AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Dernières citations /RSS
okka   16 février 2019
Human Target, tome 1 (Urban comics) de Peter Milligan
p.98.

- En bref, ce combat n'est pas le vôtre.

- Quelqu'un a dit un jour, "Si vous n'êtes pas un élément de la solution, vous êtes un élément du problème".

- Oui et il est mort.
Commenter  J’apprécie          00
Roggy   16 février 2019
November Road de Lou Berney
Le pire, dans une enfance malheureuse, ce sont les rares bons moments, qui laissent entrevoir un aperçu de la vie qu’on aurait pu avoir à la place.
Commenter  J’apprécie          00
Croquignolle   16 février 2019
Les Demeurées de Jeanne Benameur
Qu'elle vienne, la mort. S'il faut en prendre une, que ce soit elle. Là, tout entière rassemblée dans ce serrement, elle peut. Donner la vie, à nouveau, mourir s'il faut mourir. Ca n'a pas d'importance. Seuls comptent les beaux yeux clairs de la petite qui doivent s'ouvrir. A nouveau.
Commenter  J’apprécie          00
marcmoniot   16 février 2019
Refuges et Mirages Ordinaires de Marc Moniot
Je vous parle d'un lieu où règne le silence, une onde sur laquelle la plume balance.
Commenter  J’apprécie          00
Croquignolle   16 février 2019
Les Demeurées de Jeanne Benameur
La petite n'est plus. La Varienne est une île.

Il arrive ce qu'elle ne connaît pas : l'absence. Elle, elle ne sait pas se distraire, faire les tâches de chaque jour en rêvant, regarder parfois par la fenêtre, elle ne sait pas. Empaquetée dans l'étouffement de ce qu'elle ne peut pas nommer, elle est demeurée.
Commenter  J’apprécie          10
Nat_85   16 février 2019
Les Glorieuses : La musique des plantes de Frédéric Stenz
Les mots quand ils sont dits ne reviennent jamais en arrière. C'est pourquoi ils doivent être impeccables.
Commenter  J’apprécie          00
Christian_92   16 février 2019
Corruption de Don Winslow
...Et puis merde. On travaille, on meurt, et quelque part entre les deux, on essaye d'avoir une vie. Mais surtout, on travaille.... Malone, lui, est dans la police parce qu'il ai

me ce métier.
Commenter  J’apprécie          00
Axelinou   16 février 2019
Petit traité des privilèges de l'homme mûr et autres réflexions nocturnes de Flemming Jensen
Quand quelque chose ne va pas, dans une société, on ne résout pas le problème. Ce serait trop long, et on n’arriverait jamais à se mettre d’accord. Non, on reformule la problématique, pour éviter d’avoir un problème à résoudre.
Commenter  J’apprécie          00
Axelinou   16 février 2019
Petit traité des privilèges de l'homme mûr et autres réflexions nocturnes de Flemming Jensen
Conséquences économiques

A chaque fois que l’on emprunte le pont de Storebaelt – quand on est à peu près au milieu – il est intéressant de se dire que chaque joint, chaque écrou, chaque petite chose qui maintient la cohésion de l’ensemble, à été conçu par l’entreprise qui a remporté l’appel d’offre sur devis : c’était le moins cher.
Commenter  J’apprécie          00
Axelinou   16 février 2019
Petit traité des privilèges de l'homme mûr et autres réflexions nocturnes de Flemming Jensen
Sur la foi

Les gens très religieux pèchent tout autant que nous autres.

Leur religion leur interdit simplement de le savourer.
Commenter  J’apprécie          00
Axelinou   16 février 2019
Petit traité des privilèges de l'homme mûr et autres réflexions nocturnes de Flemming Jensen
A ma connaissance, les Etats-Unis sont le seul pays au monde où l’on a réussi à contenir l’explosion démographique à l’intérieur de chaque individu.
Commenter  J’apprécie          00
Axelinou   16 février 2019
Petit traité des privilèges de l'homme mûr et autres réflexions nocturnes de Flemming Jensen
- Mais… son anniversaire, c’est bien samedi, non ?

- Oui, mais ce jour-là, maman vient. On fêtera l’anniversaire avec vous le dimanche.

