AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782203353282
56 pages
Casterman (16/09/2005)
4.02/5   198 notes
Résumé :
Jill Bioskop, journaliste indépendante aux cheveux bleu, retrouve Nikopol dans un hôpital psychiatrique, où il a échoué après sa "séparation" d’avec Horus.
On découvre la relation très particulière qu’entretient la jeune femme à son étrange machine à écrire, qui semble permettre à ses articles d’être publié dans un journal en 1993 et sa dépendance à des pilules pour effacer la mémoire et se guérir ainsi d’un chagrin d’amour fatal.
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
4,02

sur 198 notes
5
0 avis
4
4 avis
3
7 avis
2
0 avis
1
0 avis

Amakir
  01 octobre 2021
C'est avec une reproduction d'un dessin de Bilal, intitulé Bleu Sang, que j'ai commencé à aimer le bleu.
Le bleu Bilal est mon bleu préféré.
La femme bleue jusqu'au sang est hypnotique. Céleste et mélancolique, Jill fuit continuellement le présent en se rattachant à une machine à écrire, témoin de l'actualité dans le passé. Elle avale des pilules jaunes et rouges pour oublier la mort qui s'abandonne sur son passage.
Bouche azurée, regard libellule, tétons myosotis, larmes émeraude, cheveux et sourcils saphir, la femme céruléenne devient son propre piège. Au fur et à mesure de l'histoire, elle plonge de plus en plus dans un bleu nuit où tout lui échappe.
"Je suis déjà presque heureuse, il est midi pile et on remet cap plein sud, plein soleil, plein sable... Toujours plus loin des villes froides, de leurs blessures et des larmes bleues..."
Ce deuxième volet est aussi surprenant que le premier, avec un scénario plus délicat à suivre.
Dans La Trilogie Nikopol, Tome 2 : La Femme Piège, Bilal s'amuse avec les contrastes.
Nous retrouvons quelques sujets de la foire aux immortels afin de circuler plus facilement dans le labyrinthe cristallin de la femme piège.
Nikopol, Horus et Gogol le chat prennent place dans les planches avec une dominance de couleurs terre en opposition avec la peau marbrée de Jill.
Le bleu couleur du cosmos et du divin va également se marier avec le sang carmin lézardant le corps blanc de Jill, un peu plus à chaque cadavre.
J'avais hâte de découvrir cette superbe créature en bande-dessinée. La femme bleue est inspirante. À l'image du ciel, elle semble se perdre dans les hauteurs en paraissant lointaine et difficile à appréhender. Elle est également légère comme le vent, aérée. La femme bleue est capable de se réinventer.
Tout comme la mer, elle se montre profonde et impénétrable. Une force insaisissable.
Ma couleur favorite n'est pourtant pas le bleu, bien qu'il soit très présent dans ma vie.
Si la couleur bleue est très souvent citée comme couleur préférée, c'est parce qu'elle est simultanément associée à la fiabilité, la confiance, la gaieté, la vivacité et la pureté.
Elle est aussi notre planète, symbole de l'eau.

Merci de votre passage, pour sortir prenez la direction La Trilogie Nikopol, Tome 3 : Froid Équateur pour finaliser le mouvement.

