AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 9791028110116
Éditeur : Bragelonne (13/06/2018)

Note moyenne : 4.12/5 (sur 165 notes)
Résumé :
Quatrième de page de l'édition Bragelonne, ce tome 3 de "La Première Loi" ayant pour titre "Dernier Combat".

La guerre ravage le nord et Logen Neuf-Doigts n'a plus qu'une seule bataille à livrer, sans doute la plus dure. Il est temps pour le Neuf-Sanglant de rentrer chez lui. Au Sud, Glokta mène un autre type de guerre, plus meurtrière encore, avec ses armes de prédilection : le chantage, la menace et la torture. Quant à Jezal, il a choisi de renoncer... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (35) Voir plus Ajouter une critique
fnitter
  21 juillet 2015
Un final explosif
L'union se bat sur deux fronts : le nord et les Gurkhiens dont elle doit repousser l'invasion. le maréchal, commandant les armées va mourir et doit être remplacé. le roi va mourir et doit être remplacé. Qui d'autre encore doit mourir ? Bayaz n'a pas trouvé l'arme ultime, la graine et revient dans l'union les mains vides. Ferro n'a toujours pas eu sa vengeance. Jezal se fait manipuler, Logen continue à zigouiller à tout va. Et enfin Glotka pris entre deux maîtres se trouve en bien fâcheuse posture.
Ça va mal dans l'Union et ce dernier tome verra la résolution de tous les problèmes. Vraiment ? Les gentils vont gagner, se marier et avoir beaucoup d'enfant ? Mais on n'est pas au pays des Bisounours. C'est du Abercrombie, pas du Enid Blyton. Un traitement terriblement cynique où il faut distinguer les nuances de gris. Mais qu'on se rassure, on continue à aimer nos héros, manipulateur ou manipulé, tortionnaire et assassin.
Un final explosif où l'on combat à presque toutes les pages, mais, en changeant régulièrement de théâtre des opérations, l'auteur nous emmène, sans nous lasser, dans son univers sombre et glauque, avec force et fracas des épées contre les boucliers ou des haches contre les boîtes crâniennes. Rajoutons à cela complots et manipulations politiques en tout genre pour nous balader, que dis-je, nous secouer dans tous les recoins des travers humains.
Un final riche et dense à consommer sans modération.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          693
Phoenicia
  07 janvier 2019
Sombre, mais sombre, que cette trilogie, et surtout cette fin de trilogie. Les personnages sont plus sombres, l'intrigue est sombre et cette fin, ou plutôt ces fins... Avec ce parti-pris, Abercrombie nous accroche tout de même. L'Union est encore empêtrée dans deux conflits qui la prend en tenaille, l'un avec Bethod au nord, l'autre avec les Gurkiens et les terribles Dévoreurs au Sud. On assiste donc à des scènes violentes propre à ce genre de fantasy.
Les personnages continuent d'évoluer, certains plus que d'autres. Ferro et Renifleur, au final très peu, plutôt discret dans ce tome-ci. West également sous certains aspects. Jezal... Ah ça y est, on perçoit vraiment pourquoi Bayaz l'a choisi! Logen doit à nouveau rentrer dans son rôle de Neuf-Sanglant, et jamais son double n'a été si terrifiant. Glokta reste toujours cette créature sarcastique qui ajoute tellement de piquant à la narration. Quant à Bayaz, on peut vraiment dire que son personnage prend du galon mais sa personnalité est réellement terrible... Les trois derniers sont sans contestes mes préférés, bien qu'aucun ne soulève beaucoup de sympathie de ma part. Là encore un parti-pris de l'auteur de faire de nombreux anti-héros!
Le petit bémol de ce tome 3 est la fin qui me semble traîner en longueur sans que cela soit pertinent dans certains cas. Outre le chapitre "Réponses" qui est vraiment crucial, les autres auraient pu être diminués et être moitié moins nombreux.
Cette trilogie m'a fait découvrir l'univers d'Abercrombie. J'ai cru comprendre que Logen et Glokta étaient visibles dans d'autres de ces livres qui sont dans ma PAL. Ce ne sera donc pas mon dernier voyage avec Abercrombie.
Challenge le Tour du Scrabble en 80 jours
Challenge Pavés
Challenge Mauvais Genres
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          174
Shenandoah
  14 mars 2015
