AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Découvrez les meilleures listes de livres


" Les livres se cachent-ils pour mourir ? Censure, autodafés, et misères diverses ! ! "

Liste créée par fanfanouche24 - 19 livres. Thèmes et genres :

" C'est un paradoxe remarquable : tandis que l'homme mettait en oeuvre des trésors de volonté et d'intelligence pour écrire et imprimer de plus en plus de livres, le même bipède- dans sa version plus fruste- n'eut de cesse de trouver le moyen de détruire toujours plus massivement...." Voir chapitre 3 de "Les 1001 vies des livres" d'Eric Dussert et Eric Walbecq, "Les livres se cachent-ils pour mourir ? " (p. 37) ***le 7 janvier 2019**complété le 7 mai 2020


1 Les chagrins de l'arsenal
Patrice Delbourg
1 critique 1 citation

"Un livre saccagé vogue au fil de la Seine. Un autre, déchiqueté en petits morceaux, git au fond d'une corbeille de jardin public. Un troisième, calciné, attend sur un banc à l'arrêt d'un autobus. Une inquiétante et cruelle épidémie contamine le quartier de l'Arsenal. On murmure qu'un forcené s'adonne, nuitamment, à un étrange ballet de ?livricide?. Un petit Fahrenheit de poche. Un autodafé intime. Faire disparaître d'une bibliothèque tous les ouvrages qui vous ont pourri votre jeunesse... Froide détermination? Insupportable solitude? Folie douce? Timothée Flandrin a une conception toute personnelle de la loi du talion." Ajouter à mes livres
2 Les biblioclastes
Gérard Haddad
"Pourquoi Jésus changea-t-il le nom de l'apôtre Simon en celui de Pierre ? Pourquoi la fureur des ayatollahs contre un livre "satanique" ? Pourquoi Hitler inaugura-t-il son régime par un gigantesque bûcher de livres ? Pourquoi Sabbatai Tsevi entraîna-t-il la totalité des Juifs dans sa folie ? Ces questions ont-elles un dénominateur commun ? Ces énigmes partielles recouvrent une énigme fondamentale, celle du rapport de l'homme à la destruction des livres - c'est-à-dire à l'autodafé et à la "biblioclastie". L'éclairer ... Lire la suite permet de mieux comprendre les maladies politiques qui frappent ce siècle : totalitarisme, intégrisme, et, peut-être, de mieux s'en protéger. Cinquante ans après la mort de Freud, un psychanalyste s'attelle à ces questions avec ce résultat inattendu : une mise à jour freudienne du freudisme et du concept central de l'oedipe, trop vite rangé parmi les idées surannées." Ajouter à mes livres
3 L'Eclat dans l'Abîme. Mémoires d'un autodafé
Manuel Rivas
3 critiques 2 citations

"4° de couverture : (Edition source : Gallimard, Du monde entier, 06/2008) Huit ans après Le Crayon du charpentier, voici le nouveau roman de Manuel Rivas, sans doute la plus riche et la plus vaste fresque qu'il nous ait donné sur la Galice. Au coeur du récit, un fait historique : l'autodafé qui a eu lieu sur le port de La Corogne le 19 août 1936, quelques semaines après le pronunciamiento du général Franco et le début de la guerre civile espagnole. Ce jour-là, des centaines de livres provenant des bibliothèques publiques et privées de Galice ont été brûlés devant les habitants de la ville par des militants de la Phalange - le parti fasciste espagnol. Mais les livres brûlent mal, on le sait, et du bûcher se sont détachées quelques pages, une couverture, une illustration, qui souvent de sont mises à danser dans le vent et ont échappé aux flammes. En bon poète, Manuel Rivas nous invite à suivre les vagabondages de ces bouts de papier. (...) Ajouter à mes livres
4 Histoire universelle de la destruction des livres : Des tablettes sumériennes à la guerre d'Irak
Fernando Bàez
5 critiques 3 citations

