AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2266304801
Éditeur : Pocket Jeunesse (09/01/2020)

Note moyenne : 3.73/5 (sur 96 notes)
Résumé :
Dans un futur proche, Interfeel est un nouveau réseau social permettant de partager ses émotions. Il n'est désormais plus possible de mentir ou cacher ce que l'on ressent. Nathan, 16 ans, a grandi avec Interfeel, et connaître les émotions de ses amis lui semble tout aussi naturel que de respirer.
Mais un événement tragique va se produire sous ses yeux et bouleverser ses certitudes. Qu'est-ce vraiment qu'Interfeel ? Quel secret se cache derrière ce système que... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (56) Voir plus Ajouter une critique
Saiwhisper
  20 juillet 2018
Comme beaucoup, le résumé d'« Interfeel » a su titiller ma curiosité au point que j'achète l'ouvrage sans lire d'avis sur la toile ou dans les médias. J'avais très envie de découvrir cet univers où tout le monde est interconnecté… Or, quand on voit les prouesses technologiques de notre siècle et l'importance accrue des réseaux sociaux, je me dis qu'un misérable pas existe entre cette fiction et notre monde… Ai-je finalement aimé ou non ce roman d'anticipation ? J'aurais tendance à dire que « oui »… puis à me raviser !… J'ai vraiment tardé à écrire cet avis, car je ne savais toujours pas sur quel pied danser… D'ailleurs, je pense qu'il me manque une information pour me positionner : cet ouvrage est-il un one-shot comme je le pensais en l'achetant ou bien est-ce le premier opus d'une saga ?… Parce que la fin est plus qu'ouverte ! Elle incite complètement à une suite. Trop d'éléments sont mis en place dans l'ultime chapitre tandis que les dernières lignes sont totalement insoutenables. À mes yeux, c'est même illogique de s'arrêter-là ! Dans ce cas, pourquoi ne pas le marquer ? de coutume, les éditions PKJ sont très claires lorsqu'une série voit le jour : le numéro de tome est souvent noté sur la couverture ou à la page de garde… Or, rien n'est indiqué… Je suis donc songeuse et n'arrive pas à me positionner. Soit on est sur un seul et unique tome et je suis totalement déçue au point de le déconseiller sous peine d'être frustré… Soit on est sur un premier opus original dont je ressors hyper enthousiaste et affirme ma hâte de connaître la suite !
Cet univers futuriste ressemble beaucoup au nôtre. Les parents des héros ont connu l'intégration d'Interfeel, un réseau social qui permet de ressentir les émotions des interlocuteurs. Ils ont vu le changement arriver ainsi que les mentalités évoluer. La liberté sous toutes ses formes en a pris un coup… Tout le système se base à présent sur cette technologie au point de rejeter ceux qui ne l'utilisent pas… J'ai apprécié découvrir ce nouvel univers qui est aisément concevable. Par exemple, les animaux sont devenus rares, de même que certains aliments. Les gens mangent des insectes à chaque repas, ce qui est logique quand on lit certains articles affirmant que les insectes contiennent plus de protéines que les viandes que l'on achète sur le marché. Certains scientifiques disent même que c'est l'une des meilleures solutions pour nourrir les milliards d'individus d'ici une quarantaine d'années… Donc pourquoi pas ? Ajoutons à cette alimentation nouvelle une technologie hyper avancée : des voitures qui fonctionnent grâce à des ondes électriques provenant des panneaux solaires, des journaux numériques, de la musique directement projetée aux oreilles, l'éradication des ordinateurs qui ont été remplacés par des hologrammes quasi-réels (odeurs, sons, émotions, etc.) et l'Opale un petit objet technologique attribué à chaque individu. Ce futur inventé par Antonin Atger est crédible et c'est ce qui le rend d'autant plus effrayant ! … Car, évidemment, toute cette avancée n'est pas sans risque. La littérature (« 1984 » avec Big Brother, « Fahrenheit 451 » et bien d'autres) et les films nous l'ont souvent répété : il faut se méfier de ceux qui font mauvais usage des technologies… C'est bien évidemment le cas avec Interfeel qui, rapidement, va apparaître comme de moins en moins idéal aux yeux de Nathan, le personnage principal… Celui-ci va toujours se poser des questions et ne va jamais rester statique. Il est un véritable moteur faisant avancer les événements ou le débat.
Bien que je recense plusieurs longueurs, le rythme est assez bien géré. On distingue nettement les différentes parties du livre. On va d'abord découvrir cet univers uniforme où tout semble réglé comme du papier à musique. Une sorte de cocon dans lequel Nathan, très bon codeur, se sent relativement bien… On passe ensuite à un élément violent qui va faire exploser les certitudes du jeune homme et de son entourage. La rencontre de certains individus comme la fougueuse Elizabeth et d'autres Sans-Réseaux va leur permettre de tout remettre en question… Bien que l'on soit sur une trame scénaristique classique, j'ai aimé suivre l'évolution des protagonistes. Chacun a sa façon de réagir face à l'absence d'Interfeel dans leur vie. Les émotions se bousculent, en particulier de nouvelles qu'ils ne connaissaient pas : la jalousie, la haine, les remords, l'amour. Leur ancien monde les ayant conditionnés dans la servitude et ayant brimé leur personnalité, ils deviennent comme des nouveaux nés qui expérimentent la vie et découvrent enfin ce que sont les sentiments. Malgré la situation, on n'est pas sur une atmosphère niaise. Certes, il y a un triangle amoureux en arrière plan cependant, il est tellement léger et peu développé que c'est comme s'il n'existait pas. La romance est d'ailleurs très secondaire, laissant davantage de place aux rebondissements et aux révélations. C'est très appréciable !
Les personnages secondaires sont assez nombreux et ne sont pas tous développés de la même manière. C'est l'une des raisons qui me pousse à réclamer une suite : autant certains ont su rapidement abattre leurs cartes comme Vlad Ekaton et ses collègues, autant une poignée d'entre eux sont survolés ou rentrent tardivement en action… C'est dommage, d'autant plus que je n'ai pas spécialement eu de surprise et m'attendais à la plupart des twists… La moitié du roman est assez trouble néanmoins, elle a le mérite d'être assez prenante, dynamique et déstabilisante. Elle a surtout pour avantage de propulser l'intrigue vers une situation incroyable… du moins, en espérant qu'elle débouche un jour quelque part via une suite ! « Interfeel » est donc un ouvrage de science-fiction avec un monde riche, une grande quantité de personnages, une tension assez palpable et un final qui incite à se jeter sur la suite. C'est donc prometteur, mais avec un goût d'inachevé… Reste à voir si l'auteur a prévu de développer tout ça ou non… !
Lien : https://lespagesquitournent...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          299
LillyMaya
  03 mars 2020
C'est après ma lecture de "Risques zéro" que petitsoleil m'a parlé d'Interfeel.
Et n'ayant plus rien de récent à lire en jeunesse actuellement, je me suis dit, pourquoi pas ! J'avais vu passer le tome 1 chez ma libraire, mais à l'époque, allez savoir pourquoi, je ne l'avais pas acheté. Pourtant un sujet de dystopie tel que celui proposé ici est en général susceptible de m'intéresser.
La couverture est très belle et intrigante. Ces deux personnages dans ce halo rougeâtre et tous les autres autour d'eux en une masse sombre.
Le premier tome n'a pas fait long feu et a été terminé en quelques jours. Et je suis bien contente d'avoir le deuxième sous la main !
Mis à part un minuscule détail qui m'a agacé : allez comprendre, je me suis focalisée sur certains noms de familles, que je ne trouvais pas réalistes. J'ai dévoré ce premier tome.
Le monde est cohérent et ce réseau Interfeel impressionnant. le plus difficile a été pour moi de ne pas réussir à m'imaginer concrètement ce que pouvait être les sensations ressenties via Interfeel et le réseau.
Les personnages sont aussi intéressants et de nombreux coups de théâtre viennent régulièrement bouleverser la lecture !
Un premier tome intéressant donc, qui ne me donne qu'une hâte, découvrir la suite !
Ces problématiques du hyper connectée sont malheureusement celles que nous rencontrons aujourd'hui...remplacez "opale" par "smartphone" et nous y sommes presque. Finalement, internet permet aussi de "ressentir" les émotions des uns et des autres au travers des coups de gueules et autres qui se diffusent si vite...On a tôt fait de s'enflammer pour tel ou tel sujet...sans parfois prendre le recul nécessaire.
Je suis donc curieuse de savoir comment l'auteur va amener la suite de son histoire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          181
Khalya
  20 juin 2018
J'ai lu ce livre dans le cadre de la masse critique Babelio. Je l'avais coché un peu par hasard, happée au passage par le résumé qui m'intriguait beaucoup. Et bien m'en a pris parce que j'ai frôlé le coup de coeur. Pourquoi seulement frôlé ? Tout simplement parce que, à aucun moment, ni au début du livre, ni à la fin, il n'est fait mention d'une éventuelle suite. Or, vu comment se fini ce livre, clairement, la bonne opinion que j'en ai est subordonné à l'existence d'une suite.
Imaginez donc un feu d'artifice. Les couleurs sont de plus en plus brillantes, les bouquets de plus en plus étendus et au moment du bouquet final…pshiiiiit… un pétard mouillé. C'est à peu près l'effet qu'aurait sur moi l'annonce de l'absence de suite. Et comme on est dans l'incertitude, et que je déteste l'incertitude, je n'arrive pas au coup de coeur.
Interfeel est présenté comme un réseau social, mais il est évident qu'il est bien plus que ça. Déjà, s'il n'est pas obligatoire de l'utiliser, c'est tout de même fortement conseillé. Ceux qui refusent Interfeel, les sans-réseaux, sont regardé avec suspicion mais ce n'est pas le seul désagrément que provoque leur refus du « progrès » : ils n'ont également pas accès aux meilleurs soins, réservés aux utilisateurs d'interfeel, pas accès non plus aux emplois lucratifs. La population connectée pense immédiatement que quelqu'un qui n'a pas interfeel dissimule ses émotions parce qu'il a quelque chose de grave à cacher. S'il ne semble plus y avoir de discrimination liée à la couleur de peau, à la religion ou à l'orientation sexuelle, la majorité des utilisateurs montrent leur intolérance à l'égard des sans-réseaux. La haine n'a pas disparue, elle s'est seulement trouvé un autre réceptacle.
Au-delà de l'histoire en elle-même, on peut déceler une sévère critique des réseaux sociaux et de l'utilisation de plus en plus systématique qui en est faite (pas plus tard qu'hier, j'ai eu droit à : « Comment, tu n'utilises pas instagram ?? Mais c'est trop bizarre de ne pas être instagrammeur… ». Héroïquement, je n'ai pas fait de commentaire).
Le rythme du roman est haletant. Presque à chaque page, il y a une révélation, un rebondissement, voire une trahison.
Au début j'avais du mal à me repérer car on est plongée dans cet univers sans préparation, mais, au fil des discussions entre les personnages, de leur cours au lycée même, on commence à comprendre comment on est passé de notre monde actuel au monde d'interfeel.
Du côté des personnages, je ne me suis réellement attachée qu'à Nathan. Il se remet sans cesse en question, cherche à comprendre les choses et ce, même quand cela va à l'encontre de tout ce qu'il a toujours appris.
J'espère que dans la suite, si suite il y a, on apprendra à mieux connaitre ses camarades ainsi que Kassandra Kacem dont le passé m'intrigue beaucoup.
