AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Isaac le Pirate tome 2 sur 5
EAN : 9782205051650
48 pages
Dargaud (03/06/2005)
4/5   121 notes
Résumé :
L'air hagard, le visage figé par la glace, des marins embarqués à bord d'un navire pirate dressent leur regard vers le ciel. Un incroyable spectacle s'offre à eux : une aurore boréale. La stupeur le dispute à la fascination. Si loin de chez eux, cernés par des icebergs menaçants, ils ne savent ce que leur réserve le destin. Ils ont beau être de fiers flibustiers, ils n'en sont pas moins des hommes de leur temps, en proie à l'angoisse de la mort et aux mystères d'une... >Voir plus
Que lire après Isaac le Pirate, tome 2 : Les GlacesVoir plus
Théodore Poussin, tome 1 : Capitaine Steene par Le Gall

Théodore Poussin

Frank Le Gall

3.95★ (795)

14 tomes

Socrate le demi-chien, tome 1 : Héraclès par Sfar

Socrate le Demi-Chien

Joann Sfar

3.69★ (469)

3 tomes

Commando Colonial - Intégrale par Appollo

Commando Colonial

Appollo

3.87★ (131)

4 tomes

Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
Dans ce second tome, le navire sur lequel Isaac est peintre met le cap sur le Sud avec pour ambition de revendiquer des terres inconnues. On y trouvera un capitaine Jean Mainbasse toujours plus mégalo, attentif à sa notoriété (la réplique sur l'impuissance associée à la cruauté est géniale) et qui commencera sérieusement à perdre l'esprit. On découvre également et surtout le personnage de Jacques qui aura une importance capitale par la suite.
Ce tome est celui de la décadence et de la résilience. Après avoir subi tous les supplices inimaginables, être devenu alcoolique, avoir frôlé la mort, été défiguré, Isaac se révèlera toujours plus droit, fier, loyal, et amoureux. Pourtant, la distance aidant, il ne sait pas qu'Alice s'éloigne un peu plus de lui.

Un grand BRAVO pour l'épisode de l'aurore boréale, mystérieuse, énigmatique, inconnue.
Un immense GÉNIAL pour l'ambiance qui naît des planches sur les terres glacées, pour le froid qu'elles génèrent, pour les planches à clous, les glissades givrées, la viande de phoque et ce pauvre petit Adhémar (Kwâ !) et ce cher Henri...

D'un côté, dans les glaces, c'est un tome d'Aventures ! de Découvertes ! de Camaraderie.
De l'autre, à la capitale, c'est la décadence qui se dessine, la chute qui se prépare, et l'on n'espère qu'une chose, qu'Isaac ne rentre jamais…

———

Mon avis sur la série dans son ensemble et sur l'édition luxe (intégrale des 3 premiers tomes) :
Commenter  J’apprécie          110
Second tome des péripéties d Isaac.
je l avais laissé embarqué malgré lui sur un bateau pirate vers le nouveau monde.
Passé la surprise et l acclimatation à cette vie de marin , dure austère, Il exerce son art de dessinateur peintre et s enrichie des nouveaux paysages, visages et corps des hommes ou femmes rencontrés.
Sa femme lui manque. Alice de son côté restée à Paris espère un retour, attend des nouvelles et se rapproche de ce bourgeois rencontré dans le premier opus.
Voilà Isaac et ses compagnons flibustiers sur le départ, cap à l'extrême Sud et ces mers de glace. que vont t ils découvrir?
Dans la lignée du premier opus mais l atmosphère évolue, plus mélancolique et austère à l'instar des deux couvertures aux couleurs diamétralement opposées.
Quelques retours dans la jeunesse d Isaac pour comprendre la rencontre et sa passion pour Alice.
Lecture sympathique, accrocheuse et donnant envie de savoir la suite... Jusqu'où ira ce jeune amoureux transi mais aventureux ? Son art lui permettra t il de faire passer la douleurs de la séparation.
Un dessin original , le trait approximatif accordant à certains détails une importance particulière. de jolis jeux d ombre.
Christophe Blain, l auteur à sa signature bien à lui.
vraiment plaisant. Je n'attendrais pas aussi longtemps pour lire la suite.
Commenter  J’apprécie          90
Sus au sud!
Le bateau de Jean Mainbasse file à la recherche de nouvelles terres et le capitaine ambitionne de donner son nom au continent qu'ils vont certainement découvrir. Isaac peint, dessine, se bat, se fait rosser, s'ennuie, pense à Alice...aaah Alice!
Pendant ce temps, la belle travaille pour Chemin Vert qu'elle ne laisse pas de marbre. Isaac est si loin...
Excellent tome, je suis vraiment admirative du travail de Christophe Blain. le dessin est très typé, pas réaliste mais pas non plus trop caricatural. Les situations sont intéressantes, les personnages évoluent et les personnalités sont bien posées.
Un régal.
Petites mentions pour les scènes dans le grand froid. J'ai adoré.
Commenter  J’apprécie          80
Couronné de l'Alph'art du meilleur album au festival d'Angoulême 2002, "Isaac le Pirate" poursuit son aventure jusqu'au pôle sud.

L'auteur continue de développer deux histoires parallèles. D'un côté, l'histoire de ce peintre devenu pirate malgré lui et de l'autre, les aventures de sa fiancée. le lecteur n'a pas de mal à s'attacher à Isaac, dont la sensibilité et la douceur contrastent avec le monde brutal et viril des pirates. A l'instar de "Ratafia", le fait de mélanger l'univers des pirates à celui d'un artiste apporte indéniablement un plus au récit.

Ce deuxième tome est également plus sombre que le précédent avec des marins qui commencent à avoir le mal du pays, un climat qui se veut de plus en plus hostile, une fiancée qui part à la dérive et un artiste en mal d'inspiration. L'arrivée dans l'antarctique est parfaitement mise en image avec une colorisation bien adaptée. de l'aurore boréale aux icebergs, en passant par la faune locale : le dépaysement est garanti pour les marins et pour le lecteur.

Mais, malgré ces nombreuses qualités et une grande justesse au niveau de la narration, l'aventure en elle-même ne parvient toujours pas à me passionner.
Commenter  J’apprécie          30
Dans ce deuxième épisode, la mégalomanie du capitaine Mainbasse est à son paroxysme, il se veut découvreur, explorateur, fini la piraterie, en avant pour la gloire. Isaac est baladé à travers le monde, toujours plus loin de sa fiancée, il subit son destin comme un pantin désarticulé. L'aventure n'a rien de glorieux, scènes d'ennui sur le bateau, bassesses dans les relations, Christophe Blain nous décrit l'ennui comme peu d'auteurs ont su le présenter. le dessin semble sommaire, brut, mais la lumière circule à merveille, créant une ambiance lourde, pesante, la mer, les îles, l'Antarctique, les ponts du bateau et aussi la ville ou est restée Alice, tout est dessiné avec lyrisme, efficacité. La brutalité du trait, hachures agressives et silhouettes simples contribuent à rendre cette aventure palpitante, Christophe Blain, c'est un dessin avec beaucoup de caractère, et il s'accorde parfaitement à l'aspect impromptu, presque improvisé du scénario. Isaac le Pirate, c'est une histoire un peu folle, une réflexion sur le destin, un peu désabusée, loin de l'univers épique des récits de piraterie. Ça peut surprendre, moi, j'adore.
Commenter  J’apprécie          20


critiques presse (1)
Du9
20 octobre 2014
La bande dessinée de Christophe Blain […] met en scène les émotions et les sentiments des personnages en comptant moins sur le sens de leurs paroles que sur le sens de leurs actions : courir, regarder, se battre, baisser les yeux, parler…
Lire la critique sur le site : Du9
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
[Capitaine Jean Mainbasse]
Jacques, ta tambouille est infecte.

[Jacques]
C'est cette bête qui est infecte ! Sa chair est grasse mais elle a un goût de pourri. J'ai essayé tous les assaisonnements possibles, c'est toujours aussi dégueulasse.

[Capitaine Jean Mainbasse]
Regarde, Henri a la mine défaite à force de manger tes saloperies !

[Henri]
Allons ! Ça n'est pas très fameux mais je m'en accomode.

[Jacques]
Tu veux ma main dans ta gueule, Jean ? Tu nous en trouves, toi, des bestioles bonnes à rôtir ? Elles sont où tes terres de richesse ? Perdues dans le brouillard ? Et nous, où sommes-nous ?

[Henri]
Pardon, messieurs, je vais rendre visite à Adhémar. Le pauvre est bien mal en point. Je crois que la compagnie des siens lui manque cruellement. Je laisse mon assiette à qui veut la finir.
Commenter  J’apprécie          40
Je suis devenu un misérable médecin dans la marine marchande (bien pratique on n'est pas regardant sur les antécédents dans la marine marchande). J'étais un très bon médecin avant, savez-vous? On me demandait de très loin, on se pressait même chez moi...Mon bateau a rencontré celui de Jean et voilà...hahaha!...assez! Je vous raconterai ça mieux une autre fois.

Vous m'en voulez de vous avoir embarqué là-dedans?
Commenter  J’apprécie          20
Tu ne me parles plus beaucoup d'Isaac. Il y a un autre garçon? S'il y a un autre garçon, je te comprends, ma chérie. Mais quand Isaac reviendra, tu ne lui diras rien, n'est ce pas? Jamais!...jamais ma chérie.
Commenter  J’apprécie          20
Le dessin n'est pas un travail. C'est une forme de prière.
Commenter  J’apprécie          50
Tu dois voir ça de près. Si on en réchappe, tu t'en souviendras bien pour le peindre.
Commenter  J’apprécie          30

Videos de Christophe Blain (45) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Christophe Blain
Chaque mois, un grand nom de la littérature française contemporaine est invité par la BnF, le Centre national du livre et France Culture à parler de sa pratique de l'écriture. L'auteur Jean-Claude Mourlevat est à l'honneur de cette nouvelle séance.
Cette vidéo ne sera accessible que durant la durée de la conférence.
Né en 1964, Emmanuel Guibert fréquente les Arts Déco de Paris. En 1994, il fait deux rencontres importantes ; celle d'Alan Ingram Cope, un ancien soldat de la Seconde Guerre mondiale, retraité sur l'île de Ré, et celle de David B, qui l'introduit dans un cercle de jeunes auteurs cherchant à renouveler les pratiques de la bande dessinée. Il rejoint un atelier collectif que fréquentent Joann Sfar, Christophe Blain, Emile Bravo, Marjane Satrapi et bien d'autres, où il travaille pendant cinq ans. Sa collaboration avec la maison d'édition l'Association marque une évolution vers un style épuré au service des récits vécus de son ami Alan Cope. Dans cette série biographique, toujours en cours, on trouve La guerre d'Alan (3 volumes), L'enfance d'Alan et Martha & Alan. Il poursuit dans cette veine avec le Photographe (chez Dupuis), d'après des entretiens avec Didier Lefèvre, reporter-photographe en Afghanistan dans les années 1980. Cette trilogie, traduite en 20 langues, vaut à ses auteurs (Guibert-Lefèvre-Lemercier) des récompenses dans le monde entier. Puis il crée plusieurs séries ou albums uniques, notamment Sardine de l'espace (14 volumes) et Les Olives noires (3 volumes). Avec Marc Boutavant, autre camarade rencontré à l'atelier, il lance la série Ariol, chez Bayard, qui totalise à ce jour 20 volumes traduits en de nombreuses langues. Il crée également des chansons en partenariat avec le guitariste Dominique Cravic. Son intérêt pour la musique de jazz lui fait élaborer, avec le graphiste et producteur Philippe Ghielmetti, toutes les pochettes du label Vision Fugitive. En 2007, il est lauréat de la Villa Kujoyama. de cette récompense naîtra l'album Japonais en 2008, recueils de peintures, dessins et nouvelles. Avec un collectif d'amis auteurs, il visite des grottes préhistoriques ornées en France. de cette expérience naissent le volume collectif Rupestres chez Futuropolis et la réalisation de fresques pariétales dans une grotte du Parc Régional des Causses du Quercy. En 2017, il est lauréat du prix René Goscinny pour l'ensemble de son oeuvre de scénariste au festival d'Angoulême. Il mène depuis quinze ans une activité discontinue mais fidèle de visiteur hospitalier et a rejoint Christine Géricot à l'association Sur un lit de couleurs, qu'il vice-préside. Cette association installe et supervise des ateliers d'arts plastiques animés par des enseignants dans les hôpitaux en France. Emmanuel Guibert a reçu le Grand Prix de la ville d'Angoulême lors du Festival international de la bande dessinée en 2020.
Animés par des producteurs et productrices de France Culture, les entretiens du cycle « En lisant, en écrivant » sont réalisés en public à la BnF, puis diffusés dans la grille d'été de France Culture et disponibles en podcast. Genèse des oeuvres, sources d'inspiration, aléas de la vie quotidienne d'un auteur ou d'une autrice, édition et réception des textes – autant de sujets que ces rencontres permettent d'aborder, au plus près de la création littéraire.
Rencontre animée par Arnaud Laporte, producteur chez France Culture
En savoir plus sur les Master classes : https://www.bnf.fr/fr/agenda/masterclasses-en-lisant-en-ecrivant
+ Lire la suite
autres livres classés : bande dessinéeVoir plus
Les plus populaires : Bande dessinée Voir plus


Lecteurs (267) Voir plus



Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
5156 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre

{* *}