AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782811220914
600 pages
Éditeur : Milady (18/03/2020)

Note moyenne : 3.91/5 (sur 110 notes)
Résumé :
Il y a sept cents ans, une Veuve Noire a vu une prophétie prendre vie dans sa toile de songes. Désormais, le Sombre Royaume se prépare à l’arrivée de sa Reine, la sorcière qui détiendra un pouvoir plus grand que celui du Sire d’Enfer lui-même. Mais, celle-ci est encore jeune, influençable et vulnérable face à ceux qui voudraient la pervertir. Or, quiconque la tient sous sa coupe contrôle la Ténèbre. Trois hommes, des ennemis jurés, le savent. Et ils connaissent la p... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (29) Voir plus Ajouter une critique
Galadriel
  05 mai 2013
Il y a des jours où on se sent désemparés, nous lecteurs avides, car nous n'avons plus aucun livre sous la main. C'est ce qui m'arriva un beau jour, alors que j'étais à la médiathèque : je tombe alors sur ce livre, Fille du sang. Après avoir lu le résumé, je pensais lire encore une fois un livre avec une demoiselle belle à couper le souffle, dotée de formidables pouvoirs, qui doit encore sauver le monde... Il y a bien sûr ce côté dans l'histoire, mais ne vous attendez pas à du manichéisme, car on en est loin, très loin... Plongez avec moi dans le monde ténébreux d'Anne Bishop, et restez sur vos gardes, car l'arpenter n'est pas sans risques.
Elle vient. L'incarnation des rêves faits chair, la souveraine suprême du Lignage. Sorcière. Vous devrez choisir entre la servir ou mourir. Elle mettra fin au Lignage, tel qu'on le connaît. Ainsi l'annonce Tersa la Tisseuse, la Veuve Noire brisée, avant de perdre la raison.
Des centaines d'années plus tard, une petite-fille, Jaenelle, voit le jour. Cette fillette, aux formidables pouvoirs, qui sait ensorceler son monde, attire bien des convoitises, notamment celles de trois hommes : Sahtan Sa Diablo et ses deux fils, Lucivar Yaslana et Daimon. Qui la contrôle contrôle la Ténèbre. Qui la contrôle voit ses rêves se réaliser.
Dès le début, Anne Bishop nous présente son univers, étape indispensable pour comprendre la complexe société hiérarchisée qu'elle a inventée. L'univers de l'auteure est divisé en trois royaumes : Tereille, Kaelir et Enfer (le royaume des morts). Tous sont gouvernés par le Lignage, composés de personnes dites Ornées (pour la plupart), et qui portent donc des Joyaux, qui, selon leur couleur, sont plus ou moins puissants. Chacune de ces personnes a un rang, qui ne correspond pas forcément à sa puissance magique : chez les femmes, cela va de la Reine à la simple femme du Lignage, qui n'est pas assez puissante pour être Ornée. Chez les hommes, on part du Prince de guerre pour descendre jusqu'à l'homme du Lignage. Et, à côté de ces personnes dotées de magie, il y a ceux qui n'en possèdent aucune, les communs. Nous sommes donc en présence d'une société pour le moins intéressante, où les hommes servent les sorcières (pas nécessairement de manière dégradante, tout dépend dans quel royaume on se trouve), qui exercent un pouvoir d'attraction très puissant.
C'est dans ce monde qu'évolue Jaenelle, mais qui, contrairement à ce qu'on pourrait croire, n'est pas le personnage principal : elle n'est que le point focal, autour duquel les protagonistes vont graviter. L'histoire n'est jamais racontée de son point de vue. Ce qui est intéressant ici, c'est la mise en abyme de la définition de la Reine : elle est celle autour de laquelle gravite toute la société. On ne peut que saluer l'intelligence de l'auteure.
