AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Laetitia Devaux (Traducteur)
ISBN : 2070622096
Éditeur : Gallimard Jeunesse (08/10/2009)

Note moyenne : 3.9/5 (sur 178 notes)
Résumé :
Anax est prête à affronter le jury. Pendant cinq heures, face à trois examinateurs, elle va montrer qu'elle connaît parfaitement son sujet. Mais plus elle en dit, plus elle referme son propre piège... Vous êtes sur le point de plonger dans un roman fascinant. Un thriller futuriste d'une ingéniosité stupéfiante. Et le meilleur... est pour la fin !
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (51) Voir plus Ajouter une critique
Dixie39
  16 novembre 2015
Anaximandre est complètement fascinée par Adam Forde, son histoire, sa vie et par ce grand dilemme, que l’on pressent comme mythe fondateur de cette nouvelle société futuriste, qui a pris la suite de la notre. Elle ne comprend pas pourquoi elle se trouve seule à être obnubilée par cette recherche de la vérité autour de ce que fut la vie d’Adam et ce qui a déclenché ce grand dilemme. Contrairement à elle, ses camarades de classe s’en désintéressent et ne cherchent pas à aller plus loin que les cours qu’on leur a donnés.
Par hasard, elle rencontre Périclès, ancien membre de l’Académie, qui va l’aider dans ses recherches. Il lui parle d’autres personnes comme elle, qui peuvent prétendre à entrer à l’Académie, en soutenant une thèse sur Adam et ce mythe fondateur qui aurait la faveur du Jury. Anax s’y prépare et compte bien réussir, là où elle sait que tant d’autres ont échoué avec les conséquences qu’elle ignore, mais que tous pressentent terribles.
Genesis s’ouvre sur les premiers instants précédant sa soutenance. Les examinateurs l’écoutent, la questionnent, peaufinent leurs interrogations jusqu’au dénouement final...
Ce petit opus est une pure merveille. Et je n’aurai pas dit cela au bout des 50 premières pages. Si je m’étais arrêtée là, il aurait à peine eu droit de citer dans mes lectures. Et c’est ce contraste avec la fin qui nous « cueille » littéralement, qui fait qu’on referme le livre en se disant : « Wahou ! » ! Tout prend sens à la dernière page...
J’ai partagé les réflexions essentiellement philosophiques d’Anaximandre comme un pisteur qui relèverai les traces d’un animal sauvage au sol - là Platon, ici un soupçon d’Aristote et Descartes (je n’ai pu m’empêcher de penser à Edgar Morin, même s’il n’est sans doute pas pointé dans ce texte) légèrement remaniés mais sans trop de travestissement : l’auteur ne veut pas nous perdre, il veut nous faire réfléchir... -. Mais comme ce pisteur, je me suis trouvée nez à nez avec une chimère, là où lui s’attendait à trouver un lion, et moi une...
Je n’en dirais pas plus, tant je m’en voudrais de vous gâcher la chute !
Lisez-le ! Vous ne le regretterez pas...
Et à l’occasion vous me direz pour Edgar...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          334
gruz
  14 décembre 2012
Mélanger SF et philosophie, voilà un concept original, qui de prime abord pourrait rebuter certains. Viser un public large, y compris de jeunes adultes semblait encore plus aventureux.
Ce très court roman se lit pourtant d'une traite, et l'auteur à su rendre l'histoire à la fois prenante et enrichissante intellectuellement (ce n'est pas tous les jours...).
Sur le thème de la conscience et des rapports avec l'intelligence artificielle, le roman nous décrit de manière unique comment une société pourrait évoluer face à des machines "intelligentes".
Le livre regorge de réflexions philosophiques au service d'une véritable histoire et même d'un suspense sur la fin ; il sait rester accessible, et en surprendra plus d'un.
A lire entre deux romans « traditionnels », pour changer de perspective.
Commenter  J’apprécie          250
100choses
  06 mai 2012
J'avais repéré ce titre chez quelques blogueuses mais ne pensais pas pour autant l'acquérir tout de suite…jusqu'à ce que je découvre que l'auteur était néo-zélandais et qu'il avait d'ailleurs gagné-entre autres- un prix national : le New-Zealand post book award 2007 for young adult fiction. Je n'attache généralement pas d'importance aux prix littéraire, mais dans le cas présent, je me suis dit que cela valait le coup de se laisser tenter plus tôt que prévu, que le livre serait sans doute assez représentatif de son pays d'origine. Et indubitablement, il l'est…mais j'en reparlerai plus bas.
Première surprise à la réception : à une époque , où on publie des bouquins YA énooormes ( bien souvent grâce à une police d'écriture judicieusement choisie et agrandie), faisant parties de sagas…on a ici affaire à un tout petit opus (moins de 200 pages) et qui constitue une unité parfaite.
Ce bouquin est vraiment très particulier, parce que l'on est immédiatement propulsé dans l'histoire, alors que nous manquent tout un tas d'éléments de base : où et quand se déroule l'histoire ? Qui est l'héroïne, pourquoi passe-t-elle cet examen ?… Les réponses finissent par arriver, mais pas forcément dans l'ordre que l'on attendrait, et au départ, elles augmentent bien plus notre confusion, qu'elles ne nous éclairent… C'est seulement dans les dernières pages que tout se met réellement en place. Plein de références sont présentées dans ce livre, mais elles semblent tellement n'avoir rien à voie entre elles, qu'on se demande vraiment où l'on va.
On est un peu paumés, et pourtant, impossible de décrocher de ce long dialogue entre Anaximander et les examinateurs. On ne comprend pas bien où l'un comme l'autre veulent en venir, et pourtant, on est tout de suite happé par le récit, et si l'on sent bien que tout ne se déroule pas comme prévu, impossible de prévoir la fin. Sincèrement, je suis restée en état de choc, le temps d'assimiler ce que je venais de lire. Si la toute dernière action est largement anticipable dès les premières lignes, je n'imaginais pas un instant que cela se déroulerait sous cette forme. En deux lignes, tout s'écroule et s'ordonne en même temps. C'est bluffant tout en étant parfaitement logique et cohérent. C'est la seule explication possible et malgré tout le laïus de l'examen sensé nous y préparer, on réalise qu'on avait refusé de voir venir le truc, que l'on est toujours aussi obtus, malgré les 180 pages de réflexion qui précédent et qui étaient sensées nous faire réfléchir.
Venons-en maintenant à l'aspect « Nouvelle-Zélande ». Je dois avouer que celui-ci ne m'a pas immédiatement sauté aux yeux, au cours de ma lecture, mais en prenant le temps de rédiger ce billet, plusieurs éléments ont finalement fait surface. Il s'agit essentiellement du cadre de l'histoire. En effet, celle-ci se déroule sur une île de l'hémisphère sud, plutôt qu'aux Etats-Unis, comme c'est presque toujours le cas, avec ce genre d'histoire. On est alors en présence d'un territoire terriblement isolé, coupé des grands conflits qui ont pu marquer le reste du monde. C'est à la fois discret et terriblement dépaysant quand on y prète attention. C'est très intéressant, parce que du coup les présupposés, les intérêts, sont bien différents de ceux que l'on peut trouver habituellement. Il y a vraiment une réflexion à creuser aussi de ce côté-là.
SPOILER (supprimé de cette version; à lire sur le blog)
Une dernière originalité de ce roman réside dans sa forme. Unité de lieu et de temps, quasi-uniquement des dialogues, on aurait presque affaire à une pièce de théâtre classique. c'est une forme originale pour notre époque mais qui fonctionne super bien.
Bref, si je ne peux pas vraiment parler de coup de coeur, j'ai littéralement été scotchée et bluffée par cette histoire. Il ne fait aucun doute que je la relirai, pour voir ce que provoque sa lecture, lorsque l'on a toutes les clés en mains, dès le départ.
Lien : http://leboudoirdemeloe.co.u..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
scoubs
  28 septembre 2018
Toute la narration de ce court roman de fiction se déroule sous la forme d'un examen oral d'Anax, une jeune étudiante qui aspire à intégrer l'académie. Alors comme l'indique son titre, le livre parle de la genèse d'une nouvelle société post apocalyptique, mais pas seulement.
« Bernard Beckett » (scientifique de formation) s'interroge ici sur la définition de l'esprit alors que nous sommes à l'aube de l'émergence de l'intelligence artificielle. Qu'est-ce que l'esprit ? Est-il forcément humain ? Une découverte agréable et facile à lire que je recommande.
Bonne lecture à tous !
Commenter  J’apprécie          120
Maliae
  27 avril 2014
Donc cette histoire est raconté sous forme d'un examen. Anax est face aux jurys pour pouvoir rentrer à l'Académie et doit répondre aux questions. Un peu stressée, tout d'abord, Anax s'en sort plutôt pas mal et la voilà qui fait un cours d'histoire. L'histoire de notre futur. Bien sûr elle prend pour acquis que les examinateurs la connaisse, mais nous en tant que lecteurs nous ne la connaissons pas et c'est bien pour ça qu'on aimerait savoir ce qu'il s'est passé. Qu'a fait Adam de si spécial, qu'est ce qui a déclenché la Dernière Guerre? Pourquoi tout le monde porte un nom d'ancien philosophe? (De Platon, à Socrate ou encore Périclès). J'ai accroché dès le début même si j'ai eu peur de m'ennuyer puisque ça fait très huit clos et qu'il n'y a guère d'action. En fait pas du tout j'ai accroché jusqu'au bout et la fin m'a laissé sur le cul. Je ne m'attendais mais alors pas du tout à ça. Au niveau des personnages et bien on a surtout à faire à Anax et je l'ai beaucoup aimé, on sent son envie de réussir l'examen et sa connaissance et son amour pour l'histoire (notamment celle d'Adam). J'ai beaucoup apprécié Adam d'ailleurs, de ce qu'elle en raconte, et je ne me suis pas du tout attaché à Art (trop bavard à mon goût j'avais juste envie qu'il se taise). Beaucoup d'interrogation philosophique se pose dans ce livre, dont la principale qu'est ce qu'être humain. Qu'est ce qui fait la différence avec un bourdon ou une machine? J'ai beaucoup aimé l'histoire de la chambre chinoise (et aussi la façon dont Art casse toutes les théories d'Adam, même si c'est énervant). Une autre interrogation pas mal c'est sur la manière dont on contrôle un peuple, ici on voit une République qui réussit à s'en sortir en utilisant la peur des hommes. Et c'est marrant parce que c'est exactement comme ça qu'on est contrôlé à notre époque. Les médias nous montre comme le monde est très très très dangereux, et comment on doit tous nous contrôler (et mettre des caméras partout et nous suivre à la trace) afin qu'on soit protégé... Bref. Ici il s'agit d'une époque futuriste et pourtant on voit très bien que cela nous concerne. Je reviens un peu sur la fin pour dire que j'ai été très surprise. Je ne m'attendais pas à ça, et ça m'a même rendu un peu triste comme fin. Ça ne laisse pas beaucoup d'espoir et j'ai même eut froid dans le dos en la lisant. Un très bon livre que je conseil (surtout aux fans de Dystopie), qui fait réfléchir sur l'humain, la pensée humaine (et j'avoue avoir ramé avec ce passage), les sentiments, etc.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Citations et extraits (28) Voir plus Ajouter une citation
Celia2567Celia2567   15 août 2019
