AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782253079897
384 pages
Le Livre de Poche (02/02/2022)
4.19/5   211 notes
Résumé :
Morgane est une directrice de crèche solitaire et revêche qui ne supporte plus les enfants. A 35 ans, elle vit dans le rêve paisible de racheter une pension de luxe pour chiens. Tout vole en éclats lorsque sa sœur meurt dans un accident de voiture, lui laissant ses deux enfants en héritage. L’arrivée d’Eliott 10 ans, et de Léa, 6 ans, bouscule son quotidien maniaque et fait ressurgir un passé douloureusement enfoui.

Les voix de Morgane et d’Eliott al... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (58) Voir plus Ajouter une critique
4,19

sur 211 notes
5
35 avis
4
16 avis
3
3 avis
2
0 avis
1
0 avis

Jmlyr
  07 juillet 2020
Pratiquant le pastel, je sais que peindre la pluie nécessite beaucoup de couleurs en réalité, et j'ai aimé ce titre tout en symboles. Sollicitée pour cette Masse Critique privilégiée, j'ai accepté
de recevoir ce livre tout en refusant d'en savoir plus ! Grand bien m'en a pris, car je n'aurais peut-être pas été tentée par l'aventure au regard de la 4e de couverture, qui en dit déjà trop à mon goût. J'aime tellement me laisser surprendre, et je remercie vivement Babelio et les éditions La Belle étoile de chez Marabout pour cette histoire bien plus profonde qu'il n'y paraît.
L'analyse des différents rapports qui lient tous les protagonistes m'a semblée fine et empreinte de réalisme, avec des messages en filigrane qui permettent de regarder l'intrigue sous différents angles de vue. Un appel à la tolérance, à ne pas juger sans savoir, comme le font trop souvent les gens sans chercher à comprendre l'origine de tel ou tel comportement atypique, différent. Il est dérangeant d'avoir en face de soi quelqu'un en qui on ne lit pas comme dans un livre, mais pourtant, il est toujours intéressant de chercher à déchiffrer ses non-dits.
Si l'adage dit « après la pluie, le beau temps », on pourrait lire ici « même pendant la pluie il y a des éclaircies ».
Un livre qui incite à réfléchir sur des sujets graves où l'enfance est très présente et bien vue.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10612
Ladybirdy
  11 décembre 2020
J'aime les arc-en-ciel, les couleurs sur les murs, les rayons de soleil qui percent les nuages. Peindre la pluie en couleurs, un magnifique titre déjà car on imagine un jaillissement de couleurs en fête et des trésors sur les plaies. Il y a toujours quelqu'un qui nous attend quelque part. J'y crois.
C'est peut-être grâce à ce livre après tout. Il est tellement vitaminé et ressourçant que je l'ai terminé groggy. Tendresse, émotions, sensibilité et humour, ce livre m'a fait beaucoup de bien.
La réalité est amère et solitaire pour Morgane, trente-cinq ans. Directrice de crèche, un brin acariâtre et maniaque elle préfère de loin les chiens aux enfants. Pourtant, le jour où Émilie sa soeur adorée décède avec son mari, c'est à Morgane que sont confiés les deux enfants d'Emilie, Eliott et Léa.
La plaie pour Morgane qui ne s'est jamais occupé d'enfants.
Partagé entre la voix de Morgane et d'Eliott, ce roman relate le parcours d'une femme en souffrance. Délaissée par sa mère, abandonnée une deuxième fois par sa soeur, elle broie plutôt du noir assise sur sa misérable vie. Évidemment, et vous le sentez venir à plein nez, avec un titre pareil, l'évolution ne peut être que favorable.
Oui et non. Sans tomber dans la mièvrerie et la guimauve, ce roman puise sa force au fil des pages. J'ai ressenti beaucoup d'empathie de la part de l'auteure à l'écriture de ce livre. Les personnages sont entiers et il n'y a pas un bombardement de phrases clichés. Eliott est touchant par ses fêlures et son imagination folle. Léa est un bonbon rose. Jean-Michel le croque-mort qui croque la vie et chante du Dalida à tue tête. La grand mère par contre est dérangeante et pitoyable dans ses rancoeurs dépassées.
Tout ce petit monde est en somme une belle palette de couleurs, pour une parenthèse enchantée et bienvenue dans la morosité actuelle. Avoir envie d'accompagner ces personnages dans leurs larmes ou leurs sourires est un gage de réussite selon moi. Parce que l'auteure a fait de l'empathie son créneau. Il y a beaucoup de souffrance autour de nous, passer le gris à la machine, ça fait un bien fou.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          9210
lyoko
  25 novembre 2020
Un roman qui fait du bien et qui redonne espoir.
Même si au début du roman je l'ai trouvé un peu léger pour un sujet lourd. Deux enfants orphelins suite à un accident et ou la garde de ceux-ci est laissée à une tante un peu amère.
Au final c'est une belle leçon de vie sur plusieurs points. le deuil des adultes, mais également celui des enfants. le jugement que l'on porte sur les autres. Il est vrai que l'Homme a tendance à juger l'autre sur l'apparence sans savoir ce qu'il se cache derrière. Également sur l'adoption, sur les relations mère fille et entre frères et soeurs.
Enfin bref, un roman plus riche qu'il n'y paraît au premier abord, et qui nous donne le frisson.
Un petit livre accessible à tous, écrit simplement, sans fioritures, mais tellement parlant.
Les personnages son travaillés, réalistes et gagnent en couleur au fils des pages.
Je vais en recommander la lecture à mes enfants.
Un roman qui ne peut laisser personnes indifférents même si le début est un peu convenu.
Commenter  J’apprécie          853
jeunejane
  16 octobre 2020
Eliott, 11 ans, et sa petite soeur Léa passent leur dernière journée au centre aéré avant de partir en vacances avec leurs parents. Ceux-ci n'arriveront jamais, victimes d'un accident de la route non loin du centre.
La maman, Émilie, a eu le temps de donner ses dernières volontés quant à la garde des enfants. Elle veut que Morgane, sa soeur, les élève.
Morgane est directrice de crèche à Paris mais elle n'aime pas les enfants. On sent évidemment une blessure immense chez Morgane. D'ailleurs, elle se dessine déjà dans les premières pages qui se passent 18 ans avant et s'éclairciront lentement tout au long du récit en nous laissant cheminer dans le mystère petit à petit.
Les deux enfants et Morgane mettront beaucoup de temps à s'apprivoiser avec un allié indiscutable ,Snoopy, le chien de Morgane mais aussi avec un personnage hostile à Morgane, sa mère qui veut reprendre les enfants.
Pas simple à mettre en place, tout cela, avec deux enfants en souffrance chacun à leur façon.
Les chapitres se partagent entre Morgane, narratrice des faits et de ses sentiments, Eliott qui raconte son expérience ou qui écrit à sa maman dans son petit carnet.
Un roman très vivant avec des scènes qui se passent à la crèche, au domicile, à l'école, chez les grands-parents, chez le vétérinaire, chez la psychologue.
J'ai beaucoup apprécié les personnages, l'écriture et la construction du roman.
Une belle découverte d'Aurélie Tramier.
Une couverture magnifique et un titre qui condense les faits à merveille.
Une livre attachant !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          516
FleurDuBien
  25 juin 2020
Et bien tout d'abord un grand merci à Babélio, à Masse Critique, aux Éditions La belle étoile sans oublier Nicolas, merci pour ce magnifique cadeau que vous m'avez offert.
Oui, ce livre est un cadeau.
Ne vous fiez pas à la couverture, ce n'est pas un roman "fell-good", romans sans grande consistance qui fleurissent à présent hélas dans nos librairies, bons et moins bons....
C'est un livre délicat, précieux comme un rire d'enfant, qui raconte une fragilité, un drame, mais une résilience.
J'ai tout aimé.
Le style tout d'abord, l'incroyable challenge de créer un roman à deux voix (voies ?...), celle de Morgane, l'ombre d'elle-même au début du récit, et celle d' Eliott, un enfant de 10 ans. Pas facile mais pari réussi.
J'ai aimé l'histoire, les relations mère-fille, la thérapeute d'Eliott (la chouette avec ses grosses lunettes, qui m'a terriblement fait penser à la mienne, enfant...), la bienveillance des uns et des autres, la détresse de Morgane et son terrible secret, Léa qui est un amour de petite fille, Eliott, ses discours et ses lettres, et puis, oui, la résilience, mot souvent galvaudé, mais pas ici. Résilience, comme la possibilité de faire face courageusement, et de s'en sortir pour de vrai. Et pour longtemps.
J'ai pu lire que l'auteure travaillait sur la gestion mentale des enfants en bas âge ; cela ne m'étonne pas. Car il y a du Dolto et de l'Eliatcheff dans ce roman magique, qui rebondit sans cesse, pour notre plus grand plaisir. Oui de ces deux grandes dames de la psychanalyse infantile, même chez les nourrissons (et oui...), j'en ai retrouvé la saveur.
Alors oui, cela se termine bien, mais pas comme un conte de fées, non, plutôt comme la vie qui, enfin, gagnerait et ferait la place belle à l'amour, la joie, et l'amitié.
Amis lecteurs, ne faites pas l'économie de ce livre, véritable petit bijou de justesse et d'humanité, que j'ai refermé non sans émotion.
Merci Madame Tramier.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          265

