AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782290069141
512 pages
J'ai Lu (04/09/2013)
3.88/5   117 notes
Résumé :
Marseille, 1187. Antoine, orphelin de treize ans recherché pour meurtre, se retrouve seul sur les routes infestées de bandits, de mercenaires mais aussi de quelques belles âmes. L'adolescent, qui dorénavant se fait appeler Guilhem, va, au hasard d'étonnantes rencontres, être initié à l'art des troubadours tout comme à celui de la coutellerie, du lancer de couteau et du duel.

Son chemin croise, un jour, celui de Joceran d'Oc et de Jeanne de Chandieu qu... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (25) Voir plus Ajouter une critique
3,88

sur 117 notes
5
8 avis
4
8 avis
3
6 avis
2
3 avis
1
0 avis

piccolanina
  03 mai 2020
" J'ai bien mangé , j'ai bien bu . J'ai la peau du ventre bien tendue . Merci , petit Jésus . " P. Topaloff
Quand des moines grassouillets assimilent cette ritournelle à leur vie bien ordonnée , ils oublient les préceptes bénédictins . Ils deviennent des brebis égarées , de mauvais gestionnaires de terres .
Leur abbé est d'ailleurs en grande détresse devant l'administration pourrie et leurs constantes fourberies .
Et voilà que le miracle s'accomplit !
Un moine est aux portes de l'abbaye avec , en sa possession , une des plus importantes reliques du monde chrétien : " la Sainte Lance " . Un parchemin semble en attester l'authenticité .
On ne tergiverse plus . L'or , si chichement épargné , pleut dans les mains du sauveur . Cluny reprendra des couleurs grâce à la dévotion de la population à la vue de cette merveille . ( L'abbaye de Cluny fut le plus grand édifice religieux d'Occident jusqu'à la reconstruction de la Basilique Saint Pierre de Rome en 1506 ) .
Joceran dOc , moine et médecin , est témoin des transactions mais semble autrement préoccupé . Il est déjà ailleurs . Cette nuit , il s'enfuira avec sa mie , moniale elle aussi , pour vivre leur grand amour .
Pas de chance pour eux , le même soir disparaît la Sainte Relique .
Un noble , attaché à l'abbaye , Arnuphe de Brancion " ne relevant que de Dieu et de son épée " , se met à leur poursuite , la mort dans l'âme car ce même médecin l'a sauvé de la mort .
" Rapportez la Sainte Lance , c'est tout ! décida l'abbé . Peu me chaut ce Judas et sa prostituée ! Que , comme Jézabel, elle soit mangée par les chiens ! " P. 117
Le destin décide des rencontres et certaines changent le monde !
A cent lieues de Cluny , vit un petit gars qui voudrait mourir comme son papa , l'arme à la main , en face de ces incroyants de Sarrasins qui envahissent régulièrement Marseille .
Sans denier et dernier de sa famille , notre gamin se défend de succomber comme celle-ci .
Il est debout face à ce trou purulent , il entend les siens tomber , un à un , sur le corps d'autres morts . Il voit son frère , sa soeur et sa petite maman que l'on couvre de terre , emportés par le poison distillé par les eaux usées des tanneurs .
Avant de de quitter pour toujours ce lieu maudit , il va exécuter l'instigateur de tous ses ennuis .
" Sa nuit fut peuplée de cauchemars , mais s'il cria d'épouvante , chaque fois qu'Aubert apparaissait pour le mener en enfer , personne ne l'entendit . P. 41
Antoine va s'éloigner de plus en plus dans la nuit noire et bruyante , animée par les animaux qui l'effraient par leurs cris et leur présence .
Il vit la misère mais avec un courage et un tempérament qui vont modifier son esprit , son destin , digne d'un chevalier de la table Ronde .
Il modifie son nom . Il s'appellera Guilhem d'Ussel .
" Il resta allongé , songeant à son passé . Tous ceux qu'il avait aimés , tous ses amis , avaient disparu . " P. 259
Jamais un auteur ne m'a autant séduite de par son écriture , de par son instruction de l'Histoire .
