Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 225317906X
Éditeur : Le Livre de Poche (2014)


Note moyenne : 3.75/5 (sur 189 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Témoin d’un hold-up dans le quartier des Champs-Élysées, Anne Forestier échappe par miracle à la sauvagerie du braqueur. Détruite, défigurée. Bouleversé, le commandant Verhœven, qui est son amant, s’engage corps et âme dans cette enquête dont il fait une affaire personn... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (70)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 5.00/5
    Par jeranjou, le 17 mars 2014

    jeranjou
    Que de Sacrifices pour une critique !
    Tiens, tiens, un roman de Lemaitre dans Masse critique… pourquoi ne pas tenter sa chance ?
    Une semaine plus tard, je suis prévenu que Sacrifices débarquera bientôt dans ma boite aux lettres. Et là, après une minute de réflexion, c'est un peu la panique !
    En effet, j'ai un mois pour dénicher les deux autres ouvrages de la trilogie de Lemaitre, les lire et ensuite seulement aborder le roman offert avec un petit mot de l'éditeur par Babélio.
    Plus une minute à perdre, pour « Travail soigné », le père noël en retard me délivrera le cadeau en quelques jours. Par la suite, je me précipite dans ma médiathèque préférée et subtilise le précieux « Alex ».
    A partir de là, le titre porte bien son nom…
    Premier sacrifice :
    J'aime bien alterner les auteurs, l'écriture française ou étrangère (surtout américaine) et également les différents genres de roman. Sachant que je suis absent une semaine, je vais devoir m'asseoir sur mon principe ou alors mettre sacrément le turbo !
    Première enclenchée, j'avale « Travail soigné » en découvrant le commandant de police Camille Verhœven et le déroulement de son enquête suite à un horrible double meurtre qui n'est que le prélude à un dénouement pour le moins atroce. le résultat est plutôt mitigé malgré un final enlevé et original atténuant au passage ma déception.
    Il faut alors embrayer sur la deuxième et se plonger dans le calvaire subi par « Alex », une jeune femme infirmière qui est kidnappée dans des conditions inimaginables. Définitivement, Alex, j'adore !
    Pied au plancher, je passe la troisième pour retrouver notre commandant atypique (il mesure moins d'un mètre cinquante pour un flic !) dans une situation cauchemardesque. Sa nouvelle copine, Anne Forestier, se retrouve molestée lourdement à coup de crosse et de pied, principalement au visage, durant un braquage d'une bijouterie des Champs-Elysées. Perdant son sang-froid, Camille veut suivre l'affaire à tout prix et va complètement court-circuiter sa hiérarchie et ses collègues de travail pour retrouver le braqueur.
    Pour profiter au maximum de ce roman, je pense qu'il est indispensable de suivre « Travail soigné » et dans une moindre mesure « Alex ». En effet, j'ai eu besoin de souffrir aux cotés de Verhœven et d'avoir endossé (comme si j'étais présent) le lourd fardeau de cet homme afin de mieux appréhender ce véritable « pétage de plomb » durant l'enquête.
    La grande force de Lemaitre est d'être capable de vous insinuer le doute dès le début du roman avec un seul mot (page 21) qui va trotter dans un coin de notre tête pendant très longtemps. Non, ce n'est pas possible ? Il ne peut faire cela. Mais si, il l'a déjà fait…. Un vrai joueur de poker ce Lemaitre !
    Devant poster ma critique ce jour même, la limite des trente jours déja atteinte, je dois sacrifier mon second principe qui consiste à laisser passer une nuit de sommeil afin de laisser décanter mon texte comme on peut le faire pour une pâte à crêpes (1).
    Au final, je vous le concède, mes quelques Sacrifices valent le coup au regard de cette trilogie de très haut niveau et allant crescendo selon moi, contrairement à ce que j'ai pu constater avec la notation surprenante des Babéliotes, préférant peut-être les thrillers morbides et sensationnels aux romans plus construits et torturés.
    Quoi qu'il en soit, des Lemaitre offerts par Babélio, j'en redemande à foison.
    (1) Petit clin d'œil à Chandler et "La Fille de l'air" suivi de "La Dame du lac"
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          3 61         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par lehane-fan, le 05 avril 2013

