AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Nicolas Richard (Traducteur)
ISBN : 2290007358
Éditeur : J'ai Lu (14/05/2008)

Note moyenne : 3.12/5 (sur 251 notes)
Résumé :
"Ce que je sais, en physique, c'est que pour un homme se tenant sur la berge, le temps passe plus vite que pour celui qui se trouve en bateau - surtout si ce dernier est avec sa femme."

Dans L'erreur est humaine, Woody Allen renoue avec un sens du décalage, de la dérision et de l'absurde qui rappelle l'esprit de ses premiers films. Avec, comme toujours, des dialogues à hurler de rire.
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (35) Voir plus Ajouter une critique
greg320i
  10 septembre 2015
L'erreur est humaine certes, mais le rire lui est surhumain, voir parfois sur une main : de celle qui vous tiendra votre bouquin , ou chatouillera votre organisme en des point sensible.
S'il faut donc en déduire que le rire tient au creux de la main, on pourra doublement s'esclaffer en se rendant compte que l'humain , fort bien pourvu par la nature en détient deux , qui font magnifiquement la paire .
A croire que Dieu été un sacré farceur pour nous munir de tous ces organes multiples mais qui ne sont pratique que lorsque l'on sais bien s'en servir ..

" Adam, va au jardin d'EDEN, amuse-toi, plie toi en deux, fait la fête sans retenue"
" Au poil , seigneur ! " lui répondit-il sans concession .
" Oui mais attention,, dans ton orgiaque joie, n'oublie pas qu'il ne faudra JAMAIS Ô non Jamais touché aux fruit défendu .."
" Tu veux dire le jardin suspendu de la douce Eve ?? "
" Heu.. non , je parlai d'une autre sorte de végétation, un peu plus rugueux mon vieux : l' arbre de la connaissance du bien et du mal
de celui-là, tu n'en consommera pas , sous aucune forme . "

Bien sûr nous connaissons déjà tous la suite :
Ivre de bonheur et déjà bien éméché d'avoir fumé quelques racines avec sa dévergondé compagne, - toujours gourmande des fruits de la passion, pomme, poire ou autre scoubidou ..- voile levé et relevé , les yeux brillant, à peine conscient de l'interdiction, ils commirent le crime sacré .

S'ils durent s'enfuir du Paradis, aller désormais se réfugier dans les bars et autres night club pour se cacher des sentences divines, il ne faudra pas oublier qu'à l'origine la faute en revient au non maintient des règles, faciles mais trop facile hélas . ( A ce propos, serer-ce donc là la punition de la femme pour s'être mis sous la dent le plaisir juteux ? A méditer... )
Rions donc, amusons nous, lisons Woody Allen. Parcourez ces 18 nouvelles avec le sourire aux lèvres : le régal vous est offert, mais attention de ne pas "trop" en vouloir quand même . .
A celui ou celle qui en voudrez plus, le crime de lèse majesté n'est pas loin : vous vous en repentirez bien vite de moudre votre grain de folie pour une si petite oeuvre .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
iz43
  30 mai 2017
L'erreur est humaine. Je pensais me régaler ou en tout cas bien m'amuser. Ce n'a pas été le cas. J'ai traversé différents stades: de l'incrédulité, à l'ennui, en passant par l'incompréhension voir au dégout.
J'ai vaguement souri par moments mais dans l'ensemble c'est trop décalé ou absurde pour moi. Je suis passée à côté.
En plus je n'aime pas tellement les nouvelles ça n'a rien arrangé.
Commenter  J’apprécie          200
Jackiedream
  17 novembre 2013
Enchaînement de petites histoires assez difficile à décrire...
Histoires qui sont plus ou moins drôles, d'ailleurs. Certaines m'ont vraiment fait sourire, j'ai été enthousiasmée par la finesse de l'écriture et de l'humour de Woody Allen. D'autres, a contrario, m'ont vraiment laissée dubitative et sur ma faim...En effet certaines nouvelles ne m'ont pas du tout fait rire, et je suis restée vraiment perplexe, notamment celles où Woody s'amuse à utiliser de très nombreux mots scientifiques ( je ne sais pas vraiment comment les décrire, vous devez voir de quoi je veux parler si vous l'avez lu ).
Pour résumer, un avis très ( trop ) mitigé pour ma part. Je ne sais pas vraiment quoi dire de plus sur ce recueil, qui est pour moi trop inégal même si vraiment savoureux par moment !
Commenter  J’apprécie          170
domisylzen
  08 août 2015
Un recueil de dix-huit nouvelles, d'une saveur inégale. Deux ou trois ont trouvés grâce à mes yeux, pour les autres je n'y ai trouvé aucun intérêt. L'idéal serait de les lire par moment : une histoire de temps en temps sinon ça devient vite lassant.
Celle qui m'a fait le plus rire ? Les jolies colonies de vacances, coupez !
Commenter  J’apprécie          100
MumuJohnson
  08 juin 2012
Un livre bien rédigé, bien romancé mais les histoires ne m'ont pas du tout intéressée quant à elles. Après avoir lu de nombreuses critiques, je pensais y trouver des rires mais rien à tel point que je n'ai pas réussi à le terminer, sans aucun regret (ce qui m'arrive très rarement).
Je n'ai trouvé aucun intérêt à ce livre qui m'a énormément ennuyé.
J'ai une appréhension à présent pour me plonger dans d'autres romans ou nouvelles de Woody Allen car je suis peut-être simplement hermétique à son univers.
Commenter  J’apprécie          80
Citations et extraits (23) Voir plus Ajouter une citation
NanneNanne   04 mars 2010
Lorsque Boris Ivanovich ouvrit la lettre et la lut à sa femme Anna, tous deux blêmirent. Mischa, leur fils de trois ans, n'était pas admis dans la meilleure écoles maternelle de Manhattan. "Ce n'est pas possible ! s'exclama Boris Ivanovich, consterné. - Non, non - ce doit être une erreur, renchérit sa femme. Après tout, c'est un garçon brillant, agréable, sociable, à l'aise à l'oral, qui se débrouille correctement en coloriage et maîtrise bien Monsieur Patate." Boris Ivanovich s'était tu, il était perdu dans ses rêveries. Comment pourrait-il se présenter devant ses collègues de Bear Stearns alors que le petit Mischa avait échoué à l'entrée d'une grande école maternelle ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
VALENTYNEVALENTYNE   09 novembre 2014
Les membres d’un club de remise en forme assez sélect de New York plongèrent aux abris cet été lorsque retentit pendant leur séance matinale le terrible grondement qu’on entend habituellement en cas de violente secousse sismique. La crainte d’un tremblement de terre fut cependant vite dissipée et l’on découvrit qu’il s’agissait simplement de la dislocation de mon épaule : j’avais réussi à me démolir l’articulation en jouant les marioles pour attirer l’attention de la pouliche aux yeux en amande qui faisait des pompes sur le tapis d’à côté. Pour l’épater, j’avais tenté de soulever une barre d’haltère lourde comme deux Steinway, et ma colonne vertébrale s’était recroquevillée tel un ruban de Möbius, tandis qu’une bonne partie du cartilage s’était déchirée dans un vacarme assourdissant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
NanneNanne   04 mars 2010
Envoyé jadis sur les bords de lacs aux noms Indiens, après avoir été au préalable chloroformé et ligoté, pour apprendre la nage dite du "petit chien" sous l'œil torve d'un Kapo qui se faisait appeler "moniteur", j'ai récemment été intrigué par certaines annonces de la section Magazine du Times. Parmi les établissements habituels à qui les parents nantis pouvaient confier leur geignarde progénitures afin de savourer en paix le coma des mois de juillet et d'août figuraient des camps de vacances spécialisés : la colonie basket, la colo magie, la colo informatique, la colo jazz et, la plus glorieuse de toutes peut-être, la colo cinéma.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
nikiteamnikiteam   18 juillet 2013
Nous faisons tous face à des décisions difficiles, des choix moraux. Quelques-uns sont à grande échelle, la plupart sont plus petits, mais nous nous définissons par les choix que nous faisons. En fait, nous sommes la somme totale de nos choix. Les événements surviennent de façon imprévisible, injuste, le bonheur humain ne semble pas faire partie... du plan de la création. C'est seulement nous, avec notre capacité d'amour, qui donnons une signification à cet univers neutre. Malgré tout, la plupart des êtres humains semblent avoir... la capacité d'essayer encore, et même de trouver la joie, dans les choses simples, comme leur famille, leur carrière, et l'espoir que les générations futures... comprendront davantage
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
LooNaaaLooNaaa   08 septembre 2015
Allô ? Sa sainteté Moe Bottomfeeder, le Grand manitou de la prière à l'appareil. Quoi ? Navré, ma petite dame. Il faut que vous vous adressiez à notre service des réclamations. Nous ne garantissons pas que le Seigneur va exaucer vos désirs. Il fera de son mieux, mais c'est tout ce qu'on peut vous promettre. Mais ne vous découragez pas, mon chou. Vous allez peut-être quand même le retrouver votre matou. Non, nous ne remboursons pas.Relisez les tous petits caractères au bas de votre confirmation de prière. Il est bien précisé ce qui est de notre ressort et de Sa responsabilité. Mais ce que je vous propose, tout de même, c'est de vous envoyer une de nos bénédictions gratuites, et si vous allez Chez homard, sur le Queens Boulevard, dites-leur que c'est le Seigneur qui vous a envoyé, et vous aurez un cocktail gratuit.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Videos de Woody Allen (102) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Woody Allen
Wonder Wheel avec Kate Winslet et Justin Timberlake - Débat cinéma CANAL+
Discussion de la bande du Cercle autour du film de Woody Allen dans l'émission Le Cercle présentée par Augustin Trapenard
autres livres classés : nouvellesVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les citations de Woody Allen

« ----, c’est long, surtout vers la fin. »

La vie
La mort
L'amour
L’éternité

10 questions
60 lecteurs ont répondu
Thème : Woody AllenCréer un quiz sur ce livre
.. ..