AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782266333023
504 pages
Pocket (05/10/2023)
3.85/5   268 notes
Résumé :
Le bouleversant destin de Flor de Oro Trujillo, la fille d’un des plus sinistres dictateurs que la terre ait porté.

1915. Flor de Oro naît à San Cristóbal, en République dominicaine. Son père, petit truand devenu militaire, ne vise rien moins que la tête de l’État. Il est déterminé à faire de sa fille une femme cultivée et sophistiquée, à la hauteur de sa propre ambition. Elle quitte alors sa famille pour devenir pensionnaire en France, dans le plus c... >Voir plus
Que lire après La Fille de l'ogreVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (91) Voir plus Ajouter une critique
3,85

sur 268 notes
°°° Rentrée littéraire 2022 # 44 °°°

L'ogre, c'est le général Rafael Trujillo qui a dirigé la République dominicaine de son coup d'Etat en 1930 jusqu'à son assassinat en 1961. Un des dictateurs les plus sanguinaires et extravagants d'Amérique latine, contrôlant son pays par la terreur mené par sa police politique, le SIM ( Service du renseignement militaire ) qui recourait à la torture systématique d'opposants, confondant son patrimoine avec l'Etat au point de bâtir un empire économique par l'extorsion et l'intimidation qui en fit un des cinq personnes les plus riches au monde de son époque. Il a ordonné le massacre à la machette d'au moins 20.000 Haitiens travaillant dans les plantations sucrières. Sa mégalomanie lui a fait dépenser des dizaines de millions de dollars pour ériger des édifices dans un style néo-mussolinien et organiser une culte de la personnalité hallucinant en tant que « Bienfaiteur de la patrie ».

La fille, c'est son aînée, Flor de Oro, figure aujourd'hui tombée dans l'oubli après avoir été sous les feux des projecteurs, que Catherine Bardon a exhumé des limbes de l'Histoire pour nous en proposer une biographie romancée, imaginant de quoi étaient tissées son enfance, sa jeunesse, sa vie de femme jusqu'à sa mort en 1978 à 63 ans, et comment elle a assumé cette écrasante filiation.

Catherine Bardon fait le choix de coller au plus près à son héroïne, cherchant à percer l'opacité de Flor de Oro pour découvrir ce qui se cachait derrière le sourire affiché sur les photographies. Même si le récit dessine en creux l'histoire de la dictature de Trujillo, le contexte historique n'est clairement pas au premier plan. Par appétence personnelle, j'aurais apprécié qu'il soit plus présent ou plus développé. Car finalement, on ne saura que peu ce que pensait Flor de Oro des actes terribles de son père, trop accaparée à tenter de vivre malgré tout, refoulant la vérité pour ne pas sombrer. Cela m'a clairement manqué et cette lacune, même volontaire, a enlevé de la densité à cette lecture.

La fille de l'ogre est l'histoire d'une dérive, d'une vie malmenée et mal menée dès son enfance, envoyée dans une solitude extrême pendant huit ans dans un prestigieux pensionnant français, le collège privé féminin de Bouffémont, pour la préparer à tenir son rang de fille de président. L'auteur a un talent de conteuse évident qui nous entraîne sur ses pas, de Ciudad Trujillo à Berlin, de Rome à New-York, parvenant à dire ce qu'on devine ou ce qui se dérobe, avec un souci du constat psychologique.

Flor de Oro Trujillo n'a cessé de se tromper. Toute sa vie, elle a été une petite fille amoureuse d'un père qui ne lui a jamais qu'il l'aimait, victime d'une tache originelle impossible à laver aux yeux du père : sa goutte de sang noir qui s'exprime dans sa peau mate et ses cheveux indisciplinés, appelant à son père une ascendance qui lui fait honte, lui qui se poudrait pour dissimuler sa peau jugé trop sombre. Toute sa vie elle a couru après son affection, cherchant son assentiment tout en cherchant à le fuir car lui ne pensait qu'à l'utiliser, la contrôler, la surveiller. Triste échappatoire, elle a cru fuir par le mariage. Neuf maris épousés selon un schéma immuable : flirt, colère du père qui refuse que sa fille ait des aventures hors mariage, mariage, disgrâce, fuite à l'étranger, retour dans le giron paternel à coup de gros virements bancaires.

Forcément, c'est un peu répétitif tant Flor de Oro est enfermée dans ce marathon matrimonial infernal doublé d'un jeu sadique de son père qui jamais ne desserrera son licol. On referme le livre pas nécessairement ému mais touché par la tristesse de cette vie qui s'apparente à une descente aux enfers entre alcool, vie nocturne dissolu et dépression, dont seul surnage son amour malheureux pour son premier mari, le playboy mi-espion mi-diplomate Porfirio Rubirosa qu'elle épouse à 17 ans et aimera toute sa vie.
Commenter  J’apprécie          1156
C'est avec une certaine empathie que Catherine Bardon nous raconte le destin pitoyable de Flor de Oro, la fille de l'Ogre des Caraïbes, autrement dit Rafael Leonidas Trujillo qui a exercé un pouvoir dictatorial jusqu'à son assassinat en 1961.
Toujours sous surveillance, comme tout l'entourage du dictateur, Flor de Oro doit se soumette aux ordres et au bon vouloir de son père. L'auteure nous raconte cette vie faite de mariages ratés, neuf au total, de voyages et de fêtes. Dépendante de la fortune du dictateur et parfois assignée à résidence, Flor del Oro tente d'oublier ses désillusions dans l'alcool et les bras des hommes qu'elle se doit d'épouser pour ne pas entacher l'honneur de son père. Toute sa vie elle devra se débattre conte son anorexie et l'alcoolisme.
L'histoire n'a pas retenu grand-chose de cette jeune héritière, et son premier mari, Porfirio Rubirosa, play-boy volage qui sera diplomate, espion, coureur automobile et la coqueluche des femmes en vue aura laissé davantage de traces.
Catherine Bardon prend le parti de son héroïne pour narrer ses difficultés, ses échecs et ses tentatives avortées de révolte et de liberté. Il fallait bien combler les lacunes de cette biographie et l'auteure romance à foison les amours nocifs de Flor tout en imaginant son attachement pour ce père dont elle voudrait être aimée.
En filigrane se déroule l'histoire de l'île sous le joug du « Bienfaiteur de la Patrie » ainsi que les évènements mondiaux comme la montée du nazisme et la seconde guerre mondiale. J'ai regretté que l'histoire ne soit pas davantage abordée, ainsi que les cruelles conséquences de la dictature de Trujillo. Pour approfondir un peu plus l'histoire de cette dictature, il faut lire « La fête au bouc » de Mario Vargas Llosa, un portrait effroyable de la société de corruption et de turpitude qui a régné à Saint-Domingue.

Commenter  J’apprécie          572
On fait la connaissance de Flor de Oro (Fleur D or), fille aînée du dictateur Rafael Leonidas Trujillo et de sa première épouse Aminta Ledesma, alors que son père est encore un « apprenti soldat », gravissant les degrés qui le conduiront vers le grade de général. Flor est en adoration devant son père, mais elle porte en elle la tache originelle qui prouve son origine haïtienne (comme son père d'ailleurs !) et ceci va la poursuivre durant toute son existence.

Le Jefe, comme on le surnomme l'envoie faire des études dans un collège en France, où elle découvre le froid, la solitude et la difficulté à se faire des amis. Elle se concentre sur les études, car son père, à chaque retour, épluche le carnet de notes. Elle se défend des moqueries en citant César : « Mieux vaut être le premier dans son village, que le second à Rome ».

Un jour, cependant, elle devient intéressante, son père est devenu Président de la République Dominicaine, via une élection truquée, les opposants ayant été muselés. Cela va signer son retour au Pays…

En fait, personne n'est là pour l'accueillir, son père ayant d'autres préoccupations, un remariage, d'autres enfants… Une brève période de bonheur, quand elle rencontre le beau lieutenant Porfirio Rubirosa, qui sera célèbre pour son côté bourreau des coeurs, (il épousera même une célèbre actrice française !) mais le dictateur veille, leur coupe les vivres lorsqu'ils s'exilent à New-York, notamment. L'argent et le pouvoir permettent tout…

Tout au long de son existence, Flor va essayer d'exister aux yeux de son père, qui ne cessera de la surveiller, de la manipuler, lui imposant ses choix, à travers ses nombreux mariages (neuf au total et tous plus ou moins ratés, car le Jefe oeuvre en sous-main -sous-marin ?) au gré de ses intérêts personnels : chacun des nouveaux maris devant lui apporter des contrats juteux, le servir.

On se prend d'affection pour cette femme qui brille par son manque d'estime d'elle-même, toujours en quête de l'approbation paternelle qui ne vient jamais bien sûr, car il adore l'humilier, lui lancer des petites phrases assassines mais elle reste sous sa domination, il y a trop longtemps qu'on lui a coupé les ailes. Elle fuit de l'alcool, l'anorexie, se détruisant lentement.

Catherine Bardon nous offre, à travers l'histoire de cette femme manipulée, malmenée, celle de la République Dominicaine durant les trente ans de la poigne de fer de Trujillo ce qui rend ce roman encore plus intéressant, on est au-delà d'un destin individuel brisé.

Je connais mal l'histoire de la République Dominicaine, j'ai découvert Trujillo en lisant « Les déracinés », je l'avoue ! Je n'ai pas terminé la tétralogie, d'ailleurs, il me reste le dernier tome, mais les personnages m'intéressaient moins que ceux du premier tome.

L'auteure sait bien décrire la situation du Pays comme, la culture, et la famille du dictateur alors j'ai dévoré ce roman, même si parfois j'avais envie de secouer un peu notre héroïne, un passage sur le divan aurait été très intéressant, elle l'a d'ailleurs tenté mais son psy presque époux est décédé dans des conditions étranges… Alors elle n'a pas retenté l'expérience.

Comment ne pas sourire en voyant Trujillo tenter de masquer ce qui est tout sauf un teint d'albâtre, en se poudrant abondamment le visage !

Un grand merci à NetGalley et aux éditions Les Escales qui m'ont permis de découvrir ce roman et son auteur

#Lafilledelogre #NetGalleyFrance


Lien : https://leslivresdeve.wordpr..
Commenter  J’apprécie          411
J'avais déjà entendu le plus grand bien de la tétralogie de Catherine Bardon: “Les déracinés”, mais c'est avec son dernier roman que je découvre cette auteure et son talent pour le roman historique.!
De l'histoire de la République Dominicaine, je ne connaissais que ce que j'avais lu dans le passionnant ouvrage de Mario Vargas LLosa: “La fête au bouc”, qui retrace les derniers jours de la dictature de Trujillo et balaye trente années d'oppression et de tyrannie pour le peuple dominicain.

Dans “La fille de l'ogre”, Catherine Bardon s'intéresse à un personnage secondaire de l'Histoire dominicaine: Flor de Oro Trujillo, la fille aînée du dictateur, fruit d'un premier mariage avec Aminta Ledesma, avant son accession au pouvoir. Cette enfant qui lui ressemble et qui lui rappelle, malgré elle, sa goutte de sang noir et ses origines haïtiennes qu'il tente tant bien que mal de renier… Cette fille petite et maigrichonne mais dont la joie de vivre et le sourire enjôleur séduisent instantanément ceux qui la côtoient. Cette gamine qui cherchera toute sa vie durant, l'affection et la tendresse d'un père, sans jamais les trouver. Cette femme qui grandira dans l'absence du père mais subira pourtant son joug tyrannique et son omniprésence dans sa vie, dans ses décisions ainsi que dans ses actes de rébellion. Une femme-enfant qui ne parviendra jamais à se construire totalement et composera toute sa vie avec ses névroses, ses troubles alimentaires et ses sentiments ambivalents, enchaînant les échecs et les déceptions, notamment avec les hommes (neuf mariages à son actif tout de même!).

A travers l'histoire de Flor de Oro Trujillo, Catherine Bardon nous offre un passionnant portrait de femme, extrêmement documenté, ce qui n'a pas dû être une mince affaire quand on voit le peu d'informations présentes sur internet concernant la fille aînée du dictateur… Cette femme, au destin pour le moins romanesque, a subi de plein fouet la violence d'un père manipulateur, paranoïaque et sans états d'âme. Une vie brisée par le tumulte et le chaos, par les drames et les tragédies mais une âme insoumise qui ne cessera jamais de lutter pour gagner sa liberté tout en acceptant, paradoxe oblige, certains privilèges liés au fait d'être la fille d'une des plus grosses fortunes mondiales…

Grâce à Catherine Bardon, j'ai découvert une femme fascinante et terriblement touchante, en avance sur son temps avec ses rêves d'émancipation et d'indépendance, mais dont le moindre geste et la moindre parole seront continuellement épiés, et qui, malgré quelques tentatives d'évasion, vivra toute sa vie dans une prison dorée.