Il n’y a pourtant aucune situation conflictuelle entre mon ex-femme et moi – ça date, tout ça ! On peut très bien se retrouver dans la même pièce, et mon épouse et moi n’avons aucun problème pour tenir une conversation avec elle et son mari.

… On ne sait juste pas sur quoi.
Commenter  J’apprécie          00
Axelinou   16 février 2019
Petit traité des privilèges de l'homme mûr et autres réflexions nocturnes de Flemming Jensen
- Comment ça va entre Jeanne et toi, osai-je demander.

- Ecoute, papa. Tu sais mieux que n’importe qui que, dans un couple, il y a des hauts et des bas, l’atmosphère change, et on est en permanence trimballé entre le Paradis et la Belgique.
Commenter  J’apprécie          00
cicou45   16 février 2019
La Baigneuse du Wannsee de KARL DIEGNER
"N'oubliez jamais : le plus noble, ce n'est pas de mourir en héros sur un champ de bataille mais d'affronter et assumer avec courage le quotidien. Le bonheur est à ce prix."
Commenter  J’apprécie          00
Myriam3   16 février 2019
Les fruits de l'obscurité de Kalil Kadder
Personne ne lit la poésie au beau matin



Personne ne lit la poésie au beau matin

L'oiseau quitte son nid pour prendre une photo avec les barbelés de la frontière

L'amoureux pose sa tête sur la rouille d'un banc à la gare et pense à la main de sa bien-aimée oubliée dans sa poche

Le soldat remplit la ville de la poussière de ses bottes

Alors que la poésie monte l'escalier mécanique avec moi pour chercher l'isolement...

Souriante.



Widad Nabi
Commenter  J’apprécie          00
NanouAnne25   16 février 2019
No et moi de Delphine de Vigan
Avant de rencontrer No, je croyais que la violence était dans les cris, les coups, la guerre et le sang. Maintenant je sais que la violence est aussi dans le silence, qu'elle est parfois invisible à l'oeil nu. La violence est ce temps qui recouvre les blessures, l'enchaînement irréductible des jours, cet impossible retour en arrière. La violence est ce qui nous échappe, elle se tait, ne se montre pas, la violence est ce qui ne trouve pas d'explication, ce qui à jamais restera opaque.
Commenter  J’apprécie          00
familletaupesmodel   16 février 2019
Le Bateau ivre et autre poèmes de Arthur Rimbaud
Une citation d'un écrit qui me touche le cœur



--> SENSATION

----------------------

Par les soirs bleus d’été, j’irai dans les sentiers,

Picoté par les blés, fouler l’herbe menue :

Rêveur, j’en sentirai la fraîcheur à mes pieds.

Je laisserai le vent baigner ma tête nue.

Je ne parlerai pas, je ne penserai rien :

Mais l’amour infini me montera dans l’âme,

Et j’irai loin, bien loin, comme un bohémien,

Par la Nature, – heureux comme avec une femme.

--> Rimbaud Arthur

Mars 1870
Commenter  J’apprécie          00
torezu   16 février 2019
Out of this World to Forbidden Tibet de Lowell Thomas
Perhaps it would be a good thing for the world if, [...] Tibet were left « the one nation where life might continue unchanged from that of the earliest times ». [...] We wondered if it could any longer be possible for a nation, no matter how remote, no matter how isolated by high mountains, to shut itself off from the problems of the world, especially in this age of high speed, high-flying planes, radio short wave, and atomic energy.
Commenter  J’apprécie          10
denis76   16 février 2019
Jerry, chien des îles (ou) Jerry dans l'île de Jack London
Jerry eut beau se démener furieusement, il fut brutalement saisi par le cou, à moitié étranglé, et lancé dans les airs. Même alors, il ne décoléra pas. Il tomba dans la mer, s'y enfonça, et revint à la surface après avoir absorbé une certaine quantité d'eau salée qui pénétra dans ses bronches.
Commenter  J’apprécie          30
JIEMDE   16 février 2019
Au nom du père de Eric Maravelias
Un surin, Belle Gueule, ça se manie des deux mains. Tu dois pouvoir le passer d'une main à l'autre sans quitter des yeux l'enculé qu'est en face. Légèrement courbé vers l'avant. Comme un boxeur. Faut être capable d'avancer et de reculer d'un bond. Avance, frappe, retrait.
Commenter  J’apprécie          20