Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

> Christine Seutin (Éditeur scientifique)

ISBN : 2218931834
Éditeur : Hatier (2008)


Note moyenne : 4/5 (sur 8 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :

Le jour des noces d'Angélique et d'Eraste, le valet Merlin orchestre une petite comédie impromptue, interprétée par des acteurs d'occasion... " Ce que j'aime de ta comédie, c'est que nous nous la donnerons à nous-mêmes ; car... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

Critiques, analyses et avis (2)

> Ajouter une critique

    • Livres 4.00/5
    Par Nastasia-B, le 27 avril 2014

    Nastasia-B
    Chez Marivaux, le démarrage d’une pièce est souvent sensationnel, mais, eu égard à l’époque, de peur d’être trop innovant, trop dérangeant, trop décapant comme il ne manquerait pas de l’être, l’auteur tempère le premier élan pour accoucher d’une fin qui satisfasse aux convenances de son temps et de son milieu.
    Les lecteurs ou spectateurs anachroniques que nous sommes peuvent peut-être le déplorer aujourd’hui mais dans son temps comme maintenant, c’est avec délice que l’on voit poindre en ses pièces les brillants de cette impertinence muselée, les bonheurs de ce qui n’a pu être écrit mais qui a été pensé si fort qu’il transperce le papier.
    Les Acteurs De Bonne Foi ne déroge pas à la règle. La première moitié de cette pièce en un acte est savoureuse à souhait, absolument tordante par moments, puis vient l’attiédissement réglementaire pour retomber peu ou prou sur les pattes de la morale et des convenances du XVIIIème siècle.
    Pas aussi fanfaronnant qu’un Voltaire ou qu’un Beaumarchais, moins accro à la fulgurance d’une répartie qu’à la finesse générale de la formule, il m’évoque plus le talent et la retenue d’un Laclos ou d’un Stendhal appliqué au canevas de la comédie.
    Ici, il est encore question de théâtre dans le théâtre, le genre de mise en abîme dont il est l’un des maîtres et dont, évidemment, le niveau ultime est le nôtre, c’est-à-dire le théâtre de nos propres vies dans lequel le miroir du théâtre doit nous faire nous reconnaître.
    La première pièce dans la pièce à laquelle nous assistons est celle conçue pour faire plaisir à Madame Amelin. Elle est commanditée par son neveu Éraste. Merlin, le valet d’Éraste, est désigné grand enchanteur : auteur, acteur, metteur en scène de l’impromptu qui doit mettre aux prises Lisette, sa propre fiancée, et un autre couple de promis, les valets campagnards que sont Colette et Blaise.
    Dans la comédie, il est question d’inconstance et que Colette fasse les yeux doux à Merlin. Vous imaginez sans peine l’emberlificotage qui va se produire entre la comédie et le réel, Blaise étant convaincu que Colette veut réellement le tromper et Lisette non moins persuadée que Merlin a une double vue.
    Ce passage est jubilatoire à mes yeux, et assurément le très digne devancier d’une mécanique comique comme celle qui est à l’œuvre dans Le Dîner De Cons de Francis Veber. Je vous laisse jouir du crêpage de chignon qui va s’ensuivre et vous signale simplement que devant les complications des répétitions, la représentation risque fort d’être annulée, si bien que Madame Amelin risque alors d’en être pour ses frais de la comédie qu’elle aime tant. Va-t-elle se satisfaire de cela ? Ne pourrait-elle pas commanditer une autre sorte de théâtre avec d’autres sortes de gens ?
    CHHUUUTTT ! n’en disons pas plus car d’aucuns pourraient se méfier s’ils se savaient observés. Il me reste à vous dire que, de bonne foi, j’aime ces acteurs, mais quel genre de public suis-je pour émettre des avis à la cantonade ? Assurément bien peu de chose et le meilleur avis que l’on vous donnera de cette pièce sera toujours le vôtre, alors que le rideau s’ouvre…
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 59         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par dadotiste, le 12 août 2012

    dadotiste
    Pour moi, ce n'est pas l'une des meilleures pièces qu'ait écrit Marivaux...
    Toutefois, j'en apprécie la mise en abyme dans laquelle finissent par se perdre les personnages.

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la critique

> voir toutes (3)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par Nastasia-B, le 19 mai 2014

    MERLIN : Quoi ! chère Colette, votre cœur vous dit quelque chose pour moi ?
    COLETTE : Oh ! Il ne me dit pas queuque chose ; il me dit tout-à-fait.
    MERLIN : Que vous me charmez, belle enfant ! Donnez-moi votre jolie main, que je vous en remercie.
    LISETTE (interrompant.) : Je défends les mains.
    COLETTE : Faut pourtant que j’en aie.
    LISETTE : Oui ; mais il n’est pas nécessaire qu’il les baise.

    Scène IV.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 18         Page de la citation

  • Par Nastasia-B, le 08 mai 2014

    ÉRASTE : Voulez-vous qu'une comédie décide de mon sort, et que ma vie dépende de deux ou trois dialogues ?

    Scène X.

    Commenter     J’apprécie          0 17         Page de la citation

  • Par dadotiste, le 13 août 2012

    Ce que j'aime de ta comédie, c'est que nous nous la donnerons à nous-mêmes ; car je pense que nous allons tenir de jolis propos.

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation

> voir toutes (17)

Video de Pierre Carlet de Chamblain de Marivaux

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Pierre Carlet de Chamblain de Marivaux

Extrait de la pièce de théâtre "L'Ile des Esclaves" de Marivaux, mise en scène Irina Brook. Réalisation : Roberto-Maria Grassi











Sur Amazon
à partir de :
2,85 € (neuf)
2,00 € (occasion)

   

Faire découvrir Les Acteurs de bonne foi par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (24)

Auteurs proches de Pierre Carlet de Chamblain de Marivaux

> voir plus

Quiz