AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782849904596
184 pages
Editions des Equateurs (25/08/2016)
2.67/5   3 notes
Résumé :
" Moi, si j'avais raté ma vie, c'était pour pas froisser le destin. La décence m'avait inculqué l'alcool, les humeurs létales et la mauvaise foi. La foi, ça me connaît. Moi, j'ai foi en tout. L'origine, l'héritage, la renaissance, la résurrection, au nom du Père, de son Saint-Esprit, et de tous les fils qu'il a dû avoir avec la Sainte Vierge. "

Fils de rien, soumis aux autres et à la société, Zakar Lerov débarque à Saint-Germain-des-Prés. Il devient ... >Voir plus
Que lire après Le type qui voulait arrêter de mourirVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Un OVNI, voilà de quoi se rapproche le plus cet ouvrage.
Le héros ? Un détestable dandy que l'on finit par plaindre.
L'univers ? Un monde complètement farfelu et des aventures hautes en couleurs.
Le message ? Une critique de la culture contemporaine que j'ai bien appréciée, mais un délire un peu trop violent à mon goût.

Le problème avec ce genre d'ouvrage, que si l'on ne rentre pas à fond dans le délire de l'auteur, la lecture devient vite compliquée. Je n'ai malheureusement pas réussi à y rentrer complètement...

Il n'empêche que le roman est très bien écrit et plaira aux amateurs d'acidité et de rires jaunes.
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (5) Ajouter une citation
Bien-né, on devait agir en galérien. Je parie que ça les faisait bander, la misère. C'est exotique. C'est sulfureux. C'est sale. Comme ces femmes à la peau brune sur les tableaux des orientalistes. Oui, c'est sublime la misère. Ceux qui n'y ont pas droit la scrutent, avec délectation, comme un nu scandaleux, sauvage et magnifique. De l'esthétique de la misère. De l'éloge de la raison impure.
Commenter  J’apprécie          50
Dans les salons où même la pisse sent le champagne, on se disputait sans relâche le titre du plus nécessiteux. On s'enorgueillissait d'une modestie d'apparat - Et vous, vous venez d'où ? Je me suis fait tout seul... Ça n'a pas toujours été facile...-
Zakar la trouvait drôle, cette obsession des bien nés pour l'indigence. La chute, c'est ça qui les tuerait.
Commenter  J’apprécie          40
La farine qu'elle étalait sur une planche de bois. Les mains qui s'en emparèrent. Je les sentis s'enrouler pour engourdir la pâte. Elles s'alourdissaient, rompant les impacts de lumière sur le sol. Nejma, loin. Je ne pouvais la voir mais je l'entendais. Son rythme suffisait à notre souffle. Le temps cessa.
Commenter  J’apprécie          40
Le malheur est une bénédiction, écrivait-il en maxime finale ; lorsqu'il frappe un artiste, c'est l'univers qu'il pare de sa grandeur.
Commenter  J’apprécie          80
...un malaise social : celui d'une France qui pousse ses intouchables à se haïr.
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Justine Bo (12) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Justine Bo
« Et la voici, Eve Melville, sculptée d'un seul pan de glaise, pas un pli, pas une ride, pas un mot plus haut que l'autre, qui se redresse au milieu de Halsey Street, au milieu des voisins à leurs fenêtres et des enfants réunis sur la route vide, qui nous regarde un à un et qui murmure
ma maison est noire »
Un matin d'août 2016, un cri déchire le coeur de Brooklyn : la maison d'Eve Melville a été peinte en noir pendant la nuit. Eve la tient de son arrière-grand-père, Solomon Melville, né esclave en Géorgie. Ce stigmate sur sa façade avive le souvenir. L'héroïne tranquille devient inquiétante, s'accroche à sa propriété comme à sa mémoire et se révolte contre les promoteurs qui défigurent le paysage de son enfance.
Entre l'affranchissement de Solomon et la furie d'Eve, ce roman entrechoque les mythologies américaines : la torture dans les plantations d'indigo, les spectres du Vietnam, l'apparition du sida et les émeutes qui secouèrent Brooklyn à l'aube des années 1990.
Dans une langue incantatoire, magnifique, puissante, ce cantique pour Eve Melville remonte aux racines d'un pays qui rejoue sans cesse ses batailles.
Née en 1989, Justine Bo est écrivain. "Eve Melville, Cantique" est son septième roman.
+ Lire la suite
autres livres classés : tel avivVoir plus
Les plus populaires : Littérature française Voir plus


Lecteurs (12) Voir plus



Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
3586 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre

{* *}