Bande-dessinée lue en juin 2021.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          3110
Foxfire
  23 janvier 2017
Ce 2ème volet de la trilogie Nikopol m'a un peu moins emballée que le 1er. "La femme piège" procure un plaisir un peu moins immédiat que "la foire aux immortels". Cependant, "la femme piège" est tout de même une excellente B.D qui mérite le détour.
Le dessin est toujours aussi plaisant et en parfaite adéquation avec l'histoire. Rarement le fond et la forme auront été en si parfaite symbiose.
L'intrigue est intéressante même si elle est moins jouissive que dans le 1er tome. La narration est très particulière et j'avoue que je me suis parfois perdue, je n'ai pas saisi tous les tenants et les aboutissants. Pour autant, j'ai été happée par ce récit hypnotique. J'ai adoré l'atmosphère très singulière qui s'en dégage. Les ingrédients du genre noir (voix off, femme fatale...) sont ici réinventés par l'auteur qui leur apporte sa touche si personnelle.
Je vais donc me lancer avec un plaisir teinté de curiosité dans la lecture du dernier tome de cette trilogie.
Challenge B.D 2017
Commenter  J’apprécie          270
oblo
  29 octobre 2018
Deuxième album de la série Nikopol, La femme piège n'a été éditée que six ans après le premier opus. L'action se déroule deux ans après les événements de la foire aux immortels, c'est-à-dire en 2025. Quittant Paris pour Londres, Bilal précise les caractéristiques de ce futur annoncé : les extraterrestres vivent sur Terre depuis une dizaine d'années et ils représentent autant de nouveaux groupes sociaux avec lesquels les humains interagissent.
Dans ce monde dystopique dans lequel on reconnaît beaucoup de notre monde actuel, Jill Bioskop est une journaliste vivant à Londres et qui entretient une relation avec John, un extraterrestre ultra sensible à la lumière. Dès le début du récit, John est victime d'un attentat à Chelsea. Bouleversée, Jill décide de partir vers Berlin, non sans avaler quelques pilules d'une drogue particulièrement forte qui altère son comportement et sa perception. Ainsi Jill tue-t-elle (ou pense-t-elle tuer, en tout cas) deux hommes qui l'ont aidée à gagner Berlin. Dans l'ex-capitale allemande, désormais enclave libre au milieu de l'empire tchécosoviet, Jill est témoin de la guerre de l'oeuf, sorte de revival absurde des guerres de religion.
Enigmatique et troublante, ne serait-ce que par son aspect physique (elle a la peau blanche et les cheveux bleus), Jill est évidemment le personnage-clé de l'album. Tout en étant centrale dans le récit, Jill est aussi celle qui fait le lien avec le premier album (dès lors qu'elle rencontre Nikopol, lequel a recouvré la raison tandis qu'Horus, qui s'est échappé de son cercueil de pierre, s'engage dans une logique de destruction une fois revenu sur Terre) ainsi qu'avec le lecteur puisque Jill communique avec le passé avec le script-walker. Habilement, l'auteur a placé, dans l'album, un fac-similé de l'édition du journal Libération, lequel se fait l'écho des articles reçus depuis le futur et envoyés par Jill.
Peu à peu, le fil de la narration renoue avec le premier album. Nikopol et Horus se retrouvent et la pyramide volante refait son apparition. Plus encore, c'est évidemment le dessin de Bilal qui est le lien fort de ces deux albums. La créativité de Bilal, son sens de la couleur et de la mise en scène sont autant d'atouts particulièrement utiles pour imaginer cet avenir dystopique.
Si, visuellement, l'album est d'une richesse époustouflante, la narration, elle, semble suivre un faux rythme. Il faut dire que c'est la fuite, le principal thème de l'album : Horus fuit ses divins semblables, Jill fuit la brutalité du monde par des moyens technologiques (l'avion de Londres à Berlin) et psychotropes (les pilules jaunes et rouges), Nikopol fuit un monde futur dont il n'a plus les codes (en abandonnant son corps à Horus, en se laissant dévorer par sa passion baudelairienne, en affirmant finalement à Horus vouloir vivre des aventures palpitantes). Quant au lecteur, sa fuite est toute trouvée : vers le sud, vers Froid Equateur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
JCLDLGR
  09 juin 2021

Ou Nikopol se retrouve isolé, puis face à son fils/clone (?) avant de rejoindre Horus dans une alliance contre nature, pendant qu'en parallèle, Jill Bioskop fuit elle aussi en semant des cadavres autour d'elle.
Pas facile d'y comprendre quelque chose, ni de suivre une intrigue qui semble parfois trop simple et surtout aller nulle part. On a perdu le fil des événements qui ont suivi le coup d'état du premier tome ; Horus est aussi en fuite et a carrément perdu sa supériorité.
Le graphisme est toujours aussi beau et glacial ! Mais on referme cet opus carrément frustré... et perplexe.
Commenter  J’apprécie          100
nico6358
  30 janvier 2020
Dans ce deuxième volet de la trilogie de Nikopol, Bilal continue à nous présenter son univers futuriste avec toujours autant de brio, nous donnant à voir ce que pourrait être une terre rongée par l'inconséquence des hommes dans divers pays, vue de différents points de vue.
On découvre dans ce deuxième volet que l'histoire racontée n'est pas tant le propos de Bilal que le monde dans lequel elle se déroule, et on se prend à imaginer si facilement tout ce qui pourrait exister autour de l'action qu'on nous montre, tant l'ensemble nous parle.
Décidément à la hauteur de sa réputation.
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
AmakirAmakir   20 juin 2021
Je suis déjà presque heureuse, il est midi pile et on remet cap plein sud, plein soleil, plein sable... Toujours plus loin des villes froides, de leurs blessures et des larmes bleues...
Commenter  J’apprécie          150
AmakirAmakir   19 juin 2021
J'ai entendu son cri d'Alphératzien, qu'il avait parfois en se blessant avec la lumière, ou, les premières fois, en faisant l'amour.
Commenter  J’apprécie          82
_j_j   20 juin 2014
Je suis déjà presque heureuse, il est midi pile et on remet cap plein sud, plein soleil, plein sable... Toujours plus loin des villes froides, de leurs blessures et des larmes bleues.
Commenter  J’apprécie          20

Lire un extrait
Videos de Enki Bilal (89) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Enki Bilal
"Un livre aussi élégant que vertigineux dans ses réflexions philosophiques et anthropologiques." le Figaro Magazine

BUG, la saga planétaire d'Enki Bilal. Déjà 3 tomes en librairie. https://bit.ly/BugT3
autres livres classés : science-fictionVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Enki Bilal - la trilogie du "Coup de sang"

Que désigne le "Coup de sang" ?

une guerre
un groupuscule terroriste
un tsunami
un bouleversement climatique

10 questions
30 lecteurs ont répondu
Thème : Enki BilalCréer un quiz sur ce livre