AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Hélène Baty-Delalande (Autre)Pierre Masson (Autre)André Gide (Autre)Marcel Coppet (Autre)
EAN : 9782729712242
220 pages
Éditeur : Presses universitaires de Lyon (29/10/2020)

Note moyenne : 3/5 (sur 1 notes)
Résumé :
Cet ouvrage, doté d’une introduction permettant à chacun, selon son degré de connaissance du sujet, de s’approprier les clés de lecture nécessaires, fournit un nouvel éclairage sur la dynamique de la correspondance gidienne, portant ici sur une thématique hautement politique. C’est Roger Martin du Gard qui provoque la rencontre entre André Gide et le diplomate suisse Marcel de Coppet en 1920. Ce dernier est engagé dans l’administration coloniale (Madagascar, Sénégal... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
mfrance
  03 juillet 2020
De 1925 à 1926 André Gide, en compagnie de Marc Allégret, entreprend un long périple en Afrique noire, qu'il relatera dans "Voyage au Congo" paraissant dès 1927 et dans "Retour du Tchad" en 1928.
Il séjournera quelque temps chez Marcel de Coppet, alors administrateur d'une région du Tchad, dont il deviendra plus tard gouverneur.
Gide et de Coppet se sont rencontrés dès 1920 par l'intermédiaire de Roger Martin du Gard, leur ami commun. Ils commencent à correspondre en 1924, moment où André Gide se prépare à embarquer pour l'Afrique ; départ retardé qui n'aura lieu qu'à l'été 1925.
Entreprise au départ pour des raisons pratiques, l'organisation du séjour de Gide au Congo, cette relation épistolaire deviendra de plus en plus chaleureuse et s'étalera sur plus d'une vingtaine d'années.
André Gide et Marcel de Coppet vont y confronter leurs opinions concernant la question coloniale, Gide dénonçant les turpitudes et exactions de certains coloniaux ainsi que les dérives de l'administration coloniale
et Coppet lui contant ses efforts pour améliorer les conditions de vie des "indigènes".
Tout cela est émaillé de moult digressions et anecdotes concernant tant l'oeuvre et les activités de Gide que les problèmes personnels de Coppet et ses démêlés avec l'administration concernant son avancement.
Ce qui est loin d'être sans intérêt mais éloigne considérablement le lecteur du sujet annoncé, à savoir la question coloniale entre les deux guerres. Pour cela, on reste un peu sur sa faim et cet ouvrage me paraît donc être un complément de lecture à faire en parallèle à "Voyage au Congo" et "Retour du Tchad" dans lesquels Gide épingle férocement les pratiques des compagnies commerciales, en général soutenues par les administrateurs coloniaux, ce qui, bien sûr, va lui attirer de solides inimitiés parmi les responsables de ces iniquités.
Ouvrage reçu dans le cadre de la dernière Masse critique pour l'envoi duquel je remercie Babelio et les Presses Universitaires de Lyon.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          132

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
mfrancemfrance   03 juillet 2020
"Tel que je vous connais, vous deviendrez anticolonialiste, tout comme moi, me disait Félicien Challaye à mon retour du Congo. Moi aussi, j'ai longtemps tâché de me maintenir à mi-pente, et gardé cette illusion que le bien puisse triompher. Je pensais : tout dépend d'une administration meilleure. J'ai dû me convaincre que, fatalement et quoi que les meilleurs fassent, les intérêts matériels des cupides (et toujours aux dépens des indigènes) sont et seront toujours triomphants."
Ce ne sont peut-être pas ses paroles, mais je ne crois pas avoir trahi sa pensée. J'étais bien près de lui donner raison, car tout ce que j'avais vu au cours de mon voyage en AEF confirmait tristement ces assertions. "Ils prennent ce pays comme une orange que l'on s'apprête à jeter. Ils traitent la colonie comme s'ils ne devaient pas la garder" me disait là-bas un père missionnaire. Evidemment, je rencontrais en cours de route, bien moins des mises en valeur raisonnables que des exploitations éhontées. D'immenses domaines, des contrées entières, terres et gens, cédées à de "grandes compagnies concessionnaires", étaient soumises à un régime inique, pour le scandaleux profit de quelques magnats.

page 215 - annexe à la correspondance Gide/Coppet - extrait de la préface d'André Gide au Chancre du Niger de Pierre Herbart.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
araucariaaraucaria   30 juin 2020
Rares sont, parmi les amis de Gide, ceux qui incarnent à la fois la résistance du fait politique et la puissance d'évasion du rêve, les contraintes de la chose publique et les entrelacs des querelles de famille : Marcel de Coppet est de ceux-là. Né en 1881 dans une famille protestante menacée de déclassement du fait de l'inconduite de son père, Marcel de Coppet rencontre à 21 ans, à la caserne de Rouen, le grand ami de sa vie : Roger Martin du Gard. Il s'engage dans l'administration coloniale et devient en 1905 attaché au cabinet du gouverneur général de Madagascar, puis chef de cercle au Sénégal jusqu'en 1917 et chef de bureau du personnel au cabinet du gouverneur de Guinée jusqu'en 1920. Coppet a le goût de l'aventure, des longs parcours dans la brousse, de la chasse, mais aussi celui des contacts humains avec les "indigènes". Adhérent de la Section française de l'Internationale ouvrière (SFIO), il affiche très vite des convictions libérales et humanistes, souvent difficiles à concilier avec la réserve imposée par ses fonctions. Tel est l'homme que Gide rencontre à Paris chez Martin du Gard, devenu un ami précieux depuis la fin de la guerre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60

autres livres classés : correspondanceVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1995 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre