AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782707305855
173 pages
Editions de Minuit (01/09/1981)
4.33/5   32 notes
Résumé :
Ceux qui se livrent à l'écriture, sans doute, ne peuvent plus écrire comme autrefois, du temps d'avant l'image photographique, télévisuelle, cinématographique.
Comme les peintres, les premiers touchés par ces météorites sidérants, ils ont dû les prendre en compte, car l'écriture aussi est une production d'images. Voilà que la photographie est non seulement prise en compte, dans un livre sans photographies, mais emballée, charriée, elle devient un support, un ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
JulietteAvitabile
  06 décembre 2020
« Et j'ai imaginé que la photographie pouvait conjuguer ces deux pouvoirs, j'ai eu la tentation d'un autoportrait... »
(premier texte, « Les lunettes à lire la pensée » p.9)
Ces deux pouvoirs, qui inspirent d'un même souffle à l'auteur crainte et désir, sont celui de lire la pensée et celui de « transpercer » l'apparence, de « déshabiller » par le regard. Comme un remède à l'effroi que lui procure l'idée de ces pouvoirs détenus par un autre et utilisés à son insu (ou comme pour mieux s'y abandonner), Hervé Guibert s'en empare pour lui, sur lui. Avec ce premier texte, il nous annonce l'intention de son écriture : l'autoportrait. Il ne se trompe pas. L'Image Fantôme n'est pas une autobiographie ni une autofiction, c'est un autoportrait. Dans ce roman qui n'en est pas un, (pas au sens classique du terme), à travers soixante-quatre clichés littéraires, il va en-dessous de ce que photographie l'oeil, de ce que dit la bouche, il écrit ce qui souvent ne se raconte pas et il est touche son lecteur. Parce qu'il rend sa valeur au commun. Parce qu'une grande impression de calme se dégage de cette écriture juste, mesurée, empreinte de mélancolie. Parce qu'il réussit à écrire. Parce qu'il saisit l'insaisissable, le détail, la nuance. Parce qu'il se dévoile. Parce qu'il ne refuse rien de ses contradictions. Parce qu'il est intime.
Des photos manquées et leur amertume, des tentatives, des vues invisibles, des rendez-vous, des rencontres ratées, des impressions, des objets vécus ; il rend éternel, non pas l'image, mais ce qui a entouré l'image, toute la vie particulière qu'à généré ou à laquelle a participé l'image. Ses textes, dont la longueur varie de quelques lignes à plusieurs pages mais dont le style reste fidèle, sont des portraits d'instants, des silences rendus, des aveux amoureux, des revanches quelquefois.
Il est toujours risqué d'écrire une « critique » trop élogieuse d'un livre – et je dis « toujours » comme si, alors que c'est ma première, en quelques sortes, ma première critique hors du carnet. On voudrait des mots à la hauteur de ceux de l'auteur mais le livre n'en a pas besoin. On risquerait au contraire d'en donner une appréciation presque fausse d'être trop émotionnelle et de gâcher la découverte personnelle d'un nouveau lecteur qui trouverait ses propres raisons. Je l'ai lu par hasard, ce livre-là, sans m'y attendre, sans en attendre. Je ne connaissais pas Hervé Guibert, je le connais un peu. Je devine la douceur de son regard, une tranquillité, la persévérance de la passion, la rigueur qui l'accompagne. Surtout maintenant, j'ai ses textes pour raconter mes « autobus », les « photos de famille », et les « premiers amours »...
À travers l'angle de l'image photographique (ratée), Hervé Guibert aborde la vie dans ses instants particuliers, dans ses amours, dans ses grands petits regrets et dans ses pathétiques espoirs, dans le passage du temps qui nous amène, inaltérablement, du vécu au souvenu, de l'instant à l'histoire, et nous fait chérir la mémoire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
volubilae
  24 janvier 2017
Récit en séquences, chacune analysant un médium ou genre photographique (tout y passe) pour révèler un rapport à l'image intime, identitaire, sociale, familiale, érotique, artistique, ... . Entre souvenirs et présent, des moments différents reliés ça et là par des présences et absences affectives. Ode à la mémoire et au passage du temps.
Commenter  J’apprécie          90
Henri-l-oiseleur
  03 décembre 2015
Hervé Guibert n'est pas seulement l'autobiographe marqué par le sida que l'on connaît, c'est d'abord et avant tout un écrivain de l'image qui a beaucoup médité sur la photographie, à moins qu'il n'ait été un photographe qui se mêlait de littérature. Les textes réunis ici sont remarquables de beauté et de profondeur.
Commenter  J’apprécie          30
LaetiF
  03 mai 2022
Quelle est l’'image ? Qui est le fantôme ?
L’'auteur, qui nous entraîne dans une introspection de son rapport à la photographie et de sa vie, par ricochet ?
Nous, qui lisons en comprenant les images sans les voir tout à fait ?
Mélange réussit entre nouvelle, essai et autobiographie. L’'aventure de l'’image, de la photo et de l'’image de l’'auteur qui fuit subrepticement., tantôt plaisant, tantôt gênant. La société, l'’homme, le sexe, la famille et bien d'’autres sujets encore, liés presque par définition à la photographie, sont abordés pour nous emporter de l’'autre côté du mystère des Chambres claires, noires, obscures.
Commenter  J’apprécie          00
FaBmNrD
  10 février 2011
Plusieurs protraits, pérégrinations autour de la photographie, de l'image prise, volée, adorée, etc.
Un livre pour se donner envie de sortir son appareil photo ou sa caméra super 8
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
volubilaevolubilae   25 janvier 2017
Cette projection a donné lieu à une révision nostalgique; {...}. En relevant des phrases de-ci de-là qui échappaient au babillage descriptif, j'ai pu me rendre compte à quel point ce discours était angoissé et porteur de mort. J'en retranscris ici quelques-unes, dans l'ordre :
- Il s'est suicidé Robert ...
- Il a eu les jambes coupées Edouard .....
- Il y a beaucoup de gens morts là-dedans...
- André, regarde ce qu'il a changé ...
- Renée est devenue toute rondouillarde...
- Il faisait froid, j'étais glacée, regarde comme j'étais coiffée...
- La tonnelle a été complètement retirée parce qu'elle pourrissait ...
- Tu vois, ça serait mieux en couleur. Il y a des fleurs, il y aurait l'herbe verte....
- C'est là qu'elle a eu son accident, qu'elle est tombée sur le front ...
- Ce que j'étais mince, pas de ventre, ah dis donc...
- Je me demande si les films ne doivent pas vieillir. C'était beaucoup plus clair que ça ...
- Il est tombé à l'eau et il est mort. On l'a retrouvé à l'écluse...
- Forcément la tomate, si c'était en couleur, on verrait que c'est une tomate...
- C'est certainement la Vierge à l'Orteil qu'on regarde...
- Là, Suzanne avait une douleur exquise ...
- C'est peut-être la dernière fois qu'on voit ces films...
- La poupée est restée toute nue toute sa vie...
- Nous nous sommes baignés. L'eau était chaude...
- Et on dirait que c'était hier tout ça, alors que c'était il y a vingt, trente ans ...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
volubilaevolubilae   25 janvier 2017
IDENTIFICATION
M'énervent au plus haut point les photos pelliculées qui recouvrent les romans, et qui montrent les protagonistes de l'adaptation cinématographique du livre : Gérard Philippe est l'exemple le plus exécré, parce que le plus innombrable, le plus répété, celui qui semble prêter le mieux son visage à l'image du héros. J'ai envie de lire L'idiot, J'ai envie de lire Le rouge et le noir, mais je n'ai pas envie que ce visage (qui m'est pourtant sympathique) sans cesse me rappelle à lui, chaque fois que je prendrai le livre, en me disant : "Le prince Mychkine, Julien Sorel, c'est moi, ne l'oublie pas", alors que je suis enclin (et c'est là un des plaisirs les plus forts de ma lecture) à constituer lentement leurs images, à partir des propositions successives de Dostoïevski et de Stendhal. Le prince Mychkine et Julien Sorel, c'est qui je veux, et il se pourrait, à certains moments, que je veuille que ce soit moi, alors je découpe la couverture du livre, ou je la recouvre, au risque de la défigurer, d'un papier neutre et opaque, sur lequel, mentalement, je vais redessiner un visage, ou attendre qu'il apparaisse de lui-même, comme au sortir d'un bain révélateur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          71
meslinoulautremeslinoulautre   03 février 2017
Nous les haïssons au point au point de vouloir les torturer, de vouloir laisser brûler la pellicule trop longtemps devant la lampe, en image fixe afin de nous en rassasier avidement tout en la disloquant, nous les haïssons au point de vouloir les défigurer, les mutiler, les rayer à la pointe d'une aiguille à même le film, pour qu'ils ne nous narguent plus, ces vilains mirages, ces trop beaux mirages. Car sans cesse tu me trompes avec elle et je te trompe avec lui ; je me trompe avec lui et tu te trompe avec moi. Le souvenir ne se raye pas si facilement.

L'appareil photo est bien un petit corps autonome, avec son diaphragme, ses temps d'ouverture et de rétractation, son boîtier comme une carcasse, mais il est un corps mutilé, on doit le porter sur soi comme un enfant, il est lourd, il se fait remarquer, on l'aime aussi comme un enfant infirme qui ne marchera jamais seul mais à qui son infirmité fait voir le monde avec une acuité un peu folle.


On raconte que, pour rendre quelqu'un de rétif amoureux de soi, il suffit de laisser pourrir à son insu, sous son lit, une pomme verte dans laquelle on a planté des clous de girofle. La photo est une semblable manipulation, comme un sort que je te jetterais : en prenant ta photo je te lie à moi si je te veux , je te fais entrer dans ma vie, je t'assimile un peu, et tu n'y peux rien.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
EipocaEipoca   26 avril 2011
Alors les photos de famille restent là, dans leurs petits cercueils de carton, et on peut les oublier, elles sont comme des croix plantées, elles appellent le plaisir mélancolique. Quand on ouvre le carton, aussitôt c'est la mort qui saute aux yeux, et c'est la vie, toutes les deux nouées et enlacées, elles se recouvrent et elles se masquent.
Commenter  J’apprécie          50
EipocaEipoca   26 avril 2011
Une chambre d'hôtel qui n'est pas photographiable (où l'on n'a envie de prendre aucune photo) est déjà une mauvaise chambre. Quand on arrive dans une ville, la première chose est de photographier sa chambre, comme pour marquer son territoire, photographier son reflet dans les miroirs, comme pour marquer son appartenance provisoire, comme pour amortir son prix, comme un premier certificat de présence. Ou alors on occupe la chambre, aussitôt, en y faisant l'amour.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Hervé Guibert (15) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Hervé Guibert
Cela fait trente ans qu'Hervé Guibert nous a quittés, emporté par les effets du sida à 36 ans, laissant derrière lui une oeuvre fascinante qui occupe une place unique dans la littérature française et que redécouvrent aujourd'hui de nouveaux lecteurs. On a tout dit de Guibert, l'enfant terrible et subversif, à la fois doux et provocateur, précurseur dans l'autofiction, auteur de romans, nouvelles et récits mais aussi de photographies où surgissaient avec éclat tous les protagonistes et les objets d'un petit théâtre personnel parcouru par le désir ; Guibert qui poussait si loin l'introspection qu'il alla jusqu'à filmer sa maladie.
Écrivain et journaliste à Libération, Mathieu Lindon a été très proche, et ce de longues années, d'Hervé Guibert, apparaissant de manière récurrente dans plusieurs romans de l'écrivain disparu en 1991. Si Lindon est resté plutôt discret sur cette amitié qu'il a commencé à aborder dans ses romans avec le sublime Ce qu'aimer veut dire paru en 2011, Hervelino (du petit nom affectueux qu'il donnait à son ami) sorti au printemps 2021, revient sur cette amitié hors norme, sur « leurs années romaines » lorsqu'ils séjournaient tous les deux à la Villa Médicis de 1988 à 1990, alors qu'Hervé était déjà malade et diminué physiquement par le sida.
Interviewé par Tewfik Hakem, Mathieu Lindon replonge dans Hervelino, court texte mélancolique et souvent drôle qui n'est pas une collection de souvenirs à proprement parler, mais plutôt un livre sur la difficulté à raconter l'être aimé. Autre compagnon de route d'Hervé Guibert, le photographe Hans Georg Berger partageait avec lui sa passion pour l'image et a réalisé parmi les plus beaux portraits de l'écrivain. Certains  nourrissent cet entretien passionnant.
__
À lire : Mathieu Lindon, Hervelino, P.O.L, 2021. Hans Georg Berger, Hervé Guibert, Un amour photographique, Éditions le Quai et Michel de Maule, 2020. __
Un entretien avec Mathieu Lindon animé par Tewfik Hakem et enregistré en public le 18 juillet 2021 au Mucem à Marseille, lors de la 5e édition du festival Oh les beaux jours !. https://ohlesbeauxjours.fr/
__
Un podcast produit par Des livres comme des idées. Montage : Clément Lemariey Voix : Benoît Paqueteau Musique : The Unreal Story of Lou Reed by Fred Nevché & French 79 https://ohlesbeauxjours.fr/evenement/the-unreal-story-of-lou-reed-by-fred-neche-french79/ 2022 © Oh les beaux jours !.
+ Lire la suite
>Arts>Photographes et photographie>Photographie et photographies (81)
autres livres classés : photographieVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
2902 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre