AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782021140279
224 pages
Seuil (23/01/2014)
2.08/5   25 notes
Résumé :
Que vous soyez un martien, un homme préhistorique, Zeus ou même un chien il y aura toujours une fille pour vous briser le cœur.

Simon Rich, dans une succession de vignettes construites comme des sketchs, traite de l’amour sous des formes pour le moins inattendues. On y côtoie Sherlock Holmes, qui détecte le moindre indice mais ne voit pas que sa fiancée le trompe, Cupidon en ado flemmard qui ne décoche ses flèches qu’aux gens cool, des martiens qui pr... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (21) Voir plus Ajouter une critique
2,08

sur 25 notes
5
1 avis
4
2 avis
3
3 avis
2
5 avis
1
9 avis

LydiaB
  27 janvier 2014
Avouez quand même que la couverture était alléchante ! On nous promettait d'hurler [de plaisir] de rire. Oui, je sais, c'était facile, tout comme les petites histoires qui composent ce livre. Humour facile, donc... Mais j'ai un problème : je ne dois pas avoir le même, car je le cherche encore... Non seulement je n'ai pas hurlé de rire mais je n'ai même pas esquissé l'ombre d'un sourire. J'ai trouvé cela très plat, parfois d'un goût douteux. Pourtant, habituellement, je suis plutôt bon public, mais là, je fus de marbre. Pire, je me suis ennuyée.

Alors je me pose une question au vu de la nombreuse publicité faite autour de ce jeune auteur : ne serait-ce pas un problème de traduction ? Car The Guardian, journal britannique de référence, se demande même s'il ne s'agit pas, je cite, de "l'homme le plus drôle des Etats-Unis". J'attends de voir les autres critiques, peut-être ne suis-je tout simplement pas réceptive à ce genre...

Merci à Babelio pour ce partenariat, ainsi qu'aux éditions Seuil.
Lien : http://www.lydiabonnaventure..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          5411
OverTheMoonWithBooks
  06 février 2014
Calimero sort de ces pages !!
C'est ce que je ne cessais de me dire à mesure que la fin de ce recueil de nouvelles approchait.
En fait, Homme cherche femme et autres histoires d'amour illustre bien l'un des paradoxes de la société américaine : ils sont capable du meilleur (ils ont quand même des intellectuels de très haut vol, notamment en littérature) comme du pire ( la culture des rednecks et autres joyeux drilles du même genre), le tout dans les extrêmes.
Simon Rich a donc décidé de mettre à l'honneur l'antihéros de la fin du 20ème siècle par excellence : le LOSER !! Et oui !!! Les pauvres mecs dans les films d'ados, rejetés par les ados populaires du lycée parce qu'ils sont ringards et qui, par excès de sensiblerie, confondent vite sentiments amoureux béas avec leurs hormones… (C'est le cas par exemple dans "L'occupation de la rue de Jen" mais il y en a bien d'autres…) Ces nouvelles sont donc servies avec l'humour assez lourd qu'on peut trouver dans les films pour ados, du style "American Pie" ou "Mary à tout prix". Alors de temps en temps, ça passe, mais la plupart du temps on soupire devant ces schémas et procédés ultra répétitifs ! le lecteur n'est pas un simple d'esprit, il comprend que ces pauvres bougres très maladroits et peu avenants a priori se désolent dans leur coin que les filles qui font l'objet de leur "affection" soient irrésistiblement attirées par les "mâles" dominants et rustres qui leur manquent de respect alors qu'eux passeraient leur temps à les choyer et les traiter comme des déesses.
Pour nous donner l'impression qu'il changeait de registre de temps en temps quand même, l'auteur invente des situations plus ridicules et loufoques les unes que les autres. On lit donc des phrases assez délirantes, même lorsqu'on s'est fait à l'idée que Simon Rich faisait dans le n'importe quoi. Exemple choisi : "Nous sommes des extraterrestres de la planète sexe, (…). Nous sommes venues solliciter une orgie" (dans "Assurance)
Je me suis demandé si tout absolument tout allait y passer. On se retrouve donc face à Hitler, âgé de 124ans et dans un fauteuil roulant qui sort avec une superbe jeune fille dont l'ex était un juif. Heureusement, alors qu'il est bourré, ce type lui fait gentiment remarquer que, quand même, elle mérite mieux. (chic alors !! )
Mais on croise aussi Darwin, Sherlock Holmes, l'Homme invisible, le Père Noël, des hommes des cavernes, Dieu, un mec lambda qui lassé des mannequins superficielles décide de sortir avec Mère Teresa (si si!)
Le seul point que tous ces personnages ont en commun, c'est que face à l'Amour, ils s'y prennent tous comme des manches. Et lorsque l'auteur veut se moquer des comportements des hommes et des femmes en amour, bizarrement la dérision a vite fait de rester dans un seul sens… Donc si après avoir regardé les 6 "American Pie" (et tous les autres films du même acabit qui sortent chaque année) vous ne l'avez pas encore compris, on va vous le dire clairement : LES HOMMES SONT LES VICTIMES DES FEMMES ! Voilà ! Merci Simon pour la révélation du siècle …
A mon sens, les éditions du Seuil ont fait une grosse erreur de casting. C'est un problème culturel : ce recueil n'est pas adapté au public français ! et ceux qui peuvent apprécier ce type d'humour ne lisent pas forcément.
Toutefois, il faut l'avouer, il n'y a pas l'intégralité des nouvelles qui est à oublier, certaines auraient pu être faites par Tex Avery s'il avait réalisé ses dessins animés au 21ème siècle (mais il y en a peu, ça reste anecdotique).