Après quelques recherches , j'ai découvert que Guilhem de Marseille était un vicomte en 977 . Il épousa en seconde noce Hermengarde d'Arles , fille D Aillon .
Il finit sa vie , malade et moine bénédictin .
Ce premier tome annonce la venue d'Antoine , alias Guilhem d'Ussel , chevalier troubadour à la voix grisante qui , grâce aux nombreux amis qu'il se fit , enterra sa mélancolie .
Parmi eux , bien sûr , figurent les éternels fugitifs Jeanne et Joceran qui participèrent à beaucoup de ses exploits .



+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          3810
Marcellina
  15 mars 2020
Un coup de coeur assurément :-)
Au plus près de l'Histoire, l'auteur nous conte avec ses mots et ceux d'antan les péripéties aventureuses d'un enfant débrouillard et volontaire qui deviendra chevalier presque malgré lui. Cinq années séparent l'adolescent orphelin de l'homme éveillé et cultivé que l'on découvre au fil des pages. Cinq années de tristesse et de violence, d'amitié et de tendresse, de solidarité et de survie ; cinq années au temps de Richard Coeur de Lion qui était loin d'être le roi souriant et sympa que l'on trouve dans Robin des Bois ; cinq années pour mûrir avec comme maître successif un tanneur, un abbé, un rémouleur, un forgeron, un routier, un troubadour, un médecin et un chevalier ; cinq années de voyage dans une France éclatée en petits royaumes où la paix n'est qu'une farce et où la puissance est sanglante.
L'auteur d'une plume précise et acérée nous mène d'aventures en aventures tout en nous décrivant au plus près la vie du peuple, des monastères et des bourgeois en cette fin du XIIème siècle. Et le fil de l'histoire tient si bien à la chronologie historique que même l'éclipse partielle de soleil de 1187 y a sa part autant que les chamailleries mortelles entre les grands de ce temps où le peuple ne servait en fin de compte que d'exutoire vengeur. Entre batailles, sièges, défaites, fuites et partage de butins on découvre une cour d'amour avide de beaux textes, de chansons, de belles rimes, de joutes de mots et de tournois chevaleresques colorés où tout le monde trouve son plaisir. Un drôle de mélange qui pourtant se retrouve bien dans les chroniques de ce temps et où l'auteur puise sans réserve pour notre plus grand plaisir.
Un pavé qui se lit d'une traite et comme j'ai la suite, et bien, je plonge :-)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          182
MaggyM
  26 janvier 2022

Tout commence à Marseille en 1187 quand Antoine, 13 ans, doit prendre la fuite après avoir tué le responsable de la mort de sa mère. S'ensuivront mille et une aventures qui l'amèneront à l'Abbaye de Cluny 5 ans plus tard.
On aurait presque pu intituler ce roman "les malheurs de Guilhem d'Ussel" tant le jeune homme, qui a renoncé à son patronyme de naissance, accumule les moments douloureux. Et pourtant, il est vraiment couvert par la chance vu qu'il parvient à se déjouer de tout, à changer de vie plusieurs fois et surtout, à rester en vie dans ce Moyen-Age bien dangereux. Il sera rémouleur, forgeron, ménestrel... et chevalier, parce que son ambition, c'est de se battre, aux côtés du Roi de France de préférence.
Il rencontrera sur son chemin des personnages historiques ayant vraiment existé et d'autres fictifs, mais tout aussi réalistes.
L'auteur propose ici un vrai roman d'aventure, c'est trépident, sans temps mort, fortement ancré dans une époque extrêmement bien évoquée. Il y en a pour tous les goûts, du suspens, de l'action, de la bagarre, de l'amour, de l'amitié, des brigands, des gentils, des moines, des gens d'armes, des chevaliers, des complots... et Richard Coeur de Lion, maintes fois frôlé, jamais rencontré, et bien plus cruel que certaines images d'Epinal veulent bien rappeler.
Le jeune Guilhem est bien vite attachant, on tremble pour lui, on pleure ou on se réjouit avec lui et on le veut vainqueur à chaque fois. Un vrai personnage qu'on garde en tête même une fois le livre fermé.
