Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique



> Victor Del Litto (Éditeur scientifique)

ISBN : 2253006203
Éditeur : Le Livre de Poche (1997)

Existe en édition audio



Note moyenne : 3.74/5 (sur 2878 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Fils de charpentier, Julien Sorel est trop sensible et trop ambitieux pour suivre la carrière familiale dans la scierie d’une petite ville de province.

En secret, il nourrit une fascination pour Bonaparte et ses mémoires compilés dans Mémorial de Saint-Hélène de Las Cases.


Il rêve d’une ascension similaire à celle de l’empereur. Julien trouve une place de précepteur dans la maison du maire, Monsieur de Rénal, et noue une relation interdite avec son épouse. Chassé lorsque cette idylle est découverte, il rentre au séminaire de Besançon.

Avant peu, il monte à Paris et devient le secrétaire du Marquis de la Mole, dont il séduira la fille Mathilde.

Jusqu’au bout, Julien Sorel verra son ambition contrecarrée par ses sentiments, qui le conduiront à sa perte.
Lire un extrait Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (124)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 5.00/5
    Par LydiaB, le 05 décembre 2012

    LydiaB
    Après Tristan et Yseult, Roméo et Juliette... Julien Sorel et Mme de Rénal ! Faut-il chercher l'intrus ? Peut-être ! Car peut-on considérer que l'amour que se portent les deux premiers couples énoncés soit le même que pour le dernier ? Julien est un jeune arriviste rongé par l'orgueil. Précepteur des enfants du couple de Rênal, il s'entiche de la maîtresse de maison. Jusque-là, rien de nouveau sous le soleil ! Mais celui-ci renonce à cet amour qui briserait son rêve de réussite. Les rumeurs courent... L'époux l'apprend et licencie le jeune précepteur. Ce dernier entre alors au séminaire où il fait la connaissance de l'Abbé Pirard qui, comprenant son ambition, le fait entrer au service du Marquis de la Mole. Celui-ci a une fille, Mathilde... Je vous le donne en mille, Julien va récidiver, tomber amoureux de celle-ci et lui faire un enfant... Mais c'est sans compter sur Mme de Rênal !!! Bref, je ne dévoile pas tout...

    Paru trois ans après Armance, roman qui passa à la trappe, ce texte est issu d'un fait divers. En effet, en 1827, la Gazette des Tribunaux relate le procès d'un certain Antoine Berthet, 25 ans, fils d'un petit artisan, ancien séminariste devenu précepteur, jugé pour meurtre et condamné. Il n'en faut pas plus à Stendhal pour créer ainsi son personnage de Julien. En le saupoudrant de sa haine contre l'Église (merci à l'Abbé Raillane de l'en avoir dégoûté à jamais), de ses souvenirs de l'adolescent provincial et timide qu'il était et qui ne voyait que par Paris pour réussir, on obtient ainsi un chef-d'Oeuvre. Zola prononcera cette superbe phrase à ce sujet : "Personne n'a possédé à un pareil degré la mécanique de l'âme". Tout est dit !

    Lien : http://www.lydiabonnaventure.com/litt%C3%A9rature-du-xixe-si%C3%A8cl..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 92         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par Woland, le 14 décembre 2007