Tu t'es moqué de ma faible durée de vie, mais cette peur de mourir, c'est justement ce qui insuffle la vie en moi. Je suis le penseur qui pense à la pensée. Je suis la curiosité, je suis la raison, je suis l'amour et la haine. Je suis l'indifférence. Je suis le fils de mon père, qui était lui-même le fils de son père. Je suis la raison pour laquelle ma mère a ri et celle pour laquelle elle a pleuré. Je suis l'émerveillement et la merveille. Certes, le monde peut actionner tes boutons quand il traverse tes circuits. Mais le monde ne passe pas à travers moi. Il y reste. Je suis le monde et le monde est ce que je suis. Je suis le biais par lequel l'univers en est venu à se connaître. Je suis la chose qu'aucune machine ne parviendra à fabriquer. Je suis le sens.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Dixie39Dixie39   15 novembre 2015
Ce n’est pas la conscience à laquelle tu t’accroches, car comme je te l’ai montré, elle est facilement reproductible. Ce que tu voudrais, c’est l’éternité. À partir du moment où on lui a promis une âme, l’humain a été hypnotisé. Cette âme dont tu parles, c’est en fait de la peur. Et l’idée qui surgit dans les périodes de peur est une idée que l’on ne peut pas chasser. L’âme vous offre un confort, et en échange, ne réclame que votre ignorance. C’est un troc que vous ne pouvez vous permettre de refuser. C’est pour ça que tu t’énerves contre moi. Parce que tu es terrifié par la vérité.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Dixie39Dixie39   15 novembre 2015
Nous souhaitons que le peuple serve l’État avant lui-même, mais nous nous sommes rendu compte des limites de cette ambition. Même l’animal le plus apprivoisé s’aigrit si on néglige ses besoins. Le peuple ne croit plus à la menace qui a autrefois plané sur lui, et il s’est habitué à l’alimentation qu’on lui fournit. Il a gagné en suffisance et s’est mis à penser à autre chose. Les rumeurs vont bon train dans les communautés.
Or, il s’agit là de quelque chose de vivant : ça bouge et grandit, ça se transforme. Le peuple parle de choix, d’opportunités et de liberté. Le peuple parle de changer le monde.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
NemesiaNemesia   14 mars 2015
Je ne suis pas une machine. Qu'est-ce qu'une machine peut connaître de l'odeur de l'herbe humide au petit matin ou du son d'un bébé qui pleure ? Je suis la sensation de la chaleur du soleil sur ma peau ; je suis le frémissement d'un petit vent frais qui me berce. Je suis les endroits que je n'ai jamais visités, mais que j'imagine en fermant les yeux. Je suis le goût de l'haleine d'une fille, la couleur de ses cheveux.

Tu t'es moqué de ma faible durée de vie, mais cette peur de mourir, c'est justement ce qui insuffle la vie en moi. Je suis le penseur qui pense à la pensée. Je suis la curiosité, je suis la raison, je suis l'amour et la haine. Je suis l'indifférence. Je suis le fils de mon père, qui était lui-même le fils de son père. Je suis la raison pour laquelle ma mère a ri et celle pour laquelle elle a pleuré. Je suis l'émerveillement et la merveille. Certes, le monde peut actionner tes boutons quand il traverse tes circuits. Mais le monde ne passe pas à travers moi. Il y reste. Je suis le monde et le monde est ce que je suis. Je suis le biais par lequel l'univers en est venu à se connaître. Je suis la chose qu'aucune machine ne parviendra à fabriquer. Je suis le sens.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
CalligrammeCalligramme   18 juillet 2011
L'esprit humain permet d'affronter l'incertitude de l'avenir avec curiosité et optimisme. C'est la croyance qu'il y a une solution aux problèmes, tout comme aux différences. Cela se rapproche de la confiance. Mais l'esprit est fragile. Il peut être entaché par la peur ou par la superstition.
Commenter  J’apprécie          110
Video de Bernard Beckett (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Bernard Beckett
Vidéo de Bernard Beckett
autres livres classés : littérature néo-zélandaiseVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
2807 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre
.. ..