à petit je vais lire tous ses livres. Car à chaque fois, c'est le même ravissement pour son écriture. C'est bête à dire, mais c'est un écrivain… un vrai. Il a l'amour des mots, de la langue française… son écriture est limpide, simple et belle à la fois. Et ce qui renforce son talent, c'est qu'il a l'intelligence de l'humanité, du cœur… Ses histoires, ses personnages sont forts en émotion, et toujours au cœur d'une réalité historique intéressante. J'ai toujours beaucoup de mal à quitter un de ses livres…
    Ici son personnage principal est biographe du quotidien, je dirais. Ce qui permet à Sorj de nous parler de l'écriture, des mots… j'ai adoré… je suis toujours avide et admirative du processus d'écriture.
    Dans ce roman, il y a ce vieux monsieur, Beuzaboc, résistant de l'ombre pendant la seconde guerre mondiale, comme le père du biographe. Et son histoire, son passé de résistant qu'il a gardé secret. Il l'a juste un peu raconté à sa fille, Lupuline, autrefois. Cette dernière veut qu'elle soit retranscrite dans un livre pour lui offrir pour son anniversaire.
    Des rendez-vous sont pris… et… je ne peux pas vous en raconter plus, pour ne pas dévoiler l'intrigue… ce qui serait fort dommage. Je peux juste vous dire que les rencontres sont intenses, tendues, difficiles parfois… que le biographe qui me parait être un bon gars comme on dit… prend un chemin qui personnellement ne me plait pas. Il fait un choix, perturbant pour moi. Que je peux en partie comprendre, mais que je n'approuve absolument pas.
    Ce livre pose questions.
    Ce n'est pas mon préféré de Sorj Chalandon, mais il vaut vraiment le coup d'être lu… c'est du Chalandon !
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          7 13         Page de la critique


Critiques du Magazine Littéraire



  • Critique de François Aubel pour le Magazine Littéraire

    Et si, à leur mort, nous n’héritions de nos pères que d’un silence, fixé dans une invariable rigidité ? Marcel Frémaux, le héros du quatrième... > lire la suite

    Critique de qualité ? (0 l'ont appréciée)

> voir toutes (38)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par joedi, le 13 novembre 2014

    Paupières closes, mains posées sur les accoudoirs du fauteuil, canne entre les genoux, il a chanté. Comme s'il était seul, ou fou, ou fatigué de tout.

    Je viens de fermer ma fenêtre
    Le brouillard qui tombe est glacé
    Jusque dans ma chambre, il pénètre
    Notre chambre pleure le passé

    ... Sa voix était rocaille, sourde, en éclats de briques.
    — Vous connaissez ?
    — Oui, j'ai répondu. La musique, pas les paroles.
    Le vieil homme a souri. ... Il a dit que souvent, c'était ainsi. De la guerre, les gens d'aujourd'hui connaissaient la musique, mais pas les paroles...
    — Cette chanson s'appelle «Seule ce soir», elle était chantée par Léo Marjane en 1941.
    ...
    Encore, il a chanté.

    Dans la cheminée le vent pleure
    Les roses s'effeuillent sans bruit
    L'horloge, en marquant les quarts d'heure,
    D'un son grêle berce l'ennui.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          2 12         Page de la citation

  • Par joedi, le 14 novembre 2014

    Le client raconte, le biographe écrit. C'est son devoir, sa fonction, son rôle. Et peu importe si tout est trop beau ou trop calme.

    Commenter     J’apprécie          0 12         Page de la citation

  • Par joedi, le 11 novembre 2014

    Mon père était mort. Et avec lui ma part de fierté. Ce sillon d'histoire me manquait.

    Commenter     J’apprécie          0 16         Page de la citation

  • Par joedi, le 11 novembre 2014

    Mon père, c'était Brumaire, et lui c'était Tristan. Je n'ai jamais su son véritable nom. Tristan, c'était tout. Et c'était pour toujours. La guerre l'avait baptisé, et la paix n'a jamais osé la contredire.

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation

  • Par joedi, le 11 novembre 2014

    Tristan lui, n'avait pas bougé. Il se relisait, feuille levée à hauteur de lunettes, et l'eau de pluie faisait larmes d'encre.

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la citation







Sur Amazon
à partir de :
16,44 € (neuf)
5,00 € (occasion)

   

Faire découvrir La légende de nos pères par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Quiz