"" Là où l'on brûle les livres, on finit par brûler des hommes ". C'est par cette citation de Heinrich Heine que débute cette passionnante et terrifiante enquête sur l'histoire de la destruction des livres, de l'Antiquité à nos jours. Fernando Bàez remonte à l'anéantissement des tablettes sumériennes, évoque le saccage de la bibliothèque d'Alexandrie, les grands classiques grecs disparus, l'obsession d'" uniformité " de l'empereur chinois Shi Huangdi, les papyrus brûlés d'Herculanum, les abus de l'Inquisition, la censure d'auteurs tels que D.H. Lawrence, James Joyce ou Salman Rushdie, les autodafés des nazis. Traduit en douze langues, cet ouvrage érudit d'un passionné de la première heure, passionnant de bout en bout, démontre que, loin d'être détruits par ignorance, les livres sont anéantis par volonté d'effacement de la mémoire et de l'histoire, c'est-à-dire de l'identité des peuples " Ajouter à mes livres
5 Les 1001 vies des livres
Eric Dussert
1 critique 6 citations

Voir chapitre 3 "Les livres se cachent-ils pour mourir ? " (p. 37) Ajouter à mes livres
6 Qui veut la peau d'Otto Dafé ?
Justine Jotham
6 critiques 3 citations

"Depuis trente ans, linfame dictateur Otto Dafe fait regner la terreur. Pour lui, les livres sont dangereux. Il a donc aneanti la litterature. Le peuple est devenu ignorant et triste. Un jour, le jeune Lazarillo decouvre un mysterieux message de son oncle Don Quichotte : « LA PLUME EST LA LANGUE DE LAME. » Il en parle a son vieil ami Pangloss, un ancien libraire. Ce dernier voit en Lazarillo, celui qui va pouvoir laider a ressusciter les livres et les partager. Avec quatre amis du journal du college, Rouletabille, Sheherazade, Peter Pan et Nemo, Lazarillo part en guerre contre Otto Dafe pour que le pays redevienne libre de penser, de lire et de s'ouvrir au monde." Ajouter à mes livres
7 Le grand incendie
Gilles Baum
5 critiques 4 citations

"Du haut de son palais, le Sultan jubile. Les livres de son royaume brûlent à ses pieds. Bientôt, toutes les traces du passé auront disparu. Ne restera que sa propre histoire. Un jour, un enfant recueille une page qui a échappé au brasier. Malgré sa peur, il se met à recopier sur les murailles du palais les mots qui y sont écrits. Petit à petit, la foule l'imite et ensemble, ils réécrivent des pans entiers de leur culture, de leur histoire, avant que ceux-ci ne disparaissent des mémoires. Leur poids fera tomber le palais, le Sultan, et la tyrannie." Ajouter à mes livres
8 Le marchand d'indulgences
Brenda Vantrease
3 critiques

"Prague, 1410. L'heure est à l'autodafé. À la traque, à la corruption. On ne brûle encore que des livres ? bientôt, les hérétiques les suivront dans les flammes... Parmi ces révoltés, Anna Bookman n'est pas la moins active. Outre l'enluminure, cet art divin hérité de son grand-père, elle traduit la Bible en anglais : car le peuple ne connaît pas le latin, volontairement laissé dans l'ignorance et trompé par de prétendus serviteurs de l'Église. Bientôt chassée de Bohème, Anna gagne l'Angleterre où la Réforme a trouvé ses plus nombreux partisans. Et ses plus farouches adversaires... Sous des allures d'agneaux, les loups sont partout. Et le marchand flamand Van Cleve, dont Anna s'éprend bien vite, n'est autre que frère Gabriel, espion papiste et marchand d'indulgences. En ce siècle écartelé, le destin mettra à dure épreuve leur amour et leur foi..." Ajouter à mes livres
9 Fahrenheit 451
Ray Bradbury
667 critiques 663 citations

"Montag est un pompier du futur d'un genre particulier : il brûle les livres. Jusqu'au jour où il se met à en lire, refuse le bonheur obligatoire et rêve d'un monde perdu où la littérature et l'imaginaire ne seraient pas bannis. Devenant du coup un dangereux criminel..." Ajouter à mes livres
10 La Bibliothèque perdue: Autobiographie d'une culture
Walter Mehring
1 critique 11 citations