    lehane-fan
    La devise de Lemaitre : je pars vite , j'accélère et je te claque un sprint final de folie !
    Une fois de plus , l'auteur vous happe à la gorge sans prévenir , vous bombarde le palpitant au risque de décimer les plus fragiles de ses lecteurs et instaure un climat exsudant le mal à l'état pur .
    Troisième et dernier- sniiiff - volet de la série Verhoeven , troisième et dernier contentement béat du fan absolu que je suis devenu . Rhââââââ Lovely...
    Veuf toujours éploré d'Irène brutalement rayée de la surface du globe , notre nain-génieux commissaire tente aujourd'hui de se reconstruire dans les bras d'Anne . Un bonheur n'arrivant jamais seul , cette dernière se voit gracieusement offrir un relooking extrême et tiré le portrait façon Picasso de la part de vils fripons , rois de la cambriole faisant dans le brutal au sortir d'un ultime casse , qui la laissent alors exsangue et défigurée pour le plus grand déplaisir de son petit ami n'aspirant désormais qu'à la vendetta ! 1M45 de pure détermination vengeresse , ça peut prêter à sourire...Gravissime erreur !
    Lemaitre ne bouleverse pas le genre mais régale d'une plume alerte qui , à l'instar d'un p'tit soufflé fromage / tripes / chocolat de derrière les fagots , ne retombe jamais car virevoltant comme un papillon et piquant comme une abeille ! C'est certainement ce que se serait exclamé le roi Cassius s'il l'avait lu...
    Trépidant et maîtrisé de bout en bout , l'auteur , comme à son habitude , n'adore pas moins que perdre son pauvre lectorat dans les dédales contradictoires de ses personnages emblématiques . Jouant habilement sur Les Apparences - dans le domaine , cf l'excellent roman de Gillian Flynn - , Lemaitre adore nous faire prendre des vessies pour des lanternes et le pire , c'est que l'on en redemande !
    Véritable feu d'artifice final , ce troisième opus se dévore plus qu'il ne se lit . Un contre-la-montre garanti sans EPO où chasseur et proie alternent leur statut peu enviable pour finalement se confondre .
    Nerveux , cohérent et abouti , du très grand Lemaitre !
    Sacrifices : grandiose , nom d'un p'tit bonhomme !
    http://www.youtube.com/watch?v=E7WQWlJpOys
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          8 60         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par marina53, le 13 mars 2013

    marina53
    Un matin tranquille, une galerie marchande en plein cœur de Paris. Anne Forestier doit se rendre dans une bijouterie mais avant, elle a envie d'aller aux toilettes se rafraîchir. Quelle n'est pas sa surprise de découvrir deux hommes, armés et cagoules à la main. Témoin devenu gênant du casse prévu par ces deux malfrats, ils n'auront d'autres choix que de la tabasser, lui asséner des coups de pieds et de crosse. Malgré tout ça, chance ou malchance, elle s'en sort, mâchoire fracturée, côtes cassées et baignant dans son sang. Les deux hommes ont fait ce qu'ils avaient à faire, c'est à dire cambrioler la bijouterie voisine et s'enfuir à l'aide d'un complice garé dans la rue. Histoire banale de faits divers sauf que Anne Forestier n'est autre que la petite amie de Camille Verhoeven. Accourant sur les lieux aussi vite que possible, il ne peut que mesurer l'ampleur des dégâts et celle-ci s'accentue lorsqu'il se rend aux urgences. Cachant le lien qui les unit, Verhoeven fera de cette histoire une affaire personnelle et comptera bien mettre la main sur les redoutables cambrioleurs récidivistes...Point de départ d'une machination alambiquée qui s'annonce bien plus complexe qu'elle n'y paraît...
    Un polar de haut vol! Comme souvent avec Lemaitre, on est plongé dès les premières pages dans une histoire absconse où les apparences sont souvent trompeuses, même ce cher Camille en fera les frais. Ce polar se déroule sur 3 jours, c'est dire combien un sentiment d'urgence, de peur et de tension règne tout au long de l'enquête. 3, c'est également le nombre de narrateurs: Camille, Anne et le mystérieux malfrat, dont l'identité ne sera connue qu'en toute dernière partie. Lemaitre a vraiment le don de nous tenir en haleine et de nous surprendre.
    D'une écriture enlevée, rapide et sans fioritures, ce polar, lui, ne vous prendra pas 3 jours, tellement on attend la fin avec impatience. Lemaitre reste incontestablement un maitre du thriller français.
    C'est avec un immense plaisir que l'on retrouve ce cher Verhoeven, ainsi que ses autres collègues. Dommage que ce soit la fin de cette trilogie car, finalement, on s'y attache à ce petit bonhomme!
    Sacrifices... pas pour le lecteur...
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          4 47         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par tousleslivres, le 03 novembre 2013

    tousleslivres
    Anne se trouve au mauvais moment au mauvais endroit. En effet elle va se laver les mains après avoir découvert qu'un stylo avait coulé dans son sac à main. Quand elle entre dans les toilettes publiques, elle tombe nez à nez avec deux braqueurs prêt à passer à l'action : braquer la bijouterie du coin.
    Ils vont la rouer de coups, lui tirer dessus, mais rien n'y fait, la vie est toujours là. Anne n'est pas morte, ce n'est pas son heure, avec la tête rouée de coup et une balle, voir deux, dans le corps, elle est à l'hôpital entre la vie et la mort, mais toujours vivante.

    Camille Verhoeven, commandant de police, quelqu'un dont on se souvient. Nous retrouvons ce personnage qui nous était apparu dans : « Travail soigné » et « Alex » qui font parti de "La trilogie Verhœven", cet opus clos cette trilogie.
    Après la mort d'Irène, Camille a beaucoup eu le mal à se reconstruire et surtout à refaire sa vie, car il n'y pensait pas. Mais sa vie était en train de se refaire toute seule presque malgré lui... avec Anne, ils se sont rencontrés au printemps. Il y avait deux ans qu'il avait perdu Irène et deux ans qu'il était remonté à la surface. Étant donné que Anne est la « petite amie » de Camille il va prendre beaucoup de risque pour elle et il va aller très loin pour la protéger au risque même d'être hors la lois !!!
    J'ai préféré « Travail soigné » ou « Alex », cet opus ne m'a pas vraiment convaincue par le manque de suspens, pas assez noir et torturé à mon goût, il manque ce petit quelque chose, cet aspect psychologique que j'aime tant.
    Tout de même une belle fin pour cette trilogie. L'auteur a su mener généreusement cette fin et donner au lecteur une vue globale de la vie de Camille.
    Une belle fin...

    Lien : http://tousleslivres.canalblog.com/archives/2013/11/03/28021194.html
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          4 33         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par Kittiwake, le 18 mai 2014

    Kittiwake
    Le hold-up est tendance, et se fait fort de s'afficher à la une de façon récurrente. Avec une escalade de la violence et des moyens utilisés : fini les tunnels souterrains creusés à la petite cuillère après avoir donné 0,20 francs à la dame pipi, c'est en plein jour que les monte-en-l'air officient. Sans crainte de se faire voir par des témoins paralysés par la peur. Pierre Lemaitre se saisit du genre, avec l'acuité démoniaque de la description des scènes d'action, donnant l'impression de ralenti dont le cinéma a usé et abusé.
    Anne s'est trouvé au mauvais endroit et au mauvais moment, alors que le cambrioleur a brièvement soulevé la cagoule qui lui masquait le visage : c'est un motif suffisant pour déclencher une folie meurtrière chez le bandit qui s'acharne sur la jeune femme. Pourtant, avec un farouche instinct de survie, elle en réchappe, au prix de séquelles physiques mais aussi d'une angoisse profonde : le braqueur risque fort de vouloir finir son travail et donc la faire disparaître.
    Pour Camille Verhoeven, l'histoire se répète : car Anne est sa compagne, et l'on se souvient du meurtre de sa femme dans le premier tome de la trilogie « Travail soigné ». Ainsi, faisant fi des règles établies, il se saisit de l'affaire, au prix de mensonges par omission pour contourner les obstacles émanant de sa hiérarchie. Car les apparences sont trop simples : le hold-up serait-il une mise en scène, un arbre qui cache une forêt?
    C'est un thriller brillant, efficace (pourvoyeur de boule au ventre, et de pages tournées compulsivement.
    On y retrouve avec plaisir ce commissaire atypique, pas beau, pas grand, mais irradiant un charme certain, moins enclin que ces comparses nordiques à noyer ses démons dans l'alcool, mais quand même bien abimé par ses traumatismes.
    Que deviendra-t-il au terme de la trilogie (Travail soigné, Alex, Sacrifices)? On aurait du plaisir à le retrouver.


    Lien : http://kittylamouette.blogspot.fr/2014/05/sacrifices.html
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 32         Page de la critique

> voir toutes (36)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par Cath36, le 27 juin 2013

    ce type de constat vous fait réfléchir sur le sens de le vie : Vincent Hafner, qui a passé la moitié de sa vie à dézinguer son prochain, qu'il tombe amoureux et le voilà malléable comme une pâte à pain.
    L'avantage pour moi, c'est que la présence d'une fille ets toujours d'une aide très précieuse. Le meilleur des leviers. Vous lui cassez les deux mains, on vous offre les économies, vous lui crevez un oeil, vous avez celles de toute la famille, ça va crescendo. Une fille, c'est à peu près comme un donneur volontaire, chaque organe vaut son poids d'or pur.
    Bien sûr, rien ne vaut un môme. Quand vous voulez obtenir quelque chose, un gamin, c'est l'arme absolue. On n'ose même pas en rêver.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 10         Page de la citation

  • Par gruz, le 04 octobre 2012

    Anne a été "blessée" lors d'une attaque à main armée dans le VIII° arrondissement et "molestée", lui a dit l'employée de la préfecture de police.
    Camille adore ce mot, "molester". Dans la police, on l'adore. On adore aussi "individu" et "stipuler", mais "molester", c'est beaucoup mieux, avec trois syllabes on couvre une gamme qui va de la simple bousculade au passage à tabac, l'interlocuteur comprend ce qu'il veut, rien de plus pratique.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 16         Page de la citation

  • Par jeranjou, le 17 mars 2014

    Il vise la tête. Ramassée sur elle-même, Anne continue de s'abriter de ses bras, les coups pleuvent sur le crane, la nuque, les vant-bras, le dos, on ne sait pas combien de coups de pieds, les medecins diront au moins huit, le légiste plutôt neuf, allez savoir, ça tombe de tous les cotés.

    Commenter     J’apprécie          0 18         Page de la citation

  • Par gruz, le 03 octobre 2012

    Un évènement est considéré comme décisif lorsqu’il désaxe totalement votre vie (...).
    Cet évènement décisif, saisissant, inattendu, capable d’électriser votre système nerveux, vous les distinguez immédiatement de tous les autres accidents de l'existence parce qu'il est porteur d'une énergie, d'une densité spécifique : dès qu'il survient, vous savez que ses conséquences vont avoir pour vous des proportions gigantesques, que ce qui vous arrive là est irréversible.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 9         Page de la citation

  • Par marina53, le 03 avril 2013

    Qu'est ce que c'est beau chez les bourgeois. Ils seraient moins cons, ça donnerait presque envie d'en faire partie.

    Commenter     J’apprécie          0 35         Page de la citation







Sur Amazon
à partir de :
12,85 € (neuf)
12,90 € (occasion)

   

Faire découvrir Sacrifices par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (352)

> voir plus

Quiz