Citations et extraits (33) Voir plus Ajouter une citation
bbpoussybbpoussy   01 août 2020
Aux parents hypocondriaques :
- Ma fille ne risque-t-elle pas d'attraper des maladies ici ?
- Mais si, bien sûr, le choléra...
- J'ai entendu la dame blonde dire que son enfant avait des vers, vous pourriez vérifier ?
- Aucun problème, je vous garde la couche.
- A la maman sans-gêne :
- Est-ce embêtant si j'ai cinq à dix minutes de retard ce soir ?
- Mais pas du tout, venez quand vous voulez. En revanche, à partir de 19h30, nous servons la soupe à des SDF toxicomanes. Le petit restera avec nous, ça ne vous dérange pas ?
Au papa pénible :
- J'aimerais bien que mon fils ne fasse pas la sieste à côté de l'enfant dont le nez coule !
- A côté de celui qui a une gastro alors, ça vous ira ?
Au parent normalien :
- Quel est le programme pédagogique pour les grands de deux ans et comment se fera la validation des acquis ?
- Cette année, nous travaillerons sur Kant et la notion de résilience. C'est un peu ambitieux, mais comme tous les enfants de ce groupe sont précoces, cela ne devrait pas poser de problème.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
LadybirdyLadybirdy   02 décembre 2020
Il y a des gens qui n’ont vraiment pas de bol et ça m’aurait embêté que ça tombe sur moi. Le Petit Poucet, par exemple, il cumule: déjà qu’il est tout petit, ensuite il y a ses parents qui l’abandonnent plusieurs fois, et après il rentre dans une maison où il y a un ogre qui essaye de le manger. Ce gars, il porte vraiment la poisse.
Commenter  J’apprécie          302
jeunejanejeunejane   16 octobre 2020
Maman était belle, Morgane me fait peur. Maman riait tout le temps. Morgane jamais. Et puis, j'avais pas la tête cassée, j'avais des bonnes notes, et je ne prenais pas les billes des autres. J'étais heureux. Elle n'avait pas de raison de me gronder.
Commenter  J’apprécie          210
Lilypuce19Lilypuce19   19 juillet 2020
- Vous... vous avez été abandonné? - Adopté, pas abandonné! Dans la vie, tout est une question de mots, c'est comme le verre moitié plein ou à moitié vide. "Abandonné", c'est le Petit Poucet que des parents horribles balancent en pleine forêt pour se débarrasser de lui. "Adopté", c'est cet enfant que des gens aimaient tant qu'ils ont voulu que ce soit le leur, avant même de le connaître. L'un est sinistre, l'autre est magique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
LadybirdyLadybirdy   03 décembre 2020
On aura l’éternité pour avoir des regrets, mais autant se laisser une chance d’en emporter le moins possible au moment du grand saut.
Commenter  J’apprécie          250

Videos de Aurélie Tramier (19) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Aurélie Tramier
A l'occasion de la sortie de son nouveau roman "La Flamme et le papillon"  (La Belle Etoile) et la publication en poche de "Peindre la pluie en couleurs" , Aurélie Tramier s'est confiée sur ses habitudes de lecture et d'écriture.
Interview : Laetitia Joubert Cadrage, montage : Vincent Derrien.
autres livres classés : feel good bookVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Famille je vous [h]aime

Complétez le titre du roman de Roy Lewis : Pourquoi j'ai mangé mon _ _ _

chien
père
papy
bébé

10 questions
1292 lecteurs ont répondu
Thèmes : enfants , familles , familleCréer un quiz sur ce livre