AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Dernières citations /RSS
Phoenicia26 juillet 2017
Fatherland de Robert Harris
Quand le règne du National- Socialisme sera établi depuis suffisamment longtemps, il sera impossible même de concevoir un autre genre de vie que le nôtre. Adolf Hitler, 11 juillet 1941.
Commenter  J’apprécie          00
Laurie_lucas26 juillet 2017
Just married de Jérôme Dumont
Ce bonheur qu'il n'avait fait que toucher du doigt, il était bien décidé à tout faire pour le rattraper. Il ne pouvait se résoudre à accepter ce coup du sort. Alice lui avait montré ce qu'un couple heureux pouvait signifier, alors même que leur relation n'avait été que e courte durée. Il avait goûté à ce paradis dont il était sûr et certain qu'elle partie intégrante. Y a-t-il meilleur endroit qu'un comptoir de bar pour se faire une promesse solennelle? Ce soir-là, il se promit de retrouver sa femme, coûte que coûte. Il aurait le fin mot de cette histoire, quelle qu'elle soit et quoi qu'il arrive.
Commenter  J’apprécie          00
Rhl26 juillet 2017
L'été des charognes de Simon Johannin
Sur le chemin l'eau des nuages nous faisait comme des perles sur la peau. Je commençais à croire que c'était ça le brouillard, l'esprit de tous les animaux morts ici qui flottait dans l'air.
Commenter  J’apprécie          00
Raphaëlle Giordano
patouch26 juillet 2017
Raphaëlle Giordano
Rêve, mon fils, rêve, me disais-je avec un sourire attendri. Et que toujours la réalité te soit douce !

p. 210
Commenter  J’apprécie          00
Gwen2126 juillet 2017
Miss you de Kate Eberlen
Le seul moment de la journée que j’attendais avec impatience, c’était celui où je refermais la porte de ma chambre une fois que j’avais mis Hope au lit et que la maison était tranquille ; je me transportais alors dans le Londres victorien, le Wessex de Hardy ou l’Irlande des années soixante.
Commenter  J’apprécie          10
clement_M26 juillet 2017
Calme et Tranquille de Valérie Manteau
On me confie spontanément désormais, comme une cooptation dans la grande famille de ceux qui ont vécu l'effondrement du monde connu, des drames que je savais parfois, mais dont on n'avait jamais vraiment parlé.

Souvent à les entendre, mes quelques morts me paraissent obscènes, dérisoires, grotesquement gonflés par l'émotion planétaire, instrumentalisés, médiatisés au-delà du rationnel. Je m'en excuserais presque, mais je ne résiste pas à sonder ceux qui ont traversés, jamais pareil, mais parfois pire drame que moi.

Je n'obtiens rien.
Commenter  J’apprécie          00
Raphaëlle Giordano
patouch26 juillet 2017
Raphaëlle Giordano
"La sagesse, c'est d'avoir des rêves suffisamment grands pour ne pas les perdre de vue lorsqu'on les poursuit."

p. 194
Commenter  J’apprécie          00
Raphaëlle Giordano
patouch26 juillet 2017
Raphaëlle Giordano
Le plus grave, ce n'est pas d'échouer. C'est de ne pas avoir essayé.

p. 192
Commenter  J’apprécie          00
fredho26 juillet 2017
L'ordre moins le pouvoir : Histoire et actualité de l'anarchisme de Normand Baillargeon
C'est ainsi que Emma Goldman adoptait la position suivante sur la question du vote des femmes: "La femme ne peut conférer au suffrage ou à l'urne aucune qualité particulière et elle ne peut rien recevoir d'eux qui rehausserait ses propres qualités. Son développement, sa liberté, son indépendance doivent venir d'elle-même et exister par et à travers elle. D'abord en s'affirmant comme une personnalité et non comme objet sexuel; ensuite en refusant à quiconque quelque droit que ce soit sur son corps; en refusant de porter des enfants à moins qu'elle ne le désire; enfin, en refusant d'être une servante de Dieu, de l'état, de la société, d'un mari, d'une famille, etc."
Commenter  J’apprécie          10
patouch26 juillet 2017
Ta deuxième vie commence quand tu comprends que tu n'en as qu'une de Raphaëlle Giordano
Tout en lui répondant, je me demandais quelle sorte de mère j'étais exactement pour Adrien. Est-ce que je faisais bien les choses? Est-ce que j'avais la bonne attitude, celle qui lui permettrait de s'épanouir au mieux de ses capacités? ... On croit faire pour le mieux, mais parfois, nos craintes, notre amour même nous aveuglent..

p. 192
Commenter  J’apprécie          00
clement_M26 juillet 2017
Calme et Tranquille de Valérie Manteau
La couverture de Luz "Tout est pardonné", placardé partout dans Paris par les kiosquiers. L'envie de la déchirer puisqu'elle me déchire. Mais à force de la regarder, s'habituer. S'y raccrocher comme à un rayon de paix, d'espièglerie, d'enfance.
Commenter  J’apprécie          00
Rhl26 juillet 2017
L'été des charognes de Simon Johannin
J'ai fini par sortir la tête de l'eau, juste au moment où les poumons me brûlaient tellement que j'étais obligé de revenir à l'air, même si je suis mieux la tête sous l'eau vu que ça empêche les souvenirs de bouillir.

Ça les refroidit les souvenirs. Ça fait comme un panorama froid qui me traverse, ça secoue moins que de penser dehors, se souvenir sous l'eau c'est comme penser à rien ce qui est presque comme pas penser du tout, comme quand on dort des fois pendant que la voiture roule.
Commenter  J’apprécie          00
MicheleP26 juillet 2017
L'enfant de Mers el-Kébir de Sophie Colliex
Dès les premiers temps, l'armée américaine est incommodée par les odeurs fortes, pleines de caractère, d'un grand port de la Méditerranée : effluves de mazout, relents de restes de poissons sur les quais du port de pêche, remugles de varech et de sel sur la grève, le tout amplifié et exalté par la chaleur de l'Afrique. Ce cocktail odoriférant attire des myriades de mouches sur la petite cité.
Commenter  J’apprécie          10
ratdebibliotheque9326 juillet 2017
Zoli de Colum McCann
Nous nous sommes connus dans la lenteur, la terreur, la fièvre, la séparation, le recul. Je l'apercevais parfois à la faible lueur des lampes. Il paraissait plus proche de l'ombre que de moi. Nous avions de longues étreintes maladroites, nous restions souvent immobiles. La distance, exposée, se réduisait, mais le désir ne s'épuisait jamais. J'avais l'impression qu'après m'avoir mis à l'épreuve, le monde m'accordait la joie.
Commenter  J’apprécie          00
gill26 juillet 2017
Psyché de Pierre Louÿs
Parce que tout rêve réalisé déçoit le rêveur, parce que la vie toujours se venge de ceux qui ont osé lui préférer un idéal ...
Commenter  J’apprécie          30
gill26 juillet 2017
Psyché de Pierre Louÿs
Le flirt est juste à mi-chemin entre le vice et la vertu : le purgatoire est fait pour lui ...
Commenter  J’apprécie          10
Stockard26 juillet 2017
Speed queen de Stewart O'Nan
Des fois l'amour ça tient à pas grand chose. Suffit d'être là quand il s'amène.
Commenter  J’apprécie          10
mafossi26 juillet 2017
Dans la forêt de Jean Hegland
Je sais qu'elle nous aimait, même si elle nous laissait la plupart du temps seules. Elle ne parlait pas beaucoup, à l'inverse de notre père, et son amour s'exprimait par de brefs câlins et des cookies et une sorte d’intérêt distant, une inattention indulgente. Elle vivait profondément au cœur de sa vie et s'attendait à ce qu'Eva et moi fassions de même. Je crois qu'elle ne voyait guère le besoin de se comporter comme notre compagne ou notre camarade de jeu. Ta vie t'appartient, disait-elle chaque fois que l'une d'entre nous allait la voir au milieu de la journée parce qu'elle se sentait seule ou s'ennuyait. Tu comprendras. Et elle nous adressait un sourire chaleureux, énergique, et retournait à son métier à tisser.
Commenter  J’apprécie          10
Pachy26 juillet 2017
Vernon Subutex, tome 1 de Virginie Despentes
Un bar, grâce au comptoir

....

le dispositif inverse du psychiatre : debout, face à l'interlocuteur, sans aucune limite de temps.

Dieu sait qu'il en a entendu des conneries....
Commenter  J’apprécie          00
FungiLumini26 juillet 2017
Bal Masqué de Estelle Faye
Je baisse les yeux sur mon cœur qui chancèle. Je sais que tu es là. Mais je ne peux pas regarder. J’ai peur de te chercher.

Je me concentre sur la musique ; caresse l’eau qui s’évade et contemple, loin de sa lande enténébrée, le reflet de l’astre esseulé.

Les minutes passent. J’attends.

Les minutes s’alanguissent. Je souris. Je sais que tu me cherches aussi.



(Lacrimosa - Dee L. Aniballe)
Commenter  J’apprécie          00