Intéressons-nous maintenant aux trois hommes évoqués dans le résumé : Sahtan. Il est le Sire d'Enfer, le Prince de la Ténèbre (la magie), le maître de Kaelir, amant de Cassandra, dernière Sorcière en date. C'est donc une véritable incarnation du pouvoir, impressionnante et effrayante : et pourtant, Anne Bishop ne cède pas à la facilité. Elle n'en fait pas un despote ou un sage sans saveur. Sahtan peut être à la fois un homme attentionné, aimant et protecteur, et un homme dangereux, le tout affublé d'un profond sens de l'honneur. C'est cette double personnalité, qu'on retrouve chez son fils Daimon, qui en fait un personnage savoureux. Daimon. C'est un esclave sexuel du royaume de Tereille, astreint à cette condition par sa propre tante, Dorothéa SaDiablo : prince de guerre orné au noir, d'une beauté aussi impressionnante que trompeuse, il est surnommé le "sadique", et pour cause : toutes les femmes qui l'humilient sont sujettes à des tortures plus ou moins subtiles, qui vont de la totale indifférence à une boucherie effrayante, le tout sous une froideur feinte. Cependant, il serait injuste de s'arrêter à cela : s'il peut être cruel, il peut également être aimant, protecteur, prêt à tout pour ce qu'il chérit, comme la jeune Jaenelle, dont il est amoureux avant même de la connaître. Lucivar. Si Daimon affiche toujours un visage froid, il n'en est pas de même pour ce prince de guerre orné au Gris Ebène. Esclave sexuel, tout comme son demi-frère, il est l'incarnation de la passion sauvage, de la malice et de l'insolence. Mi Eyrien, mi humain, il souffre de ce métissage, comme de l'humiliation elle aussi imposée par Dorothéa SaDiablo.
Je pourrais aussi vous parler d'Onirie, l'amie de Daimon; prostituée et tueuse de haut vol, qui est tout aussi complexe et travaillée que les aujtres, une femme déterminée et dangereuse, mais qui protégerait Jaenelle au prix de sa vie. Mais je préfère parler d'Hékatah et de Dorothéa SaDiablo : l'une est l'ex-femme de Sahtan, l'autre d'une branche cousine. Toutes deux femmes cruelles, qui éliminent toutes leurs rivales susceptibles d'être plus puissantes qu'elles, mettant des pantins à la place. Deux femmes qui sont prêtes à tout pour éliminer Sorcière... Leur cruauté est tellement grande qu'elle frise la caricature, et c'est bien dommage : elles élaborent une multitude de plans, assez machiavéliques, tous déjoués, ce qui est un peu dommage, car on aurait aimé quelque chose de plus continu, même si on aime suivre leur élaboration, s'ils sont assez intelligents et retors.
L'histoire, elle, est captivante : on suit l'évolution de Jaenelle, qui, voyageant à travers les trois royaumes, se fait des amis, et commence à constituer, sans s'en rendre compte, sa cour. Elle fait connaissance de Sahtan, qui lui enseigne la magie, de Daimon, qui, lui, la protège de sa famille, qui la méprise et la prend pour une folle. Au fil de l'histoire, on découvre une enfant tourmentée, innocente, qui souffre parce que personne ne la croit, elle qui dit avoir rencontré des licornes. Une enfant qui grandit bien trop vite, victime des sévices qu'on lui inflige à l'asile psychiatrique, une petite fille qui ne sait plus si ce qu'elle dit voir est réel. Une petite-fille qui sait faire preuve d'une sagesse extrême, comme de la plus touchante naïveté, une petite qui est humaine sans l'être. Un portrait d'enfant touchant et sincère. Dans les tomes suivants, devenue jeune femme, elle doit s'employer à sauver le Lignage de la corruption qui le ronge, le tout en évitant les obstacles qui sont constamment sur son chemin, et en étant confrontée à des réalités de la vie : ses désirs de jeune femme, ses responsabilités en tant que Reine.
On pourra parfois regretter les passages un peu crus, bien que beaucoup de choses, comme les viols, sont sous-entendus. Jeunes lecteurs et âmes sensibles, s'abstenir, car ce livre est tout sauf gentillet. On adorera l'histoire passionnelle entre Daimon (dont je suis tombée amoureuse) et sa Sorcière, l'évolution des relations entre les personnages, la manière dont Dorothéa et Hékatah sont contrecarrées, les incursions dans le passé des personnages, et le changement de point de vue, qui permet de mieux comprendre et de découvrir ces délicieux protagonistes.
L'écriture est fluide et travaillée, tout comme le reste.
Des personnages complexes, qui font la force de ce livre, un monde effrayant et très riche, une écriture sans défaut. Un véritable Joyau, je tire mon chapeau à l'auteur ! ;)


+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
idevrieze
  02 avril 2012
Ca y'est encore une histoire de prophétie


Et oui on n'y coupera pas. Une donzelle, une prophétie, des méchants. Bref. Ne vous attardez surtout pas sur ce détail. Surtout pas. La trilogie des Joyaux Noirs est surtout intéressante dans la manière d'écrire. Vous n'aurez pas de longues descriptions sur le monde qui vous entoure, vous n'aurez pas de préparation, de jolis décors en tête. NON ! Dès les premières pages, vous prenez déjà le train en marche. Et attention, vous avez beaucoup de personnages secondaires mais extrêmement importants, charismatiques. Ainsi, si vous vous demandez les premières pages si l'auteure sait où elle va… C'est normal. Et je vous rassure. Elle sait. Anne Bishop vous ballade, vous perd, vous désoriente. Et cela forme un bon cocktail pour cette trilogie. Vous en sortirez agréablement surpris.
Mais encore ?

L'univers des Joyaux Noirs s'inspire grandement de l'univers De La Renaissance. Toutefois, vous aurez aussi des références au monde moderne. Vous avez aussi plusieurs races : des démons, des anges, des sorciers… Et vous verrez, il n'est pas toujours facile de les différencier. Vous avez aussi un mode de société matriarcale qui pourra (je cause aux FEMMES là) qui vous permettra de vous soigner de vos lents ressentiments sur les hommes. Dans les Joyaux Noirs, les hommes sont asservis par les femmes. Vous aurez la joie d'imaginer les effets de l'anneau de soumission (je n'en dirai pas plus) sur ceux que vous détestez en ce moment.
En parlant de sorcellerie. Parlons un peu des joyaux. Chaque personne qui a un potentiel magique peut naître sous la couleur d'un joyau ou l'acquérir à force d'études. Evidemment, les femmes font tout pour maintenir leur domination sur les hommes ce qui prouve bel et bien qu'une femme au pouvoir amène plus de cruauté (niark) lorsque c'est mal dirigé. On voit donc ici un monde perverti par certaines veuves noires (noir étant la plus haute couleur des joyaux). C'est un monde décadent qui va falloir reconstruire
Ainsi, la série vous transportera dans un univers totalement nouveau (enfin, dans la mesure du possible), vous vous attacherez très vite à certains personnages. Vous hurlerez pour savoir comment cela se passe. Car la fin n'est pas une fin bien entendue. Elle vous laisse le temps de tout imaginer, tout envisager. Elle relate et décrit cette période de bouleversements et de transitions et c'est plutôt pas mal pour une lecture d'été.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Berellyn
  03 novembre 2013
Voilà un premier tome comme je les aime. Cette saga a tous les éléments pour me plaire : sorcellerie, démons, contexte historique bien travaillé, un univers original, de l'action et peu de place à la romance.

Un petit avertissement avant toute chose :
Sachez que cette saga n'est pas à mettre entre les mains de tout le monde. Nous sommes loin de l'univers du Seigneur des anneaux, Harry Potter ou de la Guerre de la Faille. Viol, pédophilie, inceste, rythment tout du long les nombreuses pages de ce premier tome. Non, la lecture n'est pas spécialement difficile, car l'auteure ne se perd pas en détails nauséeux. Nous sommes simplement face à une société matriarcale, dont les sorcières les plus puissantes peuvent entraver les mâles qu'elles convoitent, les transformant par la même occasion en esclaves sexuels. Parallèlement, pour se venger, certains hommes libres et apeurés par ces femmes n'hésitent pas à briser de jeunes sorcières (par jeune j'entends des enfants de onze - douze ans voire moins), afin d'éviter qu'elles ne deviennent de puissantes sorcières, et qu'elles assujettissent à leur tour les hommes doués de magie. C'est un cercle des plus vicieux.
Cependant, si vous n'êtes pas hypersensibles à toutes ces horreurs, l'histoire aura toutes les chances de vous séduire.

Une histoire de magie et de démons.
Le début de l'histoire est assez difficile à suivre. L'auteure ne donne pas toutes les clés de lecture immédiatement, et remettre en ordre les différentes pièces du puzzle est parfois ardu. C'est un point qui pourra rebuter plus d'un lecteur. Cependant, il ne faut pas s'arrêter à cela. Si le début est difficile à comprendre, tout se remet plus ou moins bien en ordre au fur et à mesure de la lecture.
Outre les nombreuses espèces, les différents rangs dans la hiérarchie sorcière et les trois mondes qui constituent l'univers du roman, la chose la plus importante à retenir est le système des joyaux magiques, qui donne son titre à la saga. Chaque personne du lignage, autrement dit chaque personne ayant le don de magie, se voit confier un joyau lors de la cérémonie de naissance. Ce joyau est la source de leur magie, et peut avoir différentes couleurs. Les joyaux clairs sont relativement faibles. Les plus sombres sont les plus puissants. Lors de la cérémonie de l'offrande que le mage pourra accomplir dans son adolescence, un deuxième joyau lui est confié, qui peut être un, deux ou trois rangs au dessus de la couleur du premier. Car les couleurs sont également classées. le blanc est la plus faible, le noire la plus puissante. L'opale est la couleur qui marque la limite entre les clairs et les sombres, car elle peut être à la fois l'une ou l'autre.
Ce système de joyaux est des plus intéressants et sera l'élément déclencheur de l'histoire. La couleur la plus puissante avec laquelle un mage peut naître est le rouge. Ce qui veut dire que lors de la deuxième cérémonie, il peut avoir la couleur suprême, le noir. L'histoire de la trilogie des Joyaux Noirs débute lorsque Sathan rencontre la petite Jaenelle, ornée au noir dès la naissance. Elle est Sorcière, celle dont la chair est faite de rêves, celle qu'il devra par tous les moyens protéger.

Un personnage tout en mystère.
Toute l'intrigue tourne autour d'un seul et même personnage : Jaenelle. Elle n'a que douze ans, et pourtant, elle suscite déjà toutes les convoitises. Sa puissance magique surpasse toutes les autres. Et de cela, les démons en ont bien conscience. Cependant, n'allez pas croire que les démons sont les "méchants" de l'histoire. Loin de là. En proie aux caprices des puissantes Reines, confrontés à la magie de la prêtresse noire Hékatah, ils n'ont qu'un but : instruire et protéger Jaenelle, jusqu'à ce qu'elle soit assez âgée pour avoir sa propre cour, et recréer un climat de magie agréable dans les trois mondes.
Ce qui est vraiment intéressant, c'est que tous les différents points de vue des personnages tournent autour de Jaenelle, sans pour autant que le moindre chapitre ne soit réellement consacré à la sorcière. le récit n'est jamais raconté du point de vue de Jaenelle et pourtant, elle est omniprésente dans tous les chapitres. Ainsi, le lecteur ne sait jamais quels sont les véritables sentiments de la petite fille, si ce n'est par l'intermédiaire des autres personnages. Jaenelle reste un mystère tout au long du roman. Et je trouve cela finement joué de la part de l'auteure.
L'action de ce premier livre est bien dosée. Discussions animées, violentes interactions, moments intimes (intimes, pas sexuels !), réflexions, ponctueront la lecture de manière fluide et équilibrée. Ce roman se lit vite et bien, il n'y a que la violence sexuelle toutefois peu décrite qui pourra peut être heurter la sensibilité de certains.
J'ai hâte de lire la suite, d'autant plus que nous quittons les personnages sur une bataille inachevée, dont nous savons déjà que les conséquences sur l'histoire seront extrêmement lourdes.

Lien : http://violetblade.blogspot...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Carole94p
  08 octobre 2017
Cela faisait plus de trois ans que je voulais lire la Trilogie des joyaux noirs. Alors pourquoi avoir mis autant de temps me direz-vous. Et bien tout simplement parce que celle-ci s'est révélée introuvable (ou à des prix exorbitants) dans sa version papier. Finalement, je suis tombée sur LA bonne offre et j'ai pu les acheter tous les trois d'un coup. Autant vous dire que mes attentes pour Fille du Sang étaient on ne peut plus élevées. Il faut dire que la saga Meg Corbyn (que je vous invite à lire !) est tellement géniale que j'avais très envie de découvrir les autres romans de l'auteure. Bref, entrons dans le vif du sujet.

Il ne m'a fallu que quelques heures pour engloutir Fille du Sang, le premier tome de la Trilogie des joyaux noirs. Cela en dit long sur mon point de vue n'est-ce pas ? Autant vous dire, que lorsque j'ai tourné la dernière page, je n'avais qu'une envie, me plonger dans la suite… mais voyez-vous, terminer un premier tome à 1h du matin pour enchaîner avec le second aurait été… assez compliqué ! Finalement, j'ai décidé de me laisser quelques jours avant d'enchaîner. Il faut dire que Fille du Sang a été une lecture très riche. L'univers est hors-norme, les personnages géniaux et originaux et il est assez complexe au démarrage.

La Trilogie des joyaux noirs est juste incroyable. Je crois n'avoir jamais lu un premier tome aussi puissant, fort et surprenant. Rien que l'univers établit par Anne Bishop nous plonge dans quelque chose de peu commun. de nombreuses années de ça, une Veuve Noire a prédit l'arrivée d'une Reine, plus puissante encore que celles qui régissent les royaumes. Seulement, cette Sorcière sera bien jeune au démarrage et facilement influençable, c'est pourquoi, trois hommes que tout oppose seront prêts à tout pour la trouver à la guider sur le bon chemin…

L'originalité de la Trilogie des joyaux noirs réside tout d'abord dans son univers. Ici, les femmes sont au pouvoir. Les femmes et plus particulièrement les sorcières. Les hommes ne sont bons qu'à être des esclaves (sexuels le plus souvent) et servent docilement celles dont ils reçoivent les ordres. Tout un système de castes établit la hiérarchie entre elles. Ainsi, un prince peut très bien se retrouver à être la catin de l'une d'entre elle. Et s'il lui vient l'idée de refuser quoique ce soit, elles usent de méthodes bien particulières pour le lui faire regretter.

Clairement, les hommes seront relégués au plus bas niveau. J'aurais limite de la peine pour eux à de nombreuses reprises. Il faut dire qu'ils n'ont aucun, mais alors, aucun pouvoir. Les âmes sensibles seront mises en garde, certaines punitions sont assez trash et violentes.

Au milieu de tout ça, nous avons quelques personnages principaux. Accrochez-vous dans les premiers chapitres, car ils sont nombreux et aux prénoms originaux. Tout d'abord, la jeune Reine, Jaenelle. Comme expliqué dans le résumé, sa jeunesse sera un point important ! Et ce n'est pas si bien dire. Je ne m'attendais pas à ce qu'elle soit SI jeune. Mais finalement, c'est une bonne surprise et un détail primordial pour la suite des événements.

Parmi les trois hommes en quête de la trouver, nous retrouvons Lacivar, Daimon Sadi et Sahtan. (Oui, oui, vous avez bien lu). Chacun d'entre eux aura des objectifs bien précis et des particularités. Si le dernier dispose de plus de pouvoir sur sa vie, il n'en est pas moins bridé. Quant à Daimon, qui est d'abord très froid et distant, dont j'ai le plus plaint au début n'est autre que le fameux prince catin dont je vous parlais plus haut. Enfin, Lacivar sera plus mystérieux et indéchiffrable. D'autres personnages font leur apparition, mais inutile de vous en faire la liste. Sachez en revanche, que tous ont une importance bien particulière.

Ce premier tome de la Trilogie des joyaux noirs, nous plonge dans un univers de fantasy complexe. Je ne le nierai pas, au début, il faut s'accrocher. S'accrocher et y aller doucement pour tout assimiler. C'est aussi pour ça que j'ai mis un peu plus de temps à le lire. Passée la situation et la mise en place de l'histoire, Anne Bishop nous surprend et nous propose une histoire grandiose et totalement inédite. L'action, les rebondissements, les secrets et mensonges seront de mise. Enfin, une petite pointe de romance fera son apparition sans toutefois être centrale pour des raisons évidentes que je ne vous dévoilerais pas.

En conclusion ? Je crois être passer à un cheveu du coup de coeur mais j'en reste totalement conquise. Ce premier tome de la Trilogie des joyaux noirs m'a vraiment tenu en haleine du début à la fin. Je ne peux que vous le conseiller !

Lien : http://www.my-bo0ks.com/2017..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Miney
  07 mars 2017
J'avoue que quand j'ai commencé à lire ce roman la première fois, j'ai pris peur. On se retrouve noyé dès les premières pages dans une tonne d'informations complètement opaques sur l'univers et le premier tiers de l'histoire se passe dans le flou total. On ne comprend RIEN. Au fil des pages on finit par saisir les grandes lignes de ce monde aux relations humaines si complexes, mais c'est resté trop flou pour que je le visualise et que je m'y évade complètement.
On sent toutefois que c'est un monde très riche.
L'intrigue semble partir sur un banal récit de jeune fille prodigue et de prophétie, mais cet aspect-là de l'histoire est très vite éclipsé par d'autres aspects, bien plus sombres. Si vous êtes une petite nature, soyez prévenu : on n'est pas au pays des bisounours. La perversité et la violence sont très présentes, je dirais même qu'elle fait partie intégrante non seulement de l'histoire, mais de l'univers même, de la magie, de la structure sociale dans laquelle évoluent les personnages. Tout repose dessus. Sexe, domination, viols, inceste, émasculation, pédophilie... Tout y passe ! Cette surenchère glauque est rattrapée par la plume de l'auteure, qui évite la surabondance de descriptions racoleuses.
Les personnages sont charismatiques, je me suis surprise à apprécier Daimon alors que c'est typiquement le genre de personnages ultra-ténébreux qui me font lever les yeux au ciel d'ordinaire. J'ai beaucoup confondu les personnages secondaires en revanche.
En bref c'est un livre qui a ses bons côtés, mais j'ai vraiment été déstabilisée par son univers trop nébuleux à mon goût et son côté très sexuel ne me parle pas outre mesure. Je lirai tout de même la suite par curiosité.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          42

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
Acerola13Acerola13   27 août 2014
Jaenelle brandit le bras le plus loin possible, serra le poing et tira d'un coup sec.
Tout se produisit simultanément.
Les fauteuils en cuir près du feu glissèrent à toute vitesse vers Sahtan. Il contra l'Art par l'Art et éprouva un instant d'hébétement en constatant que cela n'avait aucun effet. Puis il partit à la renverse, heurté par l'un des deux sièges. Il s'échoua dans l'autre et n'eut que le temps de se recroqueviller sur lui-même avant que la chaise qui s'était trouvée derrière le bureau percute violemment le dos du fauteuil dans lequel il s'était réceptionné, puis bascule sur lui, l'emprisonnant. Il entendit les livres reliés de cuir fuser à travers la pièce tels des oiseaux pris de furie, et tomber ensuite avec un son mat. Ses chaussures tambourinaient frénétiquement de leur propre chef, essayant de lui échapper. Et par-dessus tout ce bruit, Jaenelle se lamentait.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
AlouquaLectureAlouquaLecture   20 mai 2020
Il n’avait pas besoin de les regarder pour savoir de quoi il s’agissait : douze Joyaux bruts. Le Blanc, le Jaune, l’Oeil-de-tigre, le Rose, le Ciel d’été, le Pourpre vespéral, l’Opale du Lignage, le Vert, le Saphir, le Rouge, le Gris et le Gris ébène.

Nul ne connaissait leur origine.
Commenter  J’apprécie          10
alapagedesuziealapagedesuzie   02 juin 2018
Sadi détourna les yeux. Oh, fillette! Comment t’expliquer que tu es les rêves faits chair? Que tu fais chanter le sang dans les veines de certains? Que tu représentes une magie que le Lignage n’a plus connue depuis fort, fort longtemps?
Commenter  J’apprécie          10

autres livres classés : fantasyVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Connaissez-vous bien le monde de Meg ?

A quelle espèce appartient Meg Corbyn ?

Elle est humaine
C'est une elfe bien sûr
Elle fait partie des cassandra sangue
C'est une sorcière

11 questions
1 lecteurs ont répondu
Thème : Meg Corbyn, tome 5 : Cartes ivoire de Anne BishopCréer un quiz sur ce livre