AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Dernières citations /RSS
LesJoliesLecturesdePapier   05 juin 2020
Four dead queens de Astrid Scholte
Parfois, nous échouons parce qu’il était écrit que nous ne devions pas réussir.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaoui   05 juin 2020
Effacé de Dominique Durand
Je n’aimais pas les flics, disons l’uniforme en général. Toujours la peur du gendarme. Je devais tenir ça de mes parents, toujours soucieux de l’ordre établi, qui avaient dû ancrer en moi, dans les abysses de mon subconscient, une phobie des hommes d’autorité.
Commenter  J’apprécie          10
LesJoliesLecturesdePapier   05 juin 2020
Four dead queens de Astrid Scholte
Avoir quelque chose, même si c’est dans le passé, c’est mieux que de ne rien avoir.
Commenter  J’apprécie          00
Fandol   05 juin 2020
La Supplication : Tchernobyl, chroniques du monde après l'apocalypse de Svetlana Alexievitch
Nous enterrions la forêt. Nous sciions les arbres par tronçons d’un mètre et demi, les entourions de plastique et les balancions dans une énorme fosse.
Commenter  J’apprécie          170
Musardise   05 juin 2020
L'amant militaire de Carlo Goldoni
CORALLINE, à part. —Comment ! Arlequin soldat?

ARLEQUIN.—Vive la gaieté, Coralline ! Hein, qu'est-ce que tu en dis? Est-ce que je fais assez bonne figure?

CORALLINE.—Félicitations ! Est-ce là la parole que tu m'as donnée de m'épouser?

ARLEQUIN.—Et pourquoi est-ce que je ne pourrais pas t'épouser?

CORALLINE.—Un de ces jours, tu partiras en campagne avec l'armée et tu me planteras là.

ARLEQUIN.—La belle histoire ! Toi aussi, tu partiras en campagne avec l'armée.

CORALLINE.—Non, non, si tu es fou, moi je ne suis pas folle. Va-t’en, je ne veux plus de toi !

ARLEQUIN.— Ah, chienne ! c'est comme ça que tu m'abandonnes?

CORALLINE.—Pourquoi t'es-tu fait soldat?

ARLEQUIN.—Pour manger et pour boire, pour être habillé, chaussé et ne rien faire de la

journée.

CORALLINE.—Pauvre sot, tu verras !

ARLEQUIN.—Je verrai? Qu'est-ce que je verrai?

CORALLINE.—L'hiver, quand il y aura de la neige, et l'été, quand il fera soleil, tu seras sur les remparts, le fusil sur l'épaule : Qui va là? Tu coucheras sur la paille, tu te fatigueras à faire l‘exercice, et si tu commets une faute, on te donnera des coups de bâton.

ARLEQUIN.—Des coups de bâton?

CORALLINE. — Et quels coups de bâton! Et puis tu iras à la guerre, au risque de perdre un bras, ou de perdre un œil, ou de perdre la tête.

ARLEQUIN.—La tête? Je ne veux plus être soldat!



Acte I, scène XIV
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Tuts   05 juin 2020
À l'est d'Éden de John Steinbeck
Aaron était heureux de faire partie du monde, mais Cal voulait le transformer.
Commenter  J’apprécie          00
Tuts   05 juin 2020
À l'est d'Éden de John Steinbeck
Tout est promis à l’homme cultivé. Oui, je crois au phare de la science.
Commenter  J’apprécie          00
Tuts   05 juin 2020
À l'est d'Éden de John Steinbeck
Peut-être a-t-il laissé une parcelle de lui-même en nous, dit Lee. C’est peut-être cela l’immortalité.
Commenter  J’apprécie          00
Tuts   05 juin 2020
À l'est d'Éden de John Steinbeck
L’ennui avec vous, Occidentaux, c’est que vous n’avez pas de démons pour expliquer l’inexplicable.
Commenter  J’apprécie          00
Tuts   05 juin 2020
À l'est d'Éden de John Steinbeck
Un homme comme lui ne meurt pas, dit Adam (il venait de le découvrir). Je ne puis croire qu’il est mort. Peut-être même est-il plus vivant qu’auparavant.
Commenter  J’apprécie          00
Tuts   05 juin 2020
À l'est d'Éden de John Steinbeck
Je pense à ma vie comme à une symphonie, pas toujours belle, mais avec sa forme et sa mélodie, et voilà déjà longtemps que l’orchestre ne jouait plus. Je ne donnais plus qu’une seule note, un interminable chagrin. Je ne suis pas le seul, j’ai l’impression que beaucoup d’entre nous conçoivent la fin de leur vie comme une irrémédiable défaite.
Commenter  J’apprécie          00
Tuts   05 juin 2020
À l'est d'Éden de John Steinbeck
Prenez-vous plaisir à souffrir ? demanda Samuel. Vous croyez-vous grand et tragique ?