Le style de l'auteure est vif et entraînant avec ses phrases courtes qui s'enchaînent avec fluidité et c'est peut-être ce que je pourrais reprocher au roman… Cette construction sujet/verbe/complément trop répétitive crée l'impression de recevoir une flopée de données factuelles qui manquent de profondeur et nuisent à la création de personnages plus incarnés, comme s'ils subissaient l'Histoire alors même qu'ils l'ont faite (bon, c'est un peu vrai dans le cas de Flor de Oro…). C'est dommage, car c'est ce qui m'a manqué pour être complètement emballée… Un ouvrage qui n'en demeure pas moins passionnant!

Lecture qui rentre dans le cadre du challenge Jeux en foli…ttéraire XII organisé par SabiSab28 et CallieTourneLesPages.
Commenter  J’apprécie          331
Une vie malmenée et mal menée

Après la trilogie des Déracinés, Catherine Bardon reste fidèle à la République dominicaine en retraçant la vie de Flor de Oro, la fille du dictateur Trujillo. Une biographie qui est d'abord un grand roman!

Un déchirement. Flor de Oro n'a qu'une dizaine d'années lorsque son père, chef de la police de la République dominicaine, décide d'envoyer sa fille dans l'une des plus prestigieuses écoles privées de France, afin de parfaire son éducation. Flor de Oro doit alors quitter Aminta, sa mère, Boule de neige son chien, mais aussi son climat et son décor de rêve pour le froid et les couloirs d'un vaste domaine. Une expérience difficile, mais qui lui permet de découvrir la haute bourgeoisie, parcourir les lieux de villégiature comme Saint-Moritz en Suisse ou Biarritz et de décrocher un diplôme. Pendant ce temps son père va prendre les rênes du pouvoir après un coup d'État quelques temps avant qu'un cyclone ne fasse des milliers de morts et de gros dégâts.
C'est donc un pays très différent et avec un tout autre statut qu'elle retrouve à 17 ans. Dans les flonflons de la fête organisée pour son retour elle va retrouver l'aide de camp qu'elle n'avait pu quitter du regard en débarquant, Porfirio Rubirosa. Mais l'amour peut-il trouver sa place dans un protocole très strict? Après avoir tenu tête à son père, elle finit par le faire céder et a même droit à un mariage grandiose avec le beau séducteur. Mais ce dont elle ne se doute pas, dans sa candeur et sa naïveté, c'est que désormais tous les faits et gestes du couple sont surveillés et rapportés au dictateur.
À l'image de toutes ces rumeurs qui circulent sur la police politique et la chasse aux opposants, elle va pourtant très vite comprendre que son père est un Janus dont la face sombre est impitoyable. Elle comprend alors «que si elle accepte de regarder en face ce qu'est son père, ce qu'il fait à son pays, ce qu'il fait à son peuple, elle sombrera. Elle le sait. Pour survivre, elle doit refouler ces pensées et ces images, les tenir à distance et leur dénier tout pouvoir sur elle.»
Mais ses envies d'émancipation sont balayées d'un revers de manche par «T», comme l'autrice a choisi de désigner le dictateur, qui régnera sans partage pendant trois décennies.
En déroulant la vie sentimentale de Flor de Oro, qui se mariera neuf fois, Catherine Bardon montre combien la cage dorée dans laquelle elle se meut est une prison. Que toute tentative pour s'en échapper est vouée à l'échec, y compris après la mort du tyran.
Sans manichéisme, la romancière nous permet de comprendre toute l'ambivalence de leur relation. Si sa fille a largement profité des largesses de son père, elle a aussi beaucoup souffert de ce statut si particulier. Espionnée en permanence, elle ne pouvait se permettre de faire un pas sans que celui-ci ne soit relaté à son père. Un carcan dont elle tentera bien de se défaire, mais sans succès. Car, comme l'a montré Diane Ducret dans ses ouvrages sur les femmes de dictateurs, ces derniers avaient pour la plupart un rapport très pervers avec leurs épouses et maîtresses. Et si elle n'a pas spécifiquement traité le cas de Trujillo, les déviances sont semblables. C'est Mario Vargas Llosa, avec son roman La fête au bouc, qui retrace les dernières années de Trujillo et son assassinat, qui va souligner combien le dictateur considérait les femmes comme lui appartenant, qu'elles devaient lui être offertes faute de bannissement, de disgrâce, de la perte de tous leurs biens, voire de prison ou d'exil forcé, la tout sans aucune justification. On comprend alors que le combat de de Flor de Oro aura été vain, même si elle n'a jamais cessé de le mener.
Comme l'a souligné Catherine Bardon dans un entretien accordé pour la sortie du roman, raconter la vie de Flor de Oro lui aura aussi permis de rendre hommage aux Dominicains, comme elle l'a fait dans sa saga des Déracinés, car La Fille de l'Ogre «est aussi une allégorie du peuple dominicain pendant la dictature.»



