AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2205061321
Éditeur : Dargaud (16/04/2010)

Note moyenne : 3.94/5 (sur 523 notes)
Résumé :
Le jeune Arthur Vlaminck est embauché en tant que chargé du "langage" par le ministre des Affaires étrangères Alexandre Taillard de Worms. En clair, il doit écrire les discours du ministre ! Mais encore faut-il se faire une place entre le directeur du cabinet et les conseillers qui gravitent dans un Quai d'Orsay où le stress, l'ambition et les coups fourrés ne sont pas rares... Inspiré de l'expérience d'Abel Lanzac qui fut conseiller dans un ministère, cet album res... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (86) Voir plus Ajouter une critique
palamede
  24 décembre 2016
Arthur Vlaminck est un jeune conseiller fraîchement chargé des langages du ministre des affaires étrangères, Alexandre Taillard de Worms. Une expérience riche où Arthur va apprendre, en autre, à jongler avec le chef de cabinet et les conseillers d'un ministre survolté.
Worms (très grand, très carré d'épaules, cultivé et sportif) donne l'impression d'avoir une vue d'ensemble et secoue son entourage qui tente de le satisfaire tout en s'autorisant, à l'occasion, des moments récréatifs. Devant le chef on courbe l'échine, mais on plaisante, se moque et batifole dans son dos. On le comprend rapidement, Quai d'Orsay met en scène Dominique de Villepin, ministre des affaires étrangères de 2002 à 2005.
Une réalisation très bien vue et drôle. Très bien vue puisque son auteur n'est autre qu'Antonin Baudry (alias Abel Lanzac) une des plumes de Dominique de Villepin de 2002 à 2004. Drôle grâce aux dessins énergiques de Christophe Blain qui brocardent les gesticulations des protagonistes. Surtout celles d'un ministre un peu détestable qui n'épargne personne mais qui, avec le président de l'époque, a refusé de suivre les Américains sur le sentier de la guerre en Irak.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          492
YvesParis
  13 août 2012
Sous le pseudonyme de Abel Lanzac se cache un jeune normalien qui fut la plume de Dominique de Villepin avant d'être bombardé conseiller culturel à Madrid puis à New York. Il décrit avec beaucoup d'humour l'entrée d'Arthur Vlaminck, jeune thésard et « intello précaire », au cabinet du nouveau ministre des affaires étrangères, l'ébouriffant Alexandre Taillard de Worms.
La grande réussite de cet album, remarquablement mis en image par Christophe Blain, est la justesse avec laquelle est décrite la vie de cabinet (le parallèle avec la série américaine West Wing - À la maison blanche s'impose). On y voit des hommes et des femmes « comme les autres » avec leurs qualités et leurs défauts, leurs grandeurs de vue et leurs petitesses, essayer tant bien que mal de faire leur « boulot » dans un climat de stress permanent.
De cette galerie de personnages émerge le directeur de cabinet - on aura reconnu Pierre Vimont indéboulonnable DirCab de 2002 à 2007 - dont l'exquise componction fait utilement contrepoids à la fougue désordonnée du ministre. Dominique de Villepin alias Alexandre Taillard de Worms est présenté comme une « force qui va », toujours entre deux avions et entre deux idées géniales, qui puise son inspiration dans Les fragments d'Héraclite. La scène où il convie à déjeuner une Prix Nobel de littérature sans lui laisser placer un mot est particulièrement réussie.
Pour autant, la caricature opère comme le Chichi des Guignols de l'Info en 1995 : on ne peut s'empêcher - comme l'auteur l'a probablement été lui même - d'être subjugué par le souffle qui habite ce ministre si brillant, aussi grandiloquent soit-il.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          360
Davalian
  04 février 2014
Que dire de plus au sujet de cette bande dessinée déjà adaptée d'un roman et elle-même adaptée au cinéma ? Tout le monde (ou presque) sait déjà qu'il s'agit d'un album de grande qualité, qu'il faut avoir lu.
La réputation du scénario n'est pas usurpée bien au contraire. le découpage a de quoi dérouter les adeptes de bandes dessinées. le séquençage en chapitres semble être ici une innovation qui est pleinement adaptée au récit. Il est vrai qu'une histoire d'un seul tenant, ou une succession de gags plus ou moins longs auraient desservi l'ensemble. Il fallait oser et le pari paye. La longueur étonne également, autre signe de grande qualité. Autant être averti, lorsqu'un lecteur va mettre le nez dans ce premier tome de Quai d'Orsay, le lecteur va en avoir pour un petit moment... qui va toutefois passer à une grande vitesse.
Les dessins ont de quoi freiner à première vue. Si l'on s'arrête à Alexandre Taillard de Worms, le style a de quoi dérouter, certaines planches tout droit sorties d'un cauchemar futuriste ne sont peut-être pas du goût de tout le monde, il est vrai. Mais lorsque le lecteur consent un petit effort, il se retrouve propulsé dans un univers presque qu'impressionniste. Si la qualité ne saute pas forcément aux yeux, elle se développe au fil des pages, rendant les relectures d'autant plus nécessaires.
L'humour développé ici est de haute volée. Là aussi il fallait oser et une nouvelle fois les auteurs remportent le jackpot. le nombre de jeux de mots, règlements de comptes verbaux et autres délectations syntaxiques ne peuvent se compter.
L'histoire en en elle-même se laisse lire agréablement et réserve de nombreuses surprises par rapport au film. Il faudra toutefois se replacer dans un contexte pour savourer pleinement l'ensemble.
Les personnages sont attachants et permettent de faire passer en douceur des thèmes d'importance : surmenage, narcissisme, comportements compulsifs (dans leur grande variété)…
Assurément une référence à posséder dans une bibliothèque !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
colimasson
  31 juillet 2012
Blain au dessin, Lanzac à l'investigation… Ancien conseiller du Quai d'Orsay, ce dernier nous fait profiter de son expérience au sein de ces grands bureaux en mettant en scène un personnage dont la ressemblance avec Dominique de Villepin n'est absolument pas fortuite :dentsblanches :
Chaque chronique est introduite par une citation d'Héraclite censée représenter le goût du ministre pour tous les bons mots des grands maîtres à penser dont il semble friand :
« Je me suis cherché moi-même. »
« A l'âme appartient le discours qui s'accroît lui-même. »
« Présents, ils sont absents. »
« En se transformant, il reste au repos. »
« Fatigue c'est : peiner aux mêmes tâches et par elles commencer. »
« La sagesse : dire le vrai et agir selon la nature. »
« Errants dans la nuit : mages, bacchants, bacchantes, initiés. »

Citant à tort et à travers Mao Zedong, Marlier, Erasme, Montesquieu, Schumann, Jaurès… la représentation de de Villepin nous apparaît finalement comme un homme creux qui n'a de pensées personnelles que celles que d'autres ont déjà eues avant lui.
Toujours expert pour repousser les priorités à plus tard, oubliant les problèmes au Moyen-Orient pour assister à un repas avec le prix Nobel de littérature Molly Hutchinson (qu'il ne passera pas sans ses petites fiches de rappel), l'image qu'on se fait de lui n'est pas forcément des plus reluisantes mais amuse par les parallèles que l'on peut faire avec l'actuelle gouvernance du pays
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
Nonivuniconnu
  15 novembre 2012
C'était un vendredi après-midi. J'étais confortablement assis dans un auditoire de Louvain-La-Neuve et je suivais un cours intitulé Stratégie et sécurité internationale. C'était un cours vraiment sympa, le genre de ceux qu'un étudiant de relations internationales s'attend à suivre lorsqu'il s'inscrit en 1ère mais qu'il attend deux ou trois ans avant de réellement toucher. le thème du cours était la « prise de décision ». Qu'est-ce que c'est ? Il s'agit grosso modo de l'analyse des décisions prises par des dirigeants. Ca a l'air tout bête comme ça mais, en fait, pas du tout.
En ce qui me concerne, j'ai déjà du mal à prendre une décision bénigne, mais imaginons un peu le bordel que ça doit être quand il s'agit de gérer la politique étrangère d'un pays. Une guerre éclate dans une ancienne colonie, paf, que faire ? La presse s'emballe, le parlement réclame des comptes, les ressortissants du pays sur place sont menacés : il faut s'activer, et dans l'urgence s'il vous plaît, pas question de se lancer dans une longue et vaste analyse de la question. La décision d'intervenir ou pas, et de quelle manière, doit se prendre dans un intervalle de temps très court. Evidemment, un ministre dispose d'un cabinet, bourré de conseillers qui, eux-mêmes, ont leurs avis et ambitions personnelles. Les leaders, eux-mêmes, ne sont pas tous identiques, il y en a de plusieurs styles (certains sont plus impulsifs ou réfléchis que d'autres). Bref, on nous racontait tout ça quand tout à coup le prof de stratégie nous conseille une BD. Là, comme ça, sans prévenir.
« Vous connaissez Quai d'Orsay ? C'est une BD, c'est très bon » qu'il nous sort ainsi.
Silence mortel. Je ne sais pas si c'est par ignorance ou par surprise, mais personne n'a réagi (en ce qui me concerne, c'était les deux). Ca l'a un peu décontenancé, le prof. Alors il a juste dit que si on voulait en savoir plus sur le foutoir que c'est de prendre des décisions, ou tout simplement de gérer la politique étrangère d'un pays, cette BD valait de l'or. J'ai donc noté, religieusement.
Les deux auteurs de ces Chroniques diplomatiques sont le dessinateur Christophe Blain et le scénariste Abel Lanzac. Ce dernier utilise un pseudonyme, et pour cause : il a travaillé dans le cabinet de Dominique de Villepin du temps où il était ministre des Affaires étrangères, quand Jacques Chirac était président (ça paraît loin, hein ?). C'est de cela que Quai d'Orsay s'inspire. Nous suivons Arthur Vlaminck, chargé de la communication au sein du cabinet d'Alexandre Taillard de Vorms, une caricature évidente de Dominique de Villepin. Arthur ne va pas tarder à constater que le ministre est un personnage particulier : constamment en mouvement, idéaliste, emporté, impatient, ayant une haute opinion de sa fonction et, pour tout dire, carrément difficile à suivre. Heureusement, son directeur de cabinet, d'un calme olympien, est là pour calmer le jeu et traduire les desiderata du ministre.
Ce qui m'a frappé, c'est l'absence totale de vulgarité du propos. Contrairement à de nombreuses BD de type politique, Quai d'Orsay évite les blagues faciles et vaseuses. On se rapprocherait plutôt d'un travail journalistique à caractère humoristique : il s'agit pour les auteurs de montrer le fonctionnement d'un cabinet de ministre dans son travail quotidien mais aussi confronté à des crises internationales soudaines. de Villepin n'est ni épargné ni adulé, son personnage est à la fois agaçant et impressionnant, c'est tout simplement un être humain atypique qui nous est décrit là, en dehors de toute considération politique. Abel Lanzac ne manque pas non plus d'évoquer les répercussions de ce métier sur la vie personnelle des conseillers, les coups bas entre ces derniers, mais aussi la pratique de la diplomatie au plus haut niveau.
Quant au dessin, il est adapté au propos et contribue énormément à faire de Taillard de Vorms ce personnage à la fois insaisissable et omniprésent. le but, là, n'est pas de faire dans le dessin réaliste et ce parti pris ajoute au côté rafraichissant de l'ouvrage. J'ajouterais même que cela contribue à le rendre plus accessible, sans que cela ne soit péjoratif pour un sou. Quai d'Orsay est bel et bien, au final, une BD drôle, intelligente et pleine de bonnes idées. Mon prof de stratégie avait raison : c'est très bon.
Lien : http://nonivuniconnu.be/?p=1..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130

critiques presse (3)
BullesEtOnomatopees   27 décembre 2012
L’alias Abel Lanzac au scénario fait un travail formidable de mémoire/réécriture/invention, et Christophe Blain déroule comme à son habitude son talent.
Lire la critique sur le site : BullesEtOnomatopees
Bibliobs   16 juillet 2012
Ce livre est profond, et drôle aussi
Lire la critique sur le site : Bibliobs
Actualitte   02 décembre 2011
Avec ce second tome, Christophe Blain (dessin) et Abel Lanzac (scénario) ont réussi le pari de réaliser une suite au moins aussi piquante que le tome 1. Le scénario est d'autant plus prenant qu'il s'inspire de l'expérience bien réelle d'Abel Lanzac, haut fonctionnaire, longtemps immergé dans l'entourage de Dominique de Villepin alors à la tête du Quai d'Orsay.
Lire la critique sur le site : Actualitte
Citations et extraits (27) Voir plus Ajouter une citation
DavalianDavalian   04 février 2014
- M. le Président, il faut éteindre l'incendie avant que ça ne devienne un feu de forêt. (Alexandre Taillard de Worms)
- C'est du Héraclite, Alexandre ? Je me suis laissé dire que vous étiez un spécialiste. (Le Président)
- Oui, en effet. Ça me détend entre deux chasses à l'ours. (Alexandre Taillard de Worms)
-AHAHAHAHA... (Le Président)
Commenter  J’apprécie          150
JulyFJulyF   25 mai 2013
Quand tu fais un coup de pute à quelqu'un, c'est pas que tu lui veux du mal. C'est comme une caresse. S'il est bon, il va te faire un coup de pute aussi, après. C'est une relation amoureuse. Je te le dis : tu y prendras goût.
Commenter  J’apprécie          150
VirginiaVirginia   31 janvier 2012
J'ai toujours pas eu le temps de pisser depuis ce matin.
Heureusement que personne n'a pris la peine de me donner un verre de flotte non plus.
Commenter  J’apprécie          200
colimassoncolimasson   05 avril 2011
Regardez par exemple ce livre. Vous voyez tout de suite qu’il est nul. Y a rien qu’est stabilossé. Alors que ça, là, j’ai tout stabilossé. Ca, c’est un bon livre.
Commenter  J’apprécie          150
lunchlunch   30 décembre 2010
Un bon discours, c'est un discours dont on se souvient.
C'est comme "Tintin".
Vous avez lu "Tintin" ? Vous vous en souvenez ?
Pourquoi vous vous en souvenez à votre avis ?
Commenter  J’apprécie          120
Videos de Christophe Blain (32) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Christophe Blain
L'essentiel de la journée de vendredi en vidéo ? Et comme on est sympa, sur notre chaine Youtube, TOUTES les vidéos sont en intégralité. ? Expositions (16 vidéos et interviews): http://bit.ly/Expositions2018 ? Un oeil en coulisse (2 vidéos): http://bit.ly/OeilCoulisses ? La vie du Festival (5 vidéos) : http://bit.ly/Vie2018 ? Mais aussi le Zapping (3 vidéos) : http://bit.ly/Zapping2018 N?hésitez pas à partager vos moments préférés.
? le concert exceptionnel de Rokia Traore? et Ruben Pellejero?, les émissions de France Inter? en direct du #FIBD2018 avec Antoine de Caunes? Page Charline Vanhoenacker? Guillaume Meurice? et #PhilippeColin, l'exposition immersive d'Oriane Lassus, la Rencontre Internationnale avec Joann Sfar? & Christophe Blain? qui ont évoqué leur reprise de #Blueberry, le live Facebook avec GIPI (Gian Alfonso Pacinotti)?, focus sur Emmanuel Guibert?, extraits de la Masterclass Fairy Tail by Hiro Mashima - Official?, gros plan sur l'artiste Sonny Liew?
Programmation et infos sur www.bdangouleme.com ou sur les réseaux avec @bdangouleme #partageonslaBD
RAJA partenaire principal du Festival : www.raja.fr
+ Lire la suite
autres livres classés : politiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
3094 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre
. .