AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Cécile Lombard (Traducteur)
EAN : 9782864245674
131 pages
Éditeur : Editions Métailié (09/02/2006)

Note moyenne : 3.6/5 (sur 69 notes)
Résumé :
A Luanda, à la fin de la guerre révolutionnaire, Félix Ventura, le bouquiniste albinos, exerce une activité étrange : il crée de faux passés qu’il vend aux nouveaux riches. Ses clients sont des entrepreneurs prospères, des hommes politiques, des généraux et la bourgeoisie angolaise naissante, tous ont assuré leur avenir. Il leur faut donc transmettre à
Félix leur construit des généalogies flatteuses, des portraits leurs enfants un bon passé.d’ancêtres, des mé... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (28) Voir plus Ajouter une critique
Dandine
  19 février 2020
Jose Eduardo Agualusa m'a conduit a Luanda, en Angola, un peu au sud des tropiques. Je n'ai pas vu grand chose, confine la plupart du temps dans une maison. Je me suis surtout promene dans sa prose, chaude, tropicale, poetique, avec des effluves de realisme magique et des relents de Borges. Baroque.

J'ai croise un gecko (un lezard salamandrin? une salamandre lezardophile?) qui voit tout et raconte tout, y compris ses reves et ses souvenirs d'une vie anterieure, ou il etait homme; j'ai rencontre un noir albinos feru de livres qui invente des genealogies prestigieuses (force preuves a l'appui) a tout ceux qui le sollicitent, habillant leurs reves les plus extravagants de realite.

Mais pour ne pas me montrer Luanda, Agualusa m'a entretenu de Lisbonne, Rio de Janeiro, New York, Berlin, Paris, le Vatican, le Pakistan, l'Inde. Il a essaye de m'eblouir, convocant Eca de Queiros, Bakounine, Bruce Chatwin, Montaigne, Borges (le gecko n'est pas une reincarnation de Borges, voyant de nuit et affectionnant des termes desuets?), les fugues de Bach, la musique cubaine. Vers la fin du livre j'ai cru comprendre: Luanda traine trop de souvenirs des horreurs de la guerre fratricide declenchee apres la decolonisation.

La prose d'Agualusa est affriolante. Je pourrais en tirer de nombreuses citations (je le ferai peut-etre). Il suggere des considerations sur la memoire, son poids, sa construction ou sa deconstruction, assez singulieres, sinon tout a fait novatrices. La memoire qu'on delaisse, la memoire qu'on s'invente. Des speculation sur la relativite de la verite: "la grande difference entre la dictature et les democraties, c'etait que dans le premier systeme il n'y a qu'une verite, la verite imposee par le pouvoir, alors que dans les pays libres chacun a le droit de defendre sa propre version des evenements. La verite, a-t-il dit, est une superstition". Et plus loin: "la verite aussi est en general ambigue. Si elle etait exacte elle ne serait pas humaine. ... permettez-moi de citer Montaigne: rien ne semble vrai qui ne puisse sembler faux".

En fin de compte le livre m'a laisse un peu confus. Trop de materiaux, eparpilles, qui m'ont eparpille (en me charmant, il est vrai), dont je n'ai pas completement saisi le propos. Comme si Agualusa n'avait voulu que m'epater par sa verve, par des images bigarrees, par une ecriture bariolee. J'ai senti que la fin est parachutee, comme par un procede de "deus ex machina", a peine raccordee a tout ce qui precede. La fin se mesure a la memoire historique angolaise, mais tout le reste? C'est comme si, ne en Angola, Agualusa se cherchait, cherchait par ce livre sa vraie patrie, son ultime identite: africaine? portugaise? sud-americaine? lusophone? Je pencherais por cette derniere alternative: il a sejourne dans beaucoup d'endroits, sous divers climats, en diverses epoques de sa vie, et je crois deviner que partout, toujours, c'etait en lusophonie.

Il m'intrigue, Agualusa; je m'y replongerai.


+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          393
dedanso
  27 février 2017
Quelle drôle de découverte je viens de faire là ! Auteur inconnu au bataillon (à mon bataillon littéraire du moins), José Eduardo Agualusa mérite pourtant le détour.
L'histoire est censée être centrée sur Félix Ventura, un albinos qui créé un passé fameux à de riches hommes angolais. Jusqu'au jour où il invente un passé et une généalogie à José Buchman, un photographe blanc qui souhaite se poser en Angola...
La plume de l'auteur est fraîche, imagée, poétique. Le récit paraît anodin (il est même dépourvu de fil conducteur) mais il se cache dessous des questionnements sur la vie, le mensonge, le passé, la vie après la mort.
A petites doses, l'auteur nous révèle aussi quelques informations sur l'Angola : ses paysages, sa faune et sa flore, sa vie quotidienne, sa politique, son passé historique.
Et quoi de plus surprenant que la forme choisie ? Car c'est un gecko qui nous narre cette drôle d'histoire (pour les ignorants comme moi, le gecko est une sorte de lézard ou de salamandre). Et souvent, c'est par le biais d'un rêve qui relie cet animal aux personnes qui l'entourent que le lecteur avance. Eh oui, il y a bien une touche de fantastique dans ce récit. Non seulement par ces rêves étranges, mais aussi par la nature même du gecko qui a été humain par le passé.
Une drôle d'aventure donc, un petit plaisir qui me laissera un goût sucré (comme les nombreuses papayes dégustées par les personnages), le souvenir d'une lecture douce et étrange.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
MaggyM
  09 février 2020
Parfois, sur la route littéraire, on croise des histoires surprenantes; un style, un propos, une poésie qui nous touche mais sans trop savoir pourquoi. Il est des romans qu'on ne pourrait expliquer; parce qu'une fois la lecture terminée, on se pose des questions sur ce qu'il vient de se passer...
C'est ce qui m'est arrivé avec le marchand de passés. En lisant la quatrième de couverture, je m'attendais à tout sauf à ça.
Le narrateur, un gecko qui fut autrefois un homme, tel Shéhérazade nous raconte la vie qui passe dans la maison qu'il a choisie, celle de Félix Ventura. Entre rêve et réalité, à travers de très courts chapitres qui peuvent paraître décousus, le lecteur est quasi hypnotisé par le récit.
La force du roman de José Eduardo Agualusa n'est pas dans la trame de l'histoire, d'ailleurs très peu consistante en soi. Mais bien dans les questions qu'il suggère, sur le poids du passé, la fierté de soi-même, l'histoire de chacun, le mensonge, la réalité tronquée, la solidité des souvenirs...
Au passage, en toile de fond, quelques bribes de l'histoire de l'Angola nous seront révélées. Un écriture poétique, un récit onirique, teinté de fantastique; qu'on hésitera à qualifier de doux ou de violent.... une lecture bien étrange.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
VALENTYNE
  24 avril 2020
Un tout petit livre mais très fort. Premier chapitre, on se demande qui est le narrateur : un poète ? peut-être, en tout cas un amoureux des mots.
Après ce mystérieux narrateur, nous rencontrons Félix Ventura, à Luanda, en Angola. Félix est albinos, bouquiniste et habite avec le narrateur (qui rit mais ne peut pas parler - en dehors de ses réflexions intérieures).
Un peu plus loin, il y a un indice sur le narrateur, je me suis dit, non ce n'est pas possible, l'auteur n'aurait pas osé ! Page 23, j'ai eu la confirmation de l'identité du narrateur ; incroyable ! j'étais déjà ferrée....
Au début de l'histoire, un homme étrange vient voir Félix et lui demande de lui constituer son passé. Jusque-là, Félix s'occupait uniquement de forger des passés de toutes pièces, mais sur des personnes réelles - juste redorer un blason en quelque sorte ; là, ce que demande son client, c'est de lui faire non seulement une identité mais aussi de faux papiers, une vie totalement inventée. Qu'a donc José Buchmann à se reprocher pour qu'il veuille ainsi faire table rase de toute sa vie...?
Un roman prenant entre rêves (nombreux) et réalité (magique) ...Marquant
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          131
Norlane
  09 mai 2019
Un narrateur gecko (sorte de lézard), réincarnation d'un homme. Un albinos inventeur de passés. Une collectionneuse de lumières. Un étranger qui prend une nouvelle identité. Des rêves. Cette histoire a des airs de fable poétique.
L'Angola, entre Portugal et Brésil. Avec ses fruits, sa chaleur, et sa réalité d'ex-colonie avec guerre et dictature. Cette histoire est un voyage, une découverte.
Le passé, le présent, l'identité, les ombres et l'éclatant, les désirs, le bonheur, les vérités... Cette histoire est pleine de vie.
Et le tout est écrit dans une beauté douce qui (me) donne le sourire.
J'aurais bien mis 6 étoiles tellement j'ai adoré cette lecture... Vive les jolies librairies qui mettent en avant ce genre de romans, et vive ces maisons qui les éditent !
Commenter  J’apprécie          154

Citations et extraits (54) Voir plus Ajouter une citation
DandineDandine   21 février 2020
Au catechisme, un vieux pretre a la voix mourante et au regard fatigue a tente, sans conviction, de m'expliquer en quoi consistait l'Eternite. Je pensais que c'etait un autre nom pour les grandes vacances. Le pretre parlait d'anges et je voyais des poules. Jusqu'a aujourd'hui, d'ailleurs, les poules sont ce que je trouve le plus semblable aux anges. Il nous parlait de la beatitude et je voyais les poules en train de gratter au soleil, de creuser des nids dans le sable, de faire rouler leurs petits yeux de verre, en une pure extase mystique. Je ne parviens pas a imaginer le paradis sans poules. Je ne parviens meme pas a imaginer le bon Dieu, allonge paresseusement sur une molle couche de nuages, sans le voir entoure d'une gentille legion de poules.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
dedansodedanso   27 février 2017
Il pleut. De grosses gouttes d'eau, poussées par le vent violent, se jettent contre les vitres. Félix, assis face à la tempête, savoure à lentes cuillerées une purée de fruits. C'est ce qui a constitué son dîner ces derniers soirs. Il prépare lui-même une papaye, en l'écrasant avec une fourchette. Il ajoute ensuite deux maracujas, des fruits de la passion, une banane, des raisins secs, des pignons de pin, une cuillerée à soupe de muesli, d'une marque anglaise, et un filet de miel.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
NievaNieva   03 août 2018
"Dora, la Cigale — Berceuse pour un fleuve — le grand succès du moment." Sa voix brûle dans l'air. Ces dernières semaines, c'est elle qui a été la bande-son du crépuscule. Je connais les paroles par cœur.

Rien ne passe, rien n'expire
Le passé est
un fleuve qui dort
et la mémoire un mensonge
aux mille formes.

Dorment les eaux du fleuve
et en mon sein dorment les jours
dorment
dorment les blessures
les agonies,
dorment.

Rien ne passe, rien n'expire,
Le passé est
un fleuve endormi
Il semble mort, c'est à peine s'il respire,
réveillez-le et il bondira
dans un grand cri.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
VALENTYNEVALENTYNE   15 mai 2020
Il a changé de sujet. Il a raconté qu’il avait assisté, quelques jours plus tôt, à la présentation d’un nouveau roman d’un écrivain de la diaspora. C’était un emmerdeur, un indigné professionnel, qui bâtissait toute sa carrière à l’étranger, en vendant au lecteur européen l’horreur de la nation. La misère a beaucoup de succès dans les pays riches. Le modérateur, poète local, député du parti de la majorité, avait fait l’éloge du nouveau roman, en même temps qu’il fustigeait l’auteur parce qu’il trouvait que son point de vue sur l’histoire récente du pays était falsifié. Une fois le débat ouvert, tout de suite, un autre poète, lui aussi député, et plus connu pour son passé de révolutionnaire que pour son activité littéraire, a levé la main :
– Dans vos romans, vous mentez volontairement ou par ignorance ?
Il y a eu des rires. Un murmure d’approbation. L’écrivain a hésité trois secondes. Puis il a contre-attaqué :
– Je suis menteur par vocation, a-t-il hurlé. Je me régale à mentir. La littérature est le seul moyen que possède un véritable menteur pour se faire accepter socialement.
Il a ensuite ajouté, plus sobrement, en baissant la voix, que la grande différence entre les dictatures et les démocraties, c’était que dans le premier système il n’y a qu’une vérité, la vérité imposée par le pouvoir, alors que dans les pays libres chacun a le droit de défendre sa propre version des événements.La vérité, a-t-il dit, est une superstition. Louis Félix, cette idée l’a impressionné.
– Je pense que ce que je fais est une forme avancée de la littérature, m’a-t-il confié. Moi aussi je crée des intrigues, j’invente des personnages, mais au lieu de les garder prisonniers dans un livre je leur donne vie, je les jette dans la réalité.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
skysoskyso   19 juillet 2011
Vous êtes resté longtemps à l'étranger, à voyager, vous n'avez pas idée de ce que nous avons vécu dans ce maudit pays. Luanda est plein de gens qui ont l'air très lucides et qui tout à coup se mettent à parler des langues impossibles, ou à pleurer sans raison apparente, ou à rire, ou à lancer des imprécations. Certains font tout ça à la fois. Il y en a qui se croient morts. D'autres qui sont morts pour de bon et que personne n'a encore eu le courage de prévenir. Certains croient qu'ils peuvent voler. D'autres y croient tellement qu'ils volent pour de bon. C'est une fête des fous, cette ville, il y a par ici, dans ces rues pleines de décombres, dans ces quartiers aux alentours, des pathologies qui n'ont même pas encore été répertoriées.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

Videos de José Eduardo Agualusa (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de José Eduardo Agualusa

Marque-page 2014-01-29.mp4
Payot - Marque Page - José Eduardo Agualusa - Théorie générale de l'oubli.
Dans la catégorie : Littérature portugaiseVoir plus
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature espagnole et portugaise>Littérature portugaise (227)
autres livres classés : angolaVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Vous aimez ce livre ? Babelio vous suggère