AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2253183997
Éditeur : Le Livre de Poche (10/02/2016)

Note moyenne : 4.12/5 (sur 498 notes)
Résumé :
Dans le royaume de Norta, la couleur de votre sang décide du cours de votre existence. Sous l’égide de la famille royale, les Argents, doués de pouvoirs hors du commun, règnent sur les Rouges, simples mortels, qui servent d’esclaves ou de chair à canon.
Mare Barrow, une Rouge de dix-sept ans, tente de survivre dans une société qui la traite comme une moins que rien. Quand elle révèle sans le vouloir des pouvoirs extraordinaires et insoupçonnés, sa vie change ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (236) Voir plus Ajouter une critique
xLalou
  30 juillet 2015
RED QUEEN est une vraie déception. Ce roman contient tellement de défauts et d'incohérences qu'il a fini par m'agacer sérieusement malgré son côté entraînant et prenant. OK, ce n'est pas de la daube pure et simple mais juste un concentré de clichés et de facilités scénaristiques qui, sans les rebondissements autour vers la fin, m'aurait fait passé un moment plus désagréable encore !
Pourtant, au départ, ça commençait très bien. Prenant, sombre, mystérieux... L'ambiance était bonne et ça promettait beaucoup d’étincelles. Malheureusement bientôt ça part en cacahuètes !
Pour ce roman, je vais faire plus précis que je le fais d'habitude. Je ne vais pas le critiquer dans un avis global en m'attardant peu sur chaque point, mais plutôt faire une liste des défauts et qualités du livre afin que vous voyez à quel point le contraste entre les deux est fort. Pour ceux qui n'ont pas lu ce roman et qui souhaitent le lire, je vous déconseille donc sérieusement de continuer votre lecture !
Bons points (j'ai mis deux étoiles malgré leur nombre - je suis gentille) :
► L'écriture n'est pas mauvaise même si elle ne transcende pas (du tout). Elle reste correcte et l'auteure sait faire durer le suspense et nous tenir en haleine.
► Les quelques rebondissements finals (quoique certains prévisibles et d'autres what the fuck) m'ont fait tourner les pages avec empressement, même si mon enthousiasme a été douché maintes fois. Même si je n'aimais pas ce que je lisais, je continuais sans m'arrêter (et en diagonale, je pense qu'il est important de le préciser tout de même) ! Pendant un instant j'ai pensé à stopper ma lecture mais ma sœur m'a encouragée à continuer et l'effervescence m'a prise - dès le refus de Cal à choisir Mare, en fait. J'étais agacée par la suite, j'ai sauté des descriptions inutiles (cf. le combat final que j'ai survolé tellement son issue m'importait peu - j'étais sûre que Mare ne mourrait pas et qu'elle serait sauvée d'une façon complètement WTF, ça n'avait donc aucune espèce d'importance), j'étais frustrée, énervée, hors de moi, mais j'ai continué jusqu'à la fin (sans cesser d'invectiver Mare et de me moquer d'elle, mais on y revient plus bas) ! Complètement fou, n'est-ce pas ?
► C'est tout. (ça vous étonne ?)
Mauvais points (il y en a beaucoup et même des mauvais points inclus dans d'autres mauvais points, c'est dire !) :
► La société divisée en deux complètement vue et revue dont les détails ne sont pas du tout creusés. On ne sait pas d'où elle vient et comment elle a fait pour se maintenir, mais elle est là, plus incompréhensible tu meurs. J'ai cru comprendre que les sociétés d'antan comptaient la nôtre (les Argents en plus apparemment), eh bien j'aimerais bien savoir comment le monde a pu changer autant ! Comment les Argents sont apparu, s'ils ont toujours existé, comment la monarchie a su prendre sa place et se maintenir malgré les pouvoirs surnaturels de son peuple argent.. Attends, y en a qui peuvent carrément faire disparaître les pouvoirs des autres ou encore manipuler leurs faits et gestes sans problème, les poussant même au meurtre (cf. la reine), et personne ne cherche à prendre le trône depuis le temps ?!? Ils sont vachement passifs, en fait ! Si on suivait la logique des choses et surtout la logique humaine, le monde qu'a crée Victoria Aveyard ne serait que sang et lamentation, sans le contrôle de quiconque et sûrement pas d'un gouvernement solide, et où tous chercheraient le pouvoir et la richesse, face à des Rouges désespérés qui n'ont pas leur place dans ce monde de force et de pouvoir. OK, les royaumes s'affrontent les uns contre les autres mais en dehors de ça, il n'y a pas un seul coup d'Etat ! Les Argents de Norta sont des extraterrestres venus sur Terre pour se la couler douce, c'est ça ? Non mais franchement !
Bref, ça ne tient pas la route à la façon dont c'est expliqué (c'est-à-dire pas expliqué lol quelle ironie à m'en faire pleurer) ! L'auteure survole chaque famille, chaque pouvoir, aussi incroyable puisse-t-il être, sans même qu'on sache comment il peut exister. Genre certains peuvent voir le futur, sans blague ? Explications ? Bah non, pas besoin, c'est vrai que c'est commun dans leur monde !
Au passage, DÉTAIL ÉTRANGE : Le pouvoir capable de faire mouvoir la matière par la simple volonté de son détenteur est appelé dans le roman "télépathie" et non "télékinésie", qui sont deux choses différentes. Faute de traduction ? En tout cas, ça m'a gênée.
► L’héroïne égoïste et crédule (pour se faire avoir de la sorte, faut le faire, quand même !), si imbue d'elle-même, qui m'a énervée au-delà du possible. Mare ne m'a pas touchée une seule fois, ne m'a pas fait sourire une seule fois. Cette fille déborde de prétention ! La pauvre se croit intouchable car madame vit au château du roi, sait faire des éclairs et désactiver les caméras ! "Youpiiiiii, je suis spéciale donc invincible, aucun de ses maudits Argents - je fricote avec deux d'entre eux mais je vous jure que je les déteste vraiment ! - avec leurs pouvoirs dangereux ne peuvent m'avoir, je peux mener une rébellion depuis ma chambre de princesse (pourquoi RED QUEEN et pas RED PRINCESS ? ON NE LE SAURA JAMAIS.) sans que personne ne le remarque ! C'est vrai que la reine veut ma peau et peut tout savoir de moi en quelques secondes, c'est vrai que le prince qui s'est à priori allié à ma cause - qui consiste à détruire ses semblables pour le bonheur des miens, il faut le préciser - est le fils de cette mégère et ne devrait pas gagner ma confiance aussi facilement, mais et alors ? Je sais faire des éclairs, je vous dis !" Lamentable, pitoyable, sans queue ni tête, affligeant, désespérant, énervant, pas du tout crédible et crotte, il a quand même fait un carton !
Voici deux extraits qui définissent bien Mare selon moi, une fille qui se croit clean mais dont la duperie est si forte qu'elle en devient insupportable :
☼ "Mais nous n'échouerons pas. Cal ne me laissera pas mourir, et Maven non plus. Ils seront mes boucliers." ☼ HAHAHAHAHAHAHA, je meurs ! Et dire qu'ils ont fini par te tourner le dos tous les deux, chérie ! Ça t'apprendra à te prendre pour le nombril du monde ! Comme l'a fait intelligemment remarqué une lectrice sur Booknode du pseudo Marshoo : On vous a dit que la terre tournait autour du Soleil ? Oubliez ça, foutaises ! Elle tourne autour de Mare, voyons !
Quelle cruche ! Elle sort d'un milieu médiocre, où elle n'a connu que le vol et la misère, mais Madame pense pouvoir se la jouer manipulatrice d'excellence ! Ah, elle me fait bien rire !
On ne sait pas du tout à quoi elle ressemble, mais apparemment notre chère cruche est bien belle et bien foutue (pas trop non plus hein, c'est une rebelle la meuf ne l'oublions pas) pour que deux princes Argents s'intéressent à elle (enfin, juste un seul, l'autre il fait semblant), pourtant avant personne ne s'en était jamais aperçu !
Deuxième phrase venant de Lucas, seul personnage qui m'a touchée (ne serait-ce qu'un peu) et dont j'ai bien failli pleurer la mort (il s'adresse à Mare, qui l'a mené à sa perte en dépit de leur amitié) : ☼ "Je ne suis rien à vos yeux. Un instrument dont on se débarrasse après l'avoir utilisé. (..) Vous êtes comme tous les autres. Sans cœur, égoïste, froide. A notre image. Ils ont fait du beau travail." ☼ Dans tes dents, Mare ! Bon Dieu, il a tellement raison ! Et le pire c'est qu'elle s'excuse lol ! Tu t'excuses pour t'être servie de lui, chérie ? Il va mourir par ta faute, à cause de ton hypocrisie sans nom et de ton égoïsme permanent, et tu penses que t'excuser servira à quelque chose ? Apaisera ta conscience - dont je n'imagine pas l'état à l'heure qu'il est ? Tu crois qu'il va accepter ou croire à tes excuses peut-être, bien que tu lui aies dit effrontément que tu n'hésiterais pas à le trahir une nouvelle fois si tout venait à recommencer ? Mais ma petite, quand feras-tu enfin preuve d'un peu d'intelligence ?
Et enfin bref, on va arrêter pour ce point là, je crois, sous peine de devenir vulgaire (ce n'est pas mon intention, sincèrement). Une dernière chose : COMME PAR HASARD, j'ai bien dit COMME PAR HASARD, au début de l'histoire, Mare déambule dans les rues en dérobant le contenu de toutes les poches qu'elle croise, jusqu'à une auberge où elle finit par se faire attraper en flagrant délit par un homme (de son âge, d'une chaleur qui l'attire, bref, le hasard fait bien les choses me direz-vous), le mec l'épargne et lui file même du flouze et du boulot (c'est qu'il est gentil, ce Cal !) et COMME PAR HASARD, il se retrouve être le prince (héritier du royaume, en plus... Maxon, SORS de ce corps. Tout de suite.) !!! Euh, vous la sentiez pas venir à des km, celle-là ? MOI SI. En plus, c'est complètement absurde ! Il lui dit son vrai prénom sans crainte, le gars ! Genre que la pauvre fille des rues ne pouvait pas connaître un prénom aussi important que le tien (ça m'a vraiment perturbée, ce détail), mais non, il se méfie pas.. Et le pire c'est qu'il a raison de pas se méfier ! Elle n'en sait strictement rien, la nunuche ! On veut se débarrasser des Argents mais on ne sait pas comment se nomme leur futur dirigeant, eh bien bravo la logique ! En fait, dans ce livre, la morale (qui est tellement nulle et cramée qu'on nous la répète au moins trois fois, genre qu'on aurait toujours pas compris que "n'importe qui peut trahir n'importe qui") aurait du être : "Fuck la logique, je suis une princesse."
► Les personnages. Je me suis attachée à personne, strictement personne (même Lucas) ! Horrible mais vrai... Ils sont tous si insipides et sans caractère propre, bref, des clichés sur pattes ! D'abord Cal, lui, n'en parlons pas ! Quelle transparence, quelle inutilité ! Il tombe amoureux en deux temps trois mouvements, c'est à n'y rien comprendre (combien de conversations ils ont tenu tous les deux, déjà ? Ah oui, moins de dix)... Bon encore heureux, il ne perd pas toute sa tête non plus (alléluia !) J'ai même fini par croire qu'il allait laisser son père tuer la Mare, et j'étais bien contente, mais non, il fallait que la reine et Maven entrent en scène. Ah eux deux, franchement c'est du sketch ! Déjà la première, son pouvoir ne sert strictement à rien pendant tout le livre (enfin c'est ce que l'on nous fait penser, on le comprend à la fin mais ça restait chiant) mais d'un coup (à la fin donc) il se révèle complètement génial bah oui ! On se demande pourquoi les chuchoteurs ne se sont pas alliés pour prendre le pouvoir auparavant, mais bon, je vous l'ai dit, fuck la logique !
Ensuite, on a Maven, alors lui, bien que ce soit le seul personnage qui ait su me surprendre (un peu), j'ai cramé sa trahison à des km, donc ça m'a pas aidée à m'attacher à lui. Non mais vraiment, comment Farley a-t-elle pu se faire berner à ce point ??? Franchement, sur le moment, je me suis dit 'non, c'est impossible qu'elle gobe ça, mais non... Si ?" Si. Et encore la meneuse de rébellion ne s'arrête pas dans sa stupidité (le ridicule ne tue pas, alors bon), elle en vient même à accepter de reposer toute la révolution sur une idylle merdique entre deux ados de la cour, alors que la concernée n'est même pas amoureuse du concerné (cf. Mare et Cal) ? NON MAIS JE RÊVE. Siouplé, dites moi que je rêve.
En outre, faudra m'expliquer comment on peut organiser une rébellion en une journée, hein, j'aimerais bien savoir comment c'est possible... ! Et surtout comment il est possible de détenir de tels pouvoirs mais de ne pas être capables de faire face à quelques Rouges si peu organisés et si peu prêts à affronter leurs supérieurs (si j'en crois le manque de perspicacité de leur chef) ! Il y a des chuchoteurs comme la reine Elara qui existent, non ? A quoi ils servent, sérieux ?! A quoi tous les pouvoirs de ces Argents débiles servent, ne devraient-ils pas être là pour éviter de telles choses ?!?
► La Garde écarlate. On y vient, à ceux-là. Bon Dieu, je les ai trouvés tellement inutiles, leur cause est insensée, je ne peux pas comprendre qu'ils ait pu faire autant de dégâts en étant aussi désœuvrés. La Mare les rejoint en un éclair sans plus tergiverser : "c'est vrai ils ont tué mon frère - bon je n'ai pas vérifié hein mais j'ai toujours raison - je dois me venger et pour ça je vais faire confiance à une organisation qui pourrait bien me mener à la mort et cela sans connaître leurs plans, c'est logique ! Je vais côtoyer tous les jours une chuchoteuse qui pourra découvrir ce qui se trame en quelques secondes, mais bon, rappelez-vous, je suis SPÉCIALE, je n'ai peur de rien ! "
► Les Rouges Argents. Genre les gars ils ont des pouvoirs extraordinaires, mais ils s'en sont jamais aperçus par eux-mêmes et n'ont jamais cherché à les utiliser auparavant ou à se faire connaître, ils vont gentiment attendre que Madame Mare et sa troupe viennent les retrouver ? Un truc complètement WTF aussi : Comment diable les Argents ont-il pu gober le mensonge de Mare concernant son sang ? Attends mais genre la fille, ça fait dix huit ans qu'elle vit sur Terre (et non quelques jours hein) et ELLE A JAMAIS SAIGNÉ pour découvrir que ce n'est pas une Rouge ?!! Genre elle et ses proches le découvrent que maintenant ? OK. OK d'accord. En parlant de ses proches, on n'en entend plus parler jusqu'à la fin du roman, c'est dire à quel point ils comptent pour elle hein.
► Triangle amoureux (que dis-je, CARRÉ, bah oui deux garçons ne suffisent pas, faut révolutionner le genre) complètement nul, creux, fade. Kilorn, au passage, est le personnage le plus insignifiant que j'ai jamais connu mais pourtant il a sa place dans l'histoire et peut être dans le cœur de l’héroïne. Je rigolerais bien s'ils finissaient ensemble, la romance la plus pourrie de l'Histoire, ce serait épique. Mais bon je n'y crois pas trop, nous savons tous que Mare finira avec son "pire ennemi" (au début seulement, après c'est son "meilleur allié", car oui, ils font bien la paire ces deux-là, question imbécilité finie), qu'ils deviendront un peu à la mais en beaucoup plus moche, et qu'ils vivront heureux jusqu'à la fin du temps... Bien sûr, Maven mourra, parce que oui, si le premier tome se finit par "Je le tuerai.", on peut pas s'attendre au contraire, ce serait faire preuve de naïveté ! Pas besoin de lire la suite, c'est du tout vu !
► Les clichés. Je vous en ai déjà cités plein mais j'en ai oublié : Le vieil homme sage qui devient le mentor de l’héroïne et qui finira forcément par crever pour la sauver (clichéééééé), la rivale mesquine qui au début fait bien la belle mais redescend vite quand l’héroïne la remet à sa place de pauvre seconde (clichééééééééééé), l'héroine qui vient du milieu pauvre et se retrouve au milieu riche et a du mal à s'intégrer (je l'avais oublier, celui-là) (clichééééééééééééééé), cette même héroïne tellement courageuse et rebelle qu'elle se servira de sa place avantageuse dans le milieu riche pour sauver les gens du milieu pauvre (clichééééééééééééééééééééééééééé, alors lui, il est puissant), le cadet qui est l'ombre de son aîné et souhaite prendre sa place et sa lumière (clichééééééééééééééééééééééééééé), BREF, je vais m'arrêter là, ça commence à me fatiguer cette histoire. Je dois impérativement l'oublier !
Bon, comme vous pouvez vous en douter, je ne vais pas lire la suite, ou du moins je la lirai juste pour rigoler un bon coup ! Je pourrai ainsi voir comment la relation complètement lamentable qu'entretiennent Mare et Cal se développera en de l'amour pur et dur, ou comment elle tombera dans l'oubli pour le profit de la relation complètement inutile qu'entretiennent Mare et Kilorn !
Je m'en vais donc à présent à la recherche de réconfort (et d'un peu moins de clichés, que diable !), je pense de ce fait relire les deux premiers tomes de la trilogie LES CHEMINS DE POUSSIÈRE afin de pouvoir attaquer le tome 3. Ça va me faire du bien, au moins je suis sûre que ça va pas me décevoir... Ou peut être m'engagerais-je dans une voie encore plus sûre mais un peu mystérieuse, celle qui me lie à Cat Clarke, en choisissant A KISS IN THE DARK...
Dans les deux cas, vu le roman que j'ai lu juste avant, je suis sûre d'apprécier !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          2917
Zutto
  20 février 2019
CRITIQUE SANS SPOILS
Red Queen, l'histoire d'une fille au sang rouge qui atteint le sommet de ceux qui saignent argenté.
Red Queen est une série avec des avis très divergents. Une partie clame que c'est l'une des meilleures sagas dystopique de ces dernières années, et d'autres hurlent que c'est un ramassis de connerie et un gaspillage de temps, d'encre et de papier. Personnellement, je me range au milieu.
Je vais être cash : Red Queen est un gros bordel qui tente de se rattraper mais tombe. Incohérent, cliché, ridicule, j'ai eu l'impression de lire le fils bâtard de Red Rising et de la Sélection. Si l'auteure a voulu faire un Game of Thrones à sa façon (elle crédite G. R.R. Martin dans ses remerciements) toute la tension (y'en avait déjà pas beaucoup) est retombée comme un soufflé à la fin du tome. J'ai lu des passages franchement insipides et énervants qui m'ont fait rouler des yeux tellement fort que j'ai vu mon cerveau et des passages plutôt correct qui m'ont redonné envie d'y croire (spécial dédicace à Lucas, qui dans quasiment toutes ses scènes a été le meilleur personnage parmi tous ces ploucs).
Le personnage principal est insupportable et le récit étant à la première personne, j'ai franchement galérer à lire le livre tellement je la déteste. Tout et je dis absolument tout, même le "twist" de fin était prévisible à des kilomètres à la ronde, si que j'étais plutôt en train de rire que pleurer lors des 100 à 150 dernières pages. Les personnages sont des caricatures (qui éclatent toujours d'un rire diabolique, à deux doigts de se chatouiller la moustache alors que le tonnerre gronde derrière eux, avec un éclair leur baignant le visage). de tout le casting il n'y a qu'un seul personnage qui a attiré mon attention (probablement parce que c'est le plus absent du livre, du coup il n'a pas eu assez de pages pour faire de la merde), et quelques autres mentions spéciales. Tout le reste, poubelle.
L'intrigue, vue et revue et re-re-revue. Pâle copie de Red Rising (non mais sérieux lisez les deux synopsis vous verrez, la ressemblance ne s'arrête même pas à là), l'auteure a insulté plusieurs fois mon intelligence pour faire avancer l'histoire dans le sens où elle le voulait. Comme soulevé plutôt, la fin m'a plutôt fait hausser les épaules et me lever faire un thé que de me jeter sur le tome suivant pour connaître la suite, ce qui est très mauvais.
Honnêtement, j'ai lu bien pire, donc je ne lui jetterai pas la pierre. Mais si vous voulez lire quelque chose de bien, passez votre chemin, et lisez plutôt les livres mentionnés ci-dessus (à part peut-être la Sélection, c'était moyen bof).

CRITIQUE AVEC SPOILS

Bon maintenons passons à la critique avec spoilers donc si vous voulez toujours lire le livre, je vous déconseille de poursuivre la lecture.
Vous êtes consentent? Bien. Allons-y.
Contrairement à mes autres critiques, je ne vais pas résumer brièvement l'intrigue même si elle y sera détailler tout le long. le tout sera franchement décousu, parce que j'avoue avoir prêté de moins en moins d'attention au livre au fur et à mesure que l'histoire se déroulait, exactement comme je l'avais prédit.
Premièrement le chapitre 1 était tout à fait banal, voire chiant. Je sais que les chapitres qui envoient 25 explosions et 18 figures de styles dès les premiers paragraphes sont lourds mais là, je ne me suis absolument pas sentie investie dès les premières pages. Donc dans ces premières pages Mare, notre héroïne (qui porte bien son nom, parce que j'en ai franchement marre d'elle), ainsi que son le stéréotype du meilleur ami qui en fait voudrait plus que ça assiste au "Premier Vendredi", un combat d'arène entre deux Argents. Tout de suite mon cerveau a disjoncté. Il n'y a aucune logique. Surtout que l'histoire derrière ce showdown (qui est imposé aux Rouges), c'est que c'est l'évolution des exécutions des Rouges ainsi que des Argents. Et finalement comme les Argents kiffaient voir des gens mourir ils en ont fait un sport et puis les Rouges ne combattent plus c'est que les Argents et en plus on force les Rouges à regarder et ça fait baisser le taux de criminalité et de rébellion. Seems legit. Surtout quand tu vois comment le combat a fini, avec un Argent mort (ou presque mort, je sais plus), et des petits Rouges qui ont vu le sang des "dieux" couler sur le sable... Moyen comme domination.
Autre détail qui me chiffonne à propos des Argents, c'est le fait qu'ils n'ont pas envoyé de base des Argents sur le front. Enfin je veux dire Norta est en guerre contre je sais plus quel royaume pour des histoires totalement inintéressantes mais bon, fallait bien une guerre en quelque part. le royaume adversaire n'a l'air d'envoyer que des Rouges (Cal, lorsqu'il parlait de sa Légion des Ombres faites d'Argents, disait que ça allait créer la surprise de voir du côté de l'ennemi de voir des Argents au front), j'ai envie de vous dire envoyer des Argents plutôt! Putain ils font des flammes, peuvent nous noyer debout dans 30cm d'eau, peuvent durcir leur peau et contrôler le métal. LE MÉTAL! Ils peuvent même faire pousser des plantes pour que les troupes ne souffrent pas de famine. Pourquoi ça vous a pris 100 ans et un gamin de 19 ans pour envoyer vos MEILLEURS ÉLÉMENTS au front et pas des jeunes Rouges à peine entraîner qui vont plus servir de chair à canon qu'un poids concrets dans la balance pour gagner cette guerre. Si le but est de la gagner ou juste de jouer à qui va tuer le plus de Rouges pour le lolz.
Restons un peu sur la guerre et parlons un peu de Cal. Je sais que dans les dystopies, la moyenne d'âge tourne autour de 16-20 ans. Cal a 19 ans. 19. ANS. C'est un général d'une légion d'Argents qui sont apparemment les meilleurs éléments de l'humanité. 19 ANS. Ça n'a aucun sens. Envoyez la générale Macanthos, elle connaît la guerre. Si vous voulez mettez-le en capitaine mais général? Ca m'a fait tiquer.
Quittons brièvement Cal et la guerre pour nous attaquer au gros morceau : Mare. Qu'on se le dise. Même si préfère souvent l'antagoniste au héros, je n'ai jamais de haine forte envers le personnage principal. Mare est l'une des seules exceptions qui confirment la règle. Mare est un puits infini de stupidité et d'égocentrisme. Tout tourne autour de sa petite personne et de ses sentiments. Je n'ai jamais été attendrie, et toute sa famille aurait pu mourir dans une scène tragique avec un violon en fond sonore, je ne n'aurais strictement rien à faire. Mare est une Mary Sue, un cliché d'héroïne de dystopie qui découvre qu'elle est spéciale mais rejette son unicité... mais en même temps l'utilise mais le rejette. C'est une petite chose, elle est jolie, elle a une langue bien pendue (spéciale dédicace à Elara dans cette fameuse scène où elle l'a presque étranglé, j'étais satisfaite). Mare c'est le genre de personne qui lance une pique mais n'assume pas les répercussions. Qui veut contrôler et non protéger et qui se lance corps et âme dans une révolte sans queue ni tête en pensant qu'avec une bonne punchline et des petits mots dans une tasse d'eau, des siècles d'oppressions vont s'effacer.
Elle est toujours sur le point de s'évanouir ou de fondre en larmes mais continue quand même de briller parce que la faiblesse c'est pas pour les personnages principaux.
Mare s'est définitivement attiré mes foudres lorsqu'elle a embarqué Julian (à moitié consentent) et Lucas (TOTALEMENT PAS CONSENTENT) dans ses histoires. A cause d'elle Lucas est mort (et c'est bien la seule mort qui va m'affecter de toute cette saga, j'en suis sûre), alors que le pauvre a été un support fidèle et même d'une oreille attentive. LUCAS MERITAIT MIEUX. Et en plus elle a l'audace, elle a le culot de penser que si c'était à refaire, elle le referait sans hésiter, alors qu'elle envoie ce pauvre homme innocent, l'un des rares Argent à l'avoir traité avec respect à l'abattoir. Incroyable cruauté.
Pour Julian, c'est différent. Elle lui a totalement forcé la main (en mode caprice de gros bébé, pour une fille qui a grandie Rouge elle a un caractère d'Argent, de princesse d'Argent) et finalement il accepte mais va quand même goûter au revers de la médaille. Ca m'a beaucoup énervé, surtout vu comment elle lui a parlé. Si j'étais Julian, je l'aurais dégagé vite fait.
Notons que la jeune fille avoue à demi-mot dans sa narration un amour naissant pour Kilorn (du style si on survit on fondera une famille). Puis bien sûr elle tombe amoureuse de Cal et de Maven, le prince à qui elle était promise (ça commence à faire beaucoup). Elle se tape les deux dans cet ordre (et décidément Maven tu ramasseras toujours les miettes de ton frère) et essaie d'utiliser les sentiments que Cal a pour elle pour "la cause". Ca c'est un très gros morceau, on y revient.
Maintenant parlons de la fratrie princière, Cal et Maven. J'avoue, Maven a réussi à m'attirer un tout petit peu de sympathie. Plus que son frère en tout cas, le seul truc dont il peut se vanter. Je pensais que l'auteur utilisait le cliché du frère dans l'ombre de son frère parfait pour le briser mais non, c'était lui donner trop de crédit. Maven n'est même pas un antagoniste, c'est la marionnette de sa mère, le pire cliché de méchante reine démoniaque qu'on puisse trouver. Au final dès la trahison, Maven reste le cliché standard du frère moins bon, manipulé par une autre personne qui monte sur le trône et nous fait un caprice. Allez ça dégage. Cal m'a fait rouler des yeux très, TRÈS, fort. le cliché du prince charmant, c'est un grand non, et peu important comment l'auteur a essayé de me vendre à quel point il est bon, loyal, etc, je m'en fous. Des Cal, y'en a partout, rien de nouveau rien de transcendant. Et puis la couleur de ses yeux, bon Dieu. Déjà tout le monde a des yeux originaux. Hey, vous savez les yeux marrons c'est la moitié de la population mondiale AU MOINS? Bref. Un petit point bonus pour Cal quand même il est légèrement moins bête que le reste. Mais vu le niveau... Au niveau des parents, le cliché de la gentille et bonne reine assassinée parce que la greedy bitch veut monter sur le trône, NEXT. La méchante reine, NEXT. le roi qui fait les mauvaises choses pour les bonnes raisons et qui est un connard mais au fond, reste un humain avec un KEUR, allez, re-NEXT. J'en profite pour lâcher un mot sur la famille de Mare. La mère m'a fait chier du début à la fin. Son père, bah, on s'en fout, ses frères Bree et Tramy n'ont pas beaucoup eu de pages donc pas eu le temps de montrer à quel point ils sont mal écrits alors ils sont sauvés. Quant à Shade, j'y viendrai.
Maintenant passons un peu à l'intrigue et aux complots, le "coeur de l'histoire". Alors déjà pour commencer, lorsque le roi a donné l'idée de la faire passer pour une Argent qui a été élevée Rouge, j'ai beaucoup ri. EN comptant rapidement mes cicatrices, j'en ai 5. Tout au long de ma vie, je me suis blessée 5 fois, et j'ai vu mon sang 5 fois AU MOINS. A quel moment Mare, dont on dit est une Argent élevée en Rouge peut croire pendant 18 ans de sa vie qu'elle est vraiment Rouge? Ca n'a AUCUN SENS. A un moment ou à un autre tu aurais vu ton sang. A un moment ou à un autre, lorsque tu rougis, on aurait vu ta peau pâlir. Tout le monde sait que les Argent ont le sang Argent et c'est inévitable qu'à un moment on aurait aperçu ton sang et on se serait dit, "attends, quoi? pourquoi il n'est pas rouge!". Ce bullshit est en début de tome, et c'est à ce moment-là que j'ai décidé de lire Red Queen pour rire, pas pour être plongée dans une quelconque histoire épique. D'ailleurs la scène où elle retourne chez elle et révèle toute l'histoire à sa famille et dis à Kilorn de « lui amener un couteau pour voir de quelle couleur est son sang » sur un air de défi m'a fait énormément rire. Ah ma fille, si les Argents toisaient moins et réfléchissaient plus, aucun d'entre eux n'aurait gobé l'histoire du roi.
Farley et la Garde écarlate c'était une énorme blague. Vraiment j'ai jamais vu pire boulet. Et pourtant ça avait bien commencé avec des attaques à des endroits plus ou moins stratégiques et des vidéos. Mais dès que Mare s'en est mêlée, tout est parti en vrille. Farley est vraiment le pire leader. le plan final qui repose juste sur les sentiments de Cal pour Mare. MDR. Mais MDR. Si Cal avait accepté j'aurais balancé le bouquin par la fenêtre. La Garde a l'air d'un gros bordel désorganisé, où c'est juste des Rouges vénèr qui veulent justice et réparation mais à par faire péter des trucs et tuer des gens, ils ne sont pas forts. Ah d'ailleurs, le meurtre d'une haute figure militaire, grave erreur. Comme souligné par je sais plus quel personnage, son assassinat va créer des remous dans l'armée. Donc pendant que l'armée de Norta va stagner, leurs ennemis risque d'avancer, de les prendre d'assaut. D'ailleurs soyons honnête, Cal a parfaitement raison. Si les royaumes alliés vivent sur le même système Argent > Rouge, brutalement changer le cours des faits en pleine guerre risquerait de faire tes alliés tailler la route, ou pire, essayer de t'envahir à leur tour, voyant un signe de faiblesse.
La romance, parlons-en. Ici, on est devant une orbite amoureuse, où tout ce qui est jeune et masculin gravite autour de Mare. Et à la limite, Kilorn, ça se comprend. Mais Cal, hein ? Quant à Maven, double hein ? D'ailleurs faudra m'expliquer pourquoi Mare n'a pas reconnu le prince. Cal n'a pas l'air d'être un surnom exclusif à la cour. Son nom officiel est Tiberas VII Calore, mais son prénom c'est Cal à ce qu'il paraît. Et outre son nom, parlons de son visage. Tu sais à quoi ressemble le roi. Cal est le fils modèle, successeur de son père. Evidemment qu'il est déjà passé à la TV. Dans une annonce officielle où les Rouges sont obligés d'y aller ou un truc du genre… Enfin bref, la romance n'a jamais été mon dada mais, c'était juste tout ce que je déteste, mis dans un mixeur. Un smoothie de nullité.
Parlons rapidement de la fin avant de parler des points positifs. Je savais que Maven tramais quelque chose. C'est quel le love interest, bien sûr qu'il ne la trahira pas. D'ailleurs elle s'entête à dire qu'il l'a trahi, mais nous n'allons pas déconner non plus. Mare a trahi Cal, ah ça oui. Cal en revanche ? Il ne lui doit rien. Il a accompli son devoir et il a même été clément ENOREMEMENT de fois. Enfin bref, on nous martèle le « n'importe qui peut trahir n'importe qui ». Parle d'une discrétion. Surtout que la trahison se voyait comme le nez au milieu de la figure. Au final, même la scène de l'assassinat du roi m'a paru creuse. Probablement parce qu'Elara n'arrêtait pas de rire. Non franchement si c'est Elara la méchante de la saga faudra m'appeler quand Minus et Cortex vont s'allier à elle. Ils ont de l'expérience. Quant à Evangéline…. La scène du combat était d'un chiant. C'est cramé d'avance que le couple principal n'allait pas mourir et c'était encore plus cramé que la Garde avait survécu et qu'ils allaient se pointer au dernier moment. Vraiment au lieu de vouloir faire un combat à mort à 5 vs 2 (du moins 5 vs 2 invincibles, protégés au plot armour), fallait juste leur tirer dessus, une bonne exécution des familles comme Lucas et hoop, ça dégage on en parle plus. Maintenant que les Rouges ont vu une Rouges avec des pouvoirs, effet Hunger Games, allez hop ça se révolte.
Au niveau du style d'écriture, je trouve que les descriptions des vêtements étaient inutiles mais par contre quand il faut décrire des émotions, je reste de marbres. Trop de telling, pas assez de showing. Tous les Argents se ressemblent.
Maintenant, on va quand même parler de quelques trucs intéressants. Déjà, Mare a une grande gueule, mais elle sort quelques punchlines du coup j'ai un peu ri. Lucas était le meilleur personnage, et je redevenais attentive à chacune de ses apparitions. Sa mort m'a vraiment révoltée, parce que Mare a été une sombre crasse et pas parce que Marionnette-Maven est une sombre ordure. Julian était sympathique et Kilorn était tolérable jusqu'à ce qu'il nous fasse une Gale (décidément ce roman ressemble à beaucoup d'autres). J'ai adoré Shade. Et pourtant on ne le voit que dans l'épilogue, même si on parle de lui dans les premiers chapitres, lorsque sa famille reçoit sa lettre. Je l'ai trouvé drôle et vif, tout ça dans une lettre et si j'ai tenu jusqu'au bout c'est en partie parce que je voulais le voir. Ah oui, j'ai cru à sa mort pendant environ 0,1 seconde. Impossible d'introduire un frère terroriste mort pour désertion. Evidemment qu'il a des pouvoirs, d'ailleurs, je m'y attendais. Tous les personnages de Red Queen ont été sabotés par l'auteure sauf Shade. Il est encore vierge de toutes conneries et j'espère qu'il le restera, parce qu'il a énormément de potentiel.
En définitif que retenir ? Si vous voulez lire une histoire parlant d'un personnage en bas de l'échele social qui remue ciel et terre pour renverser le pouvoir et sauver les siens : lisez RED RISING. Pas Red Queen. Je n'irai pas jusqu'à accuser l'auteure de plagiat (c'est impossible, ils ont à peine un an d'écart), mais regardons la vérité en face, Red Queen est Red Rising mais sans charisme et sans intelligence. Société pyramidale ? Oui, des Rouges aux Ors, équivalent des Argents. Personnage en bas de l'échelle ? Oui, Darrow est un Rouge. Organisation terroriste qui recrute le héros ? Oui, les Fils d'Arès. le héros intègre le haut de la pyramide pour les détruire de l'intérieur. Même si ce n'était pas l'intention originale de Mare, c'est ce qu'elle essaie de faire donc oui. Je pourrais continuer des heures. L'essentiel est là, Red Queen est passible à la limite mais ne mérite pas du tout les éloges. Malgré tout, je finirai probablement la série, parce que je n'aime pas abandonner en cours de route, et parce que j'espère que Shade sauvera ce bordel. A lui seul, ça ne sera pas simple.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Mikasabouquine
  13 janvier 2017
Ah! Red Queen! Depuis le temps que j'en entends parler! C'est l'avis très positif de Saiwhisper et sa super critique qui m'ont fait enfin passer le cap de lire ce livre. (je vous invite à aller la lire d'ailleurs...!)
Bilan plutôt positif, car j'ai eu extrêmement de mal à lâcher l'histoire. J'ai tourné frénétiquement les pages jusqu'à connaître la fin.
Ce 1er tome de "Red Queen" m'a fait songer par moment à "Red Rising" que j'ai lu récemment. Mais avec un côté beaucoup plus féminin.
Attention possibilité de spoilers dans le paragraphe qui va suivre pour celles et ceux qui n'ont pas lu les ouvrages et/ou les quatrièmes de couvertures.
**********
Dans "Red Rising" Darrow est un rouge qui va se faire passer pour un Or. Dans "Red Queen" Mare est une rouge qui va se faire passer pour une Argent. Ils vont tous deux apprendre à se comporter comme un Or/Argent que ce soit physiquement ou spirituellement. On ne peut ne pas remarquer non plus la similitude qui se trouve dans le titre ainsi que la ressemblance dans leurs noms puisque le nom de famille de Mare est Barrow.
**********
Ensuite, au niveau du déroulement de l'histoire ces deux ouvrages ne sont pas si rapprochés que ça. Alors que "Red Rising" fait moins dans le sentiment avec de la violence physique, "Red Queen" est plus féminin avec ses histoires de coeur et ses manipulations psychologiques.
Au niveau de l'histoire, autant j'ai aimé et ai été en complète addiction. Autant le déroulement parfois (souvent) prévisible m'a un peu gêné par moment. Je n'ai malheureusement pas été souvent surprise, même à la fin... En revanche Victoria Aveyard sait captiver son lecteur et possède une plume fluide.
Les personnages:
J'ai beaucoup aimé le répondant piquant de Mare, j'ai plutôt apprécié Kilorn même s'il ne fait que de brèves apparitions et disons le clairement j'étais carrément accro à Cal. Je me suis également beaucoup attachée à Lucas et Julian que j'aurai souhaité voir plus souvent et plus développés. Farley, elle, en revanche, je m'en serai bien passée : elle m'a gonflé.
Ce qui m'a un peu gêné:
La prévisibilité, ça je vous l'ai déjà dit, mais alors c'était gros comme une maison...! Il ne m'a pas eu longtemps...(je n'en dirai pas plus...)
Malgré que j'ai apprécié son répondant, Mare m'a agacé par moment. J'avais envie de lui mettre des baffes! le déroulement de l'histoire m'a parfois irrité, mais tout en étant toujours crédible je trouve. Car même si les décisions de Mare m'ont énervé, on sait pourquoi elle les a prises. Et autant nous, lecteur, à l'extérieur on ne se fait pas avoir (pour ma part en tout cas) autant elle, de l'intérieur, ne peut que se faire avoir.
J'ai (encore) un problème avec la quatrième de couverture... qui en dit une fois encore beaucoup trop! Quel dommage d'en dévoiler autant. Heureusement que je me discipline à ne pas les lire juste avant ma lecture. Je lis toujours le livre des mois après avoir lu le résumé, la seule chose que je retiens c'est que ça me tente et de quel genre il s'agit. Et encore une fois j'ai bien fait, sinon le peu d'éléments qui m'ont surpris auraient été gâchés. Notamment le fait que Mare est un talent...
En conclusion, une très bonne lecture, avec quelques défauts, mais qui est addictive. Et quand c'est addictif... c'est gagné :-). Je serai au rendez-vous pour la suite! D'autant que... même si ce tome 1 est en grande partie prévisible et même si l'on se doute de l'échéance finale... je ne vois pas du tout ce qu'il va bien pouvoir se passer dans le tome 2...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          144
MelM
  25 juin 2015
19/20
Coup de coeur
Pilotis est une ville qui ne fait pas exception à la règle. La hiérarchie y est la même que partout ailleurs. Si votre sang est rouge, vous êtes pauvre, esclave et au service de ceux qui ont eu la chance de naître avec un sang couleur argent coulant dans leurs veines. Vénérés, traités comme des rois où qu'ils soient et possédant des pouvoirs hors du commun, les Argents sont le gratin de la société et dirigent celle-ci d'une main de fer.
Mare Barrow a plusieurs défauts: elle est Rouge, insouciante et c'est une voleuse hors pair. Mais quand on mène sa vie comme elle le fait, il ne faut pas s'étonner de s'attirer quelques ennuis en chemin. Et cette fois, Mare s'est plongée dans les problèmes jusqu'au cou. Après s'être "donnée en spectacle" de manière totalement inattendue sous le regard interloqué de la haute société Argent, Mare doit faire face à sa toute nouvelle condition et aux nombreux problèmes que celle-ci soulève.
Entre mystères, complots, royauté, amour et guerre, la vie de Mare va changer à jamais....
Je dois avouer que si j'ai en premier lieu été attirée par ce roman, c'est grâce à sa sublime couverture et son titre qui donnent envie d'en savoir plus. Et à la lecture du résumé, je savais déjà que j'allais adoré ce roman. Et il s'est avéré que j'avais eu tort.... je ne l'ai pas aimé, j'ai eu un véritable coup de coeur, un coup de foudre pour ce premier tome. On pourrait se dire qu'il s'agit là d'une énième dystopie young adult, ce serait une grave erreur. Car Red Queen possède d'énormes qualités qui dépassent de beaucoup les standards de la dystopie young adult. Grâce à son intrigue extrêmement bien ficelée, ses personnages attachants et mystérieux, son rythme ultra addictif, mais aussi grâce à la sublime plume de l'auteur, Red Queen ravira à coup sûr un très large public.
La première chose qui m'a frappée dès le tout premier chapitre de ce roman, c'est la magnifique plume de l'auteur. Fluide, facile à lire, entrainante et très addictive, elle possède tous les atouts nécessaires à une excellente lecture et bien plus encore. Car contrairement à tout roman young adult classique, Victoria Aveyard nous livre ici une plume complexe, descriptive à souhait; adieu les phrases courtes et les descriptions trop vites expédiées. L'auteur prend le temps de décrire les lieux, d'approfondir les personnages, de complexifier leurs émotions, sans pour autant casser le rythme de son récit; au contraire, cela permet de se sentir toujours plus immergé dans le récit aux côtés des personnages. J'ai été complètement et immédiatement charmée, envoûtée par la plume de Victoria Aveyard. Elle porte réellement son récit, elle le rend encore plus prenant et je pense que l'écriture de l'auteur joue vraiment un très grand rôle dans le coup de coeur que j'ai eu pour ce roman.
Les premiers chapitres, servant de mise en place à l'univers créé par l'auteur, sont vraiment extrêmement bien maîtrisés. Tout y est pensé pour capter immédiatement l'attention du lecteur et lui donner envie d'en découvrir toujours plus. L'univers installé dans ce premier tome est fascinant, un vrai régal à découvrir et il est très facile de s'y immerger complètement dès les premières pages. Nous découvrons les lois, les us et coutumes qui régissent ce monde, les différences entre les Rouges et les Argents.... Tout cela est extrêmement bien expliqué et très bien intégré dans le récit pour ne pas freiner son avancée. Seul bémol selon moi de ce côté-là: l'absence d'explications concernant l'apparition de cette différence de sang, quelles en sont les origines? Comment les Argents ont-ils pris le pouvoir? Mais cela sera peut-être plus développé dans le prochain tome. Malgré ça, l'univers est néanmoins très bien exploité et ce fut un réel plaisir à lire. J'ai été complètement captivée par cet univers riche et complexe, plein de découvertes, de mystères, de lutte pour le pouvoir et d'autres aspects tous aussi prenants et palpitants portés par des personnages qui ne laissent pas indifférents.
Victoria Aveyard ne se contente pas de nous faire vivre une sublime et palpitante aventure, elle nous la fait découvrir à travers un personnage principal vraiment épatant, accompagné d'autres personnages tous très importants. Chacun possède une psychologie, un rôle et une importance propre. Chacun possède ses secrets, ses mystères et ses failles. Tous complexifiés, réfléchis et approfondis au fil du récit, ils sont une part vraiment très importante et très positive du récit.
Tout d'abord, il y a bien évidemment Mare, personnage central de l'histoire. Insouciante, courageuse, pleine de vitalité, d'espoir en la vie, Mare est un personnage vraiment très agréable à suivre. On adore découvrir l'univers Argent avec elle et on aime suivre les intrigue de la cour s'entremêlant. Mare est un personnage qui possède un caractère très approfondi mais aussi de nombreux mystères. L'auteur place de nombreuses interrogations concernant sa condition qui nous donne envie d'en savoir toujours plus à son sujet. En bref, c'est vraiment un personnage très complet, presque humain, que j'ai adoré du début à la fin. Complexe, extrêmement agréable à suivre et nous réservant de nombreuses découvertes, Mare est le personnage central de ce récit, grâce auquel nous en tournons les pages toujours plus rapidement.
Ensuite, il y a les deux princes Argent, Cal et Maven, que tout semble opposer mais qu'une belle complicité unit. Ils sont tous les deux très agréables à découvrir et il devient très vite évident que chacun cache de nombreux secrets. le petit triangle amoureux qui s'installe ne m'a pas gênée car il est très bien mis en place et ne possède qu'une place secondaire dans le récit. J'ai beaucoup aimé ces deux personnages et leur relation très intéressante à découvrir et j'ai adoré la façon qu'a l'auteur de jouer avec les nerfs du lecteur, de lui retourner le cerveau en tirant admirablement bien les ficelles de son récit, les parts d'ombres de ces deux personnages et les magnifiques découvertes que cela entraîne.
