AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.9/5 (sur 545 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Paris , le 28/08/1915
Mort(e) à : Paris , le 13/12/1997
Biographie :

Claude Roy est un poète, journaliste et écrivain français.

Fils d'un artiste peintre espagnol et d'une mère charentaise, il est étudiant à l’université de Bordeaux, puis il monte à Paris en 1935 pour s’inscrire à la faculté de droit.

Avec d’autres jeunes gens fous de littérature et d'action radicale, il écrit dans l’organe des étudiants de l'Action française ( Journal monarchiste d'extrême droite ). Il publie quelques nouvelles dans "La Nouvelle Revue française" et "La Revue du siècle". Il écrit ponctuellement quelques articles comme critique littéraire à "Je suis partout" en 1937.

Appelé par ses obligations militaires, il est déjà soldat lorsque la guerre éclate. Il est fait prisonnier au mois de juin 1940. Dès octobre, il s'évade. En 1941 il s’engage dans la Résistance au sein d'une organisation où il rencontre Louis Aragon et Elsa Triolet. Ces derniers le persuadent d'adhérer au parti communiste en 1943. Il devient correspondant de guerre durant la campagne d'Allemagne où il suit des procès pour "Combat".

Chroniqueur au journal "Libération", critique littéraire, d'art et de théâtre, il fréquente alors les réunions du groupe de la rue Saint-Benoît. En 1956, l’intervention soviétique en Hongrie l’amène à rompre avec la ligne du PCF. Il s'engage contre la guerre d'Algérie et la torture. Il effectue aussi un reportage aux États-Unis durant l’été 1969. Cette année là, il publie le premier tome de son autobiographie (Moi je) chez Gallimard, dont il devient membre du Comité de lecture jusqu'à sa mort.

Se découvrant atteint d'un cancer du poumon en juin 1982 (expérience qu'il racontera dans "Permis de séjour"), il collabore moins régulièrement au "Nouvel Observateur". Véritable polygraphe, il ne cesse de publier des romans, des témoignages sur ses nombreux voyages, des descriptions critiques, des essais sur l'art et sur les artistes, dont beaucoup sont ses amis, des livres pour enfants et des poèmes, car la poésie est au cœur de toute son écriture.

En 1985, il reçoit le premier prix Goncourt de la poésie de l'académie Goncourt.

De 1983 à l'année de sa mort, il publie six volumes de son journal intime, œuvre d'un genre unique qui mêle réflexions, récits, carnets de voyages, poèmes et aphorismes, et qui couvre les années 1977-1995.

Il écrit aussi des essais, notamment sur la poésie ("Le travail du poète" et "La conversation des poètes", les deux en 1993).
+ Voir plus
Source : Wikipedia
Ajouter des informations
Bibliographie de Claude Roy   (128)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (25) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

CHAPITRES : 0:00 - Titre M : 0:06 - MÉCHANCETÉ - Henry Becque 0:16 - MÉDECINE - Jean de Villemessant 0:28 - MÉDISANCE - Gabriel Hanotaux 0:39 - MÉNAGE - Claude Roy 0:51 - MODESTIE - Laurent de la Beaumelle 1:01 - MONDE - Comte de Oxenstiern 1:11 - MOQUERIE - Léon Brunschvicg 1:21 - MORT - Alphonse Rabbe 1:31 - MOT - Michel Balfour N : 1:42 - NAISSANCE ET MORT - Alexandre Dumas 1:55 - NÉANT - Villiers de L'Isle-Adam O : 2:07 - OISIVETÉ - Noctuel 2:21 - OPINION DES FEMMES - Suzanne Necker 2:41 - OPTIMISME - André Siegfried P : 2:52 - PARAÎTRE - André Gide 3:02 - PARLER - Maurice Donnay 3:14 - PARLER SANS BUT - Oscar Comettant 3:26 - PAROLE - Pierre Dac 3:38 - PASSION - Comte de Saint-Simon 3:49 - PÈRE - Francis de Croisset 4:00 - PERFECTION DE LA FEMME - Alfred Daniel-Brunet 4:12 - PESSIMISME - Ernest Legouvé 4:24 - PEUPLE - Gustave le Bon 4:35 - PHILOSOPHIE - Georges Delaforest 4:49 - PLEURER - Malcolm de Chazal 4:57 - POSE - Jean Commerson R : 5:16 - RAISON - Albert Samain 5:28 - RÉCEPTION - Fernand Vandérem 5:45 - RÉFLÉCHIR - Julien Benda 5:56 - Générique RÉFÉRENCE BIBLIOGRAPHIQUE : Jean Delacour, Tout l'esprit français, Paris, Albin Michel, 1974. IMAGES D'ILLUSTRATION : Henry Becque : https://libretheatre.fr/wp-content/uploads/2017/02/Becque_Atelier_Nadar_btv1b53123929d.jpg Jean de Villemessant : https://www.abebooks.fr/photographies/Disdéri-Hippolyte-Villemessant-journaliste-patron-Figaro/30636144148/bd#&gid=1&pid=1 Gabriel Hanotaux : https://books.openedition.org/cths/1178 Claude Roy : https://www.gettyimages.ca/detail/news-photo/french-journalist-and-writer-claude-roy-in-1949-news-photo/121508521?language=fr Laurent Angliviel de la Beaumelle : https://snl.no/Laurent_Angliviel_de_La_Beaumelle Léon Brunschvicg : https://www.imec-archives.com/archives/collection/AU/FR_145875401_P117BRN Alexandre Dumas : https://de.wikipedia.org/wiki/Alexandre_Dumas_der_Ältere#/media/Datei:Nadar_-_Alexander_Dumas_père_(1802-1870)_-_Google_Art_Project_2.jpg Villiers de L'Isle-Adam : https://lesmemorables.fr/wp-content/uploads/2020/01/2-Villiers-jeune.jpg Noctuel : https://prixnathankatz.com/2018/12/08/2008-benjamin-subac-dit-noctuel/ Suzanne Necker : https://www.artcurial.com/en/lot-etienne-aubry-versailles-1745-1781-portrait-de-suzanne-necker-nee-curchod-1737-1794-huile-sur#popin-active André Siegfried : https://www.lefigaro.fr/vox/politique/2016/02/09/31001-20160209ARTFIG00272-andre-siegfried-figure-tutelaire-de-la-geographie-electorale-contemporaine.php André Gide : https://www.ledevoir.com/lire/361780/gide-et-le-moi-ferment-du-monde Maurice Donnay : https://www.agefotostock.com/age/en/details-photo/portrait-of-charles-maurice-donnay-1859-1945-french-playwright-drawing-by-louis-remy-sabattier-from-l-illustration-no-3382-december-21-1907/DAE-BA056553 Oscar Comettant : https://fr.wikipedia.org/wiki/Oscar_Comettant#/media/Fichier:Oscar_Comettant-1900.jpg Pierre Dac : https://www.humanite.fr/politique/pierre-dac/presidentielle-1965-pierre-dac-une-candidature-moelle-732525 Saint-Simon : https://www.britannica.com/biography/Henri-de-Saint-Simon Francis Wiener de

+ Lire la suite

Citations et extraits (719) Voir plus Ajouter une citation
Claude Roy
Le vent m'empêche de dormir si tu es loin de moi
ton cœur m'empêche de mourir s'il bat tout près du mien.

Extrait du poème Ne pas dormir
Commenter  J’apprécie          710
Claude Roy
A l'orée du soir chuchote une pluie douce
Chaque goutte d'eau semble encore hésiter
Puis s'enhardit. Les doigts nombreux de l'averse
tambourinent légèrement la terre qui avait soif...
Commenter  J’apprécie          522
Claude Roy
ABSENCE

Ma vive où que tu sois si loin que presque morte si loin de mon sommeil de ma main de mes yeux dans le noir et le noir et la nuit qui t'emporte si loin de notre été menteur mélodieux

Mon ombre te surprend dans tes changeants séjours Si l'on te dit mon nom il glisse à travers toi Mais la nuit donne un poids aux mots légers du jour rôdeur aux pas absents je rentre par le toit

Mots d'amour chuchotés dans l'ombreuse épaisseur vous éveillez un soir un parfum d'autrefois Étoiles vous buvez dans la main du dormeur l'eau des sources perdues aux profondeurs des bois

L'hésitante chanson de la mer au rivage la fraîcheur aux pieds nus des dalles sans couleur l'odeur de tes cheveux tes bras ta gorge sage le lit comme un navire au port du lent bonheur

tout cela qui n'est plus feint d'exister encore Nous croisons nos regards au-delà des distances au-delà de l'oubli du temps et de la mort qui nous retrouvera dans le même silence.
Commenter  J’apprécie          503
Claude Roy
A LA LISIÈRE DU TEMPS

Quand on marche le soir à la lisière du temps
il monte soudain une bouffée d'enfance
les cris d'hirondelles folles d'un préau d'école
ou le silence de la barque sur la rivière
à la tombée du jour quand le soleil rase l'eau qui moucheronne
ou bien la sonnette ( deux fois) de l'épicerie- mercerie
où on achète après l'école les rouleaux de réglisse Zan
qui barbouillent de noir et font les doigts collants

On tend l'oreille le long du voile de la brume
Quelqu'un parle à voix basse
sans qu'on puisse reconnaître la voix
et sans comprendre les paroles
les mots chuchotés loin à l'envers du silence
Commenter  J’apprécie          502
Claude Roy
Le jardin perdu

II est venu un jardin cette nuit qui n'avait plus d'adresse
Un peu triste il tenait poliment ses racines à la main.

Pourriez-vous me donner un jardin où j'aurais le droit d'être jardin?

Il faudrait arroser mes laitues et un mur ayant bu beaucoup de soleil
Pour mûrir mes poires en espalier; deux carrés pour mes asperges
Et les plates-bandes de fraisiers.

Si vous aviez la bonté de mettre aussi un vieux figuier
Pour donner de l'ombre
Et beaucoup d'arbres fruitiers pour les saisons de confitures
N'oubliez pas un puits profond et un jet d'eau à volonté.

C'est une vie qui n'est pas une vie
Que d'être un jardin égaré
Qui n'existe qu'en souvenir
Et ne sait plus où fleurir.
Commenter  J’apprécie          495
PETIT MATIN

Je te reconnaîtrai aux algues de la mer
Au sel de tes cheveux aux herbes de tes mains
Je te reconnaîtrai au profond des paupières
Je fermerai les yeux tu me prendras la main

Je te reconnaîtrai quand tu viendras pieds nus
Sur les sentiers brûlants d'odeurs et de soleil
Les cheveux ruisselants sur tes épaules nues
Et les seins ombragés des palmes du sommeil

Je laisserai alors s'envoler les oiseaux
Les oiseaux longs-courriers qui traversent les mers
Les étoiles aux vents courberont leurs fuseaux
Les oiseaux très pressés fuiront dans le ciel clair

Je t'attendrai en haut de la plus haute tour
Où pleurent nuit et jour les absents dans le vent
Quand les oiseaux fuiront je saurai que le jour
Est là marqué des pas de celle que j'attends

Complices du soleil je sens mon corps mûrir
De la patience aveugle et laiteuse des fruits
Ses froides mains de sel lentement refleurir
Dans le matin léger qui jaillit de la nuit
Commenter  J’apprécie          431
Claude Roy
J'écris pour pouvoir lire ce que je ne sais pas que j'allais écrire.
Commenter  J’apprécie          450
Claude Roy
Tu dors et moi je veille immobile et pourtant sans plus rester en place
que l'herbe dans les près quand le vent en passant la rebrousse et l'efface
Je retiens mon souffle j'ai peur que tu ne t'éveilles
Le vent m'empêche de dormir si tu es loin de moi
ton coeur m'empêche de mourir s'il bat tout près du mien

(" Poésies")
Commenter  J’apprécie          422
Claude Roy
L’enfant qui a la tête en l’air
si on se détourne, il s’envole
Commenter  J’apprécie          423
Claude Roy
HOMMAGE À JULES VERNE

Nos souvenirs ont parcouru
Vingt mille lieues sous les mers,
Frôlant les vaisseaux disparus
Les noyés aux lèvres amères.
 
Bille d'agathe bille d'acier
plumier chinois réglisse zan
cartables noirs et tablier,
porte-plume à vue du Mont-Blanc.
 
Livre d'étrenne, rouge et or,
qu'il est loin qu'il est loin ce temps :
et la Bégum et tout son or,
ne te le rendront pas pourtant.
 
J’ai perdu la trace aujourd’hui
Des trois Anglais du Pôle Nord.
Les jours s’en vont les ans ont fui.
Les grands aventuriers sont morts.
 
Les capitaines de quinze ans
En ont quatre-vingts bien sonnés.
Les flots qui s’en vont moutonnant
Emportent épaves les années.
 
Je cherche au centre de la terre
Les deux explorateurs errants
Comme eux je vais je viens et j’erre
Enfant du Capitaine Grant.
 
Où est la Maison à Vapeur,
l'obus pour aller dans la lune ?
Il ne te reste que ton cœur.
Où sont les coureurs de fortune.
 
Le Nautilus a disparu avec
Nemo et ses chimères,
avec Kéraban le têtu avec,
les Robinsons de terre. (…)
 
Les nuages glissent dans les nues,
Le coeur attend le coeur espère.
Nos souvenirs ont parcouru
Vingt mille lieues sous les mers.
Commenter  J’apprécie          333

CONVERSATIONS et QUESTIONS sur Claude Roy Voir plus
Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Claude Roy (777)Voir plus

Quiz Voir plus

le chat qui parlait malgré lui

Comment s'appelle le chat ?

Thomas
Chaminou
Gaspard
Titus
Le Poète

6 questions
68 lecteurs ont répondu
Thème : Le chat qui parlait malgré lui de Claude RoyCréer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *} .._..