AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Dominique Missika : Kessel, l'Amour et l'Histoire
Interview : Dominique Missika à propos de Un amour de Kessel  

Article publié le 22/08/2020 par Solène Spiguelaire

Dans Un amour de Kessel (Seuil) Dominique Missika dresse le portrait de Joseph Kessel, jeune romancier fou d'amour, d'aventure et engagé pour la France aux premières heures de la Seconde Guerre mondiale. Avec un parti pris fort : l'histoire d'amour du romancier avec Germaine Sablon, l'influence de cette dernière sur sa vie et ses écrits prennent ici une place prégnante. Une biographie qui, tour à tour, raconte l'homme et l'Histoire, créant ainsi une image vivifiante de l'Europe toute entière, meurtrie et résistante. Dominique Missika a répondu aux questions de Babelionautes ayant souhaité s'exprimer sur cet ouvrage.



© Rebekka Deubner


Zippo : Sur fond de passion amoureuse entre un grand romancier et une étoile montante du music-hall, Un amour de Kessel est une immersion au cœur d’une Europe alors sous le joug de l’Occupation. Pourquoi vous êtes-vous intéressée à cette émouvante histoire ?

J’avais dans ma bibliothèque un volume de la collection Quarto de l’œuvre de Kessel, et je l’avais sorti pour y relire son reportage sur le procès Eichmann et en le parcourant, je tombe sur cette photo (en couverture de mon livre) où Kessel en uniforme de correspondant de guerre enlace une femme en manteau de fourrure de phoque. Une photo digne d’Hollywood, voilà le déclic !


oran : Vous avez écrit et édité de nombreux ouvrages (Les inséparables : Simone Veil et ses soeurs, L`institutrice d`Izieu) évoquant cette période orageuse qu’est la Seconde Guerre mondiale. De manière générale, pourquoi manifestez-vous autant d’intérêt pour cette période ? Pour les victimes et les héros de cette époque ?

Il se trouve que je suis née dix ans après la fin de la guerre, dans une famille juive française miraculeusement épargnée par les persécutions. Toute mon enfance a été baignée par les histoires de la Résistance ou de sauvetage.


Farouche reporter et romancier innovant, Joseph Kessel fut l’un de ces héros. En quoi votre relation vis-à-vis de son œuvre a-t-elle influencé votre rapport à l’écriture d’Un amour de Kessel ?

L’écriture de Kessel, incroyablement simple en apparence, est d’une redoutable efficacité. J’ai tenté de suivre son exemple.



© Rebekka Deubner


Votre ouvrage est l'occasion pour les non-initiés à cette même époque de découvrir Germaine Sablon, muse et amante de Joseph Kessel, mais surtout figure oubliée de la Résistance et première interprète du "Chant des partisans" en 1943. Etait-ce important pour vous d'insuffler un certain prisme féminin à votre histoire, et plus généralement à l’Histoire de France ?

L’Histoire est souvent écrite du côté des hommes. Il est temps de montrer que les femmes ont aussi été actrices de l’Histoire. Germaine Sablon est une héroïne de la Résistance, décorée à plusieurs titres et s'est battue « comme un homme ». Comme Berty Albrecht, une des six femmes Compagnons de la Libération, ou Jeanne qui a rejoint volontairement Léon Blum à Buchenwald, ou Gabrielle Perrier l’institutrice des enfants d’Izieu, j’ai toujours cherché à mettre en lumière des destins de femmes.


oran : Vous avez plusieurs cordes à votre arc : vous êtes éditrice, journaliste, mais également historienne. En tant que telle, pouvez-vous nous parler de votre processus de recherche et de décryptage d’archives ? Comment le conjuguez-vous à votre travail d’écriture ?

Tout travail d’écriture commence par des lectures et des recherches. Consulter des archives ou la presse de l’époque peut aujourd’hui se faire à partir de son ordinateur grâce à la numérisation. En effet, les sites Retronews et Gallica proposés par la BNF sont des sources d’une richesse incroyable. Les Archives nationales comme les Archives départementales ont mis en ligne énormément d’outils de recherche et de documents qu’on peut consulter à toute heure du jour et de la nuit !



© Rebekka Deubner


Si vous deviez conseiller un livre de Kessel à un jeune lecteur, lequel serait-ce et pourquoi faut-il commencer par celui-ci ?

Le premier titre qui vient à l’esprit est évidemment Le lion, merveilleuse histoire d’amitié entre un lion et une petite fille. L’autre titre, tout aussi captivant, est Les mains du miracle qui raconte le destin du docteur Kersten qui soigne Himmler, le puissant chef de la Gestapo et réussit à sauver des Juifs. 


Dominique Missika à propos de ses lectures

Quel est le livre qui vous a donné envie d’écrire ?

La douleur de Marguerite Duras.


Quel est le livre que vous auriez rêvé d’écrire ?

Dora Bruder de Patrick Modiano


Quelle est votre première grande découverte littéraire ?

Crime et Châtiment de Fiodor Dostoïevski.


Quel est le livre que vous avez relu le plus souvent ?

W, ou Le souvenir d`enfance de Georges Perec.


Quel est le livre que vous avez honte de ne pas avoir lu ?

Si ce n’est la honte, le regret de ne pas avoir fini Ulysse de James Joyce.


Quelle est la perle méconnue que vous souhaiteriez faire découvrir à nos lecteurs ?

Mars de Fritz Zorn.


Quel est le classique de la littérature dont vous trouvez la réputation surfaite ?

Je n’ai jamais ressenti cette impression.


Avez-vous une citation fétiche issue de la littérature ?

« Honorer la mémoire des anonymes est une tâche plus ardue qu'honorer celle des gens célèbres. L'idée de construction historique se consacre à cette mémoire des anonymes » Walter Benjamin.


Et en ce moment que lisez-vous ?

Chaleur du sang d’Irène Némirovsky.


Découvrez Un amour de Kessel de Dominique Missika publié aux éditions du Seuil

Commenter  J’apprécie          14