"Né à Berlin à la fin du XIXe siècle, Walter Mehring a hérité de son père le respect de la littérature, ainsi que son immense bibliothèque de milliers de livres. Comme son père, il veut croire que le livre et la lecture sont essentiels au progrès, à la compréhension mutuelle et au contentement de l'esprit. Après la Première Guerre mondiale, Mehring devient un acteur de premier plan de l avant-garde européenne. Poète et parolier de cabaret, il créé le mouvement Dada à Berlin. Avec la montée du fascisme, alors que l Europe se transforme en une zone de danger pour les artistes et la libre-pensée, Mehring constate avec effarement que la culture des livres célébrée dans la bibliothèque de son père est rejetée par les nouveaux maîtres de l Allemagne. Bientôt, ses propres livres sont brûlés par les chemises brunes et Mehring va devenir un « fugitif littéraire ». En exil à Vienne, Mehring tente de faire sortir clandestinement la bibliothèque de son père. Son sort va s avèrer pire que le sien : il parvient à s enfuir, mais la bibliothèque est réduite en cendres par les nazis en 1938. Dans La Bibliothèque perdue. Autobiographie d une culture, Mehring déballe en pensées ses caisses de livres, évoque ce que chacun signifiait pour lui et son père. Écrit avec humour et lucidité, Mehring compare l humanisme de l époque de son père avec le chaos de l Europe en guerre. La bibliothèque paternelle devient une métaphore pour enseigner comment l optimisme et la foi dans le progrès du xixe siècle ont cédé la place au chaos et aux autodafés du XXe siècle. Proche du Monde d hier de Stefan Zweig, La Bibliothèque perdue est un hymne au livre et à la lecture. " Ajouter à mes livres
11 Dictionnaire des livres et journaux interdits : Par arrêtés ministériels de 1949 à nos jours
Bernard Joubert
Ajouter à mes livres
12 Esprits rebelles
Khalil Gibran
4 critiques 29 citations

" Dans les premières années du siècle, Khalil Gibran, installé à Boston, collabore au journal At-Moujaher, destiné à l'émigration arabophone américaine. En 1908, il en tire un recueil de textes, Esprits rebelles. Composé de quatre histoires d'amour tragiques, le livre pose le problème de la condition de la femme arabe et de sa position dans la société libanaise. La sanction de cette audace ne tarde pas à tomber : le livre est très sévèrement critiqué par l'Église maronite qui voit en lui une attaque du clergé et une incitation à la libération des femmes. L'ouvrage est jugé hérétique, et le pouvoir ottoman au Liban le menace d'autodafé en place publique. " Ajouter à mes livres
13 La tunique d'infamie
Michel del Castillo
3 critiques 45 citations

Voir excellente chronique d'oran en 2017 ..."Puissante lecture , qui invite à réflexion, qui m'a transportée dans le temps, à la fin du XVI, au XVII, et au XX, et dans l'espace , en Espagne : Grenade, Soria- sur les traces de Machado - , dans les Alpujaras, Salamanque, Compostelle, Lugo, Cordoue, Madrid, Valladolid … et dans les Flandres : Bruges, Furnes… en compagnie de Miguel del Castillo, le narrateur du roman, habité viscéralement depuis sa naissance (« Il avait vécu en moi depuis la minute de ma naissance, attendant l'instant propice pour se révéler ») par Don Manrique Gaspar del Rio, né en 1584 à Grenade, évêque de Palencia, ancien juge au Conseil suprême de l'Inquisition. Tout au long du récit nous partageons leurs dialogues et les confidences de Manrique , longs monologues-confessions. Miguel del Castillo , fidèle biographe de Manrique (« Je respirais son odeur, je percevais son souffle, j'éprouvais sur ma peau la brûlure de son regard »), est aussi son alter ego (« un fantôme haut et livide »), dédoublement obsessionnel de personnalité, un Je qui en se dédoublant devient « un double je » . La tunique d'infamie – San Benito - c'est cette casaque dont on revêtait l'hérétique lors de la procession solennelle des autodafés , avant sa montée au bûcher, sur laquelle on inscrivait son patronyme et que l'on suspendait ensuite dans les églises et les cathédrales, à la vue de tous, pour perpétrer la mémoire de l'infamie, de telle sorte qu'une parentèle , une fois souillée, le demeurait jusqu'à la fin des temps, une exclusion sociale à perpétuité . (....) " Ajouter à mes livres
14 Les gardiens des livres
Michel Ossorguine
5 critiques 22 citations

"Moscou, 1919. Sur les décombres d'une Russie meurtrie par la guerre civile et la révolution, on brûle les livres pour se chauffer, on les troque contre de la farine et des harengs. À l'instigation de Mikhaïl Ossorguine, journaliste et romancier, une poignée d'intellectuels va pourtant fonder une librairie qui deviendra légendaire. Gardiens des livres passés et à venir, ils recueillent patiemment les débris des bibliothèques éparpillées ou pillées, ils diffusent, sous forme de manuscrits enluminés, les livres qui continuent à s'écrire, ils aident poètes, écrivains et philosophes à survivre tant matériellement que moralement, en leur offrant, outre des secours concrets, un refuge contre le prosaïsme d'un quotidien misérable. Deux plaquettes manuscrites d'A. Rémizov et de M. Tsvétaïeva illustrent la curieuse histoire de ces libraires-éditeurs racontée par un bibliophile." Ajouter à mes livres
15 Virus L.I.V.3 ou la mort des livres
Christian Grenier
119 critiques 59 citations

Suggestion de jamik... Ajouter à mes livres
16 De la censure. Essai d'histoire comparée
Robert Darnton
ajout le 23 janvier 2019 ------------------------------------------------------"Qu'est-ce que la censure? L'historien croit disposer d'un concept unitaire mais plonge-t-il dans les archives qu'il est alors saisi par la diversité des expériences qu'en firent ceux qui la subirent ? en l'occurrence, dans la France des Bourbons, dans l'Inde coloniale et dans la République démocratique allemande. Peut-on cependant dégager des trais communs à ces trois situations? La première dimension est la répression : Mlle Bonafon, treize ans d'internement dans un couvent pour avoir écrit un conte de fées politique (Tanastès) ; Mukunda Lal Das, trois ans d'emprisonnement rigoureux pour avoir entonné la très suggestive Chanson du rat blanc ; Walter Janka, cinq ans d'isolement carcéral pour avoir publié Lukács, un auteur tombé en disgrâce. La seconde dimension comparative est l'herméneutique : la censure est une lutte sur le sens. Elle implique le décodage de références dans un roman à clé ou des querelles sur la grammaire sanskrite, elle suppose toujours des débats interprétatifs qui conduisent peu ou prou à une collaboration entre censeurs et auteurs. Les deux parties comprennent la nature du donnant-donnant : la coopération, la complicité et la négociation caractérisent la façon dont les auteurs et les censeurs opèrent, au moins dans les trois systèmes étudiés ici. Plus qu'un simple affrontement entre création et oppression, la censure, en particulier aux yeux du censeur, apparaît coextensive à la littérature, au point de s'en croire la source. L'écrivain Norman Manea, quand il reconsidérait les coupes qu'il avait acceptées afin que son roman L'enveloppe noire parût dans la Roumanie de Ceausescu, ne regrettait pas tant l'amputation des passages critiques que le processus de compromis et de complicité qui lui faisait conclure au succès à plus long terme de la Censure, là où il n'était pas visible...." Ajouter à mes livres
17 La fille de personne
Cécile Ladjali
14 critiques 42 citations

Ajout le 7 mai 2020 Ajouter à mes livres
18 Le livre des livres perdus
Giorgio Van Straten
10 critiques 7 citations

Ajout le 7 mai 2020-- Ajouter à mes livres
19 Auto-da-fé
Elias Canetti
10 critiques 16 citations

Suggestion de Apoapo... Ajouter à mes livres
Commenter  J’apprécie          334