AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.65/5 (sur 90 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Oullins , 1965
Biographie :

Auteur de bandes dessinées (scénario et dessin) et de romans, il signe certains ouvrages du simple prénom "Fabio".
Fabio Viscogliosi est né en France, où il vit toujours, mais son ascendance est en partie italienne.
Il suit avec succès des études scientifiques, mais décide pourtant d'entrer aux Arts Appliqués. C'est un artiste rare, dans tous les sens du terme : en presque vingt ans d'activité - son premier livre paraît en 1991 -, il n'a égrené qu'une douzaine de titres, pour la plupart publiés par des éditeurs indépendants. Après quelques mois aux Beaux-Arts de Lyon, il abandonne ses études. Ses premiers dessins paraissent dans le fanzine Réciproquement, et son premier récit Au coeur du monde à L'Association. Il entame en 1994 une collaboration suivie avec les éditions du Seuil qui publieront en quelques années L'Abc des rêves, L'Oeil du chat, Du Plomb dans l'aile et Morte saison pour les poissons. Dans une veine un peu différente, il a publié deux tomes de La Basse-cour et deux numéros du comix Roulette chez Cornélius. En 1999, il écrit Pacha, mis en image par Blutch. Musicien à ses heures, Fabio développe un univers d'une grande fluidité narrative, qui évoque celui de Félix le chat. On ne s'étonnera donc pas qu'en 1995, il ait réalisé Gatto Nero, dessin animé adapté des histoires de son héros fétiche, le chat noir efflanqué et malchanceux.
Fabio est un adepte de la BD muette, s'intéressant aux plus démunis, la frange des exclus. Le discours désenchanté de Fabio a pris le parti de l'humour.
En 2020, il publie "Cascade" chez l'Association.
Fabio Viscogliosi a perdu ses parents dans l'accident du tunnel du mont Blanc en 1999, et a publié plus de dix ans après un ouvrage (Mont Blanc) retraçant leur histoire.
+ Voir plus
Source : http://www.bedetheque.com et http://clairdebulle.com
Ajouter des informations
Bibliographie de Fabio Viscogliosi   (15)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Chaque mois, un grand nom de la littérature française contemporaine est invité par la BnF, le Centre national du livre et France Culture à parler de sa pratique de l'écriture. L'autrice Brigitte Giraud, prix Goncourt 2022, est à l'honneur de cette nouvelle séance. Cette vidéo ne sera accessible que durant la durée de la conférence. Née en Algérie en 1960, Brigitte Giraud a étudié l'allemand et l'anglais, puis se dirige vers les métiers de libraire, journaliste, critique littéraire et programmatrice de festival. En 1997, elle publie son premier roman, La Chambre des parents. Plusieurs livres suivront, romans, récits ou recueils de nouvelles. Brigitte Giraud a publié de nombreuses nouvelles et des textes divers dans différentes revues : NRF, Aube Magazine… Elle obtient le prix Goncourt de la nouvelle pour L'amour est très surestimé (Stock 2007), le prix du jury Giono pour Une année étrangère (Stock 2009) et la mention du prix Wepler pour À présent (Stock 2001). Ses livres sont traduits dans une quinzaine de langues, et son roman Pas d'inquiétude (Stock 2011) a fait l'objet d'une adaptation pour un téléfilm (France 2, diffusion 2014) réalisé par Thierry Binisti, avec Isabelle Carré et Grégory Fitoussi dans les rôles principaux. Son roman Nous serons des héros (2015) fait l'objet d'une lecture mise en espace par le comédien Hippolyte Girardot et le musicien Bastien Lallemant. de 2010 à 2016, Brigitte Giraud dirige la collection de littérature « La forêt » aux éditions Stock où elle publie notamment les auteurs Fabio Viscogliosi, Dominique A, Sébastien Berlendis, Mona Thomas. le 3 novembre 2022, elle obtient le prix Goncourt 2022, avec son récit Vivre vite, qui revient sur l'accident de moto qui a emporté son mari, Claude Giraud, en 1999, à l'âge de 41 ans. Elle est la treizième femme à recevoir ce prix en cent vingt ans (depuis 1903). Elle est nommée Officier de l'ordre des Arts et des Lettres en 2014. Animés par des producteurs et productrices de France Culture, les entretiens du cycle « En lisant, en écrivant » sont réalisés en public à la BnF, puis diffusés dans la grille d'été de France Culture et disponibles en podcast. Genèse des oeuvres, sources d'inspiration, aléas de la vie quotidienne d'un auteur ou d'une autrice, édition et réception des textes – autant de sujets que ces rencontres permettent d'aborder, au plus près de la création littéraire. Rencontre animée par un producteur de France Culture En savoir plus sur les Master classes : https://www.bnf.fr/fr/agenda/masterclasses-en-lisant-en-ecrivant