Lien : https://collectiondelivres.w..
Commenter  J’apprécie          341

Citations et extraits (16) Voir plus Ajouter une citation
(Les premières pages du livre)
San Cristóbal, République dominicaine, 1920
— Flor ! Flor de Oro !
Elle a un prénom délicat et précieux, comme l’enfant qu’elle est.
Fleur d’Or.
C’est son père qui l’a choisi. Sa mère ne sait pas très bien d’où il l’a sorti. Alors elle lui dit qu’il l’a inventé pour elle, juste pour le plaisir de voir fleurir un grand sourire sur le visage de sa fille.
Un prénom inventé, rien que pour elle ! Flor de Oro est rassurée, son Papi l’aime.
— Flor ! Flor de Oro !
Du fond de la cour, sa mère l’appelle. Les petits chiens sont nés.
La bouche pleine de dulce de leche au coco, Flor accourt en sautillant. Un drôle de cloche-pied à trois temps qui la déséquilibre légèrement, presque une claudication. Elle trébuche et manque de s’étaler dans la poussière. Elle se rattrape de justesse. Aminta fait mine de n’avoir rien vu. Cette note dissonante lui arrache un sourire tendre. Ni elle ni son mari n’ont légué à leur fille le sens du rythme. Aminta, cette femme simple et sans grande éducation, adore la danse. Elle pense que c’est ce qui les a rapprochés, T et elle, la main sur la cambrure des reins, les bassins soudés, les corps qui oscillent, s’épousent, un creux pour un plein, les hanches qui balancent, les épaules qui se frôlent en tressautant… Ça et leur jeunesse, ça et leur terre de naissance, San Cristóbal.
Non décidément, sa petite Flor de cinq ans n’a pas le rythme dans la peau. Peut-être que Julia Genoveva, elle, l’aurait eu… peut-être…
Flor de Oro est là, devant sa mère, les joues rougies par sa course, les lèvres coquillage lustrées de sucre, entrouvertes, les yeux interrogateurs. Aminta hoche la tête et chasse avec résolution le fantôme de son aînée. Il ne doit pas peser sur l’enfance de Flor. Jamais.
Aminta prend la main de sa fille et la conduit devant l’abri de la chienne. Gisant sur le flanc dans l’ombre pauvre, les yeux fermés, la bête immobile endure les succions voraces d’un quatuor de chiots qui ressemblent à des rats. Flor se penche, examine attentivement la portée et pointe un index décidé sur une boule noire blottie contre la cuisse de la chienne.
— Celui-là !
La fillette s’accroupit, elle effleure le chiot du bout de ses doigts timides puis retire vivement sa main, la chienne s’est mise à gronder doucement. Fière de son audace, Flor lève des yeux brillants vers le sourire de sa mère.
*
Son Papi est rentré. Une permission. Flor ne le voit que rarement depuis qu’il est devenu élève soldat, guère plus d’une fois tous les deux mois. Il a intégré l’académie militaire de Haina, loin de San Cristóbal, là où les marines américains forment les officiers de la future armée dominicaine. Flor déteste les Américains, un jour elle a jeté des pierres sur une automobile qui passait avec à son bord quatre officiers.
T tapote distraitement le sommet du crâne de sa fille. Ses doigts dansent dans les boucles brunes, regrettant au passage qu’elles ne soient pas plus soyeuses. Interroge la mère. Aminta acquiesce, sage, bonnes notes à l’école. Bien. Flor dit à son père pour le chiot. T se laisse entraîner de mauvaise grâce vers la portée, non sans avoir planté un chapeau de paille sur la tête de sa fille. Il ne faudrait pas que sa peau brunisse au soleil, elle a déjà le teint mat. Sans hésiter, l’enfant lui désigne le chiot. C’est le mien. Il s’appelle Café. Son père grimace. Ce n’est pas le genre de chose qui l’attendrit. Il soupire bruyamment.
— Non, mi amor. Pas celui-là. Il est tout noir, il est mauvais comme tous les noirs. Regarde, il vole déjà le lait des autres.
Accroupie, les coudes sur ses genoux, Flor observe la portée avec attention. Son petit menton commence à trembler, des larmes montent à ses yeux, prêtes à dévaler ses joues. Elle aimait déjà Café. Mais Papi a raison, le noir prend toutes ses aises et piétine le chiot à côté de lui, un petit blanc avec des taches rousses au bout des pattes qui font comme des chaussures. Son père le pointe du doigt :
— Prends plutôt celui-là, il est blanc, tout blanc, et tu vas voir, il va devenir un tiguere si tu t’en occupes bien ! Tu pourras l’appeler Boule de Neige !
Voilà, Papi a décidé. Il a toujours raison, il ne faut pas le contrarier, pas le décevoir. Surtout pas. Une petite fille doit se plier aux décisions de son père, surtout quand c’est un soldat. Son chiot, ce sera Boule de Neige. Flor ne sait pas ce qu’est la neige.

De loin, Aminta a assisté à la scène, impuissante. Inutile de s’interposer. Elle a peur de cet homme, son mari. Il a toujours été autoritaire, colérique, inflexible et violent, et ça ne fait qu’empirer avec cette formation militaire. Autrefois déjà, avec son frère, quand il jouait les cuatreros, puis avec sa bande de voyous des « 42 »… Et plus tard dans la plantation de canne qui l’employait comme garde, il était craint comme la peste par les coupeurs haïtiens pour sa cruauté. Ah ça, il a marqué les mémoires, les dérouillées au nerf de bœuf et à la trique de goyave restent gravées dans les mémoires ! Tout au fond d’elle, Aminta, la fille de bonne famille, a toujours su qu’elle faisait une erreur en épousant ce petit télégraphiste sans éducation qui avait même fait de la prison. Est-ce son côté mauvais garçon ou bon danseur qui l’a fait flancher ? En plus il est infidèle, il ne se cache même pas de ses aventures… Vraiment, quelle erreur ! Enfin sa fille n’a pas à payer les pots cassés. Alors elle endure, Aminta. Pour Flor de Oro, elle serre les dents bravement et prépare une malteada à son mari.
Maintenant que la question du chiot est réglée et que Papi est content, Flor espère qu’il va lui nouer des rubans dans les cheveux en l’appelant mi princesa. Ou lui donner la ceinture de son uniforme à laver dans la rivière. Ou encore mieux, qu’il va la faire danser. Elle tournicote autour de lui tandis qu’il sirote sa boisson, le regard plein d’espoir en se dandinant d’un pied sur l’autre. T a compris. Aujourd’hui il est de bonne humeur. Il pose son verre, déclame quelques vers de sa voix haut perchée sous l’œil admiratif de sa fille et se met à fredonner un air à la mode.
D’un doigt délicat, il replace une mèche rebelle derrière l’oreille de Flor, puis il la soulève comme une plume et pose ses petits pieds chaussés de toile sur ses bottes de cuir avant de commencer à marquer les trois temps du merengue. Ils tournent ensemble, il ne la lâche pas. Baila mi’jita ¡ baila, mueve la cadera ! Comme c’est amusant. C’est l’unique jeu que Papi lui accorde, alors Flor se déhanche avec délectation, les yeux extasiés levés vers le visage de son père. Papi s’arrête soudain, il en a assez de la faire tourner. Flor se retrouve bras ballants, les deux talons sur le sol. Papi tape des pieds par terre pour enlever la poussière de ses bottes et lui tourne le dos sans un mot. Puis se ravisant, il fait un pas vers Flor, plonge la main dans sa poche et lui tend une pièce de 5 pesos, pour t’acheter un jouet, et un bout de canne qu’il épluche. Oh merci Papi ! Flor commence à suçoter le morceau, le sucre coule dans sa gorge. Que c’est bon ! Aujourd’hui, c’est vraiment un beau jour.
*
Dans l’enfance de Flor, il y a le fantôme.
Cette absence jamais dite. Ce vide intangible, ce manque qu’elle lit parfois dans le regard de sa mère lorsqu’il s’égare, dans certains de ses gestes, cette main qu’elle laisse soudain retomber, comme ça, sans raison, ce soupir qu’elle réprime. Flor ne sait pas sa sœur morte d’une fièvre tropicale, l’enfant envolée avant d’avoir atteint sa première année. Elle ne sait pas le trou béant dans le cœur d’Aminta, le dépit et la colère de son père qui n’a pas réussi, malgré une longue chevauchée de nuit sur une vieille carne, à ramener le docteur assez vite. Le rio Haina était en crue et il avait lutté durant des heures contre le courant et la pluie. À son retour, sa fille était morte. Il s’était juré ce jour-là de construire un pont au-dessus de ce maudit fleuve.
Flor ne sait pas qu’elle est la compensation de l’ange perdu, l’enfant de remplacement. Mais, instinctivement, elle perçoit cet espace trop grand pour elle qu’on lui demande de remplir. Alors elle fait de son mieux. Elle s’applique. À l’école, au catéchisme, à la maison. Elle se fait légère, jamais grave, jamais triste, elle sent qu’elle n’en a pas le droit.