Une série de romans qui commence très très bien. Vite la suite !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
frankgth
  28 novembre 2013
Après avoir suivi Guilhem d'Ussel dans ses aventures des 4 tomes précédents, et donc voyagé de Marseille à Montségur pour la naissance de notre XIIIème siècle, je l'ai retrouvé avec plaisir dans ce 5ème opus qui nous ramène en arrière pour nous faire vivre la jeunesse de notre héros.
Nous débutons donc ici aussi à Marseille pour le retrouver rapidement orphelin et jeté sur les routes pour échapper à la justice. Commence alors une très longue et sombre fuite devant ses ennemis et devant ses propres travers. Il va y faire de nombreuses rencontres, parfois belles parfois horribles mais toujours éphémères, qui forgeront l'homme qu'il va devenir par la suite. En regard de la vie de notre héros va se développer une intrigue assez annexe mais qui à la fin va lui permettre de se découvrir des qualités d'enquêteur qu'il démontrera régulièrement dans ses autres aventures.
Peut-être encore plus que dans les tomes précédents, Jean d'Aillon nous fait découvrir la vie de ce moyen-âge avec sa plume précise et entraînante. Il alterne à merveille action et introspection et fait grandir le héros sous nos yeux alors que les pages se tournent rapidement et sans effort jusqu'à une fin sans réelle surprise mais qui complète bien la jeunesse de l'homme que l'on avait découvert dans les tomes précédents.
Cette parenthèse refermée, je vais pouvoir reprendre la suite de ses aventures en me plongeant dans Rome 1202.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          142
maliroland
  25 avril 2021
Amateur de Jean d'Aillon et venant de lire Cordoue 1211, soit à ce jour le dernier épisode de la saga du chevalier Guilhem d'Ussel, l'envie m'a pris de relire de taille et d'Estoc, soit le premier épisode de la série.
Il s'agit de la jeunesse de Guilhem.
Le cadre.
Le moyen âge, époque Philippe Auguste, Richard coeur de lion, Jean sans terre.
Ici l'histoire débute à Marseille, en 1187.
L'auteur.
D'aillon. Spécialiste de romans policiers historiques. Erudit, style prenant, écriture soignée, mots anciens, nombreuses descriptions, les lieux, les monuments, les moeurs de l'époque, les habits, les repas, les armes et autres.
L'histoire.
Où toujours se mêlent éléments de réalité et de fiction, avec en fin de livre des précisions départageant le vrai du faux.
De taille et d'estoc.
Marseille. 1187. Antoine, fils d'un ouvrier tanneur, se retrouve orphelin à 13 ans. Ayant occis un sale type responsable de la mort de sa mère, il doit fuir et se retrouve sur les routes et pourchassé. C'est le début d'un long périple, d'apprentissage de vie et de différents métiers par le biais de rencontres. Un rémouleur, un forgeron. Il apprendra aussi l'art des troubadours, jouer de la vielle et composer des chants, sans oublier ce qu'il savait déjà, du temps de son père, doué, il avait commencé des études de clerc. Mais une carrière religieuse n'est pas faite pour lui, je serai un combattant dit il.
D'aventures en aventures, Antoine qui a changé son prénom en celui de Guilhem se retrouve embrigadé dans des troupes de mercenaires routiers et autres écorcheurs, participant à divers massacres, ce sera sa croix pour le reste de sa vie. Néanmoins, de Guilhem, il deviendra Guilhem d'Ussel et chevalier.
En parallèle, nous avons une histoire de relique, volée à l'Abbaye de Cluny, le chevalier Arnuphe de Briançon, chargé de retrouver la Sainte Lance. Arnuphe et Guilhem se rencontreront avec les débuts " policiers " de Guilhem.
N'oublions pas Marion, le premier amour de Guilhem.
Livre plaisant, érudit, dense à souhait.
Je conseille aux futurs lecteurs de Guilhem de suivre ses aventures dans l'ordre chronologique, certains personnages réapparaissant au fil des pérégrinations du chevalier troubadour.