Les personnages secondaires sont néanmoins aussi très intéressants et jouent tous des rôles clés à un moment de l'intrigue. Il y a ceux que l'on apprécie, comme le professeur de Mare, le roi ou encore Kilorn; et ceux que l'on déteste comme les autres prétendantes... enfin surtout une, et la reine.
L'intrigue est on ne peut plus fascinante, mélange parfaitement équilibré entre questionnements, découvertes extraordinaires et scènes d'action extrêmement palpitantes. le rythme s'accélère toujours plus au fil des pages, happant toujours plus l'attention du lecteur et nous faisant tourner les pages de plus en plus rapidement. À aucun moment, l'auteur ne perd l'intérêt de son lecteur, bien au contraire. L'intrigue est ultra efficace, l'action ne s'essouffle jamais. Les rebondissements, les révélations, les retournements de situation s'enchainent à une vitesse folle. L'auteur fait preuve d'une imagination sans bornes en ce qui concerne son récit et on ne peut qu'adorer. Je me suis complètement laissée emporter par ce récit dès les premières pages et à aucun moment je ne me suis lassée. J'ai été instantanément captivée, du début à la fin, alors déjà rien que pour ça, un grand bravo à l'auteur.
La fin est juste... Wahou! le plus grand, le plus énorme retournement de situation que j'ai jamais lu. Totalement dans la continuité du récit, j'ai adoré cette fin que je n'avais pas du tout vue venir. Pleine d'action, de rebondissements, de morts, de nouveautés, le cocktail parfait pour donner envie au lecteur de se plonger immédiatement dans la suite, dès que celle-ci sera disponible.
Les +: TOUT! Énorme coup de coeur pour ce roman! Jetez-vous dessus!
Les -: ///
Red Queen fut une lecture coup de coeur. Alliant un rythme impeccablement maîtrisé à un univers merveilleusement bien approfondi, nous découvrons aussi des personnages hauts en couleurs et ultra attachants. de plus, l'intrigue est extrêmement riche et l'écriture de l'auteur sublime encore le tout. En somme, tout fut vraiment parfait à mon sens et j'ai extrêmement hâte de pouvoir le jeter sur la suite, que j'attends avec énormément d'impatience après la fin éblouissante que nous a offerte l'auteur. Je ne peux donc que vous conseiller très chaudement de courir acheter ce superbe roman et j'espère que vous l'apprécierez autant que moi.
Lien : http://story-of-books.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
ElBaathory
  16 avril 2016
Même si ce roman me faisait de l'oeil depuis sa sortie, je n'osais pas, de peur de ne pas faire partie du public visé, me lancer à mon tour dans cette aventure. Heureusement et par pur hasard, une connaissance l'ayant lu et apprécié me l'a fortement conseillé. C'est pourquoi je l'inscris dans mon challenge ‘Au fil des saisons et des pages‘. Je te remercie, si tu passes par là, car sans avoir été happé par ce roman je l'ai globalement apprécié.
En effet, malgré sa couverture et son titre pouvant paraître ‘girly', j'étais à mille lieues de penser découvrir un univers si riche et complexe, manquant cependant d'originalité. L'auteure nous dépeint un monde où règne deux catégories de personnes : les Argents et les Rouges. Ce système permet de catégoriser la population par statut social de manière originale et assez unique. le principe des bons et des mauvais et/ou des riches et des pauvres est respecté mais de manière innovante.
Le lecteur fera en premier lieu la connaissance des Rouges, du fait que l'héroïne de cette saga – Mare – en fait partie intégrante. Cette catégorie regroupe en majorité les travailleurs, les domestiques ainsi que les soldats, tandis que l'autre catégorie regroupe les Monarques ainsi que leurs familles, les politiciens et les nobles. Ce n'est pas seulement leur sang – Rouge pour l'un et Argenté pour l'autre – ni leur rang qui les différencie tant, mais les dons surnaturels et redoutables que détiennent les Argents. J'ai découvert avec émerveillement une large palette de personnes plus ou moins extraordinaires, détenant de véritables pouvoirs comme celui de contrôler le feu ou la nature par exemple. Tandis que cet univers parait vaste au lecteur, celui des Rouges parait quant à lui très limité de par leurs perspectives d'avenir et leur chance inexistante de voir leurs destin évoluer.
De plus, l'auteure mêle, à l'aide de vastes monarchies, un aspect historique à son écrit fantastique, ce qui crée un véritable contraste et décalage. Même si l'histoire laisse à penser qu'elle se déroule dans le futur, les codes employés par l'auteur sont parfaitement ancestraux et permettent un véritable retour en arrière où j'ai (re)découvert avec envie comment se tenait un tel empire. C'est ainsi que le lecteur fera la connaissance de la famille royale de Pilotis ainsi que celles des ‘Maisons' influentes. Les conflits et complots politiques qui émanent de ces relations sont, à mon sens, le point fort de ce roman.
Avec une telle mise en scène et un tel récit je m'attendais à découvrir des personnages à l'images de celui-ci sauf que ce n'est pas le cas. Je n'ai été que trop peu surpris par notre héroïne un poil trop lisse pour endosser et assumer le rôle de symbole que lui confère l'auteure. Pourtant lors des premières pages j'étais vraiment convaincu par son caractère si fort et ce qu'elle cachait derrière ses convictions personnelles. Derrière son masque de voleuse experte se trouvait une personne sensible au bien-être de ses proches et des autres, quelque peu altruiste d'ailleurs mais une fois son destin changé grâce à l'aide de Cal, j'ai trouvé que son évolution était rapide et peu originale. Pour ne pas m'aider, j'ai eu la très nette impression que l'auteure s'était inspirée de Katniss Everdeen (Hunger Games) et avait créé un clone du geai moqueur déjà célèbre.
Les autres personnages secondaires de ce roman se démarquent peu et se contentent de tenir le rôle qui leur a été donné par l'auteure à tel point que je les ai parfois trouvé stéréotypés. Ils souffrent d'un manque de personnalité énorme et sont soit bons, soit mauvais. Seuls les deux Princes de la royauté, Cal et Maven, se démarquent grâce à leurs caractères complexes et énigmatiques. Ils se dévoilent doucement tout au long du récit et ce de manière pudique. Malheureusement à cause d'une touche de romance, là encore trop prévisible, je ne suis pas parvenu à m'attacher à ce trio pourtant si prometteur.
Pourtant grâce à son récit et sa plume, j'ai réussi à m'accrocher jusqu'à la fin. Même si j'ai apprécié ce roman dans sa globalité, son style d'écriture est tout de même assez inégal et j'ai dû me faire violence lors des premières pages où l'auteure met énormément de temps à implanter son contexte. le tout reste fluide à lire mais par moment de trop longues descriptions assez lourdes m'ont ennuyé et les quelques passages de romance n'arrange rien. Je l'ai d'ailleurs trouvé assez peu travaillée et niaise. La plume de l'auteure excelle surtout lors des phases où l'action est présente. J'étais totalement submergé lors de ces passages et je me serais cru dans une arène de titans grâce à des combats parfaitement décrits et à couper le souffle.
Ce qui à joué en sa défaveur et ce que je regrette amèrement est la facilité avec laquelle j'ai décelé où me transportait l'auteure. J'ai deviné bien longtemps avant ce qui allait se dérouler et qui se cachait derrière les masques de ses personnages. J'aurais aimé être plus surpris par la tournure des événements surtout que la conspiration créée autour de Mare permettait d'engendrer bien plus de retournements de situations que cela n'a été le cas lors de cette lecture.
En conclusion et étrangement, malgré une forte prévisibilité des événements et des personnages manquant cruellement de personnalité, et surtout pour l'aspect historique, j'ai passé un agréable moment avec cette auteure. Je lirais avec certitude la suite de cette saga qui j'espère me surprendra bien plus que ce premier tome.
Lien : http://plumebleuee.com/2016/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Citations et extraits (132) Voir plus Ajouter une citation
cici899cici899   10 avril 2019
Evangeline me dévisage, incrédule. Elle a l’air furieuse, perdue et… effrayée. Elle a peur de moi. De moi !

— Bonjour, dis-je bêtement.

Evangeline me répond par un assaut d’éclats métalliques, tous plus tranchants et plus mortels les uns que les autres. Ils fendent l’air en direction de mon cœur.
Commenter  J’apprécie          20
Michel33Michel33   18 mars 2015
Je n’ai jamais vu les policiers se déplacer aussi vite. Ils comptent quelques fulgurants parmi leurs rangs, dont les contours se brouillent tandis qu’ils nous poussent vers la sortie. Ils ne veulent pas que nous soyons encore là si Cantos meurt dans le sable. Pendant ce temps, Samson quitte l’arène en véritable titan. Lorsque son regard tombe sur le corps inerte de Cantos, je m’attends à y percevoir une lueur de remords. Son visage reste pourtant un masque froid, dénué de toute émotion. Ce duel ne signifiait rien pour lui. Nous ne signifions rien pour lui.
En cours, nous étudions le monde qui a précédé le nôtre, un monde où des anges et des dieux vivaient dans le ciel, régissant la Terre avec bienveillance et amour. Certains prétendent qu’il s’agit de pures fables. Je n’en crois rien.
Les dieux nous gouvernent toujours. Ils sont simplement descendus des étoiles. Et l’heure n’est plus à la bienveillance.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
MarieGiraudoMarieGiraudo   01 août 2015
- Une minute de retard, observe-t-il à la seconde où je sors de ma chambre.
- Vous allez me servir de baby-sitter tous les jours ou seulement le temps que je prenne mes marques ?
Il m'indique la direction à prendre et nous marchons côte à côte.
- À votre avis ? rétorque-t-il, adoptant un vouvoiement de circonstance.
- Dans ce cas : à une longue et heureuse amitié, officier Samos !
- Je vous retourne le compliment, maîtresse.
- Ne m'appelez pas ainsi.
- Si vous le souhaitez maîtresse.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
CielvariableCielvariable   19 janvier 2019
Je n'ai jamais connu une telle colère. Pas même quand mes frères sont partis, pas même quand Kilorn m'a annoncé la nouvelle. Pas même quand ils ont fracturé la main de Gisa.

Une plainte stridente résonne dans la maison tandis que le réfrigérateur, les ampoules et les fils encastrés dans les murs sont parcourus d'un courant de plus en plus intense. Ce flux me nourrit : je suis vivante, en colère et dangereuse. Je crée cette énergie, alimentant moi-même l'installation électrique qui m'entoure, ainsi que Julian me l'a appris.

Cal hurle et me secoue de toutes ses forces pour tenter de m'atteindre, d'une façon ou d'une autre. Il n'en a pas les moyens. Je refuse d'abandonner le pouvoir qui est en moi. Ça ne fais pas mal, contrairement au chagrin.

Des bris de verre pleuvent sur nous lorsque les ampoules explosent avec un bruit de pop-corn. Pop Pop Pop. Ce son noie presque les cris de ma mère.

Quelqu'un me relève d'un geste brusque. Je sens ses mains sur mon visage, il m'immobilise tout en parlant. Il n'est pas là pour me rassurer ni pour compatir. Il est là pour m'arracher à ma transe. je reconnaîtrais cette voix entre toutes...

-Mare, ressaisis-toi maintenant!

J'ouvre les yeux sur des prunelles vert clair et un visage plissé par l'inquiétude.

-Kilorn.

Ses mains, bien que rêches, m'apaisent. Il me ramène à la réalité, à ce monde où mon frère est mort. La dernière ampoule intacte oscille au-dessus de nous. Sa lumière suffit à peine à éclairer la pièce et ma famille ahurie.

Une autre source lumineuse dissipe l'obscurité. Des étincelles blanches et violettes s'enroulent autour de mes mains, faiblissant de seconde en seconde, mais parfaitement visibles. Mon pouvoir. Jamais je ne pourrai m'en sortir avec un mensonge.

Kilorn m'attire vers une chaise. Son visage est un abîme de perplexité. Les autres se contentent de me fixer et, avec un pincement de tristesse, je comprends qu'ils ont peur. Kilorn, lui, n'éprouve rien de tel. Il est furieux.

-Qu'est-ce qu'ils t'ont fait ? gronde-t-il, ses mains à quelques centimètres des miennes.

Les dernières étincelles disparaissent, abandonnant ma peau et mes doigts frémissants.

-Ils n'ont rien fait.

Si seulement ça pouvait être leur faute. Si seulement je pouvais accuser quelqu'un.

Je croise le regard de Cal, au-dessus de visage de Kilorn. D'un hochement de tête presque imperceptible, il m'encourage sans le moindre mot. Je n'ai pas à mentir.

-Je suis comme ça.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
CielvariableCielvariable   19 janvier 2019
- Tu vas vraiment partir avec la Légion ?

Le simple fait de prononcer ses mots me terrorise. Son hochement de tête est presque imperceptible.

- Le place d'un général est au côté de ses hommes.

- La place d'un prince est au côté de sa princesse. D'Evangeline, m'empressé-je d'ajouter.

Bien joué, Mare !

La chaleur épaissit soudain l'atmosphère de la pièce, alors que Cal n'a pas esquissé le moindre mouvement.

- Elle s'en sortira sans moi. On ne peut pas dire qu'elle me soit très attaché. Et elle ne me manquera pas non plus.

Incapable de croiser son regard, je garde le mien rivé droit devant. Par malheur, il tombe sur le torse de Cal, et sur sa chemise beaucoup trop fine. Je l'entends inspirer brusquement, puis ses doigts se glissent sous mon menton, et font basculer ma tête en arrière. Des flammes dorées vacillent dans ses yeux, reflet de la chaleur qui monte en lui.

- Toi, tu me manqueras, Mare.

J'ai beau désirer de tout mon être rester immobile, arrêter le temps et prolonger ce moment indéfiniment, je sais que c'est impossible. Quels que soient mes sentiments, ou mes convictions, Cal n'est pas le prince auquel je suis promise. Plus important encore, il est du mauvais côté. Il est mon ennemi. Il représente l'interdiction absolue.

A contrecœur, d'un pas hésitant, je recule pour quitter cette bulle de chaleur à laquelle je me suis habituée.

- Je ne peux pas ...

Ce sont les seuls mots que je réussis à articuler. Bien sûr mes yeux me trahissent. Je sens monter des larmes de rage et de regret, des larmes que je m'étais juré de ne jamais verser. Peut-être que l'approche de son départ à rendu Cal intrépide et imprudent, autant de choses qu'il n'était pas avant. Il me prend par la main et m'attire vers lui. Il est en train de trahir son seul frère. Je suis en train de trahir ma cause, de trahir Maven et de me trahir, moi, pourtant je n'ai aucune envie d'arrêter.

N'importe qui peut trahir n'importe qui.

Ses lèvres rencontrent les miennes, brûlantes et insistantes. Le contact m'électrise de façon inédite. Cette étincelle n'a rien de destructeur, c'est une étincelle de vie.

J'ai beau vouloir me dérober, je m'en sens incapable. Cal est une falaise et je me jette dans le vide avec délectation. Un jour, il comprendra que je suis son ennemi, et tout ceci ne sera plus qu'un souvenir oublié. Mais pas encore.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Victoria Aveyard (17) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Victoria Aveyard
Victoria Aveyard: how to calm down after reading Red Queen. MP! Books
CONVERSATIONS et QUESTIONS sur ce livre Voir plus
autres livres classés : dystopieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Quizz Red Queen Tome1

Comment s'appelle le personnage principal ?

Marrena
Mare
Marie
Je ne sais pas

8 questions
35 lecteurs ont répondu
Thème : Red Queen, tome 1 de Victoria AveyardCréer un quiz sur ce livre
.. ..