Je me pose encore tellement de questions sur les personnages que ce soit les parents de Nathan, Claude Erat, le tatoueur ou encore le commissaire Ekaton ou Karl Certal, et le retournement de situation qui clôt le livre ne me donne qu'une envie : En savoir davantage.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          93
agrume
  28 janvier 2020
Grâce à une rencontre Babelio, j'ai pu découvrir ce livre riche en rebondissement. Si l'histoire est d'abord lente, le rythme et les rebondissements s'accélèrent vers la fin. le lecteur peut-être un peu perdu dans les personnages au début car ils sont nombreux, un rappel des personnages à la fin de l'ouvrage pourrait être utile.
Interfeel raconte l'histoire d'une bande d'adolescents qui sont interconnectés via un réseau social, leurs émotions sont interconnectées. J'ai apprécié de découvrir l'évolution des différents personnages Nathan l'élément lambda, qui se révèle petit à petit, Elizabeth la sans réseau, les parents de Nathan, Adila, Livia, Hanek ou Nadem, et leurs émotions et leurs doutes.
Le jour où Claude Erat, l'un des enseignants se défenestre, cela perturbe les adolescents, car il les incite à se poser des questions sur le réseau : Est-ce qu'ils ne sont pas sensé ressentir quelque chose? Contrairement aux émotions diffusées sur Interfeel qui semblent anesthésier leurs cerveaux. D'ailleurs les inspecteurs des forces spéciales Kassandra Kacem et Vlad Ekaton veillent au respect des lois et surveillent la classe de Nathan de près.
J'ai hâte de lire la suite, notamment car à la fin du tome un, il y a encore de nombreuses questions qui restent sans réponses. J'aimerais en savoir plus sur certains personnages : Hanek, Claude Erat, Nadem, Livia et Adila et sur l'univers car la création d'Interfeel est évoqué dans le tome un avec une partie de l'histoire de son créateur mais il nous manque des détails. J'ai bien aimé aussi les utilisations des opales, les dessins, les films ou les communications qu'ils peuvent avoir entre eux, comme un pouvoir magique.
Petit compte rendu de l'entretien avec les lecteurs :
Ce livre est né suite à un concours organisé par l'éditeur pocket jeunesse en 2012, les thèmes étaient la jeunesse et b(e)ug social. Il fallait écrire un synopsis de l'histoire et le premier chapitre. Dès le départ, l'auteur avait prévu une trilogie. Avant il avait surtout écrit des nouvelles policières et participé a des concours d'écriture. L'ambiance de ce récit est futuriste (voiture autonome; nourriture = insectes) mais en même temps proche de nous pas très éloignée un peu comme black mirror ou retour vers le futur, pour que les lecteurs se sentent concernés. L'auteur voulait montrer les conséquences de l'utilisation des réseaux sociaux. Il n'y a pas de grand méchant chacun est son propre gardien ou bourreau. Il ne veut pas faire une oeuvre moralisatrice.
Il y a des concepts abordés comme la servitude volontaire, ces contraintes que l'on accepte nous même.
Il ne veut pas faire de la philosophie mais faire réfléchir sur le monde et permettre d'engager la conversation pour éviter cet état de radical désaccord que l'on peut trouver en ligne où les gens n'ont pas de discussions constructives. Il faut être nuancer avant de juger quelqu'un. Ecrire sur des adolescents est pertinent car ils sont en gestation, alors qu'en tant qu'adulte ils sont différent de ce qu'ils sont et à quoi ils ressemblent. il faut être nuancé avant de juger quelqu'un. Il a mis un an et demi pour écrire le tome un. Il a travaillé avec l'illustrateur pour le choix des couvertures. Il fallait que l'idée et l'univers soit cohérent. Les prochains tomes sont axé sur d'autres régions du monde et d'autres personnages.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Ceib
  09 janvier 2020
Cela faisait quelques temps que j'avais bien des critiques élogieuses sur Interfeel et que je me disais qu'il fallait que je m'y intéresse. Grâce à Babelio et à une (prochaine) rencontre avec l'auteur, Antonin Atger, j'ai reçu le premier tome de cette saga. Eh oui, car si j'ai pu lire dans les critiques Babelio un questionnement sur le fait qu'il s'agisse d'un one-shot ou d'une série, la sortie ce jour du deuxième tome et l'annonce d'un troisième tome dans quelques mois ne laissent plus de doute !
L'histoire donc : Nous sommes dans un avenir pas si lointain du nôtre. Un monde qui a connu une guerre numérique et l'avènement d'un réseau social qui a bouleversé les codes : Interfeel. En effet, grâce à cette technologie révolutionnaire utilisant une énergie étrange et nouvelle (la pierre d'Opale), les gens peuvent percevoir les émotions des autres et faire connaître les leurs. Plus possible donc de mentir, de dissimuler ses sentiments ou encore de commettre un crime. Chacun essaie d'être le plus positif possible, afin de diffuser des émotions acceptables pour tous. Un monde presque parfait, en somme, où tous ceux qui refusent cette intrusion dans leur psyché sont de suite suspectés et rejetés dans un quartier à part, sans accès à la médecine moderne, en périphérie...
Nathan a 16 ans et vit une existence confortable, utilisant Interfeel sans aucun complexe. Mais un jour, en cours, son professeur questionne ses élèves : Qu'est-ce que la servitude volontaire ? Et si Interfeel n'était qu'un moyen d'étouffer notre humanité et de contrôler nos émotions ? Et ce, avant de se jeter dans le vide, désabusé par le manque de réactions et de réflexions de ses élèves. C'est le début pour Nathan d'une prise de conscience...
J'ai vraiment lu ce roman d'une traite, ou presque. Si je suis friande de la littérature de la contre-utopie, j'ai souvent trouvé que les romans ado/young adult suivaient des intrigues trop prévisibles. Ici ce n'est pas le cas. En choisissant un monde très proche du nôtre, l'auteur ne manque pas de nous interpeler sur notre rapport à la technologie et aux réseaux sociaux, sans non plus tomber dans le ton moralisateur (car oui, Interfeel permet aussi de faire baisser le crime et la pierre d'Opale est une énergie propre et aux ressources extraordinaires). Par ailleurs, le personnage de Nathan est très attachant et les personnages qui l'entourent ne sont jamais manichéens : ils doutent,se questionnent, voire trahissent... Tous ont leur part d'ombre et jusqu'au bout le lecteur aura des surprises (pour ma part, le twist final m'a de suite fait penser à 1984 d'Orwell). le monde de la ville et des réseaux de résistance est aussi très bien décrit, cohérent, et j'ai hâte de découvrir la suite, qui devrait se passer sous d'autres cieux...
Alors pourquoi 4,5 et pas 5 pour ma note... D'abord parce qu'il y a quelques coquilles (par exemple le quartier Est devient parfois quartier Ouest) et que j'ai été parfois perdue dans la narration brusquement multiple, sans grosse distinction visuelle. Ensuite parce qu'une partie de moi espère qu'il ne va pas s'agir non plus d'une saga en je-ne-sais-combien-de tomes où l'on risque de perdre en originalité et en force. Cependant, j'ai commandé sans hésitation la suite, que je vais commencer dans quelques jours, j'espère ne pas être déçue. Et en tout état de cause, je proposerai ce livre à mes élèves en collège.
Petit coup de coeur également pour le très beau graphisme de la couverture !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Citations et extraits (36) Voir plus Ajouter une citation
petitsoleilpetitsoleil   17 novembre 2018
- (...) Ici, vous avez ressenti pour la première fois la rage, la jalousie ou le dégoût. Ces émotions n'ont pas disparu, elles sont simplement beaucoup plus légères que ce qu'elles étaient à l'origine.
- Si ce sont des émotions négatives, c'est plutôt bien qu'elles aient disparu, non ? (...)
- Elles font partie de l'humanité et lui offrent de nouvelles manières d'appréhender le réel.
On peut être dégoûté du monde tel qu'il est, et avoir envie de le changer.
On peut défendre ses valeurs avec rage ...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
Emma_CrowEmma_Crow   02 janvier 2019
Nathan prit alors une grande inspiration et se lança:
- C'est quelque chose que je ressens chaque fois que je te vois. J'ai le sentiment que mon cœur bat plus vite, comme lorsque je fais un effort physique, mais encore plus fort. J'ai l'impression qu'il va sortir de mon corps, c'est presque inquiétant mais en même temps c'est une sensation fantastique et même si j'ai peur je n'ai pas envie du tout qu'elle s'arrête. Quand je te vois, j'ai aussi des crépitements dans le corps et j'ai l'impression que si je te regarde une seconde de plus je vais exploser... et pourtant je te regarde, car j'ai envie d'exploser. Quand je te vois, j'ai un grand vertige, comme si j'allais tomber de très haut... mais je veux tomber, même si je risque de me faire mal. Qu'est-ce que ça veut dire ? C'est quoi cette émotion qui provoque tellement de choses ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
SaiwhisperSaiwhisper   17 juillet 2018
Silence. Il explosa.
- QU'EST-CE QUE JE VOUS INSPIRE ?
La classe sursauta de frayeur. Quelqu'un murmura :
- J'ai peur...
- Bien sûr que vous avez peur. Vous êtes confrontés à votre propre opinion, vos propres émotions. Vous ne vous basez plus sur ce que "ressent" l'autre pour établir votre avis. Vous ne dépendez de personne, vous n'avez que votre propre interprétation. Vous avez peur car tout ce qu'il y a à l'intérieur de vous, désormais, est un vide immense...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
SaiwhisperSaiwhisper   17 juillet 2018
Souvent, continua le professeur, les avantages octroyés par la société poussent les gens à la passivité. Malgré la privation de liberté, ils se sentent bien et ne font rien pour changer, comme si la liberté était moins importante que le confort. L'une des raisons réside dans le fait que, pour certains, cette privation de liberté est légitime. C'est un mal nécessaire.
Commenter  J’apprécie          80
SaiwhisperSaiwhisper   17 juillet 2018
Nathan vit des personnes qui criaient aux caméras de dégager avec des gestes sauvages. Ils bougeaient sans arrêt, pour se faire comprendre, exprimer leurs émotions... Ils articulaient des phrases à rallonge et utilisaient des mots que Nathan n'avait jamais entendu. Il ne put s'empêcher de ressentir une sorte de pitié pour ces personnes... et du dégoût. Il ne comprenait pas leur attitude. A cause de ce refus, ces gens restaient cantonnés à un même endroit, en autarcie, rejetant un progrès qui avait amélioré la communication entre les humains de manière extraordinaire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Videos de Antonin Atger (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Antonin Atger
Entretien avec Antonin Atger à l'occasion de la rencontre entre l'auteur et les lecteurs de Babelio.com le 23 janvier 2019. Découvrez les mots choisis par l'auteur pour évoquer son roman 'Interfeel, tome 1', paru aux éditions Pocket Jeunesse.
Retrouvez toutes les critiques de 'Interfeel, tome 1' sur Babelio : https://www.babelio.com/livres/Atger-Interfeel/1041797
Abonnez-vous à la chaîne Babelio : http://bit.ly/2S2aZcm Toutes les vidéos sur http://bit.ly/2CVP0zs Suivez-nous pour trouver les meilleurs livres à lire : Babelio, le site : https://www.babelio.com/ Babelio sur Twitter : https://twitter.com/babelio Babelio sur Facebook : https://www.facebook.com/babelio/ Babelio sur Instagram : https://www.instagram.com/babelio_/
+ Lire la suite
autres livres classés : réseaux sociauxVoir plus
Notre sélection Jeune Adulte Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
3007 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre
.. ..