    Woland
    Hier, où j'ai passé pratiquement ma journée à le dévorer, comme la première fois où je l'avais lu, "Le Rouge & le Noir" m'est apparu comme l'un des plus grands romans jamais écrits.
    Pour être franche, je n'ai jamais très bien compris les reproches de "sécheresse" qu'on faisait au style stendhalien. C'est vrai que ce romantique se distingue avec éclat des délires hugoliens et qu'il n'a pas les tics irritants des auteurs de feuilletons comme Balzac. Avec lui, il n'y a pas non plus ces affreuses plongées dans le mélodrame larmoyant qui - à mes yeux en tous cas - décrédibilisent un roman aussi puissant pourtant que "Le Père Goriot." Bref, avec Stendhal, le lecteur contemporain s'y retrouve tout en sachant très bien, habileté suprême, qu'il a devant lui un auteur du XIXème.
    La qualité majeure de Stendhal, c'est son art de conteur. Celui-ci ne doit jamais lasser, surtout pas s'il s'autorise des digressions. Et Stendhal, tout au long des 512 pages du Livre de Poche, ne lasse pas un seul instant. Ses descriptions, sans être minimalistes, vont droit à l'essentiel - et l'on sent en lui l'amour qu'il portait aux paysages franc-comtois. Son analyse des personnages est précise, "scalpellisée" et impitoyable. Paradoxe étrange, lui qui a imposé au moins deux types "romantiques" - Julien Sorel et Fabrice del Dongo - les a façonnés comme des êtres changeants, qui ne cessent d'évoluer.
    Julien par exemple nous est tout d'abord montré comme une espèce de jeune arriviste dominé par la Haine. On peut ici utiliser la majuscule car Julien ne vit que pour haïr. Il flambe de haine : haine contre son père (et on la partage très vite !), haine contre ses frères (deux abrutis), haine contre la société sous le règne de Charles X (où régnait à nouveau la loi des castes que l'épopée napoléonienne avait envoyée au diable), haine de l'Autre de façon générale (car, ayant grandi dans un milieu qui ne le considérait que comme une machine à raporter quelque chose, Julien ne peut tout simplement pas concevoir qu'on puisse s'intéresser à lui par amitié ou amour). On finit même par se demander si Julien Sorel ne se hait pas lui-même ...
    Il y a, chez ce garçon séduisant, intelligent, prompt à apprendre et désireux de se faire une place au soleil, une forme d'autisme terrible qui finira par le mener à sa perte - une perte que cet idéaliste forcené accueille pratiquement comme une délivrance. Mais en dépit des apparences, qui pourraient laisser croire que son caractère ne se modifie pas au cours du roman, Stendhal convie son lecteur à enregistrer de menus détails qui, un à un, le recomposent subtilement de façon telle que le Julien Sorel final est bien plus grand, bien plus "pur" et tout aussi vrai que le Julien Sorel du premier chapitre.
    Autre exemple singulièrement frappant : le caractère entier et pourtant incroyablement instable de Mathilde de La Mole, laquelle paraît souffrir d'une exaltation proche de la maladie mentale.
    Rappelons les grands traits de l'intrigue :
    M. de Rênal, le maire de Verrières, une petite ville de Franche-Comté, veut à tout prix un précepteur pour ses trois fils. Non tant d'ailleurs pour les instruire que pour contrarier son grand rival, M. de Valenod, que le retour des Bourbon a tiré de la misère où il croupissait avec sa famille. Ayant entendu dire, par le curé Chélan, le plus grand bien du jeune Julien Sorel, le dernier des trois fils du menuisier local, Rênal lui propose la place et disons à la décharge du maire qu'il refusera de verser le salaire du jeune homme à son rapace de père.
    Installé chez les Rênal, Julien, qui est ombrageusement fier et prend chaque mot, chaque regard qu'on lui adresse pratiquement pour une insulte, se met en tête de séduire la maîtresse de maison. Non qu'il l'aime mais parce qu'il estime que cela serait, chez lui, une marque de caractère et de courage.
    L'inévitable arrive et, au grand étonnement de Julien (qui est souvent d'une naïveté extraordinaire quant à ses ressources personnelles), non seulement sa maîtresse semble vraiment tenir à lui mais lui-même éprouve envers elle un sentiment bien plus fort qu'il ne se le serait imaginé.
    Mais les gens jasent, la chose est inévitable. Mis au courant par des lettres anonymes qu'il tente en vain d'ignorer, M. de Rênal est bien obligé d'évoquer ses soupçons. Les amants décident de ne plus se revoir et le curé Chélan expédie Julien au séminaire de Besançon.
    C'est là que Julien se lie d'amitié avec le directeur, l'abbé Pirard. Comme celui-ci, homme intègre et rogue, est d'obédience janséniste alors que le reste du séminaire en tient pour les Jésuites, on ne saurait dire que le choix de Julien soit heureux. Pourtant, c'est par l'entremise de l'abbé Pirard qu'il va être mis en relation avec le marquis de la Mole, descendant de Boniface de La Mole qui, au XVIème siècle, avait été l'amant de la Reine Margot et qui, pour avoir tenté d'enlever Henri III et le duc d'Alençon, avait été condamné à avoir la tête tranchée en place de Grève.
    Le marquis cherche un secrétaire et Julien entre dans la place. La Chance l'y attend mais ... saura-t-il la saisir ? ...
    Même si l'on connaît l'issue fatale de ce roman, on est pris par le récit, on s'entête à y avancer pas à pas, on ne veut pas en perdre une seule virgule. De façon très moderne, Stendhal glisse dans son texte des monologues intérieurs qui plongent le lecteur dans l'esprit même du personnage visé. Et puis, cette description au petit point de la société française, provinciale comme parisienne, à la veille de 1830 est un vrai régal de cynisme et de férocité.
    Stendhal, un auteur scolaire ? ... Non, un romancier : et un grand. ;o)
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          1 53         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par Nastasia-B, le 09 octobre 2012

    Nastasia-B
    Julien Sorel, franc-comtois et fils de rien, destiné aux bas étages du clergé provincial, va peu à peu, à force de hasards et de coups de dé audacieux, s'essayer dans le grand monde et s'efforcer de devenir, s'il y arrive "Julien-Le-Magnifique"...
    De ce monde qui lui est inconnu, il devra apprendre tant les règles que les dérèglements, les joies que les frustrations et tâcher, si possible, de ne pas se perdre lui-même en faisant adopter à sa morale une géométrie variable.
    Dans les méandres de cette hiérarchie sociale, et puisque le seul trésor dont il dispose en propre est son esprit, son charme et sa beauté, il rencontrera des femmes, sur lesquelles il devra circonvenir en usant d'amour, à moins que ce ne soit le contraire... Je vous laisse évidemment vous plonger plus avant dans l'histoire si, par bonheur, celle-ci ne vous a jamais été imposée au lycée quand vous n'en éprouviez pas l'envie, ou si, par fortune, vous avez encore la possibilité de la découvrir avec un regard neuf.
    Évidemment, un classique incontournable et beau ; beau dans l'acception la plus noble du terme en littérature. Et l'un des premiers exemples de l'évolution de la psychologie d'un personnage en cours de roman, spécialité qui deviendra l'apanage, quelques années plus tard, de Dostoïevski.
    Écrit tout en finesse, pas si différent de la vision d'un Balzac, car Julien Sorel ressemble tellement à Eugène de Rastignac (Le Père Goriot) ou Lucien Chardon (Illusions perdues) que c'en est frappant, mais sans la pointe de vinaigre blanc que Balzac n'oublie jamais de mettre dans ses recettes. Stendhal, lui, utilise son style plus direct et pour ainsi dire plus journalistique tout en soignant la psychologie et les hésitations dans les choix de tous ses personnages. Si l'on veut à tous prix tenter une comparaison, c'est de Tolstoï que Stendhal se rapproche le plus et notre Julien ressemble beaucoup au Boris Doubretskoï de La guerre et la paix.
    En guise de conclusion et pour finir cette indigente critique face à l'ampleur de l'œuvre et son indicible grandeur, (je me rends compte en la relisant que cette critique est vraiment très mal construite et vous prie de m'en excuser) si par hasard vous aimez ce genre de trame narrative où un jeune provincial fait son chemin dans Paris grâce aux dames de ses conquêtes, je vous conseille, dans une genre un peu plus truculent, drôle et libertin, un grand classique mais malheureusement trop peu connu de Marivaux, Le paysan parvenu, qui je l'espère, vous ravira tout autant, mais ceci, bien sûr n'est que mon avis, c'est-à-dire, pas grand chose.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 58         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par Alyxiel, le 05 octobre 2013

    Alyxiel
    J'ai eu ce livre à étudier en cours de littérature il y a quelques années et je me souviens encore de ma réaction face à ce pavé : Au secours, Stendhal, je sens que ça va être ch... Mais en élève consciencieuse, je mis suis mise de bien mauvais cœur... Pour ne plus m'arrêter!!
    La romantique qui sommeille en moi à adoré l'histoire d'amour interdite entre Julien Sorel et Mme de Rénal. Quant à sa relation avec Mathilde, bien que plus simple et autorisée, elle semble terriblement fade à côté de la passion que son amant a pour sa patronne.
    La fin m'a surprise, et c'est sûrement ce qui fait toute l'intensité du récit.
    Je me souviens à avoir été sous le choc plusieurs jours, incapable de commencer un autre livre. Il fallait que je "digére" celui-ci.
    Je suis heureuse que Stendhal ait été au programme cette année-là, car je ne suis pas sûre que je l'aurait lu, sans ça.
    Je le recommande à tous.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          1 45         Page de la critique

