AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2203047208
Éditeur : Casterman (07/09/2011)

Note moyenne : 3.97/5 (sur 141 notes)
Résumé :
Marie vit seule avec sa mère, qui refuse de lui parler de sa propre famille et de ses origines qu'elle sait népalaises. Un jour un inconnu lui remet un carnet. Et entre les pages de ce mystérieux carnet rouge, Marie découvre une vérité qu'elle n'aurait jamais pu imaginer : le destin tragique de sa grand-mère népalaise qui fut une kumari, une enfant sacrée, traitée comme une déesse puis rejetée à l'apparition de ses premières règles…

« Je m'appelle Mar... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (40) Voir plus Ajouter une critique
Ziliz
  08 octobre 2017
« Ça fait seize ans que je me demande qui je suis... seize ans que ça hurle à l'intérieur de moi. Alors la vérité, je la voulais. »
Marie n'a jamais connu son père, parti trois mois avant sa naissance. Elle vit avec sa mère célibataire qui semble incapable de lui parler de sa famille maternelle. Rien ne filtre, Marie sait juste qu'elle est originaire du Népal. La jeune fille a tout essayé pour en apprendre davantage, la mère se mure, s'énerve, et l'ambiance entre elles est lourde, tout est prétexte à conflits pour l'adolescente. Alors Marie a imaginé des bribes d'histoire familiale. Lorsqu'elle découvre la vérité par le biais d'un carnet rédigé par sa grand-mère, elle tombe de haut.
Ce roman jeunesse montre bien les dégâts sur les enfants et adolescents des non-dits ou mensonges autour de leur filiation*, a fortiori quand l'absent n'existe pas ou plus dans l'esprit de l'autre parent, ou tout au moins dans l'image donnée - une béance, dans laquelle l'enfant peut projeter le meilleur comme le pire.
Cet ouvrage a également le mérite d'évoquer le terrible sujet d'un certain type d'enfants esclaves
Doublement intéressant, comme tous les ouvrages d'Annelise Heurtier que j'ai lus : l'évocation de problèmes adolescents contemporains, et une page d'Histoire/géo/socio enseignée...
* voir le film 'Dear Frankie', Shona Auerbach, 2004... ou quelques tristes cas dans la vraie vie, autour de soi...
> http://www.dailymotion.com/video/x9h7xi
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          411
Apikrus
  01 novembre 2017
Agée de 16 ans, Marie vit seule avec sa mère. Elles n'ont guère l'occasion de se voir car cette dernière est infirmière et leurs horaires sont décalés. Cela tombe bien car la cohabitation est compliquée. Marie reproche à sa mère de faire un black-out sur le passé familial.
De sa mère, l'adolescente sait seulement qu'elle est d'origine népalaise, et de son père, qu'il n'a jamais été là pour elle. Quant à la génération précédente, il ne saurait en être question dans leurs conversations, le sujet est tabou.
Cette histoire ressemble à d'autres romans de cette auteure que j'ai pu lire. Certains la qualifieraient de bluette sentimentale, ce qu'elle est par certains aspects (car, bien sûr Marie est amoureuse…). Cette description est cependant très réductrice. En effet, les personnages sont plutôt crédibles, et une fille de seize ans qui rêve me semble plutôt normale.
En fait l'histoire de Marie sert ici de support pour présenter certains aspects de la culture népalaise, en particulier le bouddhisme. Même si Annelise Heurtier se garde bien d'émettre le moindre jugement de valeur, restant dans la description de rites et de croyances, il m'est bien apparu que cette religion, comme les autres croyances irrationnelles, s'accompagne d'injustices (le système de castes, même s'il est officiellement aboli) et d'atteintes à des libertés individuelles...
Une lecture instructive que je conseille à tous, notamment aux filles à partir de 14 ans.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
Sanguine
  11 janvier 2015
Lorsque je découvre un(e) auteur(e) dont la plume me plait, j'ai souvent envie de dévorer l'intégralité de son oeuvre (comme je l'ai fait avec Mary Hooper). C'est le cas avec Annelise Heurtier, le premier ouvrage que j'ai lu d'elle était "Sweet sixteen" que j'ai beaucoup aimé alors que ça n'était pas gagné. Cependant la découverte de cette auteure va s'arrêter après ce deuxième bouquin puisque la bibliothèque du coin n'en possède pas d'autres mais je vais garder un oeil au cas où ...
Je m'appelle Marie et j'ai 16 ans.
Si on s'était rencontrés la semaine dernière, je me serais présentée comme une lycéenne ordinaire, vivant avec sa mère dans la banlieue de Lille. Vous m'auriez alors demandé d'où me venaient ces cheveux et ces yeux si sombres. Je vous aurais répondu que j'avais du sang népalais. Vous auriez attendu la suite. Mais je ne sais rien de mes origines, ma mère a toujours refusé d'en parler. Aujourd'hui, tout a changé.
Entre les pages d'un mystérieux carnet rouge, je viens de découvrir une vérité que je n'aurais jamais pu imaginer.
La quatrième de couverture ne révèle rien de ce qui nous attend dans ce "Carnet rouge". Je ne savais donc absolument pas à quoi m'attendre et j'ai eu une très, très agréable surprise. Je suis absolument ravie de cette nouvelle lecture. Nous faisons la connaissance de Marie qui a 16 ans et qui vit seule avec sa mère. Cette dernière est d'origine népalaise mais semble avoir un gros blocage à évoquer ce pays.
Un jour, Marie rencontre un vieux monsieur qu'elle commence par prendre pour un pervers et qui au final se révèle être le mari de sa grand-mère, Sajani. Il remet à la jeune fille un carnet rouge ... libre à elle ensuite de le lire ou de le laisser de côté. Marie désireuse d'en savoir plus sur ses origines se lance dans la lecture et nous avec.
Annelise nous propose un récit à deux voix. Celle de Marie qui nous parle de sa vie actuelle à Lille, et celle de Sajani qui nous raconte comment les prêtres l'ont choisie pour devenir une Kumari de Katmandou. Une Kumari, c'est une toute petite fille arrachée à sa famille pour devenir l'incarnation d'une déesse. Elle reste dans son palais, choyée et traitée comme la déesse elle-même, jusque ce que coule la première goutte de sang. Vient ensuite le temps de laisser sa place et de retourner à la "vie réelle". Sajani nous explique combien il est difficile de redevenir comme tout le monde.
Son carnet m'a touché très profondément. On se met à la place de Sajani et on souffre avec elle. C'est extrêmement bien écrit, j'ai tourné les pages sans vraiment m'en rendre compte. Comme Marie, je crevais d'envie d'en savoir plus sur ses origines. J'ai vraiment adoré ma lecture, d'autant plus que je ne savais pas à quoi m'attendre comme je l'ai déjà dit.
Ce sera mon premier coup de coeur de cette année 2015.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
MarieC
  10 décembre 2012
Marie, lycéenne en France, est à la recherche de ses origines tibétaines, dont sa mère refuse de lui parler, lorsqu'un vieil homme, qui se présente comme son grand-père adoptif, lui donne un carnet rouge, rédigé par sa grand-mère. Marie découvre avec passion le passé de cette femme, déclarée à 4 ans incarnation d'une déesse hindoue, élévée cloitrée dans le luxe, avant d'être remise à la rue à l'adolescence et de finir prostituée... Une révélation qui lui permet de construire sa propre identité et de revisiter ses liens avec sa mère, en rejet de cette histoire. le roman est plaisant, l'écriture fluide, mais il m'a semblé que l'auteur cherchait à trop étreindre : le Népal, la prostitution, le secret de famille, les rapports mère-fille, et même une histoire d'amour adolescente... du coup, chaque élément m'a semblé traité un peu surperficiellement, j'aurai préféré en savoir plus sur le parcours de la grand mère !
Commenter  J’apprécie          150
argali
  07 décembre 2012
Voilà une bien jolie découverte réalisée à Montreuil. L'auteure dédicaçait son roman et était seule à sa table. Je lui ai demandé de me raconter le sujet de son livre et la tendresse avec laquelle elle m'a parlé de son héroïne m'a décidée à l'acheter.
Ce récit initiatique place Marie, jeune lycéenne lilloise, dans une quête éperdue de ses origines. de ses aïeux, elle sait juste que sa grand-mère maternelle était Népalaise. Mais sa mère n'a jamais voulu lui en parler et elle n'en a qu'une photo jaunie, découverte dans le fond d'un tiroir. Sans doute n'aurait-elle jamais rien su, si sa grand-mère ne lui avait fait parvenir un carnet dans lequel elle lui raconte son histoire. Marie va se trouver embarquée dans le passé de son aïeule, à mille lieues de la France, dans les années cinquante. Au fil de sa lecture, coincée entre aujourd'hui et hier, Marie va grandir, mûrir, souffrir… pour obtenir enfin les réponses à ses questions.
Captivant, ce roman à deux voies nous entraine à la découverte d'une croyance hindoue peu connue en Occident, la tradition des Kumari, qui scelle à jamais le destin de fillettes innocentes.

Ce roman tendre et dur à la fois est merveilleusement écrit. le ton est juste et les personnages attachants. Délicate et fine, l'écriture nous fait découvrir avec émotion une tradition ancestrale hindoue et c'est déjà une bonne raison de le lire. La fin, ouverte sur l'avenir, nous laisse fermer le livre sur une note optimiste.
Un très beau récit à conseiller aux jeunes dès 11-12 ans.

Lien : http://argali.eklablog.fr
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170

critiques presse (1)
Ricochet   24 mai 2012
Une belle rencontre entre deux personnages féminins à travers les mots d'un carnet roug
Lire la critique sur le site : Ricochet
Citations et extraits (16) Voir plus Ajouter une citation
ZilizZiliz   07 octobre 2017
Même si aujourd'hui, pas lassitude ou par découragement, mon envie de savoir est un peu moins désespérée, je crois que je lui en voudrai toute ma vie [à ma mère] de me priver de ça [connaître mes grands-parents maternels]. Je n'ai déjà pas de père. Elle devrait comprendre que j'ai besoin de quelque chose à quoi me raccrocher. Quelque chose qui m'aide à me construire, à savoir que je ne suis pas qu'une ado élevée par une mère célibataire dans la banlieue de Lille.
(p. 13)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
Pays_des_contesPays_des_contes   10 mars 2012
- Pourquoi maintenant ? Pendant seize ans, je ne vous intéresse pas et puis, un matin, vous vous levez en vous disant : « Tiens, après les courses au supermarché, si on débarquait dans la vie de notre petite-fille ? » Et d’abord, comment saviez-vous que j’existais ?
- On ne savait pas, on espérait.
Il me tend un petit carnet rouge, recouvert de papier lokta.
- Prends. C’est pour toi.
Ses yeux se voilent. Je le regarde sans comprendre.
- Sajani est morte il y a quelques mois. Un cancer. Elle pensait que si elle avait des petits-enfants, ils voudraient peut-être en savoir plus sur leurs origines. Elle caressait l’idée de rester vivante dans la tête de quelqu’un d’autre. Comme… comme dans une vraie famille.
J’ouvre le cahier. Sur la première page, deux petites phrases écrites en lettres régulières sur du papier brun.
Je suis Sajany Shakya, douzième Kumari royale de Katmandou. Et, quoi qu’il se passe, je le resterai toute ma vie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
ZilizZiliz   09 octobre 2017
Ça me rappelle cet article que j'avais trouvé dans l'un des magazines de psycho qui traînent toujours au salon. Ça m'avait marquée. L'article disait qu'on reproduisait souvent ce que font nos parents pour les excuser inconsciemment, ou légitimer leur conduite.
(p. 122)
Commenter  J’apprécie          280
ZilizZiliz   11 octobre 2017
** /!\ spoil **
...
...
...
...
...
...
...
- [...] je n'ai pas plus de raisons de me sentir fière d'être la petite-fille d'une déesse que d'avoir honte d'être celle d'une pute.
Commenter  J’apprécie          142
DerouellacdiDerouellacdi   23 mars 2016
Et puis ça s'est arrêté. Tout d'un coup. Un matin je me suis réveillée en me rendant compte que tout ça ne rimait à rien. Je savais encore moins qui j'étais, au milieu de bols chantants et de mantras sacrés, dont certains, même si je ne voulais pas me l'avouer, ne me faisaient pas plus d'effets que le catalogue des promos du supermarché. Tout ça, c'était du faux, du maquillage, du rêve préfabriqué. Il manquait le plus important : un ancrage, un contexte, un sens.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Annelise Heurtier (15) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Annelise Heurtier
La fille d'avril
autres livres classés : nepalVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

"Sweet Sixteen" de Annelise Heurtier

Dans l'histoire, qui est la narratrice noire ?

Allie
Molly
Grace
Lily

5 questions
213 lecteurs ont répondu
Thème : Sweet sixteen de Annelise HeurtierCréer un quiz sur ce livre
.. ..