AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Dernières citations /RSS
mjaubrycoin   19 janvier 2018
Le choix d'Edith de Edith Eva Eger
Etre passive, c'est laisser les autres décider à votre place. Etre agressive, c'est décider au lieu des autres. Etre affirmée, c'est décider pour soi-même . Et avoir la certitude que cela suffira, que vous serez à la hauteur.
Commenter  J’apprécie          00
mjaubrycoin   19 janvier 2018
Le choix d'Edith de Edith Eva Eger
la mémoire est une terre sacrée. Mais c'est aussi un territoire hanté. C'est le lieu où ma colère, ma culpabilité et mon chagrin tournoient comme des rapaces affamés, se disputant les mêmes vieilles carcasses. C'est le lieu om je cherche la réponse à une question sans réponse : Pourquoi ais-je survécu ?
Commenter  J’apprécie          00
Erik35   19 janvier 2018
33 jours de Léon Werth
Pardonnez-moi, Saint-Ex, pardonnez-moi, Tonio. Vous ne conteriez pas de si pauvres choses. Vous les annulez ou les brûlez. Vous faites du cristal. Mais je ne sais pas voler. Je touche, en ce moment, aux lieux bas. Je n'espère plus beaucoup de moi ni du monde. Je suis vieux quand vous n'êtes pas là. Où êtes-vous ? Je ne sais même pas si vous êtes vivant. Je rêve parfois que votre avions a été touché, qu'il est tombé dans une catastrophe de ferraille et de feu. Je me traîne avec mon vieux métier. Je conte les lieux bas, je conte, dans cette immensité de la guerre, des histoires d'insectes.
Commenter  J’apprécie          00
mjaubrycoin   19 janvier 2018
Edith Eva Eger
Si la souffrance est universelle, la posture victimaire est facultative. Nous devenons des victimes, non pas à cause de ce qui nous arrive, mais quand nous choisissons de nous accrocher à cette posture et devenons nos propres geôliers.
Commenter  J’apprécie          00
mjaubrycoin   19 janvier 2018
Le choix d'Edith de Edith Eva Eger
Cacher son histoire, c'est permettre à ses secrets de se transformer en traumas. Ce que nous refusons d'accepter nous enferme. Ne pas faire le deuil de ses pertes et blessures, c'est se condamner à les revivre.
Commenter  J’apprécie          00
canel   19 janvier 2018
Sauveur & fils, tome 4 de Marie-Aude Murail
[Elle] s'était volontairement effacée de la vie de son fils, mais Gabin lisait entre les lignes qu'elle avait le coeur gros. Bon, se dit-il, j'arrête d'y penser. Autant se passer un autre épisode de 'The Walking Dead'. Les zombis, c'est distrayant : leur teint cadavérique moucheté de sang, leur peau se déchirant sous la poussée des moisissures, leurs lèvres retroussées sur des dents noirâtres qui se déchaussent, leurs grappes de chair à vif autour de fraîches béances, leur cage thoracique si bien mise à nu qu'on pourrait y jouer du xylophone. Que du bonheur.

Gabin s'était allongé sur le côté, l'écran à quinze centimètres des yeux, les zombis gargouillant au fond de ses tympans. Le manque de sommeil des nuits précédentes l'ensuquait peu à peu. 'Oh my God, is this real, am I dreaming ?' Putain, je rêve en VO, se dit Gabin.

(p. 33)
Commenter  J’apprécie          00
grilloute   19 janvier 2018
En attendant Bojangles de Olivier Bourdeaut
Il était venu partager notre peine et finalement il était arrivé avec la sienne, ça faisait beaucoup de peine au même endroit.
Commenter  J’apprécie          00
oOamandineOo   19 janvier 2018
Will et Will de John Green
Dieu bénisse les stabilisateurs chimiques d'humeur. Les humeurs naissent et demeurent libres et égales en droit.

Je suis la déclaration des droits de l'humeur et du citoyen à moi tout seul.
Commenter  J’apprécie          00
oOamandineOo   19 janvier 2018
Will et Will de John Green
[...] je ne peux m'empêcher de penser que cette expression, "avoir une vie", est un truc de crétin. Comme si la vie était un objet qu'on pouvait "avoir" ou acheter dans un magasin. Emballé dans une jolie boîte scintillante avec une fenêtre en plastique à travers laquelle il suffirait de regarder pour avoir un aperçu de la nouvelle vie qu'on pourrait avoir et se dire : "waouh, j'ai l'ai tellement plus heureux - c'est la nouvelle vie qu'il me faut !" [...]
Commenter  J’apprécie          00
MadeMoiZele   19 janvier 2018
Les Fleurs du Mal de Charles Baudelaire
Un soir, l'âme du vin chantait dans les bouteilles:

"Homme, vers toi je pousse, ô cher déshérité,

Sous ma prison de verre et mes cires vermeilles

Un chant plein de lumière et de fraternité!"
Commenter  J’apprécie          10
Claude Pichois
MadeMoiZele   19 janvier 2018
Claude Pichois
Baudelaire est le Janus de cette poésie ou, pour prendre une image plus moderne, il est le grand "échangeur": celui qui regarde vers le passé et vers l'avenir; celui qui transmet aux générations nouvelles, qui transmue le passé en présent et en futur; le dernier classique et tout à la fois le premier moderne.
Commenter  J’apprécie          00
Alice_   19 janvier 2018
L'étang de Claire-louise Bennett
Cette journée-là était étrangement sereine aussi et j'étais seule alors également, et tandis que je nageais je ne m'étais pas senti le courage d'aller jusqu'à l'autre bord pour la raison que quand je suis seule il m'est pratiquement impossible d'évaluer les distances.
Commenter  J’apprécie          10
araucaria   19 janvier 2018
Les merveilleux nuages de Françoise Sagan
Il s'approchait d'elle, en effet, et en souriant.

"Tu te rappelles, Josée, ce que tu m'as dit un jour : "Les gens sont comme ils sont, je n'ai jamais voulu changer personne, personne n'a le droit de dire un mot sur personne." Tu te rappelles?"

Il était assis près d'elle et il parlait tout doucement, à ce point qu'elle ne savait plus s'il répétait ses mots comme une sorte d'évangile dont dépendait son bonheur, ou pour la confondre. Elle avait la gorge serrée. Oui, elle avait dit ça un jour d'hiver, à New York. Elle avait parlé une heure avec la mère d'Alan, et elle était sortie avec lui pleine de pitié, de tendresse et de beaux principes. Ils avaient marché une heure dans Central Park, et il semblait si éperdu, si confiant en elle...
Commenter  J’apprécie          10
Jacopo   19 janvier 2018
L'europe des mediums et des inities : 1850-1950 de Jean Prieur
Le surnaturel, c'est l'aura vibrante, colorée, omniprésente et vivifiante du naturel. C'est la zone intermédiaire entre le spirituel et le physique, c'est ce monde psychique avec lequel dialoguent les chercheurs d'absolu, les occultistes, les médiums et aussi les poètes, les peintres, les musiciens ; bref, tous les inspirés.
Commenter  J’apprécie          10
LaForceduTemps   19 janvier 2018
Spirales de Tatiana de Rosnay
Elle avait envie de crier oui, oui, oui, à plein poumons pour que toute la Place du Tertre l'entende, tout Montmartre, tout Paris.

Se libérer de ce fardeau si lourd à porter, dire toute la vérité rien que la vérité, comme lorsqu'elle était petite, devant le regard réprobateur de son père,

celui plus distant, plus mesuré, du curé qui la confessait, pour sentir ensuite cette sensation de blancheur, de pureté, de noblesse d'âme, de légèreté, de paix;

Avouer, tout avouer
Commenter  J’apprécie          10
Jacopo   19 janvier 2018
L'europe des mediums et des inities : 1850-1950 de Jean Prieur
A l'hôpital de la Charité, au service du Dr Luys, tous les jours, à 11 heures du matin, on pratiquait des expériences d'hypnose et des transferts. Le Dr Luys appelait transfert une opération qui consistait en la substitution de la personnalité du médium à celle du malade ; le premier incarnait provisoirement le mal et les impressions douloureuses du second. Le malade plaçait ses mains dans celles du médium. Une fois la jonction établie, le Dr Luys, ou son externe, Gérard Encausse, saisissait un barreau aimanté, décrivait un circuit le long des bras et du tronc des deux personnes reliées, puis il interrogeait le médium sur ses impressions. Ce dernier répondait en décrivant les souffrances du consultant et en formulant un diagnostic.
Commenter  J’apprécie          00
Jacopo   19 janvier 2018
L'europe des mediums et des inities : 1850-1950 de Jean Prieur
Surnaturel : un mot qui fait tiquer tout le monde, et que tout le monde s'accorde à considérer comme piégé. Mais quels sont les mots qui ne sont pas piégés ? Quels sont en ce domaine ceux que l'on peut employer sans qu'ils explosent entre vos mains ? Je répète donc à mes risques et périls surnaturel et je vois déjà mon éditeur, mes amis, chrétiens ou agnostiques, et mes collègues ésotéristes qui froncent les sourcils. Alors je m'explique, je définis mon vocabulaire et je me défends à coups de trait d'union : le surnaturel n'est pas en dehors de la nature, il n'est pas ce qui la contredit. Il est, comme son nom l'indique, juste au-dessus de la nature, invisible et cependant perceptible comme ce frémissement d'air chaud qui s'élève en été au-dessus de nos routes.
Commenter  J’apprécie          00
josepina   19 janvier 2018
Sexy Rider - Intégrale de Olivia Dean
On ne peut pas faire l'amour où on veut,quand on veut! C'est un minimum,non?! Tu as envie de moi,j'ai envie de toi et on est obligés de sortir du bain,tout ça pour des raisons... techniques! lance-t-il de plus en plus agité,renonçant à trouver un mot plus approprié. Bon,il faut qu'on en finisse une bonne fois pour toute avec le caoutchouc!
Commenter  J’apprécie          11
Hélène Romano
Harmonide   19 janvier 2018
Hélène Romano
Le principal malheur des enfants et des adultes traumatisés n'est pas tant l'incompréhension des autres, mais leur indifférence et leur refus de vouloir savoir.
Commenter  J’apprécie          10
LivreApapote   19 janvier 2018
Bâti pour la tempête de Raymond Bourgier
Ce livre s'adresse à tout chrétien qui veut être utile au Seigneur et aussi à ceux qui sont en formation.
Commenter  J’apprécie          00