  • Par PiertyM, le 04 avril 2014

    PiertyM
    Un grand classique qu'on ne pourra pas facilement mettre dans les oubliettes. Après l'avoir lu au lycée, c'est toujours un grand plaisir de relire les moments intensifs que nous présente Stendal dans ce livre. On suit les pas de l'auteur dans sa démarche comme ceux d'un caméléon qui prend le temps de marquer caque pas, le même rythme est observé au cours de la lecture, aussi les personnages prennent corps sous le même souffle, on les voit se transformer tout doucement. Les émotions naissent en plusieurs étapes, elles prennent le temps de s'enraciner si bien qu'elles perdurent une fois sortie de la terre comme des arbres.
    Le personnage Julien est un combattant qui s'ignore. Celui-là qui n'a pas eu le temps de se construire, aussi c'est à la fin du livre que sa bravoure s'exprime lorsqu'il accepte tout bonnement sa condamnation, et même là, encore, les nombreuses interrogations qui agitent son être se trémoussent sur une balance. Julien, tel présenté par Standal n'est pas un héros mais il est simplement un vécu...il marche sur une route puis sur une autre, il semble marcher tout innocemment. C'est une espèce de glaneur, il n'a qu'une seule arme: sa mémoire qui est une bonne glaneuse. Ça chope tout, sa mémoire! de sorte qu'il se retrouve dans une histoire de réunions clandestines où se prépare une trahison. Son protégé, le Marquis de la Mole se sert de lui à l'image des passeurs des drogues, et lui c'est sa mémoire qui avale la drogue...Il aurait pu...mais il n'est pas un héros...il n'est qu'un vécu...
    Haï par son père qui a besoin d'hommes de mains que d'hommes de tête, récupéré par monsieur le maire comme précepteur des enfants de celui-ci et pour le père c'est bon débarras, Julien tombe dans les mailles De l'amour, il est amoureux de Madame de Rênal, la femme du maire. le sentiment qui ronge ces deux personnages naïfs commence comme dans une ignorance, il se prononce peu à peu, s'affirme, s'assoit, se plante, grandit puis explose...il faut une réparation, repartir à la case de départ, la passion est trop forte... Qui portera cette croix sur son dos? les deux amants se démerdent tant bien que mal...mais...le poids est trop...Julien doit partir...
    Julien Sorel va connaitre un autre parcours. Il part au séminaire, il est détaché par un abbé à qui il a fait bonne impression, le voilà secrétaire du marquis de la Mole...une fois de plus une histoire d'amour naît entre Mathilde, la fille de la Mole et lui...un amour capricieux, hautain qui baissera des ailes une fois que la jalousie est au rendez-vous...
    Mais, au fond, le cœur de Julien a toujours été occupé par Madame de Rênal, aussi lui pardonnera-t-il après qu'elle ait détruit par une lettre son élévation comme lieutenant, aussi lui pardonnera-t-elle après qu'il ait tiré sur elle à bout portant...de même devant la mort, aussi silencieusement qu'ils ont su taire leur amour, aussi silencieusement ils se serrent les coudes ...
    Comment ne pas aimer ce classique!!!???
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 34         Page de la critique

> voir toutes (172)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par LydiaB, le 20 décembre 2012

    Julien se rapprochait de la place où elle était, toujours causant avec Altamira ; elle le regardait fixement, étudiant ses traits pour y chercher ces hautes qualités qui peuvent valoir à un homme l’honneur d’être condamné à mort.
    Comme il passait près d’elle :
    — Oui, disait-il au comte Altamira, Danton était un homme !
    Ô ciel ! serait-il un Danton, se dit Mathilde ; mais il a une figure si noble, et ce Danton était si horriblement laid, un boucher, je crois. Julien était encore assez près d’elle, elle n’hésita pas à l’appeler ; elle avait la conscience et l’orgueil de faire une question extraordinaire pour une jeune fille.
    — Danton n’était-il pas un boucher ? lui dit-elle.
    — Oui, aux yeux de certaines personnes, lui répondit Julien avec l’expression du mépris le plus mal déguisé, et l’œil encore enflammé de sa conversation avec Altamira, mais malheureusement pour les gens bien nés, il était avocat à Méry-sur-Seine ; c’est-à-dire, mademoiselle, ajouta-t-il d’un air méchant, qu’il a commencé comme plusieurs pairs que je vois ici. Il est vrai que Danton avait un désavantage énorme aux yeux de la beauté, il était fort laid.
    Ces derniers mots furent dits rapidement, d’un air extraordinaire et assurément fort peu poli.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 34         Page de la citation