Ainsi, la Licorne du livre 2 de Guilhem, Férir ou périr, qui revient dans, justement, Cordoue 1211.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (18) Voir plus Ajouter une citation
piccolaninapiccolanina   01 mai 2020
En cette fin du douzième siècle , la noblesse ne constituait pas un état social comme elle le deviendrait un siècle plus tard . N'étaient nobles que les anciens lignages francs ou germains propriétaires de domaines , même si beaucoup ruinés , les avaient perdus .
A côté de ces vieilles familles se trouvaient les possesseurs d'une seigneurie , d'un fief ou d'un alleu . Ce pouvait être des guerriers , mais aussi des clercs , des hommes d'Eglise ou même de riches bourgeois .
Enfin , il y avait les chevaliers et les écuyers , les gens de guerre qu'on nommait les milites . La plupart n'étant ni nobles ni seigneurs .
Mais tout individu audacieux , clerc ou roturier , bâtard de noble ou simple routier , pouvait s'imposer en rassemblant une mesnie d'hommes d'armes . Installé quelque part par la force , ou louant ses hommes à des rois ou des barons , un tel guerrier pouvait obtenir un fief et devenir vassal de quelque noble comte ou même d'un roi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          61
MarcellinaMarcellina   15 mars 2020
Les lices occupaient un enclos fermé par de fortes palissades sur une longueur d'un quart de mille, avec des portes aux extrémités. Tout une badaudaille bruyante s'agglutinait devant, mais la foultitude était aussi nombreuse dans le village d'artisans et de marchands érigé à côté de celui des pavillons des chevaliers. Il s'agissait de baraques en bois où officiaient des armuriers, maréchaux-ferrants mais surtout des marchands de vin à la cannelle, au gingembre ou à la rose, d'hypocras, de bière et de toutes sortes de pâtés chauds et de pâtisseries. Le vacarme était infernal.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
piccolaninapiccolanina   01 mai 2020
Malgré sa peine Guilhem laissa filtrer un sourire .
Guy lui avait déjà parlé de son cousin , seigneur du château de Charlus et gentil troubadour lui aussi , mais si pauvre que , quand il recevait un visiteur , il le nourrissait de ses poésies , ne pouvant lui offrir de festin . Ses amusements tenaient lieu de coupes de vin , ses sirventes de galettes de seigle et de froment , ses chansons de vêtements ornés de fourrure ! P.349
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
piccolaninapiccolanina   29 avril 2020
Antoine voulait rester seul avec son passé et ses larmes .
Les deux fossoyeurs mettaient à présent deux autres dépouilles dans la fosse . Pour ceux-là , personne n'était venu . Pas de famille , pas d'amis .
Devant le jeune garçon , la fosse s'étendait sur deux cannes ( environ deux mètres ), à moitié remplie de corps . P. 11
Commenter  J’apprécie          80
piccolaninapiccolanina   01 mai 2020
Quand il eut terminé , il resta devant la tombe . Mais sans prier .
Pour Marion , il aurait accepté de rester rémouleur , songeait-il . Il serait devenu artisan , aurait élevé son fils et oublié ce qu'il avait connu . Dieu lui aurait pardonné ses crimes , du moins l'espérait-il .
Mais Dieu lui avait repris Marion . Alors , qu'il ne lui fasse plus jamais aucun reproche . Tout était de Sa faute .
Il redeviendrait un guerrier et personne ne pourrait l'en empêcher . P. 304
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

Videos de Jean d` Aillon (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean d` Aillon
Jean d' Aillon - Les chroniques d'Edward Holmes et Gower Watson .Jean d' Aillon vous présente "Les chroniques d'Edward Holmes et Gower Watson : Une étude en écarlate" aux éditions 10-18. Retrouvez le livre http://www.mollat.com/livres/aillon-jean-une-etude-ecarlate-9782264065490.html www.mollat.com Retrouvez la librairie Mollat sur les réseaux sociaux : https://www.facebook.com/Librairie.mo... https://twitter.com/LibrairieMollat http://www.dailymotion.com/user/Libra... https://vimeo.com/mollat https://instagram.com/librairie_mollat/ https://www.pinterest.com/librairiemo... http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ https://soundcloud.com/librairie-mollat http://blogs.mollat.com/
+ Lire la suite
Notre sélection Littérature étrangère Voir plus
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2670 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre