AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Marie Ploux (Traducteur)Catherine Cheval (Traducteur)
EAN : 9782070319206
288 pages
Éditeur : Gallimard (13/10/2005)
3.57/5   41 notes
Résumé :
Violents, indisciplinés et très franchement aux limites extrêmes de la légalité, les deux flics Roberts et Brant des quartiers populaires de Londres se demandent s'ils ne vont pas être les premiers à faire les frais d'un sérieux coup de balai prévu dans la police métropolitaine. Comme faire son boulot correctement est inenvisageable, il va bien falloir trouver un truc imparable. Une idée sublime qui fasse d'eux les nobélisables de l'anti-gang, les protecteurs du cit... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
LydiaB
  21 octobre 2013
Je ne connaissais pas du tout cet auteur. C'est grâce à Asphodèle, qui m'a gentiment prêté ce livre et que je remercie, que je l'ai découvert. Disons-le tout de go : j'ai adoré ce polar qui ne ressemble en rien aux autres : les personnages ne coupent pas les cheveux en quatre, le langage n'est pas châtié et les méthodes sont non réglementaires. En même temps, nous ne sommes pas chez Derrick, ça bouge dans tous les sens, au point que le lecteur halète lui aussi face à tant d'actions menées allègrement au joyeux rythme des coups de poing ou, plus sympathique, de drague en tout genre. Car nos deux compères sont des hommes, vous voyez ce que je veux dire ! Et il faut bien compenser ce rude boulot de flic par quelque chose, n'est-ce pas ?

Bref, c'est endiablé, déjanté, complètement foutraque... et on tourne les pages avec avidité. Tout comme Asphodèle, la fin m'a un peu frustrée quand même mais en lisant ce livre, on se dit qu'en définitive, ce n'est peut-être pas l'essentiel !

