AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782723495561
56 pages
Éditeur : Glénat (25/06/2014)
3.49/5   44 notes
Résumé :
L’épopée de Charlemagne est celle d'un fils de grand seigneur parvenant au sommet du pouvoir en Europe en construisant un nouveau système politique, dont il occupe la place la plus élevée. Chrétien convaincu, il poursuit constamment un objectif affiché comme religieux : promouvoir partout et le plus loin possible la société chrétienne, par tous les moyens (militaires, culturels, administratifs, etc.), se plaçant d’autorité comme le protecteur de la papauté. Conquéra... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (16) Voir plus Ajouter une critique
3,49

sur 44 notes
5
1 avis
4
7 avis
3
7 avis
2
1 avis
1
0 avis

Alfaric
  26 février 2015
Ce nouveau tome de la série « Ils ont fait l’histoire », collection de bandes dessinées qui prend la forme de biographies historiques présentant une dimension pédagogique car à destination du grand public, et qui espèrent vraiment que le public scolaire se prêtera au jeu, est consacré au père de l’Europe à la barbe fleurie : Charlemagne !
Le duo formé par Clotilde Bruneau et Vincent Delmas nous raconte la vie du célèbre Carolus Magnus, Charles Ier dit « le Grand », de son accession a titre de roi le 9 octobre 768 à son accession au titre d’empereur le 25 décembre 800.
Beaucoup de sujet sont abordés : les mauvaise relations avec son frère Carloman trop tôt disparu, les tentatives d’usurpation, les rébellions des vassaux félons, les relations avec la papauté, l’affaire d’Espagne et le désastre de Roncevaux, la longue guerre avec les Saxons, son souci pour l’administration, l’éducation et la religion qui vont amener la renaissance culturelle carolingienne… On ne peut pas s’ennuyer un instant, les auteurs ayant évité bon nombre des écueils du one-shot (mis à part les confusions possibles entre les différents Pépin ^^).
Les dessins de Gwendal Lemercier, qui décidément s’améliorent d’œuvres en œuvres, sont ici plutôt mainstream au vu de ce qui se fait actuellement, mais sont plutôt agréables à regarder. Peu de prise de risque dans les cadrages et les mises en scène, mais cela reste néanmoins de bout en bout du boulot plutôt bien fait. Les couleurs de Pierluigi Casolino sont peut-être un peu ternes, mais au vu du sujet consacré au Haut Moyen-Âge ce n’est pas vraiment un souci.
Pour ne rien gâcher, l'historienne Geneviève Bührer-Thierry, bonne connaisseuse du sujet qui est passé par l’ENS Saint-Cloud, supervise le tout et nous livre un dossier et un making-off très intéressants autant pour le grand public que pour l’amateur d’histoire.
Mais au final, je suis un peu resté sur ma faim… Il faut dire que depuis que j’ai lu "Les Carolingiens : une famille qui fit l'Europe" de Pierre Riché je suis exigeant sur le sujet… (un ouvrage passionnant, bien écrit, bien construit et si bien raconté qu’il pourrait facilement nourrir un paquet de bons romans historiques sur le sujet).
Lien : http://www.portesdumultivers..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          532
denis76
  07 mai 2018
Le roi des Francs, Pépin laisse à ses deux fils Charles, futur Charlemagne, et Carloman un territoire vaste comme la France, l'Allemagne, l'Autriche et le Benelux actuel. Carloman règne à ses côtés trois ans, puis meurt. Sa veuve a un mauvais réflexe, elle fuit son palais (qui était dans l'Aisne actuelle ), et se réfugie auprès du roi Didier de Lombardie, avec ses deux jeunes fils. Charlemagne a pris le trône de feu son frère car sinon, le roi Lombard aurait dirigé les Francs....
.
Charlemagne a régné 45 ans ( 768-814 ), ce qui laisse une belle trace dans l'histoire.
Quand même ! En 45 ans, Charlemagne a un peu agrandi (pas autant que je croyais ) le royaume de son père Pépin, mais il a surtout volé le royaume de ses neveux. Peut-on lui pardonner, vu qu'il ne voulait pas un Lombard à la tête des Francs ?
Après, comme l'écrit l'historienne Geneviève Bührer-Thierry, ses conquêtes sont provoquées par des appels à l'aide du pape ou même des sarrasins en Espagne.
Mais plus tard, je crois que Charles n'est pas tout blanc dans l'annexion de la Bavière.
.
J'ai enfin une partie de ma réponse posée lors de la lecture de la BD de la même série "François Ier", par Dobbs, à savoir quid du Saint Empire Romain Germanique ?
Eh bien, les papes Hadrien, puis Léon, voulaient reconstituer l'empire romain de "mare nostrum" qui protégeait le catholicisme sous l'empereur Constantin Ier. Depuis la scission en empire d'orient et d'occident, le pape avait gardé l'empire d'orient, capitale Byzance, comme protecteur.
Mais en 797, Irène devient Basilissa (impératrice ) de l'empire d'orient. Ça ne plait pas à l'Eglise, qui veut pour protecteur un homme. Rome choisit donc Charles, et le pape le couronne "empereur" la veille de noël 800, en la basilique St-Pierre de Rome.
Napoléon se claquera-t-il là dessus ?
.
Pour ce qui est du scénario, comme pour "François Ier" de la même série BD Glénat, la contextualisation est parfois abrupte, mais on ne peut pas tout dire en 40 pages.
En ce qui concerne les dessins, j'avoue qu'ils sont de qualité, l'atmosphère est bien rendue.
Et la collaboration avec, à chaque fois, un historien de qualité, qui y va de son petit laïus à la fin, est vraiment une bonne chose.
.
Pour la petite histoire, une de mes filles m'offre "Charlemagne" pour mon anniversaire : Charles prend Pavie, relativement facilement (? ).
Et un de mes garçons m'offre "François Ier". Celui-ci échoue lamentablement devant Pavie, sept siècles plus tard !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          429
claireo
  29 novembre 2016
J'ai découvert récemment cette collection, et j'ai trouvé les ouvrages très intéressants. Dans cette bande dessinée, on découvre le personnage de Charlemagne. le récit est intéressant, précis et pas du tout ennuyeux. Je l'ai bien apprécié.
Commenter  J’apprécie          420
Davalian
  22 septembre 2017
La première de couverture nous présente un Charlemagne posant fièrement avec son épée avec pour arrière fonds la ville de Rome. Cette présentation est à l'image du titre de l'album : trompeuse !

