AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Philippe Beck (Autre)
EAN : 9782358731560
120 pages
Éditeur : Le Bruit du Temps (20/11/2020)
Résumé :
Nous n’avons pas encore dans notre base la description de l’éditeur (quatrième de couverture)
Ajouter la description de l’éditeur

Vous pouvez également contribuer à la description collective rédigée par les membres de Babelio.
Contribuer à la description collective
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
coco4649coco4649   24 novembre 2020
Musiques du nom



VII. La chance

Le nom est la chance intense de voir apparaître. Faire voir ce qui est déjà là dans la grisaille de l'oubli, nettoyer les portes bigarrées de la perception, c'est une tâche de l'enfant vrai en chacun, l'occasion de se tendre exactement, qu'il est tenté de saisir, en respirant, au risque de mal dire le prix du manège des noms côte à côte, de la lumière et de l'apparaître, où rien ne commence, où tout est commencé et recommencé diversement. L'enfant vrai dessine, danse (et dessine sa danse), remue les atomes rencontrés en compliquant sa propre densité atomique : il persiste et signe comme un principe d'agitation et d'inquiétude à même la force de nommer, de faire et défaire les noms des entités rencontrées. L'intensité est l'occasion et la cause de la chance de faire apparaître en sentant qu'il y a, là, un réel particulier et porté. La possibilité de nommer désigne la rencontre. Aller vers ou recevoir, c'est être nommé en nommant, être silhouetté en regardant ce que découpe le bain de lumière. La lumière du paradis des différences compossibles n'est ni blanche ni grise, ni incolore : ses chromatismes ne sont pensés qu'à les rencontrer chaque fois. La venue en présence de l'être nommé est l'apparition singulière de la chance.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
coco4649coco4649   24 novembre 2020
Traité des sirènes



Dignité 6.

Le clairon de l'eau ou de l'île est l'indice d'une prairie voilée, retirée a priori comme un fond où battent des blés muets. Dans le mot Sirène, l'oreille lectrice cherche sourdement à comprendre qu'une chorale de femmes abstraites claironne subtilement la loi d'un murmure sans fond, l'énigme du chant qui hante le silence où la pensée affronte sa matière nue. Molpé, au chant étrange, est la sirène-symbole, l'ironie de la communauté des âmes étrangères ou des oiseaux lointains. Cependant, chacune des âmes chanteuses, aglaophone, est un clairon sans clairon, et la bataille, la résistance attirée a lieu en dessous. Oiseau-poisson, le clairon promet un savoir-mélodie qu'un suspens de la musique tient à distance. Or, le cercle de la Sirène est bien aussi le cercle de la Muse, qu'Orphée défend en se vouant à la lyre infinie : il devient le chant d'une tête seule qui répète ou serine la leçon (l'harmonie) prochaine.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
coco4649coco4649   24 novembre 2020
Traité des sirènes


Dignité 2.

Sirène est un énoncé illimité, une résonance dans le discours, un discours qui se fait bruit à travers l'espace que rien ne comprime ; l'écho lyrique de la parole qui vibre de sa plainte charmante ou rugueuse est un défi à l'entendement du héros attaché au mât. Elle, ce peuple tressé, lance un défi pour ravoir les ailes qui aident à rejoindre l'absolu lointain. Le dirigeant tenu au mât du retour, et au principe des voiles qui emploient le vent à cet effet, se montre aux dominés, aux rameurs interdits comme un mélomane, un fou de la liane des sons, qui fouille la jungle des signes. Sourd au désir des dominés, il est appelé au secours des cris flottants qui deviennent des sons : la choriste dansante et fuyante, ondoyante, enchaînée au choral de la vérité unie dans sa différence, est un défi à ce que l'oreille dominante peut penser, à ce que la pensée dirigeante et dirigée perçoit du monde tremblant. Le mât de la Raison doit écouter l'étrange vibration qui affecte les mots rendus à leur lointain ; le pavillon des sentiments ne peut accueillir l'étrange promesse plaintive sans suggérer un changement de cap. Ainsi s'élabore ou s'esquisse un nouveau contact avec le réel inquiet, pareil à celui des ébats qui veulent et ne veulent pas de la lumière et de la retombée, et qu'un chœur aigu figure et promet comme l'entrelacs des sons enveloppés dans le toucher à terre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
coco4649coco4649   24 novembre 2020
Musiques du nom



VI. Les noms intenses

Comment les noms découpants (qui attachent aux silhouettes), les noms silhouettants, les faiseurs d'aspects, de formes regardées ou longées, gagnent-ils en intensité ? Comment font-ils naître l'intensité de la reconnaissance ? Reconnaître une intensité spacieuse et pour ainsi dire adhérente, qui apparaît aux autres et s'offre à leur attention pour apporter, c'est livrer l'œil qui écoute à sa propre intensité oubliée. La gratitude que fait naître la chance de voir apparaître dans l'attache est une avec la connaissance qui recommence dans la lumière. Toute intensité nommée est un recommencement, une naissance continuée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          11

Videos de Philippe Beck (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Philippe Beck
Philippe Beck, Lyre dure.
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Lecteurs (0) Voir plus




Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
2461 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre