AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.44 /5 (sur 73 notes)

Nationalité : France
Né(e) : 1986
Biographie :

Fanny Taillandier est une romancière et critique littéraire française.

Elle suit des études de lettres à Marseille, puis obtient son agrégation de lettres. Elle enseigne à mi-temps au lycée, et est par ailleurs journaliste et critique littéraire au mensuel Livres Hebdo puis au bimestriel Mouvement.

Publié en 2013, son premier roman, "Les confessions du monstre", qui revisite de manière inhabituelle le thème du serial killer, obtient le Prix littéraire des Grandes Écoles en 2014. Elle le présente plusieurs fois entre 2013 et 2015 sous forme de lecture musicale avec le groupe Amadiro.

En 2015, elle est en résidence d'écrivain à l'université Paris XIII, où elle anime des ateliers d'étudiants sur le thème des frontières au quotidien. En 2016, en résidence d'auteur au lycée français Saint-Michel d'Istanbul, elle conduit des ateliers sur le thème de l'ici et de l'ailleurs.

Entamant en 2014-2015 une recherche littéraire et philosophique sur le phénomène du lotissement de banlieue, particulièrement son incarnation dans le travail urbanistique du promoteur William Jaird Levitt, elle publie plusieurs articles, et en 2016, son deuxième roman, de forme hybride, "Les États et empires du lotissement Grand Siècle", pour lequel elle obtient le Prix Révélation de la Société des Gens de Lettres, le prix Fénéon et le prix Virilo.

Elle figure dans les deuxièmes sélections de romans français du Femina 2018 avec "Par les écrans du monde (Seuil, 2018), également en lice pour le Médicis.
+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Fanny Taillandier   (4)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (12) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Lecture de Jacques Rebotier : une création originale inspirée par un livre de 1601, relié vélin, Symbola divina et humana de Jacques Typoets et Anselme de Boodt, que Jacques Rebotier, 39 ans après l'avoir emprunté, a rendu à la BIS le soir de la lecture en public de son texte, donnant tout son sens à la notion de "restitution". Une série de créations littéraires originales inspirées par les collections de la BIS. Ce cycle est proposé par la Maison des écrivains et de la littérature (Mel) en partenariat avec la BIS. Un mois avant la restitution, l'écrivain est invité à choisir un élément dans les fonds de la BIS. Lors de la rencontre publique, « le livre en question » est dévoilé. Saison 2 : Jacques Rebotier (27 mars 2018), Marie Cosnay (15 mai 2018), Claudine Galea (5 juin 2018), Fanny Taillandier (4 décembre 2018). Chaque saison donne lieu à la publication d'un livre aux éditions de la Sorbonne "Des écrivains à la bibliothèque de la Sorbonne": * saison 1 : Pierre Bergounioux, Marianne Alphant, Arlette Farge et Eugène Durif paru en septembre 2018. * saison 2 : Jacques Rebotier, Marie Cosnay, Claudine Galea et Fanny Taillandier, paru en septembre 2019. * saison 3 : Hubert Haddad, Line Amselem, Christian Prigent, Mona Ozouf, Laure Murat, publication prévue en septembre 2020

+ Lire la suite
Podcasts (3) Voir tous


Citations et extraits (40) Voir plus Ajouter une citation
gonewiththegreen   09 octobre 2018
Par les écrans du monde de Fanny Taillandier
Vous pouvez avoir toutes les données du monde, comme c'est le cas aujourd'hui des grandes puissances, le sens de la carte ne naît que de la rencontre entre le territoire et l’expérience concrète de celui-ci.
Commenter  J’apprécie          60
Analire   16 mars 2013
Les confessions du monstre de Fanny Taillandier
Car tout être éprouve cet infâme besoin de détruire ce qu'il a construit, de faire le mal pour supporter de devoir le bien, en un mot de se rendre justice !
Commenter  J’apprécie          60
Analire   16 mars 2013
Les confessions du monstre de Fanny Taillandier
Quiconque veut réussir sa vie sait qu'un enfant représente une dépense considérable en termes financiers comme personnels.
Commenter  J’apprécie          60
Analire   17 mars 2013
Les confessions du monstre de Fanny Taillandier
L'amour était une sorte de hululement sur des accords de piano qui répétait toujours le même discours (l'espoir avant, le désespoir après), et des promotions sur la lingerie, le chocolat et les billets d'avion à la mi-février. C'était une bonne raison pour souscrire un crédit et en parler à son conseiller financier.
Commenter  J’apprécie          50
Analire   16 mars 2013
Les confessions du monstre de Fanny Taillandier
Le désert était ce feu qui mélangeait le ciel et la terre, du néant à la fournaise, de la fournaise au néant.
Commenter  J’apprécie          60
Day-sy   19 août 2018
Par les écrans du monde de Fanny Taillandier
Car lorsque le récit des puissants réduit trop de vaincus au silence, les vaincus en écrivent d’autres , reprennent les terres par les mots à défaut de les reprendre par les armes
Commenter  J’apprécie          52
Analire   16 mars 2013
Les confessions du monstre de Fanny Taillandier
Nous somme d'un siècle où la puissance conférée au tueur est telle qu'il est facile à celui-ci de se prendre pour un dieu.
Commenter  J’apprécie          40
Charybde2   26 septembre 2016
Les états et empires du lotissement grand siècle de Fanny Taillandier
Le promoteur-constructeur William Jaird Levitt (1907-1994) est à l’origine de l’invention, puis de la transplantation en Europe et en France, d’un modèle nord-américain d’urbanisme, celui du nouveau village. Sa stratégie représentait une double innovation : d’une part, il fut le premier à avoir l’idée d’acquérir des sur- faces vierges de plusieurs hectares, lui permettant de concevoir l’ensemble du village d’un coup. D’autre part, il appliqua à la construction les grands principes du fordisme: standardisation des constructions et chaîne de montage (les ouvriers des différents corps de métiers passant d’une parcelle à l’autre) de façon à pou- voir terminer jusqu’à quatre ou cinq maisons la même semaine.