Lorsque l'on entend parler de Charlemagne, l'on songe à l'année 800 et de manière plus générale à l'empereur. Or ici le sujet de principal reste le Roi des Francs qui unifie son royaume avant de manoeuvrer pour obtenir la consécration impériale. Et c'est précisément ici et là, en 800 à Rome, que s'achève l'histoire : la frustration est donc légitime. Mais il vrai que parler de Charles le Grand, Roi des Francs aurait été nettement moins vendeur…

L'histoire qui nous est présentée n'est guère captivante. le protagoniste est ici le centre d'un tout, un chef omnipotent dont les décisions rayonnent de sa personne comme les rayons d'un soleil. Il faudra également compter avec de trop nombreuses batailles. Certes, elles ne sont pas toutes traitées exhaustivement mais elles restent au centre de l'album et finissent par lasser. Les réformes administratives et culturelles sont également évoquées tout comme certains éléments secondaires tels que les liens avec la famille ou les qualités de nageur du protagoniste mais tout cela ne permet pas de contrebalancer les batailles.

Certaines explications sont apportées par le cahier scientifique : la période impériale n'est pas la plus intéressante. Sérieusement ? D'ailleurs les commentaires porteront sur ce que le lecteur apprend en lisant l'album. Les apports sont donc des plus limités. Il permet toutefois d'apporter des explications relatives à la langue et à l'image de souverain.

C'est du côté des dessins que l'on peu noter le plus grand nombre de qualités. Les planches sont belles, la mise en page est habile, variée, colorée avec des séquences de toute beauté. Les jeux d'ombres et les expressions des visages (notamment la perplexité, le doute ou la réflexion) sont saisissants de réalisme. le seul reproche que l'on peut formuler est celui de ne pas réussir à vieillir les personnages, qui semblent figés, comme si le temps n'avait pas d'emprise sur eux.

