AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782811226909
Éditeur : Milady (19/09/2018)

Note moyenne : 4.43/5 (sur 84 notes)
Résumé :
L’insurrection humaine a été brutalement réprimée par les Aînés, ces terra indigene plus sauvages et dangereux encore que leurs congénères des Enclos. Ceux qui ont survécu savent qu’il faut désormais craindre les êtres qui rôdent dans les territoires interdits. Heureusement, l’Enclos de Lakeside a subi peu de dégâts grâce aux efforts de Meg, Simon et de la meute humaine. Mais l’arrivée du frère du lieutenant Montgomery, un vaurien prêt à tout pour s’enrichir aux dép... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (28) Voir plus Ajouter une critique
iris29
  17 novembre 2019
Cinquième et dernier tome de cette série , il est temps de faire le bilan...
Alors que certains tomes étaient plus spectaculaires ( insurrection humaine réprimée par les Ainés) , celui-ci m'a davantage plu sans que je comprenne bien pourquoi...
Le frère du lieutenant ( humain ) Montgomery a décidé de venir habiter dans l' Enclos, afin de profiter des avantages de la situation (aide financière de sa famille, gratuité du logement etc...) et très vite les Ainés s'intéressent à cet homme pour ses défauts. Il est profiteur,sans scrupules, malhonnête, égoïste, etc...
Les Ainés veulent étudier son comportement , et son impact sur leur monde , là où toutes les autres créatures voudraient le faire disparaître, mais ce que veulent les Ainés ...
Personne n' ose se dresser contre les Ainés car c'est les créatures les plus puissantes du monde de Meg Corbyn ( 4 saisons, les éléments...). Et cet homme va s'avérer plus abject que ce qu'on pensait au départ . L'auteur en fait parfois des tonnes...
Et curieusement c'est le tome de la série, que j'ai préféré parce qu'il est fortement question d'humains plongés dans un monde fantastique et hostile. Un humain qui ne se rend pas trop compte de sa petitesse face à la nature, et aux créatures. Pour une fois, il n'est pas trop question de visions, de Prophétesses de sang (passages glauques que je n'aime pas dans la série, ce qui est ballot car c'est le sujet de la série !...).
Pour une fois Meg n'occupe pas tout l'espace .
C'est une série qui offre un monde riche, noir, hostile. Une série originale et très ambitieuse (par son nombre de créatures ) par rapport aux autres .
J'aurai aimé que les personnages-vampires soient plus développés
J'aurai aimé que les "messages" soit plus clairs : politiques, écologiques, pacifistes. Ils disparaissent souvent dans la routine et l'organisation ( marchande, économique) de l'Enclos, l'auteur ayant tendance à se répéter un peu trop dans les différents tomes. Ce qui m'amène au constat suivant, cinq tomes étaient-ils nécessaires ? Pour moi, non. C'est le problème que je rencontre dans 99% des séries, l'auteur installe son monde , et puis après l'exploite trop longtemps...
Ici, Anne Bishop pousse le pion encore plus loin, puisqu'en parallèle, est née une autre série " le monde de Meg Corbyn" où l'on retrouve les mêmes créatures ( Les Autres, Les Ainés...) .
Une série qui n'est pas parfaite : quelques petits défauts dans un monde de brutes ,ce n'est qu'un détail par rapport à l'extrême imagination d'une auteure qui vous transporte vraiment , vraiment loin .
Un autre monde ....
Ce n'est pour moi, qu'un au revoir avec Anne Bishop, rendez-vous dans quelques mois en terre inconnue ...;-))
Challenge Mauvais genres
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240
Tinaju
  18 mars 2019
Voilà, je tourne la dernière page de cette série de 5 tomes. Un peu triste de laisser derrière moi tous ces personnages auxquels je me suis attachée au fil de ma lecture.
Je ne savais pas trop à quoi m'attendre en commençant le 1er tome mais j'avoue que j'ai vraiment aimé ce monde différent et ces métamorphes.
Une série sympathique qui peut aussi faire réfléchir à la place de l'homme sur terre et son influence sur l'environnement.
Commenter  J’apprécie          150
Tachan
  01 novembre 2019
Sans le savoir me voilà déjà face au dernier tome de cette saga de bit-lit à l'univers vraiment original par rapport à ses congénères. Si je n'ai jamais totalement adhéré à l'écriture et surtout au rythme de l'autrice, je suis par contre sous le charme de son monde et c'est donc avec une pointe de tristesse et d'insatisfaction que je le quitte ici.