+ Lire la suite
Podcasts (1)


Citations et extraits (23) Voir plus Ajouter une citation
La mélancolie est un point de côté dont on se défait difficilement.
Commenter  J’apprécie          400
J'ai beau lutter, il arrive que la mauvaise foi me saisisse.
Elle réveille mes penchants les plus sombres.
Je l'avoue, j'aimerais parfois balayer le mont Blanc d'un revers de main, lui trancher la cime, le décapiter comme on fouette une vulgaire montée d'œufs en neige. J'aimerais qu'il en bave et qu'il dégage du paysage, qu'il cesse d'être le plus haut sommet des Alpes, qu'il ravale ses 4 807 mètres, qu'il fasse profil bas, bref, j'aimerais bien le rayer de la carte, qu'il s'écrase.
Cela dit, ma colère retombe.
Et le mont Blanc demeure.
Commenter  J’apprécie          170
Selon l'écrivain espagnol Enrique Vila-Matas, dans la vie comme dans les livres, les rires et les pleurs sont toujours mêlés. La ligne de partage est vague, nous traversons une marée bouillonnante d'où il est extrêmement difficile de tirer le moindre parti mais, en fin de compte, mieux vaut rire de tout ça.
"L'humour se révèle parfois comme le seul sens de l'univers", dit-il.
Il cite aussi cette phrase de Moby Dick, lorsqu'un des personnages du livre de Melville dit : "Je ne sais pas où nous allons mais, de toute façon, moi j'irai en riant."
Commenter  J’apprécie          150
Dans les premiers instants, il y a eu un concert assourdissant de klaxons, répercutés crescendo par la voûte, chacun, bouclé dans sa voiture, cherchant à manifester son impatience, la volonté d'en sortir et son absurde angoisse. Il est à la fois effrayant et pathétique d'imaginer que le son d'un klaxon puisse en quoi que ce soit vous aider à sortir d'un tunnel de plusieurs kilomètres.
Commenter  J’apprécie          150
Vila-Matas, encore : "Mais on sait fort bien que, lorsque quelqu'un meurt, les choses continuent à exister : le soleil, l'eau qui s'écoule, le murmure des feuilles bercées par le vent ! Mais on sait fort bien que rien ne révèle plus la perte d'un individu que la vie qui continue dans le monde, s'éloignant de plus en plus des yeux qui ne peuvent plus le regarder !"
Commenter  J’apprécie          120
On peut imaginer ce qu’on veut car le comportement humain se dispense souvent de logique et il est prouvé que les décisions les plus importantes, celles qui engagent la vie toute entière, se prennent dans une absolue légèreté, l’homme se rapprochant en cela de l’animal, porté par l’instinct, la tentation ou ce qu’on nomme, tout bêtement, un coup de tête.
Commenter  J’apprécie          110
Et les condamnations sont tombées, sursis, pour la plupart, excepté Gérard Roncoli, directeur technique du tunnel, qui écopa de six mois ferme. La stupéfaction sur son visage, bouche ouverte, ses yeux ronds, égarés, et le sentiment d’injustice qui le submergeait, baigné de la certitude de n’avoir fait que son devoir et de porter le chapeau pour tous les autres, pour l’Etat et le système infernal qui engendre ces désastres.
Commenter  J’apprécie          80
Au lycée, j'avais été très impressionné par trois ou quatre petits dessins reproduits dans les pages d'un journal. Ces dessins, au trait noir, représentaient un personnage longiligne - presque un signe typographique -, une canne à la main ou penché sur un bureau ; ils étaient signé Kafka. Je n'ai jamais vu d'autres de ses dessins, mais je gardais précieusement la page du journal dans un tiroir, et je la ressortais de temps à autre pour en respirer la force et le bon sens. Ces images me donnaient du courage dans les moments de solitude, agissant sur mon organisme comme un verre de cognac.
(Notes pour une postface, Fabio Viscogliosi, octobre 2009)
Commenter  J’apprécie          50
J'ai immédiatement pris la décision de m'atteler à cette tâche qui, dans le fond, représente peu d'efforts, car il s'agit tout simplement de lâcher prise et de suivre sa pente, au sens propre.
Commenter  J’apprécie          60
Je ne pouvais m'empêcher de fourrer mes doigts dans quantité d'endroits, sombres, humides, inquiétants.
Commenter  J’apprécie          50

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Fabio Viscogliosi (121)Voir plus

Quiz Voir plus

Un rôle = une pièce (de théâtre)

Dans quelle pièce peut-on voir : Desdémone ?

Othello (William Shakespeare)
Le Cid (Pierre Corneille)

13 questions
208 lecteurs ont répondu
Thèmes : théâtre classique , théâtre contemporain , littérature , MandragoresCréer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *}