AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Isabelle Maillet (Traducteur)
EAN : 9782365695619
416 pages
Editions Les Escales (07/10/2021)
3.73/5   116 notes
Résumé :
Jusqu'où seriez-vous prêt à aller pour vivre la vie dont vous avez toujours rêvé ? C'est la question que pose ce thriller psychologique élégant et vicieusement divertissant.

Florence Darrow veut être écrivaine. Ou plutôt : Florence Darrow sera écrivaine, elle en est persuadée. Chose plus simple à dire qu'à faire, et Florence peine à trouver sa place dans le monde de l'édition new-yorkaise. Quand on lui propose de devenir la nouvelle assistante de mada... >Voir plus
Que lire après L'énigmatique madame DixonVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (50) Voir plus Ajouter une critique
3,73

sur 116 notes
L'intrigue, machiavélique en diable, est resserrée autour de deux personnages. Comme dans Les Apparences ( de Gillian Flynn ), l'un semble innocent et naïf, l'un plus dangereux et retors. Mais au fur et à mesure que le l'histoire avance, les rôles s'échangent, à plusieurs reprises, jusqu'à ce que le récit se transforme en duel en cage, jusqu'au triomphe d'un seul, en toute amoralité.

C'est d'abord avec Florence Darrow que l'on fait connaissance. Tout le premier tiers du roman nous la présente de façon très fine sur fond de satire mordante du monde de l'édition. Florence est persuadée qu'elle est destinée à être une écrivaine reconnue. En attendant, elle est assistante d'édition à New-York, complexée par ses origines modestes et sa non maîtrise des codes huppés du milieu. le destin intervient lorsqu'elle est choisie pour devenir l'assistante personnelle de la charismatique Maud Dixon, écrivaine au phénoménal succès avec un unique roman sur le passage à l'âge adulte, mettant en scène deux adolescentes et le meurtre d'un prédateur sexuel par l'une d'elle. Maud Dixon est un pseudonyme. Seule son éditrice et désormais Florence connaissent son identité. Lors d'un voyage au Maroc, le destin se fait joueur ...

Je pensais connaître Maud, sentir que quelque chose n'était pas net mais jamais je n'ai deviné les détails de ce trouble. Je pensais connaître Florence, comprendre ce qu'elle voulait et ressentait, mais jamais assez pour imaginer jusqu'où son ambition pourrait la faire aller. Alexandra Andrews a construit un scénario d'une habileté remarquable, dupant le lecteur dès le départ sans que celui-ci ne cille, pipant les dés de façon réjouissante.

Même si la plausibilité des personnages est un poil légère, le récit, rusé, regorge tellement d'inventivité qu'on se laisse totalement embarqué et happé par les feintes, les renversements soudains et les rebondissements ( même lorsque ces derniers semblent sortir de nulle part ), le tout parsemé de dialogues plein de vivacité et d'esprit.

J'ai particulièrement apprécié la fraicheur avec laquelle l'auteure traite la thématique complexe de l'identité, comme une relecture réjouissante et astucieuse du Monsieur Ripley de Patricia Highsmith. L'Enigmatique Madame Dixon ne parle que d'identité : être prêt à tout pour échapper à ses origines, garder ses secrets pour se construire la vie estimée méritée, être submergé par le désir de prendre la vie par le col pour la secouer jusqu'à sa propre réussite. de l'identité et du métier d'écrivain aussi avec ses faux-semblants et ses ambitions.

Un thriller psychologique vivant, tranchant, imprévisible, très divertissant au final.
Commenter  J’apprécie          1220
Une jeune femme se réveille à l'hôpital. Elle ne sait pas ce qui s'est passé, n'est même plus sûre de savoir qui elle est. le lecteur en tout cas l'ignore.
Par ce prologue intrigant, l'auteure nous accroche dès les premières lignes, et il faudra attendre la moitié du livre pour comprendre ce qu'il en est.

Florence est une jeune femme insatisfaite de son sort. Elle est venue à New-York pour y devenir écrivain, travaille dans le monde de l'édition, mais depuis elle n'a plus écrit une seule ligne. Après quelques mésaventures, un peu longuettes à mon avis, elle se retrouve sans emploi et acceptera avec avidité l'offre qui lui est faite : devenir l'assistante de la fameuse Madame Dixon, écrivain à succès d'un unique best-seller et dont l'identité reste ignorée de tous. Et ce sera pour elle, le début d'une tranche de vie plutôt mouvementée.

Des personnages qui se révèlent beaucoup plus complexes et machiavéliques, que soupçonné au départ, des personnages par ailleurs plutôt antipathiques, qui vont s'opposer dans un combat dont l'issue sera mortelle pour l'un des deux. L'auteure met en scène de façon très convaincante ces deux femmes, et la relation malsaine qui se met en place entre les deux, fascination de Florence pour l'écrivain, indifférence, arrogance et imprévisibilité de Madame Dixon, Helen Wilcox dans la vie de tous les jours. Les chapitres décrivant leur découverte mutuelle dans ce cottage isolé m'ont captivée : on sent très rapidement que la situation n'est pas claire.
Les deux femmes vont alors partir au Maroc, pour soi-disant recueillir des informations nécessaires à l'écriture du deuxième roman de Maud Dixon. Dans cette partie, la tension est un peu longue à se mettre en place et j'ai presque décroché à la moitié du roman, pendant les premiers jours suivant l'accident dont il est question dans le prologue. La jeune femme sortant de l'hôpital s'enferme dans une situation qui ne peut être qu'une impasse. C'est alors que les évènements s'enchainent et laissent peu de répit au lecteur, pour son plus grand plaisir. Et la fin a réussi à me surprendre.
Un bon policier aux héroïnes singulières que j'ai eu plaisir à lire ; Un grand merci aux éditions Les Escales pour cette découverte #LénigmatiqueMadameDixon #NetGalleyFrance
Commenter  J’apprécie          560
La fiction est largement dépassée par la réalité, mais je vous avoue que ce genre d'histoire me fascine et me révulse dans un même mouvement. La surprise m'envahit systématiquement lorsque je découvre la facilité avec laquelle vous pouvez occire votre prochain, mais surtout le motif qui vous pousse à passer à l'acte.

Ceci s'est encore vérifié à la lecture de ce roman. Dès les premières pages, vous ressentez l'ambiguïté. Celle des situations, des personnes, des rencontres, des dialogues. Alexandra Andrews nous emmène dans un labyrinthe de miroirs et pose la problématique de l'identité à laquelle sont confrontées ses deux principales protagonistes. le sujet n'est pas nouveau, le style pas vraiment décoiffant. Vous êtes cependant happé par la trame du récit avec en bruit de fond une musique lancinante : laquelle de Helen ou Florence est la plus machiavélique.



Commenter  J’apprécie          532
L'énigmatique madame Dixon est un roman passionnant. On fait la connaissance de Florence Darrow qui travaille dans une maison d'édition New-Yorkaise mais qui rêve de publie un roman. Elle a du mal à trouver sa place parmi les New-Yorkais, elle qui a grandi en Floride. Un jour, elle est contactée pour devenir l'assistante de la mystérieuse auteure Maud Dixon dont personne ne sait qui se cache derrière ce pseudonyme. "- C'est drôle, j'ai entendu un jour un psychologue faire remarquer que, quand un patient commence une phrase par "pour être franc", c'est le signe qu'il ment."

C'est un thriller incroyablement excitant et bien écrit. le suspense et la noirceur du roman monte au fil des pages et on sent le drame inévitable. Dans les dix derniers chapitres, où l'histoire se renverse continuellement, amenant le lecteur à ne pas comprendre comment elle va se terminer. "Par essence, chaque secret recèle le pouvoir de détruire, elle en avait conscience."

C'est le portrait de deux femmes différentes, mais "affamées" par la vie dont elles ont toujours rêvé et prêtes à tout pour éliminer les obstacles devant elles. Ce qui les rend encore plus humaines ce sont leurs imperfections et surtout le fait qu'elles soient diaboliques.
Malgré tout, j'ai trouvé Florence extrêmement naïve, j'ai eu parfois l'impression qu'elle n'avait aucune idée des difficultés de la vie, qu'elle pensait arriver à New-York et publier directement un premier roman et connaitre le succès par exemple. Elle qui travaille dans l'édition c'est un peu improbable. "Il existait un monde au-delà du sien, Florence le savait, qui lui était totalement étranger. de temps à autre, l'un de ses habitants le prenait à pleines mains et le secouait, et il s'en détachait alors un petit morceau qu'elle voyait tomber à ses pieds. Elle collectionnait tous ces fragments comme un entomologiste rassemble des insectes rares à épingler dur une planche. Ils représentaient autant d'indices qui, un jour ou l'autre, mis bout à bout, lui révèleraient quelque chose de plus vaste. Elle ne savait pas encore quoi. Une personnalité à construire, peut-être. Ou une réponse. Ou encore, une vie." Peut-être que cela vient de son enfance et du fait que sa mère l'a toujours placé sur un piédestal ? Et tout cas, sa métamorphose de chenille a papillon est incroyable dans ce roman.


Il me semble avoir lu que les droits de ce roman avaient été acheté et j'en suis ravie car tout au long de ma lecture je pensais que ce roman ferait un excellent film ou série à l'écran.
Lien : https://missmolko1.blogspot...
Commenter  J’apprécie          280
Florence Darrow aspire à être une écrivaine célèbre mais son talent n'est pas à la hauteur de ses ambitions. Alors en attendant, elle végète dans le milieu littéraire new-yorkais, prête à tout pour percer.
Après une liaison toxique avec son chef, elle est licenciée et accepte de devenir l'assistante très personnelle d'une romancière à succès qui se cache derrière un pseudonyme. Après des débuts complices, le climat devient plus tendu jusqu'à la disparition inexpliquée de sa patronne qui lui ouvre de nouveaux horizons.
L'auteure a magistralement construit son suspense, manipulant le lecteur jusqu'au bout.
Commenter  J’apprécie          302

Citations et extraits (29) Voir plus Ajouter une citation
Il existait un monde au-delà du sien, Florence le savait, qui lui était totalement étranger. De temps à autre, l'un de ses habitants le prenait à pleines mains et le secouait, et il s'en détachait alors un petit morceau qu'elle voyait tomber à ses pieds. Elle collectionnait tous ces fragments comme un entomologiste rassemble des insectes rares à épingler dur une planche. Ils représentaient autant d'indices qui, un jour ou l'autre, mis bout à bout, lui révèleraient quelque chose de plus vaste. Elle ne savait pas encore quoi. Une personnalité à construire, peut-être. Ou une réponse. Ou encore, une vie.
Commenter  J’apprécie          30
Un des problèmes, quand on est coincé dans sa propre tête, c'est que le monde extérieur n'est pas assez bruyant pour noyer le monologue intérieur constant dans lequel on est engagé. A ressasser toujours les mêmes conneries au quotidien. Est-ce qu'elle m'apprécie ? De quoi j'ai l'air ? Est-ce que je serai heureuse un jour ? Est-ce que je vais m'en sortir ? C'était comme écouter la même chanson, encore et encore, tous les jours pendant des années. Une vraie torture.
Commenter  J’apprécie          20
La réussite lui apparaissait désormais comme une éventualité parmi d'autres, et non plus comme un droit accordé accordé par Dieu. Au fond, il était bien possible qu'elle finisse éditrice plutôt qu'écrivaine. Ou qu'elle retourne en Floride vendre des maisons ou des prêts bancaires. Rien n'était garanti. Rien ne lui était dû.
Commenter  J’apprécie          20
Au départ, elle avait voulu devenir écrivain pour que tout le monde sache que Florence Darrow était un génie. Or, durant ces quelques années à Gainesville, ce qu'elle avait aimé par dessus tout, c'était la sensation grisante de ne pas être Florence Darrow. Lors de ces parenthèses devant son ordinateur, elle s'était oubliée pour devenir qui elle voulait.
Commenter  J’apprécie          10
Puis la musique devint plus assourdie. Tout parut se calmer, comme si les bruits étaient engloutis par l’eau. Florence se sentit emportée par un courant rapide, ballotée par les flots, ramenée par des mains puissantes puis emportée à nouveau – et durant tout ce temps la voix d’Helen l’accompagnait, grave et vibrante, pareille à un chant de baleine, à un écho, à l’ombre d’un son, comme si tout ce qui avait été dit avant devait être répété, mais en prenant une signification plus profonde, plus riche, jusqu’au moment où les mots s’estompaient, où il ne restait plus rien d’autre que les vagues déferlant doucement, doucement, doucement…
Commenter  J’apprécie          00

Video de Alexandra Andrews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Alexandra Andrews
"L'énigmatique Madame Dixon" est ici présenté en Français par son autrice, Alexandra Andrews.
"Jusqu'où seriez-vous prêt à aller pour vivre la vie dont vous avez toujours rêvé ? C'est la question que pose ce thriller psychologique élégant et vicieusement divertissant."
Traduction : Isabelle Maillet
bit.ly/MadameDixon
autres livres classés : usurpation d'identitéVoir plus
Les plus populaires : Polar et thriller Voir plus

Autres livres de Alexandra Andrews (1) Voir plus

Lecteurs (255) Voir plus



Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2900 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..