Dans cet ultime opus, nous cherchons à répondre à une question : les Autres et les humains peuvent-ils cohabiter ? Pour cela nous suivons une longue et pesante histoire impliquant le frère cadet de Monty, qui est juste une vraie pourriture. Si vous cherchez un exemple de mec toxique, ne cherchez plus, vous l'avez ! Jimmy est ce qui se fait de pire et quand il débarque dans l'Enclos forcément tout part en cacahouète.
Vous l'aurez compris, l'autrice l'a choisi pour montrer ce qu'il y a de pire chez l'être humain et ainsi mettre en avant, par opposition, les qualités des autres mais également la façon dont les Autres vont gérer ce problème. Ça va donc occuper tout le tome et du coup, déjà que l'univers n'est pas toujours joyeux joyeux, là c'est encore pire que d'habitude. J'ai trouvé qu'on ressentait une vraie chape de plomb pendant toute la lecture. J'avais la boule au ventre pour tous ceux qui interagissaient avec Jimmy et je me suis demandée tout du long si mes prédictions allaient se réaliser concernant les problèmes qu'il allait causer. C'était assez pénible à lire.
Heureusement face à ça, c'était un vrai plaisir de retrouver l'univers soudé des membres de l'Enclos. Les voir dans leur quotidien s'entraider les uns les autres me plait toujours autant. Après soyons honnête, il n'y a quasiment aucun progrès du point de vue de l'intrigue générale sauf dans les toutes dernières pages, mais ce n'est pas ce qui fait le sel de la série, ce qu'on aime voir ce sont leurs petites interactions au quotidien. Ça plait de voir Meg jouer avec Sam, Twyla apprendre à Bug comment se comporter, Simon montrer les crocs parce qu'il est jaloux des autres hommes approchant Meg, etc. C'est vraiment ces petits riens du quotidien qui m'ont toujours plu dans la série et qui vont me manquer au final.
Parce que justement la fin est une fin assez ouverte. Après tous les problèmes qui ont eu lieu, et qui sont résolus dans les 50 dernières pages de façon assez rapide mais efficace grâce à une tension extrême, on nous laisse une porte ouverte vers un avenir peut-être plus serein à construire entre les espèces. C'est joli mais un peu frustrant. Je reste clairement sur ma faim parce que j'aurais aimé assister à cette construction de meilleures relations entre les Autres et les humains, entre Meg et Simon
Lien : https://lesblablasdetachan.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Carole94p
  20 mars 2018
Cet ultime tome de la série Meg Corbyn, Cartes Ivoire était sans doute le roman que j'attendais le plus au mois de Mars. Quatre ans après ma découverte de Lettres Ecarlates, le premier tome, j'attendais cette conclusion autant que je la redoutais. Après quatre tomes géniaux, une histoire d'amour naissante entre Simon et Meg a un stade de frustration extrême et des doutes concernant la direction qu'allait donner Anne Bishop à cette guerre entre les Autres et les Humains, les hypothèses étaient nombreuses et vu la couverture de cet ultime volet, je n'étais pas certaine d'avoir une happy end !
La série Meg Corbyn m'a toujours surprise et tenu en haleine au fil des tomes. Les séries qui y arrivent sont peu nombreuses. Cartes Ivoire a eu un effet kiss cool sur moi. J'avais à la fois envie de vite le terminer et en même temps, j'ai pris tout mon temps car c'est une page qui se tourne.
Après les répercussions du mouvement HAT (Humain Avant Tout), tout l'Enclos se méfie des humains. Et la présence des Ainés pour observer va compliquer les choses. Tout comme l'arrivée du frère de Monty, Jimmy. Un truand, un voleur, un manipulateur sans scrupules. Meg aura vite senti le danger, mais les Ainés tiennent absolument à voir ce prédateur agir… L'ennemi n'est plus dehors, mais bel et bien entre leurs murs.
Comme pour les tomes précédents, l'histoire n'est pas centrée sur le personnage de Meg Corbyn. Ce choix est à double tranchant. D'abord, il permet d'avoir une vision d'ensemble et de découvrir les plans des ennemis, ou l'avancée des autres personnages, mais il peut également ralentir de rythme et causer quelques longueurs.
La première moitié m'a donc paru assez lente et sans grandes avancées. L'histoire étant principalement centrée sur les combines de Jimmy, le frère de Monty, qui voue une haine sans fin à… tout le monde, sauf sa propre personne. C'est un être cruel, vil et vraiment bon à enfermer, ou dévorer ! Je plains vraiment Monty. J'avoue avoir trouver le temps assez long pendant certain chapitre. J'attendais vraiment de voir les choses bouger, d'autant que nous sommes assez habitués à des rebondissements à la pelle.
Du côté romance, Simon et Meg sont fidèles à eux-mêmes. Hésitants, bien trop distants et peu sûrs d'eux. Ce qui au final reflète la même chose que précédemment. J'avais espéré un peu plus étant donné la conclusion du quatrième tome, mais… ce n'était pas pour tout de suite. En revanche, je suis ravie de retrouver un peu plus Sam, et d'en apprendre plus sur Bug également.
Fort heureusement, cette première moitié laisse place à la seconde moitié du roman (logique) et nous réserve son lot de surprises et de bouleversements. Les choses s'accélèrent, les plans s'affinent et les doutes s'installent quant à l'issue de cet affrontement. Et c'est là tout l'étendu du talent d'Anne Bishop. Surprendre son lecteur là où il ne s'y attend pas.
La conclusion de la série est à la hauteur de mes attentes. Toujours aussi subtile et laissant place à l'imagination sans pour autant se terminer sur une fin ouverte (ce dont j'ai horreur). En revanche, je n'aurais pas dit non à un ou deux chapitres de plus…
En tournant la dernière page de ce cinquième tome de Meg Corbyn, j'ai comme un vide de savoir que c'était le dernier et qu'après ça, il n'y en aura plus. Dire au revoir à des personnages que l'on a suivi pendant plusieurs tomes et vouloir rester dans un univers aussi original que complexe. Cet ultime tome de Meg Corbyn m'aura fait douter jusqu'au bout et laisser avec le sourire sur les dernières lignes.
Lien : http://www.my-bo0ks.com/2018..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Bleuopale
  11 avril 2018
Nous voici de retour à Lakeside après l'énorme tempête qui a ravagé les villes humaines de Thaisia et rasé celles de Cel-Romano, alors que la vie reprend petit à petit dans l'enclos de Lakeside. On y retrouve Meg, Simon, Vlad, Henri et Tess ainsi que la meute humaine qui ne fait que s'agrandir. Alors que Meg, la non-loup qui hurle, a attisé la curiosité des Ainés, deux des griffes et des crocs de Namid viennent voir comment les humains et les Autres interagissent dans l'enclos de Lakeside. Au même moment, le frère de lieutenant Montgomery débarque à Lakeside, pensant pouvoir une nouvelle fois abuser de sa famille pour être logé et nourri à l'oeil. Ce tome tourne donc autour de la meute humaine et de la zizanie que va semer ce nouveau venu.
Pour ce tome 5, Anne Bishop recentre son récit sur l'enclos de Lakeside. Alors que depuis le tome 2, le récit englobé de plus en plus de personnages de différentes communautés (Lakeside, River Road, Great Island, Prairie Gold et Sweetwater), l'autrice revient là où tout à commencer. Plus éloigner donc de l'intrigue à grande échelle du dernier tome, et recentrer sur les rapports Autres / Humains au sein de la meute de Simon, on découvre ici une situation où l'ennemi n'est plus à l'extérieur mais à l'intérieur même de la meute.Ce tome vient conclure de manière non conventionnelle une série d'Urban Fantasy qui m'aura littéralement transporté. J'ai encore une fois adoré ce tome, surtout à mon avis, parce que je suis très attachée aux personnages qui ont été développés de tome en tome. J'ai tout de même trouvé que le personnage de Meg bien qu'il soit toujours central dans l'histoire est de plus en plus en retrait. Pour ce dernier tome, l'intrigue se passe finalement loin de la problématique des prophétesses de sang et se concentre sur l'avenir de l'enclos de Lakeside et des humains qui y sont attachés. Je trouve original d'avoir refermé à ce point l'histoire sur l'enclos pour conclure mais c'est également un peu déroutant car au final on a peu de réponses sur l'avenir des cassandra sangre et des projets lancés au fur et à mesure des tomes. le lecteur y trouve toute de même son compte et le dernier chapitre de ce tome conclut de manière satisfaisant cette chouette (mais courte) série d'Urban Fantasy.