Dans l’enfance de Flor il y a le grand absent, son père dont l’ascension militaire et politique est fulgurante. Impérieux, autoritaire, exigeant. Il n’a pas de temps à lui consacrer. Parfois, bien qu’elle ne soit pas le fils qu’il désirait, il se laisse attendrir l’espace d’un instant par cette petite fille si facile et si joyeuse, un peu timide, un peu sauvageonne, qui l’adore littéralement et qui craint en permanence de le décevoir. Il se laisse attendrir par ce grand sourire innocent qui éclaire magnifiquement le petit visage hâlé. Mais cela ne dure jamais. Tant de choses plus importantes l’appellent.

Dans l’enfance de Flor, il y a cette tache originelle. Dont elle ne pourra jamais se laver. Celle qui explique peut-être tout.
C’est une goutte.
Une goutte de sang noir. Haïtien. Celle dont on ne parle pas. Celle qui fait si honte à son père. Celle qui amènera plus tard le Jefe, qui prétend à un lignage aristocratique, à se poudrer de blanc, à se tartiner le visage du fond de teint des pierrots. Celle que trahissent les cheveux si indisciplinés de Flor et son teint qui n’est pas d’albâtre. Elle lui vient de loin, cette goutte. D’un arrière-arrière-grand-père, son aïeul maternel à lui, un officier haïtien, Joseph Chevallier, arrivé dans le pays quand il s’appelait Dominicana. Une ascendance inavouable, qu’il faut taire à tout prix. Mais, plus on cherche à l’oublier, plus elle éclot en Flor tandis qu’elle grandit, plus elle devient criante, cette goutte de sang.
Peut-être que Julia Genoveva ne l’avait pas, elle. Peut-être que c’était un bébé parfait. C’est pour ça que Papi et Mami la regardent avec pitié et ne l’aiment pas beaucoup, car elle, Flor de Oro, n’est pas parfaite.
Cette goutte
Commenter  J’apprécie          11
Elle sait trop à quel point son cœur est avide de la reconnaissance et de l’amour de son père, à quel point exister à ses yeux, capter son attention, conquérir une approbation, le satisfaire est vital pour elle. Car si elle n’existe pas à ses yeux, elle n’existe tout simplement pas…
Commenter  J’apprécie          151
Elle sait que si elle accepte de regarder en face ce qu'est son père, ce qu'il fait à son pays, ce qu'il fait à son peuple, elle sombrera. Elle le sait. Pour survivre, elle doit refouler ces pensées et ces images, les tenir à distance et leur dénier tout pouvoir sur elle. p. 148
Commenter  J’apprécie          131
La mort dans l'âme, Flor s'installe à Rio dans un état presque dépressif. Elle était si fière de son travail. Pourquoi le lui ont-ils enlevé? Parce que le rôle d'une femme, c'est d'être auprès de son époux. Parce que le jefe fait la pluie et le beau temps. Parce qu'Antenor n'est qu'un vulgaire macho et compte tenir les rênes de sa vie. Parce qu'elle n'est rien.
Commenter  J’apprécie          91
Elle ne pleure pas T, elle pleure son Papi. Elle verse des larmes sincères, celles d'une fille qui a haï son père pour ce qu'il était, celles d'une fille qui a aimé son père en dépit de ce qu'il était, celles d'une fille qui n'a jamais pu dire à son père qu'elle l'aimait, celles d'une fille à qui son père n'a jamais dit qu'il l'aimait. Ces mots si simples, qu'elle a attendu en vain toute sa vie, ces mots jamais prononcés, dont l'absence l'a marquée au fer rouge de l'indifférence, ces mots absents qui ont amputé sa vie.
Je t'aime, Flor des Oro.
Commenter  J’apprécie          51

Videos de Catherine Bardon (53) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Catherine Bardon
Attention !!! Nouvel horaire pour l'émission "Le coup de coeur des libraires" sur les Ondes de Sud Radio. Valérie Expert et Gérard Collard vous donnent rendez-vous chaque samedi à 14h00 pour vous faire découvrir leurs passions du moment ! • Retrouvez leurs dernières sélections de livres ici ! • • • Peindre la pluie en couleurs de Aurélie Tramier aux éditios Livre de Poche https://www.lagriffenoire.com/peindre-la-pluie-en-couleurs.html • Bien-Aimée de Aurélie Tramier aux éditions Hachette Fiction https://www.lagriffenoire.com/bien-aimee.html • L'art de "trumper": Ou comment la politique de Donald Trump a contaminé le monde de Anne Toulouse aux éditions du Rocher https://www.lagriffenoire.com/l-art-de-trumper-ou-comment-la-politique-de-donald-trump-a-contamine-le-monde.html • La Maison aux sortilèges de Emilia Hart et Alice Delarbre aux éditions Les Escales https://www.lagriffenoire.com/la-maison-aux-sortileges.html • Une femme debout de Catherine Bardon aux éditions Les Escales https://www.lagriffenoire.com/une-femme-debout.html • La Fille de l'ogre de Catherine Bardon aux éditions Pocket https://www.lagriffenoire.com/la-fille-de-l-ogre-1.html • Les Déracinés de Catherine Bardon aux éditions Pocket https://www.lagriffenoire.com/les-deracines.html • Les filles peuvent le faire aussi / Les garçons peuvent le faire aussi de Sophie Gourion et Isabelle Maroger aux éditions Gründ Jeunesse https://www.lagriffenoire.com/les-filles-peuvent-le-faire-aussi-les-garcons-peuvent-le-faire-aussi.html • L'Inconnue du portrait de Camille de Peretti aux éditions Calmann-Lévy https://www.lagriffenoire.com/l-inconnue-du-portrait.html • Melody de Martin Suter aux éditions Phébus https://www.lagriffenoire.com/melody.html • Pour que chantent les montagnes de Phan Que Mai Nguyen aux éditions Points https://www.lagriffenoire.com/pour-que-chantent-les-montagnes-1.html • Là où fleurissent les cendres de Nguyen Phan Que Mai et Sarah Tardy aux éditions Charleston https://www.lagriffenoire.com/la-ou-fleurissent-les-cendres.html • Parler sexe: Comment informer nos ados de Israël Nisand aux éditions Grasset https://www.lagriffenoire.com/parler-sexe-comment-informer-nos-ados.html • le prisonnier de B.A. Paris aux éditions Hugo Thriller https://www.lagriffenoire.com/prisonniere-2.html • Neil Armstrong et Iouri Gagarine: Deux vies, un rêve de
+ Lire la suite
autres livres classés : république dominicaineVoir plus
Les plus populaires : Littérature française Voir plus


Lecteurs (653) Voir plus



Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
3101 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..