AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782203010475
271 pages
Éditeur : Casterman (15/11/2007)
4.14/5   43 notes
Résumé :
L'intégrale du cycle du Monstre réunit Le Sommeil du monstre, 32 décembre, Rendez-vous à Paris et Quatre ? sous la forme d'une trilogie (les deux derniers titres étant ici fusionnés selon la volonté de l'auteur).
Ce travail personnel, né d'une douleur liée à la guerre destructrice de la Yougoslavie dans les années quatre-vingt-dix, évoque le parcours de trois orphelins nés en l'espace de quelques jours, dans un même lit, sous les bombes de Sarajevo, en 1993. ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Dionysos89
  04 février 2013
La Tétralogie du Monstre d'Enki Bilal est une oeuvre forte en dessin comme en contenu, oeuvre qui restera comme la première série que j'aurais lu de cet auteur. Dans une ambiance quasiment post-apocalyptique, et en tout cas dans un futur intemporel, l'auteur aborde une quantité folle de sujets (trop peut-être) par l'angle de la science-fiction : de la religion à l'espionnage, la théorie du complot devient vite une quête de sens intangible où viennent se rencontrer androïdes, société dématérialisée et fanatiques. Dans une optique qui devient systématique chez cet auteur, l'anticipation rime souvent avec souvenir : la dimension mémorielle est plus que forte ici et son expérience balkanique de la guerre sert vraiment son propos. La dimension philosophique voulue par l'auteur tend alors vers une quête de soi qu'il reviendra à chacun d'apprécier ou non.
Commenter  J’apprécie          400
moertzombreur
  02 octobre 2014
Tétralogie du Monstre
Ce qui frappe avant tout, c'est la qualité picturale de chaque planche. du blanc au noir, en passant par tout les dégradés de gris, la palette de Bilal se complète de couleurs plus vives, essentiellement de bleu, de jaune et de rouge. le travail sur le flou, les brumes et les fumées est magnifique ; et aussi ces étranges filaments qui se détachent de la pâte des personnages ou des objet en mouvement, un peu comme des volutes d'encre dans de l'eau. La composition des vignettes s'inspire du cinéma, mais la liberté est ici plus grande. La sensualité du trait est visible dans chaque dessin, ce qui donne une chaleur que les albums précédents n'avaient pas : un côté brut qui, avec une couleur plus léchée, resterait invisible.
Le scénario, qui se libère des thèmes classiques de la SF, est très complexe et offre plusieurs degrés de lecture, on suit trois itinéraires parallèles, ces histoires mystérieuses se construisent selon un rythme assez lent, comme dans un rêve. L'utilisation de la mémoire est très originale et offre une seconde lecture en ponctuant le récit d'une sorte de compte à rebours ; une plongée dans les souvenirs, et qui accompagne, semble
t'il, les souvenirs de Bilal, même si il ne lève pas vraiment le voile sur sa propre histoire. le thème du totalitarisme est souvent abordé dans les oeuvres de Bilal, ici par le biais d'une religion étrange, mutante et folle. le père de Leyla, dans l'histoire, applique jusqu'au bout sa propre maxime : être « libre jusqu'au choix de ma propre mort ». En montant vers les étoiles – en s'y perdant ? - le père de Leyla réalise un rêve trop humain. Pendant ce temps, sur terre, la guerre monte en réveillant le Monstre.
L'intégrale comprend les quatre volumes :
Le sommeil du monstre, 32 décembre, Retour à Paris et Quatre ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
KORTO
  19 mars 2008
Il faut aimer le style Bilal, à savoir des images aux tons violents empreints de grande poésie. Il faut aimer les histoires un peu fracturées, qu'il faut reconstruire. Il faut prendre son temps.Ne pas se presser à comprendre, laisser le récit se dérouler là où l'auteur veut nous mener. Après le trilogie Nikopol, Bilal ferme cette trilogie de 4 albums (nouveau concept ?) avec beauté et style. C'est magnifique, autant que l'était Nikopol. A conseiller.
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
Dionysos89Dionysos89   23 août 2012
J'ai dix-huit jours, et I remember les grosses mouches noires et l'air tiède de l'été qui s'engouffre par les trous béants de l'hôpital. À dix-huit jours, je peux reconnaître le souffle de l'air du souffle des bombes, et un tir de mortier d'un tir de T.34. À dix-huit jours, je sais que je suis orphelin et qu'on m'appelle Nike (prononcer Naïk). À ma gauche, dans le même lit, Amir, un jour de moins, dort, et à ma droite, Leyla, la cadette, dix jours à peine, braille. Eux aussi sont orphelins, mais ils ne le savent pas. Je suis l'aîné, et je jure sur les étoiles qui brillent au-dessus du plafond envolé de les protéger toujours. Je le jure.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
BrochmaelBrochmael   11 février 2018
J7. I remember le ciel embrasé par le soleil de l'aube et le feu des hommes. Les mouches ont-elles des oreilles ? Si oui, la guerre, aurait-elle rendu celles de Sarajevo sourdes ? Car elles sont toujours là, venues de ce ciel ouvert sur l'enfer, pataude dans leur vol ralenti. Pour une fois, on ne les entend pas. Pas même lorsqu'elles rasent le pavillon d'une oreille. Je me souviens alors d'amis, sans mon dos, concentré comme jamais, amorçant un redoutable mouvement d'épaule...
J7 toujours. Une mouche écrasée, c'est comme un tableau abstrait. Celle qui ornera main excitée d'amis, fier de son trophée au point de rire aux éclats dans le grondement des armes, pourrait ressembler, au hasard : à une fleur malade, un crabe mutant, un objet céleste, un auto-portrait dans un miroir déformant, un sourire de purificateur ethnique, un burek mal cuit, une baklava ratée ou un intellectuel médiatico-zélé, un décret du Conseil de sécurité de l'ONU, une vue aérienne de ville blessée... Je saisis la main d'amis, et j'en regarde la paumé souillée. J'y vois Sarajevo, mourante.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
BrochmaelBrochmael   11 février 2018
Compression de mort éructée. Ma toute dernière œuvre... Vous n'aimez pas ?
Elle va se propager sous forme de nuage compact au gré des vents, ou selon ma volonté. Avant de se désagréger, elle donnera des pluies de larmes issues de la décomposition de deux millions de soldats et civils morts au champ de la connerie...
C'est une œuvre universelle. Contre les guerres et l'aveuglement des hommes. Mais elle va faire des dégâts. L'effet boomerang en quelque sorte.