Au final, un tome bien moins sous tension que le précédent et parfois assez lent dans son déroulement mais qui se dévore sans que l'on voit les pages défiler. Anne Bishop a créé avec la série Meg Corbyn un monde d'urban fantasy très original et passionnant car l'Humanité n'est ici ni le plus grand prédateur ni l'espèce dominante de la planète. L'autre point fort, c'est la ribambelle de personnages tous plus intéressants les uns que les autres et qui chacun trouve sa place dans l'histoire. Une fin qui régalera les fans de la série tout en laissant filer pas mal de détails qui donne une impression d'histoire à suivre.
Il semble que l'auteur travaille sur un spin off de la série, dans le même univers donc, mais se déroulant dans un autre lieu que Lakeside. Autrement dit, l'aventure continue et je suis curieuse de découvrir ce qu'Anne Bishop nous réserve !
Lien : http://chutmamanlit.blogspot..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50

Citations et extraits (24) Voir plus Ajouter une citation
iris29iris29   14 novembre 2019
Vu le nombre d'animaux de compagnie, comme elle les appelle, qui ont besoin d'un foyer, ou en tout cas de quelqu'un pour s'occuper d'eux, elle a suggéré de donner un chien, un chat ou un oiseau à tous les nouveaux résidents en guise de cadeau de bienvenue. J'essaie actuellement de la convaincre de renoncer à cette idée sans lui dire que ces nouveaux arrivants terra indigene risqueraient de croire qu'elle leur offre à dîner.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
iris29iris29   17 novembre 2019
J'ai rencontré mon patron, le shérif Virgil Wolfgard. C'est une chose que de se préparer psychologiquement à se faire harceler et chambrer par ses collègues pour une stupide raison d'équipement anatomique ; c'en est une autre de se sentir lorgné par son supérieur comme si on était un plat appétissant. Il avait apparemment plus besoin d'un assistant que d'un repas, car il m'a donné un badge flambant neuf et une arme.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
iris29iris29   15 novembre 2019
Les Sanguinati formaient de fait une sorte de comité de surveillance de quartier, sauf qu'au lieu d' arrêter les malfaiteurs ou de les sanctionner avec d'une amende ils s'en nourrissaient, prélevant apparemment une quantité de sang proportionnelle à la gravité du crime commis.
Commenter  J’apprécie          132
KateLineKateLine   26 mars 2018
Elle souleva un pot et une cuillère avant de marquer une hésitation.
— Qu’est-ce que c’est ?
— Du yaourt.
Elle en avala une cuillerée et se demanda pourquoi Merri Lee et Ruth lui avaient assuré que c’était délicieux. Peut-être fallait-il s’y habituer ?
— Goûte.
(...)
— Pourquoi manger ce truc alors que tu peux avoir du bison ?
Comme elle ne pouvait pas vraiment affirmer qu’elle aimait le bison, ça ne faisait pas une grande différence.
— Merri Lee et Ruth m’ont dit que le yaourt était bon pour les intestins, en particulier pour les femmes.
— Je suis content de ne pas être une femme, marmonna-t-il en déposant quelques tranches de bison sur une assiette avant de considérer le reste de la nourriture exposée sur la table. 
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
MineyMiney   05 octobre 2018
- […] Tu devrais mâcher de l'herbe avant de retourner au bureau de liaison. Ton haleine sent la chair humaine.
Ce qui signifiait qu'il devait en être de même pour la sienne. Par chance, les humains ne possédaient pas un odorat suffisamment développé pour le remarquer. Meg non plus, toujours est-il qu'il ne paraissait pas très poli de lui souffler au visage après avoir boulotté un membre de son espèce.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70

Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Connaissez-vous bien le monde de Meg ?

A quelle espèce appartient Meg Corbyn ?

Elle est humaine
C'est une elfe bien sûr
Elle fait partie des cassandra sangue
C'est une sorcière

11 questions
1 lecteurs ont répondu
Thème : Meg Corbyn, tome 5 : Cartes ivoire de Anne BishopCréer un quiz sur ce livre