Pour terminer cette critique, je tiens à remercier Babelio et les éditions du Seuil de m'avoir permis de découvrir cet ouvrage.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          3318
Bazart
  03 février 2014
Avant que Babelio et son opération Masse critique me propose de découvrir "Homme cherche femme, et autres histoires d'amour"d'un certain Simon Rich, je n'avais entendu parler ni du roman ni de l'auteur, et ce n'est qu'en recevant le livre et en regardant le quatrième de couverture que je me suis aperçu que ce Simon Rich, à même pas 30 ans ( regardez comme il a l'air jeunot, sur la photo ci dessous) était loin d'être le premier venu.
En effet, écrivain, journaliste pour le très sérieux quotidien le New Yorker, et scénariste pour Pixar et dialoguiste ou pour la célèbre émission Saturday Night Live (rien que ca!), le non moins sérieux journal The Guardian le présente ni plus ni moins comme "l'homme le plus drôle des Etats Unis"...ca vous pose de suite quelque peu son homme, n'est ce pas?
Bref, de quoi donner envie de se jeter sur ce bouquin ( surtout qu'un recueil de 29 nouvelles de 3 pages en moyenne, ca sera toujours plus vite lu que "le Chardonneret", je pense) et de mettre de coté ces romans français qui finir par tous se ressembler un petit peu.
Car ce qui est sur c'est avec ce Homme cherche femme – Et autres histoires d'amour, c'est que ca ressemble à pas grand chose de connu, à part peut être aux recueils de nouvelles de Woody Allen de (comme "Dieu, Shakespeare et moi") puisque le livre raconte, sous forme de 29 nouvelles (comme l'âge de l'auteur, amusante coiencidence) de drôles d'histoires d'amour. Des romances plus folles les unes que les autres, décomposées en trois actes, comme ceux d'une relation amoureuse : "la rencontre", "le couple" et "la rupture".
Les histoires sont donc complètement farfelues, pleines de fantaisie, et énormément de non sens, et très souvent, cela sonne très juste, et on rentre très vite dans la folie de l'auteur. On découvre ainsi le processus de séduction dans la Préhistoire avec "J'aime Fille", la relation extra-conjugale de la femme de Sherlock Holmes dans "L'aventure de la cravate à pois" ou encore le renouveau amoureux d'Adolf Hitler à 104 ans avec "Je suis le seul ?
Le livre commence très très fort : toutes les nouvelles du début sont vraiment hilarantes, notamment "Petites annonces canines", dans lesquelles des chiens tentent désespérément de retrouver leur moitié, rencontrée dans un parc, près d'un poteau ou tout simplement aperçue à travers la vitre d'une voiture.
Egalement très réussie est "Non protégé", l'histoire d'un préservatif et de sa vie jusqu'à sa fin, d'une originalité et d'une maitrise absolue. La nouvelle sur des sirènes aquatiques au large des docks qui appellent des loosers membre d'un pauvre groupe de rock m'a également beaucoup amusé. …
Et que dire de cette histoire où l'on suit un homme depuis longtemps célibataire qui accepte de rencontrer une femme présentée par un couple d'amis; le seul (petit) problème est que la femme est en réalité un troll !!! Car, ce sont toujours des mecs les personnages principaux de ces histoires, des trentenaires souvent un peu largués, un peu machos qui ont un peu de mal à prendre leurs places dans les affres du jeu amoureux,et aussi qui ont pas mal à faire dans les joies(?) du sexe.
Ensuite, les parties "couples" et "ruptures" sont un peu plus inégales, et surtout laissent un petit relent sexiste un peu trop prononcé que les filles risquent de ne pas toujours apprécier.Mais malgré cette légère perte de vitesse vers la 15ème nouvelle ( faut dire qu'on était parti tellement vite), ce recueil de nouvelles s'avère être une très réjouissante lecture, qu'on imagine d'ailleurs adaptées en sketches, ce qui devrait arriver bientôt, vu que les droits du livre ont déjà été achetés par FX Networks et un pilote pour une série a déjà été tourné et que j'ai assez hate de découvrir..
Lien : http://www.baz-art.org/archi..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
Ziliz
  29 janvier 2014
Recueil de nouvelles autour de relations hommes-femmes : rencontre, couple, rupture.
Ouvrage déroutant à bien des égards.
Style naïf, enfantin, parfois niais. L'auteur s'adresserait à des ados (non pas qu'il faille s'adresser niaisement à des ados) ? Non, même pas, des références - souvent lourdes - au sexe confirment que le public visé est adulte.
Ambiance de contes, de fables, étrange méli-mélo d'époques, références à la mythologie, science-fiction. Quelques célébrités au milieu de quidam contemporains : Adam et Eve, Dieu, Hitler... Tout cela souvent malhabile.
On a parfois des surprises, ce qui est toujours agréable au cours d'une lecture, surtout quand on a tendance à s'y ennuyer et ne plus rien attendre que la dernière page.
Tantôt le propos semble caricatural (sexiste ?) et affligeant de banalité. Tantôt de bonnes idées et réflexions intéressantes réveillent : 'Ah, pas c*n, bien vu !'. On se dit alors que l'ouvrage est peut-être plus profond qu'il n'y paraît, et mériterait qu'on s'y attarde, qu'on cherche un énième degré, des métaphores, etc. Non, pas le courage de tout reprendre.
En résumé, pour commenter la présentation en 4e de couv :
- "A chaque page on est surpris"... pas si souvent, mais de temps en temps, oui et agréablement. Mais j'ai avant tout été frappée par la pauvreté du style en commençant ma lecture.
- et "on hurle de rire", non, j'ai plutôt soupiré d'agacement.
/!\ Si vous n'aimez pas cet ouvrage et osez le dire en place publique (sur ce site, en l'occurrence), il se peut que l'on vous accuse lourdement de manque d'ouverture d'esprit, entre autres amabilités)
(avis : 0.8/5)
--- Merci à Babélio et aux éditions du Seuil.
Et merci à M. qui m'a involontairement "aidée" à écrire ce billet en pointillés, à bord de montagnes russes, faisant battre mon ♥ à tout rompre, d'espoirs en déceptions... ;-)
Là, par contre, j'ai ri.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          2210
Petitebijou
  08 février 2014
Critique rédigée dans le cadre de Masse Critique. Merci à Babelio et aux Editions du Seuil
La quatrième de couverture me promet une surprise à chaque page et que je vais hurler de rire à la lecture de cet ouvrage.
Disons-le tout de suite : en ce qui me concerne, aucune des deux promesses n'a été tenue.
Si sans conteste l'auteur ne manque pas d'imagination et d'un certain humour, il me semble qu'il est surtout très paresseux. Paresseux, parce que son livre qui se laisse lire quand on n'a rien d'autre sous la main, est un recyclage permanent, dans un style certes agréable mais sans surprise, de deux ou trois idées déclinées pour ne pas dire usées jusqu'à la corde à travers de multiples saynetes plus ou moins brèves et réussies.
Laissons de côté l'efficacité humoristique – rien n'est plus subjectif, mais tout de même, mes zygomatiques sont restés coincés lorsque j'ai commencé à être agacée par les stéréotypes lassants répétés au fil des histoires de ce livre qui se prétend railler « Les hommes viennent de Mars et les femmes de Vénus » (Il a failli s'appeler « Les hommes viennent de Brooklyn et les femmes de Brooklyn).
Même avec toute ma bonne volonté de distance et légèreté, j'ai vite été irritée par les filles (ou chiennes, ou robots) qui ne savent que cligner des yeux et dire « je veux que tu m'écoutes », et les garçons (ou chiens, ou robots), obsédés sexuels paniqués par l'idée d'engagement.
Cuisinés à la sauce d'internet et des réseaux sociaux, enlevez l'habillage de ces concepts et la trame apparaît, vieille comme le monde.
Enfin, j'ai eu une impression de « déjà lu » à travers toutes ces histoires. Je dois reconnaître pour être honnête que Simon Rich en postface avoue divers emprunts (TC Boyle notamment), mais il ne cite pas Woody Allen. Or, j'ai retrouvé des déclinaisons à peine voilées de certaines nouvelles figurant dans « Destins tordus » ou « L'erreur est humaine ».
Je sais bien que tout a été dit, écrit et que l'on peut considérer tout acte de création comme une redite, ici les ficelles sont vraiment grosses. Je pense tout particulièrement à une saynète présentant une machine à remonter le temps qui est calquée sur l'histoire d'Emma Bovary racontée par W. Allen.
Toujours dans la postface, l'auteur nous informe qu'il songe à adapter ses petites histoires au format court-métrage pour la télé. Bonne idée. Il aurait même dû commencer par là.

Lien : http://parures-de-petitebijo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          228


critiques presse (2)
Lexpress   10 mars 2014
Rarement titre aura mieux résumé un livre. Simon Rich excelle dans la parabole.
Lire la critique sur le site : Lexpress
LesEchos   12 février 2014
On en sort chamboulé, vidé. « Homme cherche femme » est une satire énorme, hors norme, de l’amour et de ses dommages collatéraux – une forme d’exorcisme cruel et joyeux destiné aux cœurs brisés.
Lire la critique sur le site : LesEchos
Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
LydiaBLydiaB   27 janvier 2014
Petites annonces canines

M > F - SALON

Je t'ai vue récemment dans la maison de mon maître : tu pendais du bord d'un canapé. Tu étais un long tube charnu avec un genou au milieu et une tennis au bout. J'ai essayé de te baiser, mais tu m'as brutalement repoussé. Bien sûr, je me doute que tu es une jambe. Et qui sait si tu liras ce message ? Tu en feras ce que tu voudras mais je tenais juste à te dire que je te trouve très belle. (P 43)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          216
OverTheMoonWithBooksOverTheMoonWithBooks   02 février 2014
Il gelait à pierre fendre et jamais je n'aurais cru que des gens se déplaceraient. Cela en disaient long sur les qualités de leader d'Otto. Chaque samedi, quel que fût le temps, il nous persuadait de le suivre à Washington Square Park. A bien y réfléchir, nous nous rendions compte que nos actions étaient irrationnelles. Comment un groupe d'étudiants débraillés espéraient-ils convaincre le Congrès d'arrêter la guerre contre le terrorisme, d'abolir le système carcéral américain ou de légaliser l'usage des hallucinogènes ?


(dans "L'occupation de la rue de Jen")
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
OverTheMoonWithBooksOverTheMoonWithBooks   02 février 2014
(…), c'est tout le système romantique qu'il faut revoir. 99% des hommes sont amoureux de 1% des femmes. Et pourtant elles refusent souvent de sortir avec nous. C'est totalement injuste.


(dans "L'occupation de la rue de Jen")
Commenter  J’apprécie          104
beugzbeebeugzbee   26 janvier 2014
Il ne faut pas juger les gens sur leurs vieilles histoires. Bon, d'accord, elle a tué Stanley. Mais comment peux-tu savoir ce qui s'est vraiment passé entre eux? Tu n'y étais pas.
Commenter  J’apprécie          130
ChouchaneChouchane   31 janvier 2014
La prison (entendez le couple) te transforme, murmura-t-il. D'une manière étrange. Au début, la routine te rend fou. Et puis il y a un moment où tu deviens accro. Tu te mets à attendre avec impatience les courses au supermarché. Un nouvel épisode de Mad Men suffit à illuminer ton dimanche. Ton monde est si petit qu'il pourrait tenir sur une tête d'épingle. Et la triste vérité, c'est que tu l'aimes ainsi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50

Videos de Simon Rich (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Simon Rich
Simon Rich interview - The Last Girlfriend on Earth
autres livres classés : brèvesVoir plus
Notre sélection Littérature étrangère Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de Simon Rich (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
18088 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre