AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Dernières citations /RSS
NineRouve   23 juin 2018
Boussole de Mathias Enard
P109 : Parlant de l’hôtel Baron à Alep : les archives de leur établissement crachent les noms célèbres comme une locomotive sa fumée
Commenter  J’apprécie          00
NineRouve   23 juin 2018
Boussole de Mathias Enard
P97 : Le « Chœur des derviches » dont je venais de parler nomme le Prophète et la Kaaba et c’est pour cette raison qu’il n’est jamais interprété de nos jours, criait Bilger, nous respectons trop al-Qaida, notre monde est en danger, plus personne ne s’intéresse à l’archéologie grecque et romaine, seulement à al-Qaida et Beethoven avait bien compris qu’il faut rapprocher les deux côtés dans la musique, l’Orient et l’Occident, pour repousser la fin du monde qui s’approche et toi Franz […] tu le sais mais tu ne le dis pas, tu sais que l’art est menacé, que c’est un symptôme de la fin du monde tous ces gens qui se tournent vers l’islam, vers l’hindouisme et le bouddhisme, il n’y a qu’à lire Hermann Hesse pour le savoir, l’archéologie est une science de la terre et tout le monde l’oublie,
Commenter  J’apprécie          00
NineRouve   23 juin 2018
Boussole de Mathias Enard
P95 :Talleyrand… deviendra l’homme d’Etat dont les Français feront leur modèle, eux qui croient sincèrement que les fonctionnaires doivent être comme Talleyrand, des bâtiments, des églises inamovibles qui résistent à toutes les tempêtes et incarnent la fameuse continuité de l’Etat
Commenter  J’apprécie          00
livre-esse   23 juin 2018
Les nigauds de l'oubli et autres saloperies de Ilaria Gremizzi
Linda marchait sans se retourner, même si elle voyait passer la camionnette des glaces. Moi je me retournais tout le temps. Je chancelais. Je voltigeais. Je traçais des vrilles moribondes autour de moi-même
Commenter  J’apprécie          00
NineRouve   23 juin 2018
Boussole de Mathias Enard
P94 : Napoléon Bonaparte est l’inventeur de l’orientalisme, c’est lui qui entraîne dernière son armée la science en Egypte, et fait entrer l’Europe pour la première fois en Orient au-delà des Balkans.
Commenter  J’apprécie          00
NineRouve   23 juin 2018
Boussole de Mathias Enard
P92 : un article détaille les doses de morphine que prenait Heine, aidé par un pharmacien bienveillant qui avait à sa disposition cette innovation récente, la morphine, le suc du suc du divin pavot — au moins au XXIème siècle on ne refuse pas ces soins à un mourant, on essaye juste d’en éloigner les vivants.
Commenter  J’apprécie          00
NineRouve   23 juin 2018
Boussole de Mathias Enard
P91 :je vais devoir m’en remettre à la médecine, c’est-à-dire au pire
Commenter  J’apprécie          00
NineRouve   23 juin 2018
Boussole de Mathias Enard
P71 :Par une matinée d’un bleu intense, à l’air encore croustillant de froid, quand les îles aux Princes se détachent dans la lumière rasante après la pointe du Sérail et que les minarets du vieux Stamboul strient le ciel de leurs lances, de leurs crayons à papier pour écrire le centième nom de Dieu au creux de la pureté des nuées, il y a encore un peu de touristes ou de passants dans la ruelle étrange (hauts murs en pierre aveugles, anciens caravansérails et bibliothèques fermées)
Commenter  J’apprécie          00
NineRouve   23 juin 2018
Boussole de Mathias Enard
P66 : un désir éternel, une interminable érection sans but, voilà ce que provoque l’opium.
Commenter  J’apprécie          00
NineRouve   23 juin 2018
Boussole de Mathias Enard
P63 : l’opium à Istanbul :

Alors ? Je prends une moue inspirée, j’attends, j’écoute. Je m’écoute, je cherche en moi des rythmes et des accents nouveaux, j’essaye de suivre ma propre transformation, je suis très attentif, je suis tenté de fermer les yeux, je suis tenté de sourire, je souris, je pourrais même rire, mais je suis heureux de sourire car je sens Istanbul autour de moi, je l’entends sans la voir, c’est un bonheur très simple, très complet qui s’installe, ici et maintenant, sans rien attendre d’autre qu’une perfection absolue de l’instant suspendu, dilaté, et je suppose, à cet instant, que l’effet est là.

Commenter  J’apprécie          00
NineRouve   23 juin 2018
Boussole de Mathias Enard
P57 : cette ville est ouverte, une plaie marine, une faille où la beauté s’engouffre ; se promener dans Istanbul était, quel que soit le but de l’expédition, un déchirement de beauté dans la frontière
Commenter  J’apprécie          00
NineRouve   23 juin 2018
Boussole de Mathias Enard
P42 : saleté d’origine.
Commenter  J’apprécie          00
NineRouve   23 juin 2018
Boussole de Mathias Enard
P50 : je vais mourir, je vais mourir, voilà le message que je devrais envoyer à Sarah, respirons, respirons, allumons la lumière, ne nous laissons pas emporter sur cette pente-là. Je vais me débattre.
Commenter  J’apprécie          00
NineRouve   23 juin 2018
Boussole de Mathias Enard
P46 :La petite valse est une drogue puissante : les cordes chaleureuses du violoncelle enveloppent la flûte, il y a quelque chose de fortement érotique dans ce duo d’instruments qui s’enlacent chacun dans son propre thème, sa propre phrase, comme si l’harmonie était une distance calculée, un lien fort et un espace infranchissable à la fois, une rigidité qui nous soude l’un à l’autre en nous empêchant de nous rapprocher tout à fait. Un coït de serpents, je crois que l’image est de Stravinski, mais de quoi parlait-il, certainement pas de valse. Chez Berlioz, dans son Faust, dans les Troyens ou Roméo et Juliette, l’amour est toujours le dialogue d’un alto et d’une flûte ou d’un hautbois — il y a longtemps que je n’ai pas écouté Roméo et Juliette, ses passages saisissants de passion, de violence et de passion.
Commenter  J’apprécie          00
NineRouve   23 juin 2018
Boussole de Mathias Enard
P36 : Brahms la Volkswagen de la berceuse, massive et efficace, il n’y a rien qui vous endort plus vite que Brahms, ce méchant barbu pillard de Schumann sans l’audace ni la folie — Sarah adorait un des sextuors de Brahms, le premier sans doute, opus 18 dans mon souvenir, avec un thème, comment dire, envahissant. C’est amusant, le véritable hymne européen, celui qui retentit depuis Athènes, jusqu’à Reykjavik et se penche sur nos charmantes têtes blondes c’est cette foutue berceuse de Brahms, atrocement simple, comme les sont les coups d’épée les plus efficaces.
Commenter  J’apprécie          00
NineRouve   23 juin 2018
Boussole de Mathias Enard
P33 : Une grande honte mêlée de traces de désir, voilà ce qui reste.

Quelle mémoire dans les songes.

On s’éveille sans s’être endormi, en cherchant à rattraper les lambeaux du plaisir de l’autre en soi.

Commenter  J’apprécie          00
Liliz   23 juin 2018
L'âne Trotro, Tome 23 : L'âne Trotro fait un spectacle de Bénédicte Guettier
... Et Nana, le tigre féroce,

a tellement peur d'une petite

araignée qu'elle grimpe sur

le dos de Trotro en criant :

Au secours !
Commenter  J’apprécie          00
Liliz   23 juin 2018
En piste, tache ! de Vincent Pianina
Monsieur Biscoto, l'amoureux de la trapéziste, arrive à la rescousse.

Le tigre n'en fait qu'une bouchée !
Commenter  J’apprécie          10
NineRouve   23 juin 2018
Boussole de Mathias Enard
P23 : le Danube est le fleuve qui relie le catholicisme, l’orthodoxie et l’islam, ajouta-t-elle. C’est cela qui est important : c’est plus qu’un trait d’union, c’est… C’est… Un moyen de transport. La possibilité d’un passage.
Commenter  J’apprécie          00
NineRouve   23 juin 2018
Boussole de Mathias Enard
P12 : L’illusion rongeait, comme disait Hedayat, l’âme dans la solitude, ce qu’on avait longtemps appelé folie, mélancolie, dépression était souvent le résultat d’un frottement, d’une perte de soi dans la création, au contact de l’altérité.
Commenter  J’apprécie          00