Comme lors de sa première et plus célèbre réalisation, à Levittown (NY), il proposa en France et particulièrement dans le bassin parisien des maisons monofamiliales d’un excellent rapport qualité-prix à une clientèle choisie parmi les cadres. Aux États-Unis, à la même époque, il fut accusé de favoriser une ségrégation raciale, ce qu’il ne nia pas et justifia par les aspirations de sa clientèle.

Les résidences, organisées en boucles de voirie autour d’une école et d’un centre de loisirs avec piscine et terrains de sport, popularisèrent la formule du nouveau village, où les éléments des « suburbs » comme, du côté de la rue, des pelouses ininterrompues, des « driveways » perpendiculaires à la rue, des garages incorporés ou des porches, s’adaptaient aux dimensions plus modestes des territoires européens et au niveau de vie de la bourgeoisie parisienne tout en conservant leur affinité physique et symbolique avec la société de consommation d’outre-Atlantique.

Il commença par une opération achevée en mai 1968, à 16 kilomètres de Versailles, qui deux siècles auparavant avait été la première ville nouvelle. Le Lotissement Grand Siècle lui ressemble. Ce fut le premier nouveau village français, le modèle d’une longue série.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Charybde2   27 août 2018
Par les écrans du monde de Fanny Taillandier
Faute de film, nous n’aurons pas un regard pour ce carré de pelouse bien tondue qui descend, depuis la porte-fenêtre restée ouverte, jusqu’au lac. La scène ne sera enregistrée nulle part.

Deux corneilles réveillées se sont mises à tournoyer, formes noires et légères dans un monde encore bleu, et jettent leur cri perçant vers le voile de brume matinale suspendu sur les eaux, que le soleil n’a pas encore déchiré. Plus loin sur la berge se détachent les silhouettes droites des pins sur le miroitement huileux de l’eau calme qui dépasse au-dessus des hautes herbes, jusqu’à perte de vue. Souvent il y a du vent ici, mais ce matin à peine un souffle.

Dans le cadre que fait la porte-fenêtre, bordée d’un côté par le voilage blanc bouffant légèrement sous cette minuscule brise, le paysage a l’air d’une photo peinte : pelouse, hautes herbes, pins, lac, ciel ; le bleu qui teinte tout comme un filtre s’éclaircit de façon seulement perceptible par l’arrivée des autres couleurs ; le lac devient gris clair, la pelouse prend peu à peu un vert presque fluo. On entend ensuite une grive. Le ciel blanchit. L’aube est proche.

Le vieil homme décroche alors le combiné du téléphone et en tire calmement l’antenne télescopique. Il compose un numéro ; après un temps, sans détacher les yeux du paysage, il dit :

Lucy, c’est moi.

Puis sans attendre :

Je t’appelle pour te dire que je vais bientôt mourir.

Presque aussitôt il raccroche. Les deux corneilles se poursuivent dans la lumière encore horizontale, lançant des notes brèves vers les rives.

Dans la demi-heure qui suit, il répète l’opération. Il dit :

William, c’est moi.

Et il réitère l’annonce, toujours aussi calme et immobile, la tête appuyée sur le dossier du fauteuil.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Analire   16 mars 2013
Les confessions du monstre de Fanny Taillandier
L'homme agit toujours comme s'il maîtrisait sa vie et le monde ; il en est fermement convaincu aussi longtemps qu'il n'y pense pas ; et comme il ne pense jamais, il est convaincu de son mensonge sans même savoir qu'il a menti.
Commenter  J’apprécie          30

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Les Incorruptibles - Chemins toxiques

Comment l'école de Tamaya s'appelle-t-elle ?

Wimbledon
Beet
Woodridge
Bristol

10 questions
12 lecteurs ont répondu
Thème : Chemins toxiques de Louis SacharCréer un quiz sur cet auteur

.. ..