AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2211222609
Éditeur : L'Ecole des loisirs (08/04/2015)

Note moyenne : 3.8/5 (sur 323 notes)
Résumé :
Depuis son plus jeune âge, Daniel Cunningham a vécu enfermé, avec pour seule compagnie les livres et sa mère qui l’a gardé reclus, à l’écart du monde extérieur, et qui n’a cessé de lui répéter qu’il était malade. Un jour, des coups frappés à la porte vont tout changer.
Des voisins ont découvert son existence, et résolu de libérer Daniel de l’emprise de sa mère. Pris en charge par le docteur Marlow et sa famille, il va découvrir peu à peu que tout ce qu’il ten... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (130) Voir plus Ajouter une critique
LePamplemousse
  01 septembre 2014
Voici un roman pour adolescents que j'ai dévoré !
La couverture m'avait fait de l'oeil, avec sa maison sombre et un brin lugubre.
J'aime bien les histoires un peu gothiques, et celle-ci semblait tout a fait fascinante.
Un jeune garçon élevé complètement hors du monde par une mère un peu mystérieuse, une étrange maison de poupées, un lourd secret de famille, et tout ça, écrit sans temps mort ni beaucoup de descriptions...c'est donc bien à un roman pour la jeunesse auquel on a affaire, mais cela n'a pas gêné ma lecture.
L'action débute dès les premières pages et tout s'enchaîne très vite, il se passe toujours quelque chose, que ce soit une découverte, un fait inattendu, un secret révélé, bref, on ne s'ennuie pas un instant.
L'écriture est simple, puisque c'est un jeune garçon qui nous raconte son histoire mais pas naïve pour autant.
Les amoureux des longues descriptions d'une immense maison de famille aux recoins sombres seront un peu déçus car justement les descriptions y sont rares et succinctes, mais suffisantes pour se représenter l'endroit et son ambiance malsaine.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          560
Annette55
  08 octobre 2014
Voici un livre pris par hasard à la médiathéque, attirée par la premiére de couverture et le fait que je connaisse " le chat assassin" de Anne Fine....
Une mère possessive,un enfermement familial.....On pénètre dans cet ouvrage comme dans une maison un peu étrange : un manoir anglais du dix- neuviéme siécle comme on en découvre dans les films fantastiques.
En apparence, tout est calme mais le roman distille un malaise diffus....comme si l'on entendait les craquements sinistres d'une vieille bâtisse et la menace de piéce obscures et solitaires....
Qu'est ce que cela cache?
Pourquoi Daniel, depuis son plus jeune âge vit- il reclus avec pour seule compagnie les livres, surveillé par sa mère?
Sous prétexte d'une mystérieuse maladie?
Pourquoi n'a t - il pas rencontré les "gens"?
Pourquoi a t- il appris à vivre en société uniquement grâce à la force de son imagination et à la superbe maison de poupée que sa mére lui avait achetée? Cette maison était celle de sa mère..
Oui...car au centre de ce livre il y a déjà une maison...miniature d'abord, réplique de celle où la mére du héros a passé son enfance.....
Une maison de poupée, unique terrain de jeu de Daniel, celui où il rêve sa vie, invente le monde extérieur,l'histoire tourne autour de la famille de sa mére, tragique...
Et le malaise,trés vite, se transforme en angoisse véritable, quand, libéré de sa mère, il part à la découverte de la maison grandeur nature, lourde de terribles
mémoires familiales mortiféres et diaboliques...qui est cet oncle ?
Le passage du diable se lit avec fiévre,c'est un roman complexe et étrange,une vieille bâtisse pleine de souvenirs terribles, des personnages fragiles, effrayants,troublants,une atmosphére inquiétante, pesante,au fil des pages....
Nous sommes dans la tension et le suspense jusqu'au bout, un ouvrage angoissant,gothique,mystérieux, fantastique, éprouvant....
Anne Fine joue habilement avec la langue, les images et les ambiances..c'est bien écrit,le héros Daniel,est intelligent et attachant.....
Un genre peu habituel pour moi, je me suis laissée prendre....
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          420
kuroineko
  30 octobre 2019
A la section jeunesse de la médiathèque, j'ai craqué sur la couverture du Passage du Diable d'Anne Fine. La photo de cette grande bâtisse gothique me renvoie directement aux vieux films de la Hammer... ou à la famille Addams.
L'illustration ne faisant pas tout, je me suis aussitôt plongée dans le roman. J'y ai fait la connaissance de Daniel, jeune garçon qui vit seul avec sa mère. Celle-ci le maintient alité sous prétexte de maladie depuis tout bébé. le premier paragraphe du récit explique avec justesse que, bien que cette existence soit bizarre, elle n'apparut au narrateur comme telle qu'a posteriori. Sans référent comparatif, ce qu'on a toujours connu est la normalité. Un premier paragraphe très prometteur; la suite ne m'a pas déçue.
Retiré finalement à sa mère, Daniel part vivre chez le médecin de la ville et sa famille. Absolument pas malade, il prend vite des forces et découvre le plaisir de partager ses jeux avec les filles du docteur, en particulier la plus jeune, Sophie. Daniel a pu récupérer la magnifique maison de poupée représentant la demeure où sa mère grandit - seul élément qu'il connaît de son passé.
Alors qu'on se croit dans une oeuvre de Dickens où tout est en train de s'arranger, la teneur du récit prend un tour plus inquiétant avec plusieurs événements survenant à un Daniel déjà bien malmené par la vie.
Le Passage du Diable est un récit fantastique et d'épouvante à destination d'un lectorat adolescent. Même si les adultes peuvent y trouver leur compte, à défaut de la frayeur. C'est une histoire bien construite et agréablement racontée par Anne Fine. Secrets de famille, mystère et malédiction planent au-dessus de Daniel qui, dans l'ignorance total où l'a maintenu sa mère, doit découvrir le passé familial pour construire son avenir. Et éviter de périlleux dangers.
Ambiance gothique allégée par les facéties et bavardages de la jeune Sophie, une vraie pipelette, le roman suit également les traces d'une quête d'identité et un combat pour ne pas céder au mal et à ses subterfuges. Une très plaisante lecture idéale pour cette fin d'octobre à l'approche d'Halloween et où la tombée précoce de la nuit donnent envie de titiller la peur au coin du radiateur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          405
Shan_Ze
  09 mai 2017
Le jeune Daniel Cunningham commence à découvrir le monde quand il est enlevé par le docteur Marlow, à sa mère qui le gardait enfermé à l'abri des regards. Plus tard, il récupère son étrange maison de poupées qui semble exercer une influence néfaste sur Daniel et la jeune fille du docteur avec laquelle il joue.
Anne Fine était une des auteurs préférés plus jeune. J'étais donc assez impatiente de la relire. L'histoire commence assez lentement avec Daniel, la famille du docteur Marlow, la maison de poupées… celle-ci n'est visible pas normale, le comportement de sa mère est assez bizarre et son oncle attend visiblement quelque chose du jeune garçon. Bien aimé cette histoire faisant doucement frissonner même s'il a fallu attendre un moment avant que ça s'accélère un peu. Une ambiance fantastique sur des secrets de famille qui m'a bien embarqué, je regrette un peu la conclusion, trop rapide et confuse à mon goût.
Commenter  J’apprécie          430
bilodoh
  19 mars 2016
Combat entre le bien et le mal autour d'une maison de poupée !

Je l'avoue, j'ai un faible pour les maisons de poupées. Mais attention, il ne s'agit pas ici d'un mièvre habitat de « Barbie », mais plutôt d'une authentique demeure victorienne, une réplique à l'échelle, une véritable oeuvre d'art. Un rêve pour un coeur de petite fille !

Mais c'est plutôt un cauchemar que l'existence du héros de ce roman, un enfant atteint d'une étrange maladie, qui n'a pas le droit de quitter sa chambre ni de recevoir d'autres visites que celle de sa mère. Un jour, son existence basculera et on découvrira… mais ne compter pas sur moi pour vous le révéler le secret de l'intrigue !

Il s'agit d'un roman jeunesse, mélange de tiraillements familiaux, de suspens et de fantastique. Un bon divertissement, surtout pour celles à qui le Père Noël n'a jamais apporté de maison de poupée…
Commenter  J’apprécie          431

critiques presse (3)
LaLibreBelgique   04 juillet 2014
Dans son nouveau roman, Anne Fine évoque à nouveau l'enfermement familial. Gothique, "Le Passage du Diable" s'adresse aux adolescents. Rencontre avec une grande dame de la littérature de jeunesse.
Lire la critique sur le site : LaLibreBelgique
Telerama   12 février 2014
Mère possessive, manoir hanté par les fantômes du passé... Un livre passionnant, proche du roman gothique.
Lire la critique sur le site : Telerama
Ricochet   07 février 2014
La boucle est bouclée... et Anne Fine a subjugué son lecteur dans un roman autant classique que de genre. Remarquable !
Lire la critique sur le site : Ricochet
Citations et extraits (52) Voir plus Ajouter une citation
scarlett12scarlett12   18 février 2018
Il se pencha pour examiner de plus près la maison de poupée. Elle était parfaite, avec ses minuscules gouttes de peinture écarlate qui imitaient des roses grimpant sur la véranda ; son entrelacs de lierre sculpté dans du bois de poirier qui s'agrippait aux murs et rampait autour des fenêtres jusqu'au dernier garde-fou ; ses toits gris très pentus étrangement imbriqués et hérissés de hautes cheminées.
- Elle a été confectionnée avec amour, ça se voit ! murmura-t-il. Il a dû falloir un temps fou, rien que pour faire l'extérieur de cette merveille !

Il avança la main. Je pensai qu'il voulait essayer de trouver le crochet qui permettait à la façade de s'ouvrir en deux, révélant les pièces de la maison et ses escaliers, les passages secrets, le papier peint fané. Peut-être allait-il même fouiller les chambres mansardées et trouver dans leur bric-à-brac une des chaises brodées miniature, afin d'en admirer les points presque invisibles et les pieds en bois, fins comme des aiguilles, soigneusement cirés.
Mais il avait senti, je crois, que jusqu'au choc qu'avait constitué son arrivée inopinée cette maison de poupée était mon seul et unique univers. Il retira vivement sa main, comprenant que l'ouvrir et triturer ces objets serait comme une intrusion dans une propriété privée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
Annette55Annette55   08 octobre 2014
Ah! Les livres! Sans eux, je serais devenu fou.
Je ne pouvais ni nager, ni marcher, alors d'autres remontaient à ma place des riviéres infestées de crocodiles et éscaladaient des sommets enneigés. Je ne me souviens plus comment j'ai appris à lire.
Commenter  J’apprécie          300
luckitaluckita   26 mars 2014
Les passages du diable sont les chemins les plus ordinaires. Croyez-moi. Et le mal n'a pas toujours les traits de la laideur. On ne saurait lire, sur le visage d'un homme, la couleur de son âme. Mais rassurez-vous, poursuivit-il en levant les bras, il existe un moyen de s'en défendre, un seul. Car le diable ne peut arriver a ses fins sans votre aide. Il ne triomphe que si vous lui ouvrez la porte.
Commenter  J’apprécie          180
NadaelNadael   06 mars 2014
«  Car même si nous avions passé des années cloîtrés ensemble, je ne connaissais décidément pas ma mère. Elle ne m'avait jamais parlé de son enfance. J'étais la seule personne au monde à en savoir aussi peu sur elle. Pour moi, elle aurait pu être aussi bien une poupée à tête de bois, totalement dépourvue de cet amour qui vous amène à partager des souvenirs, des peurs et des espoirs. Elle m'avait dépouillé de mon être : je ne connaissais même pas mon vrai nom. Elle avait préféré les banalités du silence à la vérité, la vérité sur mes origines. Parce que cela l'arrangeait, elle m'avait condamné à vivre cloué au lit, anémié par cet interminable mensonge. Et pour couronner le tout, elle m'avait abandonné! »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
cdiLFNYcdiLFNY   03 janvier 2016
Mais il ne pouvait même pas imaginer à quel point il fallait l’être pour voir, par-dessus une épaule, l’ombre décharnée de votre mère, le cou brisé, pendue à un barreau de la fenêtre. Elle avait confectionné une corde avec un nœud coulant en tressant de ses doigts habiles les lambeaux de dentelle qui pendaient de sa robe déchirée. (...) Le pauvre garçon sera poursuivi toute sa vie par ce souvenir atroce: sa mère pendue aux barreaux de la fenêtre, les yeux exorbités, aussi maigre que les personnages de la maison de poupée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Videos de Anne Fine (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Anne Fine
Le chat assassin, félin de mauvaise foi, d'Anne Fine est un succès pour tous les âges, dès les premières lectures ! Une vidéo rienalire.fr
autres livres classés : maison de poupéesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Le passage du quizz

Quel est le nom du personnage principal ?

dani ghamcunnin
daniel cunningham
daniel cun
daniel marlow

6 questions
46 lecteurs ont répondu
Thème : Le passage du diable de Anne FineCréer un quiz sur ce livre
.. ..