Le dernier tome d'une trilogie de fantasy est généralement celui de la bataille finale, qui voit nos héros accomplir leur destinée et triompher du mal. Mais ici, avec Abercrombie aux manettes, il est assez évident que rien ne se déroulera comme on pourrait s'y attendre.
En effet, cette conclusion est, sans surprise et pour le plus grand plaisir du lecteur, tout à fait dans le ton des deux tomes précédents. Si nous avons droit à une bataille, ou plutôt des batailles finales, le souffle épique à la Seigneur des Anneaux n'y a pas sa place, et les actes vraiment héroïques y sont absents ou traités comme de la pure inconscience.
J'avoue avoir eu un peu peur lorsque j'ai vu que ces batailles finales démarraient très tôt dans le livre et promettaient donc d'être très longues. Et elles sont en effet très longues, mais extrêmement bien rythmées, et les changements de points de vue ou de champ de bataille rendent le tout très dynamique et jamais ennuyeux.
A nouveau, l'auteur joue avec nos attentes pour nous offrir de mémorables retournements de situation. de la révélation d'un héritier caché au mariage de la demoiselle en détresse (ou plus ou moins en détresse), tout est fait pour surprendre tout en restant complètement logique. Absolument rien n'est aussi simple qu'il n'y paraît, et c'est un pur délice de se laisser emporter par l'histoire tout en cherchant à deviner de quelle manière inattendue elle va se terminer.
A ce titre, la fin est un chef-d'oeuvre de cynisme et d'humour noir. On se serait douté que l'auteur n'était pas un adepte du happy end, mais atteindre un tel niveau confère au génie. Les personnages qui pensent avoir une fin heureuse ignorent que des manigances se déroulent derrière leur dos pour le leur faire croire, tandis que d'autres sont très heureux d'avoir une fin qui semble déprimante au lecteur. On pourrait presque dire que seuls les "mauvais" s'en sortent vraiment bien, mais dans ce monde en nuances de gris, il est difficile de dire qui sont vraiment les méchants...
Quoi qu'il en soit, cette conclusion laisse un goût d'injustice et de gâchis, en particulier celle de Logen, mais est en même temps très enthousiasmante pour les portes qu'elle laisse ouvertes et le plaisir d'avoir été surpris jusqu'à la dernière ligne.
Je ne vais pas m'étendre davantage, mais vous encourager à découvrir cet univers dense et fouillé, dans lequel se déroulent presque tous les romans de l'auteur parus à ce jour, et surtout ses personnages improbables et mémorables (je lirais sans problème un livre entier centré sur Glotka...).
Si le premier tome ne m'avait pas entièrement convaincue, on voit au fil de cette trilogie qu'Abercrombie prend ses aises dans son monde jusqu'à trouver le ton qui sera sa marque de fabrique, juste mélange entre la noirceur et l'humour. J'ai vraiment hâte de relire Servir Froid et de découvrir le reste de l'oeuvre de cet auteur que j'apprécie de plus en plus.
Challenge Pavés 2014-2015
Challenge Variétés 2015
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          102
euphemie
  10 mai 2016
Hélas c'est fini, pas de tome 4. Tous ces "affreux" si attachants, tous ces héros malgré eux. Comment ingurgiter tant d'horreur et en redemander...enfin pas des horreurs, parce que les scènes de tortures...quand même....Joe Abercrombie a quand même du gout ou du moins de la suite dans les idées pour le découpage "artistiquement" dosé de ses congénères...mais en même temps il nous donne à penser les rouelles de la cervelle d'un torturé "torturant"...et réussi le tour de force de le rendre "attachant"...faut dire qu'il ne l'épargne pas non plus....à croire qu'il à du mal à se lever lui aussi le matin....
Quand aux "sauvages" du nord....ils ont une "tronche" bien sympathique, malgré leurs "manières", disons...brutales.
Il n'y a que Bayas, le premier des mages, qui reste puant de suffisance et incapable de "rédemption"....j'aurais bien aimé qu'il devienne un peu plus "humain", au final toute l'histoire lui passe dessus sans le modifier ou l'améliorer...Le premier tome l'annonçait bienveillant et malicieux, en cours de route il s'est racorni...
Pas de "happy end", enfin si, on sort de ce livre.... " toujours vivant"....
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          133
bran_601
  12 novembre 2014
"Le diable sait-il qu'il est un diable ? "

Tout ne s'est pas passé comme l'avait savamment orchestré Bayaz, et c'est ainsi que la communauté a été dissoute après avoir échouée dans sa quête de l'arme ultime.
À l'instar de Logen qui reprend le chemin du nord afin de régler ses comptes avec Bethod, et Jézal qui entend bien éprouver ses sentiments à ceux d'Ardee, chacun des anciens compagnons de voyage semble retrouver le contrôle de sa destinée... en apparence tout du moins.
Alors qu'au nord la guerre s'enlise et immobilise les armées de l'Union, c'est le moment que choisit l'empereur du Gurkhul pour lancer son invasion.
Mené par les "cent verbes", les disciples-dévoreurs de Khalul, des dizaines de milliers de soldats s'apprêtent à débarquer et embraser le continent désormais sans défenses.
Ce troisième et dernier tome de la première loi clos de la plus belle des manières une histoire qui se sera révélée brillante, haletante et déroutante par ses faux-semblants.
C'est un récit sanglant, barbare nous proposant des épisodes martiaux savoureux comme la défense désespérée d'une forteresse en ruine par Renifleur et ses compagnons d'armes durant sept longues journées, ou bien le duel rituel que se livre Logen "le sanguinaire" et Fenris "le redoutable" dans une véritable danse de la mort rappelant deux titans des anciens temps.
"Dernière querelle" livre finalement les dessous d'une intrigue complexe où Joe Abercrombie aura ramené l'humain au centre de sa dramaturgie en proposant des personnages fouillés, profond et cruellement réaliste, des personnages qui vivent l'histoire dans une incertitude la plus totale.
La conclusion de cette trilogie nous amène aussi à porter un regard différent sur les deux premiers volumes, le tout constituant un ensemble très cohérent et justifiant des certaines longueurs rencontrées ici ou là.
Le final est monumental, chaotique, certaines choses vont changer dans le monde de la première loi et d'autres vont rester immuables car encrées dans la nature...humaine.
Les enjeux du roman reposent bien au-delà d'une simple caricature du bien contre le mal, ces deux notions perdant habilement de leurs stéréotypes à mesure que toutes les pièces du puzzle s'assemblent pour représenter une fresque où les hommes opposent ces valeurs habilement afin de mieux défendre leurs intérêts personnels.
"Chasse le naturel, il revient au galop", Joe Abercrombie développe l'idée que les événements que nous vivons ne nous changent pas, si parfois nous pouvons nous perdre ils nous révèlent à nous-mêmes, et si les personnages évoluent au fil des pages, il n'en n'oublie pas de nous rappeler aussi qu'en chacun de nous réside une nature profonde à laquelle on ne peut échapper et que parfois faire le bien signifie s'opposer à un mal par un plus grand mal encore.
Si bien souvent dans la littérature fantasy un héros est caractérisé par son altruisme et son sens de la justice, l'auteur abat ces clichés pour développer une vision plus large, les actes héroïques découlant assez souvent d'une mise en abyme des personnages qui développent ces vertus alors qu'ils sont confrontés à l'absence de choix, en d'autres termes quand ils sont dos au gouffre.
Cette première trilogie ouvre des perspectives scénaristiques plus qu'elle ne conclut un simple cycle.
Elle n'offre pas véritablement de happy end tant pour certains personnages l'auteur à fait preuve une nouvelle fois d'un profond cynisme, mais installe un cadre géopolitique où pourront évoluer les prochains opus se déroulant dans le même univers.
À ce titre, Servir froid propose moult personnages étant apparus dans la première loi et nécessite la lecture de cette trilogie pour en savourer tous les ressorts et autres implications de la conclusion de cette saga.
La première Loi est donc un excellente trilogie qui rompt avec un certain standard de la fantasy dans sa forme, tout en en proposant une histoire vive et intense dans un univers fouillé et passionnant.
La vrai force du récit réside sans aucun doute dans ses personnages ultra charismatiques, qui pour une grande partie retourneront à la boue avant l'épilogue, et ce style d'écriture offrant un plaisir de lecture similaire aux romans de David Gemmell.
Pas étonnant d'ailleurs que Joe Abercrombie participe au recueil à venir en hommage à cet auteur.
Une affaire à suivre avec le plus grand intérêt donc ...
Lien : http://david-gemmell.frbb.ne..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50

critiques presse (1)
Elbakin.net   28 novembre 2011
Au final, La Première loi est sans aucun doute une trilogie à découvrir, qui ravira particulièrement les amateurs de Dark Fantasy, à défaut de convaincre systématiquement les autres dans tous ses aspects.
Lire la critique sur le site : Elbakin.net
Citations et extraits (36) Voir plus Ajouter une citation
fnitterfnitter   25 juillet 2015
Les preuves, c'est ennuyeux. Les preuves, c'est fastidieux. Les preuves n'ont aucune importance. Les gens préfèrent de loin un mensonge facile à une vérité ardue, surtout s'il correspond à leurs propres objectifs.
Commenter  J’apprécie          492
fnitterfnitter   25 juillet 2015
Il est donc vital pour un souverain que ses sujets gardent une bonne opinion de lui. Et il n'est pas très difficile d'y parvenir. Les humbles ont des ambitions limitées et se contentent de petites satisfactions. Ils n'ont pas besoin d'être bien traités. Il leur suffit de penser que c'est le cas.
Commenter  J’apprécie          270
fnitterfnitter   28 juillet 2015
Des pourparlers. Un prétexte que de vieux idiots adorant le son de leur propre voix saisissent pour venir faire un petite causette et parler de traitement équitable avant le début de la boucherie. Un point c'est tout.
Commenter  J’apprécie          370
fnitterfnitter   23 juillet 2015
Le fait était qu'il en avait assez appris sur le danger pour ne pas avoir envie de courir devant. S'il était prêt à faire son devoir, ledit devoir devrait d'abord lui mettre la main dessus.
Commenter  J’apprécie          350
fnitterfnitter   24 juillet 2015
Entre courir vers l'ennemi ou s'enfuir, il avait fait son choix sans réfléchir. Parfois le choix importait peu, du moment qu'on le faisait vite et qu'on s'y tenait.
Commenter  J’apprécie          370
Videos de Joe Abercrombie (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Joe Abercrombie
On repart à la découverte de Joe Abercrombie, avec cette fois sa trilogie "La Première Loi".
Je vous avais déjà parlé de cet auteur avec le premier tome de la moitié d'un Roi : (vous vous souvenez ?)
- Tome 1, L'éloquence de l'épée, ré-édité ensuite sous le nom de Premier sang : - Tome 2, Déraisons et Sentiments : - Tome 3, Dernière querelle :
C'est quoi ces petits liens ? C'est un lien "affilié" qui nous permet de toucher un (tout petit) pourcentage si vous achetez des livres via le lien proposé. Donc si le livre vous intéresse, n'hésitez pas à les prendre via ces liens pour soutenir notre travail, ça ne vous coûte pas plus cher !
_____________________
N'hésitez pas à vous abonner et à commenter, ça nous fait toujours plaisir !
Pour nous suivre : https://www.facebook.com/TooManyBooksTV https://www.instagram.com/toomanybooksfr
Instagram d'Audrey : http://www.instagram.com/linilim_/ Instagram de Timo : http://www.instagram.com/abrutim
+ Lire la suite
autres livres classés : fantasyVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

La fantasy pour les nuls

Tolkien, le seigneur des ....

anneaux
agneaux
mouches

9 questions
1287 lecteurs ont répondu
Thèmes : fantasy , sfff , heroic fantasyCréer un quiz sur ce livre
.. ..