Lien : http://www.lydiabonnaventure..
Commenter  J’apprécie          450
koalas
  28 mai 2017
L'inspecteur Roberts , la soixantaine encore très alerte est flanqué du sergent Brant, une brute, un sacré branque qui a tout d'un Pitbull, rageur et expert en bavures ...Ce coup ci faudra un bon coup, euh plutôt un gros coup pour se faire oublier des beef carrots et se refaire une petite blancheur. ça tombe bien, des petits malins dont un arbitre fou s'amusent à suspendre des dealers en haut des lampadaires.. pas des lumières à faible consommation ....ça fait mauvais genre dans le quartier. Brant compte bien faire le ménage à sa façon et décrocher les félicitations du Jury !
Le gros coup de Ken Bruen c'est d'avoir trouvé une paire de flics à la démesure de l'inspecteur Roberts, une grande gueule dépassée par l'âge et par la libido de sa femme et du sergent Brant brute de décoffrage qui ne fait pas dans la dentelle...
Les secondes classes comme la plantureuse agent Falls valent le coup d'oeil, toute en rondeur mais un sacré caractère !
C'est vrai que le scénario est un peu faiblard pour cette série R&B, en tout cas un peu moins fouillé que la série du racé détective Jack Taylor brassé à la Guiness mais le style affuté et futé de Ken Bruen est toujours là , ses nouveaux flics caractériels ont du répondant, les dialogues crus et décalés font mouche et l'action est au rendez-vous, que demander de plus ?
ça me fait toujours un bien fou de lire du Ken Bruen, ça dé-méninge !
Ce n'est pas le gros coup... de coeur , pas le genre à vous prendre par les sentiments mais c'est vachement bien.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          290
la_fleur_des_mots
  26 juin 2014
R comme Roberts et B comme Brant, deux flics véreux d'un commissariat miteux du sud de Londres. Deux séries de meurtres devraient accaparer leur attention et leur permettre de redorer leur blason auprès de leur hiérarchie. D'un côté, un gang semble décidé à nettoyer le quartier de quelques-uns de ses criminels, et de l'autre, un tueur en série s'attaque aux joueurs de l'équipe nationale de cricket.
Avec un langage fleuri et des dialogues savoureux, Ken Bruen offre un portrait sans grand espoir des quartiers londoniens défavorisés. Ce roman débordant d'humour noir, franchement réjouissant, laissera toutefois les amateurs de polars classiques un peu sur leur faim tant les enquêtes demeurent un sujet secondaire. Un livre jubilatoire et décalé qui provoque autant de grincements de dents que d'éclats de rire!
Lien : http://bloglavieestbelle.ove..
Commenter  J’apprécie          130
Sharon
  27 août 2014
Pour ceux qui hésiteraient encore à se lancer à la découverte de Ken Bruen, n'hésitez pas à vous plonger dans le gros coup.
Roberts, c'est le rythme, Brant, c'est le blues : voici comment sont présentés les deux enquêteurs dès la première page. Leur amitié ? Elle est totalement incompréhensible, et je ne suis pas certaine qu'eux-même sachent réellement pourquoi ils sont aussi liés. Roberts a 62 ans, il est marié à Fiona, 46 ans, jamais contente. Sa fille unique, incapable de parler anglais correctement, vient encore de se faire renvoyer du prestigieux établissement privé qui coute extrêmement cher à Roberts et surtout à sa santé. Brant, lui, est seul, définitivement : pas d'enfants qu'il n'ait reconnu, pas de femmes, juste l'intégralité des oeuvres d'Ed McBain et un chien pelé, Meyer.
Je n'ai garde d'oublier le superintendant qui, déjà, dans ce premier opus, poursuit un rêve même pas secret : se débarrasser de Brant, contre lequel les plaintes diverses et variées s'accumulent. du coup, Brant n'a pas le choix, il lui faut résoudre une enquête, un "gros" coup, si possible, et entre l'assassinat méthodique des membres de l'équipe de cricket, sobrement évoqué dans le cour du récit, et la mise à mort de dealer de manière bien plus violente, il n'a que l'embarras du choix – encore ne faut-il négliger aucune piste, et ce n'est pas toujours facile, la fatigue et la lassitude aidant.
En effet, tenter de mettre de l'ordre dans le quartier Sud-Est de Londres nécessite :
- du temps.
– des agents.
- des moyens.
Et ce n'est pas avec les baisses de crédit que les policiers y arriveront. Déjà, dans ce premier volume, Ken Bruen pointe par son écriture acéré tout ce qui ne va pas dans la société anglaise, tout ce que l'on ne veut pas voir. Il ne s'agit nullement d'effrayer, de donner des arguments à ceux qui jouent sur l'obsession sécuritaire, mais d'examiner des personnages sans aucun repaire. La famille n'est pas un refuge, l'amour non plus, comme le lecteur peut le voir en passant du point de vue de Brant à celui de Falls, ou même de l'Arbitre, tueur et incendiaire sans scrupules. le feu, ici, n'a rien de purificateur, il est dévastateur, arme préférée des sadiques de tout bord qu'il fascine.
C'est peut-être là aussi un tournant du roman policier : le mobile. Avant, nous avions l'argent, la vengeance, l'amour (!), maintenant nous avons la recherche du plaisir immédiat et l'assouvissement de besoins primaires, et peu importe le choix des victimes.
Ou plutôt si : elles importent énormément pour Brant, qui perd coup sur coup son nouvel agent, Tone, et son chien Meyer. La mort de Tone n'est pas sans rappeler celle du jeune stagiaire dans Vert Palatino de Gilda Piersanti. Comme lui, sa disparition laissera des traces, mais ne vous en faites pas : justice sera faite, même s'il faudra attendre. Parfois, tout ne se passe pas comme dans un roman.
Lien : http://deslivresetsharon.wor..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
pdupaty
  21 mars 2016
R&B, ce sont Roberts et Brant, deux flics londoniens borderline, brutaux et n'ayant aucun respect pour leur hiérarchie. Deux séries de meurtres devraient accaparer leur attention et leur permettre de redorer leur blason auprès de leur hiérarchie, avec d'une part un gang d'un quartier populaire de Londres qui veut nettoyer le territoire, et de l'autre l'Arbitre, un tueur en série qui s'en prend aux joueurs de cricket. le style est bon, avec des personnages hauts en couleur, de l'humour grinçant et quelques belles expressions fleuries qui sont en prime bien traduite. Mais l'auteur en oublie l'essentiel : l'histoire et sa trame. J'ai rarement lu un polar où l'enquête en elle-même était aussi secondaire. Si ça se lit très vite, l'intrigue n'est pas assez prenante pour que ce soit marquant.
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
LydiaBLydiaB   21 octobre 2013
Brant avait garé sa voiture dans un endroit interdit. Un contractuel surgit de la bouche d'égout. Carnet ouvert, stylo en main.
Il exhiba promptement sa carte de police :
"Allez, dégotte-toi un vrai boulot, Adolf !"
Commenter  J’apprécie          332
koalaskoalas   27 mai 2017
Lui seul avait droit à une vraie tasse : même les gradés devaient se contenter de gobelet en plastique. Sur sa chope ébréchée, il y avait une photo de Rambo. Avec un slogan : "Moi, je suis une star." Sauf que le S était effacé.
Commenter  J’apprécie          241
la_fleur_des_motsla_fleur_des_mots   26 juin 2014
Avec un sourire, Brant demanda : Des embrouilles, patron ?
— Un lynchage, à Brixton.
— Vous rigolez !
— J’ai l’air de rigoler, bordel de merde ? En plus ils ont laissé un message.
— Ah bon ! quel genre ? « Je reviens de suite » ?
— Et comment je le saurais, bordel ! Allez, on y va !
Commenter  J’apprécie          30
la_fleur_des_motsla_fleur_des_mots   26 juin 2014
R&B : c’est comme ça qu’on les appelait. Si l’inspecteur principal Roberts était le Rythme, Brant était le plus noir des Blues. Connards de poulets, oui ! disait-on également.
Commenter  J’apprécie          50
la_fleur_des_motsla_fleur_des_mots   26 juin 2014
- Ils ne jouent pas au cricket en Irlande?
- Au hurling, c’est tout.
- C’est quoi encore, ce truc-là?
- Quelque chose entre le hockey et l’homicide.
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Ken Bruen (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Ken Bruen
Bande-annonce en VF de Blitz (2011), réalisé par Elliott Lester, d'après le roman R&B Blitz de Ken Bruen.
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura


Lecteurs (102) Voir plus




Quiz Voir plus

Quiz de la Saint-Patrick

Qui est Saint-Patrick?

Le saint patron de l’Irlande
Le saint-patron des brasseurs

8 questions
167 lecteurs ont répondu
Thèmes : fêtes , irlandais , irlande , bière , barCréer un quiz sur ce livre