Je ne sais pas.



Pensez-y. Peut-être jouez-vous un rôle sur une grande scène devant une salle vide.
Commenter  J’apprécie          00
Tuts   05 juin 2020
À l'est d'Éden de John Steinbeck
La plus grande terreur de l’enfant est de ne pas être aimé : il craint plus que tout au monde d’être repoussé. Chacun l’a été, à un degré plus ou moins grand. De là nait la colère, et la colère pousse à un crime quelconque pour se venger, et avec le crime vient la faute : c’est l’histoire de l’humanité. Si l’homme n’était pas repoussé par ceux qu’il aime, il ne serait pas ce qu’il est. Peut-être y aurait-il moins de déséquilibrés. Et je suis sûr que les prisons ne seraient plus nécessaires. C’est là qu’est le commencement. Un enfant, se voyant refuser l’amour qu’il demande, donne un coup de pied au chat et cache sa faute secrète ; un autre vole de l’argent pour acheter l’amour ; un autre conquiert le monde – c’est toujours la même chose : faute, vengeance et faute plus grande encore. L’humain est le seul animal qui ait des remords.
Commenter  J’apprécie          00
Tuts   05 juin 2020
À l'est d'Éden de John Steinbeck
Une histoire si elle veut être grande et se perpétuer, doit toucher chacun de nous. L’étrange et l’étranger ne nous touchent pas. Nous voulons des faits profondément personnels et familiers.
Commenter  J’apprécie          00
Tuts   05 juin 2020
À l'est d'Éden de John Steinbeck
Chaque enfant croit inventer le péché. Nous croyons que l’on nous enseigne la vertu et que le péché nait en nous.
Commenter  J’apprécie          00
Helene1960   05 juin 2020
Maktub de Paulo Coelho
Nous devons accepter les gestes d'amour de notre prochain. Nous devons permettre à quelqu'un de nous aider, de nous soutenir, de nous donner la force de continuer.
Commenter  J’apprécie          00
Tuts   05 juin 2020
À l'est d'Éden de John Steinbeck
Deux histoires nous hantent et nous poursuivent depuis notre commencement, dit Samuel. Nous les portons avec nous comme des appendices invisibles, celle du péché originel et celle de Caïn et Abel.
Commenter  J’apprécie          00
Tuts   05 juin 2020
À l'est d'Éden de John Steinbeck
Mais n’est-il pas étrange que Caïn soit le nom le plus connu dans le monde entier et qu’un seul homme jusqu’ici l’ait porté, autant que je sache ?



Lee dit : Peut-être est-ce pour cela que ce nom n’a rien perdu de sa signification
Commenter  J’apprécie          00
Tuts   05 juin 2020
À l'est d'Éden de John Steinbeck
Chacun peut guérir s’il prend le temps d’attendre.
Commenter  J’apprécie          00
Tuts   05 juin 2020
À l'est d'Éden de John Steinbeck
Il y avait longtemps que je n’avais pas senti le goût de la nourriture
Commenter  J’apprécie          00