  • Par Clairoche, le 19 octobre 2012

    «Messieurs les jurés,
    «L'horreur du mépris, que je croyais pouvoir braver au moment de la mort, me fait prendre la parole. Messieurs, je n'ai point l'honneur d'appartenir à votre classe, vous voyez en moi un paysan qui s'est révolté contre la bassesse de sa fortune.
    «Je ne vous demande aucune grâce, continua Julien en affermissant sa voix. Je ne me fais point d'illusion, la mort m'attend : elle sera juste. J'ai pu attenter aux jours de la femme la plus digne de tous les respects, de tous les hommages. Mme de Rênal avait été pour moi comme une mère. Mon crime est atroce, et il fut prémédité. J'ai donc mérité la mort, messieurs les jurés. Mais quand je serais moins coupable, je vois des hommes qui, sans s'arrêter à ce que ma jeunesse peut mériter de pitié, voudront punir en moi et décourager à jamais cette classe de jeunes gens qui, nés dans une classe inférieure et en quelque sorte opprimés par la pauvreté, ont le bonheur de se procurer une bonne éducation et l'audace de se mêler à ce que l'orgueil des gens riches appelle la société.
    «Voilà mon crime, messieurs, et il sera puni avec d'autant plus de sévérité que, dans les faits, je ne suis point jugé par mes pairs. Je ne vois point sur les bancs des jurés quelque paysan enrichi, mais uniquement des bourgeois indignés... »
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 24         Page de la citation

  • Par Sly, le 05 juillet 2010

    "Dis lui que je t'aime, mais non, ne prononce pas un tel blasphème, dis lui que je t'adore, que la vie n'a commencé pour moi que le jour où je t'ai vu, que dans les moments les plus fous de ma jeunesse, je n'avais jamais même rêvé le bonheur que je te dois ; que je t'ai sacrifié ma vie, que je te sacrifie mon âme. Tu sais que je te sacrifie bien plus"

    Commenter     J’apprécie          0 81         Page de la citation

  • Par midola, le 14 décembre 2008

    Eh, Monsieur, un roman est un miroir qui se promène sur une grande route. Tantôt il reflète à vos yeux l'azur des cieux, tantôt la fange des bourbiers de la route. Et l'homme qui porte le miroir dans sa hotte sera par vous accusé d'être immoral ! Son miroir montre la fange, et vous accusez le miroir ! Accusez bien plutôt le grand chemin où est le bourbier, et plus encore l'inspecteur des routes qui laisse l'eau croupie et le bourbier se former.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 46         Page de la citation

  • Par Jcequejelis, le 28 juillet 2012

    Enfin il aperçut, sur une montagne lointaine, des murs noirs; c'était la citadelle de Besançon.

    – «Quelle différence pour moi, dit-il en soupirant, si j'arrivais dans cette noble ville de guerre, pour être sous-lieutenant dans un des régiments chargés de la defendre !»

    Besançon n'est pas seulement une des plus jolies villes de France, elle abonde en gens de coeur et d'esprit. Mais Julien n'était qu'un petit paysan et n'eut aucun moyen d'approcher les hommes distingués.

    Il avait pris chez Fouqué un habit bourgeois, et c'est dans ce costume qu'il passa les ponts-levis. Plein de l'histoire du siège de 1674, il voulut voir, avant de s'enfermer au séminaire, les remparts et la citadelle. Deux ou trois fois, il fut sur le point de se faire arrêter par les sentinelles il pénétrait dans des endroits que le génie militaire interdit au public, afin de vendre pour douze ou quinze francs de foin tous les ans.

    La hauteur des murs, la profondeur des fossés, l'air terrible des canons l'avaient occupé pendant plusieurs heures, lorsqu'il passa devant le grand café sur le boulevard. Il resta immobile d'admiration; il avait beau lire le mot café, écrit en gros caractères au-dessus des deux immenses portes, il ne pouvait en croire ses yeux. Il fit effort sur sa timidité; il osa entrer, et se trouva dans une salle longue de trente ou quarante pas, et dont le plafond est élevé de vingt pieds au moins. Ce jour-là, tout était enchantement pour lui.

    [Le Livre de Poche n° 357-358 - p. 168]
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 12         Page de la citation

> voir toutes (25)

Videos de Stendhal

>Ajouter une vidéo
Vidéo de  Stendhal


Harry Mathews Vingt Lignes par jour
Harry Mathews Vingt Lignes par jour : Où Harry Mathews parle de procrastination, et de son Journal, de Stendhal et de "Vingt Lignes par jour" à l'occasion de...








Sur Amazon
à partir de :
3,99 € (neuf)
0,49 € (occasion)

   

Faire découvrir Le Rouge et le Noir par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (10009)

> voir plus

Quiz