Ce n'est pas de l'art brut, c'est de l'art brutal.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Lire un extrait
Videos de Enki Bilal (82) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Enki Bilal
Auteur phare de BD de science-fiction depuis quarante-cinq ans, Enki Bilal a révolutionné le genre avec ses séries "Nikopol", le Someille du monstre" ou "Coup de sang", dont l'univers dystopique dénonce les travers et la noirceur de notre temps. En collaboration avec Adrien Rivierre, il sort désormais le livre "L'Homme est une accident" aux éditions Belin. Dans cette Claque interview, les deux auteurs nous donnent leur vision sur la planétologie, la présence de l'Homme sur Terre, le transhumanisme, le réel et la science-fiction.
Découvrez toutes les vidéos sur la plateforme dédiée de la Claque Fnac : https://www.laclaquefnac.com#bl=YTFnac
Retrouvez-nous sur Facebook @Fnac : https://facebook.com/Fnac Instagram @fnac_officiel : https://www.instagram.com/fnac_officiel Twitter @fnac : https://twitter.com/fnac
#LaClaqueFnac #RDVFnac #EnkiBilal #LHommeEstUnAccident #AdrienRivierre
+ Lire la suite
autres livres classés : science-fictionVoir plus
Notre sélection Bande dessinée Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Vous aimez ce livre ? Babelio vous suggère




Quiz Voir plus

Enki Bilal - la trilogie du "Coup de sang"

Que désigne le "Coup de sang" ?

une guerre
un groupuscule terroriste
un tsunami
un bouleversement climatique

10 questions
30 lecteurs ont répondu
Thème : Enki BilalCréer un quiz sur ce livre