L'album est donc beau, certes, mais ni le scénario ni les explications ne décollent véritablement. le potentiel historique n'a donc pas été pleinement exploité, dommage car il en ressort un album en demi-teinte.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          232
tycos
  09 août 2014
Le 3ème tome de la série « Ils ont fait l'Histoire », chez Glénat, est consacré à Charlemagne. Comme à chaque fois au scénariste et dessinateur, un historien figure parmi les auteurs, afin d'ajouter une caution d'authenticité aux faits exposés.
Comme pour les 2 premiers tomes, retracer la vie d'un grand tome dans un one-shot impose des choix. Ici, pas de jeunesse, pas de mariage ou de naissance de ses enfants (bien que Wikipédia vous dira qu'il a été marié 5 fois (sans parler des concubines), et qu'il a eu 17 enfants), pas de conflit avec son frère (réglé en 2 cases), et rien sur les 14 ans de règne qui suive son sacre impérial. Par contre, la part belle va aux conquêtes ou campagnes. C'est qu'il est un peu dur à suivre le Charles. S'il passe la majorité de son temps en Saxe (sa capitale sera à Aix-la-Chapelle (attention le nom est trompeur : c'est en Allemagne !)), on le retrouve tantôt en Lombardie, ou en Espagne, ou en Bavière ou à Rome puis de nouveau en Saxe. Et c'est pour limiter les rebellions nombreuses dans son royaume aussi étendu, qu'il décide, sous l'influence d'Alcuin, de favoriser l'enseignement pour faire rayonner son royaume.
Très lié au pape Adrien, c'est pourtant le pape Léon III qui va le nommer empereur, afin de bénéficier de sa protection (jolie manoeuvre politique du Charles).
Cette BD se révèle bien intéressante et riche d'enseignements, comme les autres tomes de la série (Vercingétorix et Philippe le Bel). On ne s'ennuie pas un instant à sa lecture. Un petit problème (un pépin donc) : Son fils Pépin déclaré illégitime est envoyé dans un monastère suite à sa trahison. Mais Pépin, roi d'Italie remporte des victoires pour le camp de Charlemagne. Cela laisse planer un doute durant la lecture, tant les 2 Pépins se ressemblent dans la BD, jusqu'à ce qu'on se renseigne et qu'on apprenne que Charles a eu 2 fils nommés Pépin (je me demande même si le dessinateur connaissait ce point).
Comme pour les autres albums de la série, la BD se clôt par des explications et compléments historiques, ici par Geneviève Bührer-Thierry, un making of, une chronologie et des références bibliographiques. Très instructif.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          142

Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
tycostycos   09 août 2014
Charlemagne à Alcuin :
C- Tu parles bien, maître. Si chaque franc pouvait bénéficier de ton enseignement, la chrétienté aurait tôt fait de vaincre ses ennemis ... et mon royaume de dominer tous les autres !
A- Seigneur, si je puis me le permettre, vous pourriez faire en sorte que vos sujets aient accès à ce savoir ...
[...]
A- Une fois que l'administration sera éduquée, le royaume le sera à son tour progressivement. Et le royaume franc rayonnera par son savoir !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
MiMiiLiEMiMiiLiE   13 février 2018
_ Je serai couronné empereur après-demain, au matin de Noël!
_ Voilà, une excellente nouvelle, Père, j'en conclus que Léon a accepté vos conditions !
_ Le pape a prêté serment devant moi difficile de refuser à l'assemblée de me faire empereur après s'être plié à ma volonté publiquement.
_ Le pape savait bien qu'il n'avait pas le choix... Entre contrarier Byzance ou vous, je pense que le choix n'était pas des plus difficiles ! Votre parti est le plus avantageux et Léon le savait bien !
Mais qu'importe ! Une mission nouvelle commencera pour vous ce matin de Noël, vous ne serez plus un simple roi des Franc, mais tout comme Constantin, un empereur chrétien !
Vos territoires devront être mieux contrôlés et un nouveau système de lois...
_ Le temps n'est pas à la leçon, Pépin, mais à la joie ! Je vais trouver tes sœurs et leur dire que je les veux à mes côtés le jour de mon triomphe !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
denis76denis76   07 mai 2018
Et vous avez sûrement raison. mais il faudra m'expliquer, cher maître, comment il est possible d'assouplir, sans auparavant avoir été ferme.
Commenter  J’apprécie          210
AlfaricAlfaric   29 juin 2014
- Je reste persuadé, seigneur, qu'un assouplissement des règles imposées aux peuples vaincus contribuerait fortement à pacifier ces régions.
- Et vous avez sûrement raison. Mais il faudra m'expliquer, cher maître, comment il est possible d'assouplir sans auparavant avoir été ferme.
Commenter  J’apprécie          80
AlfaricAlfaric   29 juin 2014
[Charlemagne à la dépouille de son défunt père]
Je jure que l'unité du royaume sera préservée, et que son territoire s'étendra encore. La parole de Dieu continuera de résonner dans le royaume et guidera nos pas ainsi que ceux de notre peuple, jusqu'à notre salut. Votre père, Charles, d'abord duc puis maire du palais. Vous maire du palais devenu roi... Vous ne me laissez pas beaucoup de solution pour vous égaler.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50

Lire un extrait
autres livres classés : charlemagneVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

L’Iliade, la pomme de la discorde

De combien de tome est composée la série "L'Iliade"?

1
2
3
4
5
6

11 questions
10 lecteurs ont répondu
Thème : L'Iliade, tome 1 : La pomme de discorde de Clotilde BruneauCréer un quiz sur ce livre

.. ..