AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 1980704546
Éditeur : Auto édition (08/04/2018)

Note moyenne : 4.5/5 (sur 7 notes)
Résumé :
Ce recueil nous parle d'amour sous toutes ses formes : passionnel et magique, sombre ou lumineux, triste, physique, mort et parfois si vivant.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
Tostaky61
  05 juillet 2018
"Parlez-moi d'amour, redites moi des choses tendres, votre beau discours,  mon coeur n'est pas las de l'entendre" chantait Lucienne Boyer dans les années 30.
Frédéric Brusson, lui, nous livrerait plutôt  la version des Rita Mitsouko "les histoires d'amour finissent mal en général".
Ce recueil de Nouvelles et Textes courts nous parle donc d'amour.
Ah ! L'amour...
Amour de l'autre.
Amour des autres.
Amour filial.
Amour de la nature.
Amour fou.
Amour partagé.
Amour déchiré.
Amour perdu.
Amour charnel.
Amour sourires.
Amour larmes
Amour amer.
Amour à mort.
Mots du coeur. Mots du corps.
Maux du coeur. Maux du corps.
Livrés sans concessions par la plume sombre de l'auteur.
L'écriture est belle, peut être trop triste pour un lecteur qui croit aux belles histoires d'amour, romantiques et passionnées.
Si je dois donner un conseil pour cette lecture, allez-y par petites doses. Un texte entre deux lectures plus importantes. Ne soyez pas glouton, savourez. C'est plus poivre et piment que sucre et miel mais c'est bon...
Quant à Frédéric Brusson, je lui glisse ce message : La prochaine fois que tu dessines un coeur , oublie la flèche qui le brise...
Et pour terminer en chanson, je me souviens de Piaf qui chantait merveilleusement "L'hymne à l'amour".

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260
Soukiang
  12 juin 2018
La plupart des nouvelles et textes courts composant ce recueil avait déjà fait l'objet d'une publication sur un réseau social bien connu.
Suite à la demande de plusieurs personnes de tous les réunir, l'auteur a finalement franchi le pas pour nous donner sa définition de l'amour sous toutes ses formes et particularités en publiant (dés)amour.
A l'issue de la lecture de toutes ces nouvelles, l'importance de prendre son temps pour en apprécier toutes les subtilités et nuances, toutes les couches qui inévitablement se défloreront, ne pas aller plus vite que la musique, de bien s'imprégner de chaque moment d'émotions qui surgira à chaque page, immanquablement, à la dernière qui s'intitule symboliquement Te laisser partir, je me suis senti vidé, émotionnellement parlant, estomaqué par la beauté dégagée à travers tous les mots, par ce florilège de sentiments profonds qui a fini par bondir et exploser dans tous les coins de ma tête, il est inhumain de ne pas ressentir quelque chose, de se reconnaître à travers la voix qui à la première personne, qui à la troisième pour se poser en observateur d'elle, de lui, du couple, toutes les variantes et autres variations autour du thème universel de l'amour, de la déchirure liée à la rupture, au deuil, à la séparation, le poids de l'absent, le poids du passé, le présent qui vacille dans ses fondations, le futur qui se limite ... au présent, les souvenirs qui fusent comme des aigreurs à l'estomac ou des banderilles dans l'esprit chaviré et dévasté par la tournure des choses, l'auteur sait manier les mots pour en donner des saveurs palpables, des senteurs aiguisé ou sur un ton mordant, une plume tantôt joyeuse et légère, tantôt triste et grave à faire pleurer dans les chaumières, jamais il n'use ni n'abuse de grosses ficelles pour lamenter, faire pitié tous les personnages qui ne cesseront jamais de tracer leur route, apprendre à consommer avec modération ou sans filet de protection, j'aimerai juste féliciter Frédéric Brusson d'avoir su amplifier les choses simples et élémentaires de la vie, à commencer par l'amour.
"Aimer c'est savoir dire je t'aime sans parler" (Victor Hugo)
La sensation de sillonner dans une réalité tangible et aussi dans une autre dimension, celle qui vous fait voir 36 chandelles, c'est aussi le nombre de nouvelles et textes courts de (dés)amour, chacune et chacun vous transporteront dans le temps, dans l'espoir et la mélodie des regrets, les prismes de l'amour dans toutes les barrières possibles, l'auteur sait émouvoir, toucher la corde sensible, donner dans l'emphase voire l'ironie désabusée de la difficulté d'être, de s'affirmer, de se réaliser par des variables qui ne cessent jamais de mettre des bâtons dans les roues, dans la douleur diffuse, dans la peine incommensurable, au milieu des pleurs comprimés et étouffés, la vie et la mort mènent une danse endiablée de tous les instants, rien n'est jamais définitivement acquis, un grain de poussière, le mauvais hasard, la malchance, un peu plus un peu moins, les ondes positives et négatives qui s'entrechoquent dans un ordre tout sauf logique, le coeur qui s'effrite morceau par morceau, impitoyablement, impossible de rester de marbre ou de ne pas ressentir des sentiments douloureux, inhumain de ne pas éprouver des émotions contrastées et irrémédiablement proche des personnages, l'empathie est immédiate, aimer son prochain c'est compatir aussi, d'être là même en son absence, en sa place laissée vide mais néanmoins réservée à son égard, l'alternance entre les textes propose justement d'instiller le chaud et le froid, de s'en inspirer et expirer tout à la fois, c'est puissant, cruel parfois, débordant comme un torrent aussi, c'est magique souvent, des petits bribes d'existence, des non-dits qui sont révélateurs, des moments de plaisirs extatiques énivrant, il y a cette proximité dans les regards, dans le miroir de l'autre, dans l'observation des gestes, chaque mot jouant un rôle essentiel dans la représentation divine de l'instant, parfois la nouvelle tient presque d'une scène d'une pièce de théâtre, être figé ou personnifié par les sentiments qui les minent ou au contraire les rend tout autre, incontrôlable et comme dans un état secondaire, des fantômes qui errent dans des couloirs sans but ni espoir possible.
"La plus belle phrase d'amour est dite dans le silence d'un regard"
A travers toutes ces nouvelles, certaines parlent d'amour contrarié, d'amour aveugle, d'amour désespéré, l'absence de l'autre, le silence qui prend insidieusement et graduellement une place dans le coeur, dans l'esprit, le destin compliqué qui unit et désunit les êtres, qui les fait rencontrer ou pas, au bon moment et au bon moment, le temps qui se dilue irrésistiblement, comment trouver ou provoquer le hasard, la providence viendra-t-elle frapper sous vos fenêtres pour peu que l'on vous exhorte à la patience, à la sagesse ? Ou faut-il faire laisser ses pulsions naturelles prendre le dessus, briser les tabous pour assouvir ses désirs et ses plaisirs ?
La plupart de ces nouvelles verra se retrouver des personnages récurrents, quelques années après, de l'eau a coulé sous les ponts, des petits clins d'oeil, des regrets ou des perspectives nouvelles s'inviteront-ils dans la projection ou vers un horizon nouveau ?
"On ne peut pas écrire IL sans L, c'est pourquoi IL ne peut vivre sans ELLE"
"L'amour est l'état où le bonheur d'une autre personne est indispensable au vôtre" (Robert A. Heilein)
"Les âmes-soeurs se reconnaissent par leurs vibrations"
Comme les chutes et dénouements de romans à suspense, dans toutes les nouvelles et celles composant (dés)amour ne font pas exception, la construction se base sur des fulgurances laisse très peu de marge de manoeuvre au lecteur à voir venir, il peut douter, émettre des hypothèses sur les pistes énoncées mais il sera toujours pris au piège du tourbillon de la vie qui maîtrise les impondérables, les inattendues voire le choc qui vous rendra toute chose.
Brillant, inventif, si je reconnais certaines variations littéraires sur le thème de l'amour, la plume de l'auteur, sa simplicité qui dépasse de loin les espérances de trouver son pied d'appui pour se catapulter dans une délicieuse et sensible ode à l'amour, dans cette spirale infernale qui propulse ou regresse, aimer c'est apprendre à souffrir aussi, souffrir c'est aussi une étape indispensable avant de pouvoir prétendre donner au mot amour toutes les lettres de noblesse ou dans son expression la plus pure qui soit.
Roman auto-édité, premier livre d'un auteur inspiré et talentueux, Frédéric Brusson, un poète des mots qui conjugue la beauté du phrasé et l'humanité de ses personnages, leurs sentiments et leur fragilité, cette compassion qui se retrouve dans son écriture, la certitude de ressentir un ballet d'émotions et de précieuses thématiques universelles et éternels, c'est juste et sincèrement un coup de coeur pour toutes ces nouvelles, inutile de distinguer du lot plutôt l'une que l'autre, la vie est belle et encore plus avec toutes ses imperfections et les ... directions qu'elle peut prendre.
(dés)amour de Frédéric Brusson Page Auteur est une pépite qui vous fera découvrir ou rédécouvrir le mot AIMER !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Nadine13
  03 juin 2018
(Dés)amour
Frédéric Brusson
170 pages
Sorti le 18/04/2018
Auto-édités
Un recueil de petites histoires sur l'amour, mais pas que, tout dépend de votre regard, de votre vision de la vie.
Je peux vous dire que j'ai été enveloppée d'une douceur, d'une sensibilité incroyable pendant cette merveilleuse lecture.
Je me suis dit, un homme qui parle de l'amour, ça va être un peu fade, il va vouloir nous charmer avec des mots bateaux. Mais non, rien de tout ça, j'ai découvert un homme qui sait aimer, qui sait en parler et qui a dû souffrir.
Une écriture empreinte de poésie, d'une sensibilité à fleur de peau, qui parle de l'amour dans tous ces états et éclats.
Que l'on soit jeune ou vieux, beau ou laid, riche ou pauvre, sain ou malade, noir, blanc, jaune ou vert, on a tous besoin d'un amour pour grandir, s'épanouir, rêver et vivre pleinement.
Mais pour cela, il faut savoir écouter, comprendre, apprécier chaque instant, chaque moment que l'on nous donne.
Je me suis retrouvée dans certaines histoires, il y a un peu de toi, un peu de moi, beaucoup de nous dans ces merveilleuses nouvelles.
Je suis passée par l'amour à l'état pur, le simple amour, l'amour aveugle, l'amour sacrifié, l'amour désir, l'amour torride, l'amour fusion, l'amour présent, passé, l'amour osmose, l'amour silence, l'amour unique, l'amour à travers le temps…
Je vais voir l'amour différemment maintenant, je ne vais plus lâcher la main, me laisser guider sur le chemin de cette magnifique aventure qu'est l'amour. Mon coeur sera toujours plein, de mots tendres, de rires, de compréhension, d'écoute et de protection pour ne pas me perdre sur ce chemin de l'amour.
Ouvrez vos yeux, ouvrez votre coeur et vous serez heureux.
Merci énormément Frédéric pour cette fabuleuse lecture.
A savourer.
Résumé
Ce recueil nous parle d'amour sous toutes ses formes : passionnel et magique, sombre ou lumineux, triste, physique, mort et parfois si vivant.
(dés)amour https://www.amazon.fr/dp/B07CCH6B9R/ref=cm_sw_r_cp_apa_i_mE2eBbHGWXG1V
Dorénavant, vous pouvez retrouver mes chroniques, et celles d'autres personnes, sur le blog : http : //lepharelitteraire-blog.e-monsite.com
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
dam59fr
  26 mai 2018
Frédéric nous a habitués, nous lecteurs et passionnés par les mots à lire du romantique, du mélancolique, de la tristesse et de la joie aussi, de l'Amour, beaucoup d'Amour sous toutes ces formes, le tout avec une plume qui s'affine de texte en texte. Pour le connaître un peu, je sais qu'il en a encore sous le pied et nul doute que dans l'avenir il nous comblera de récits toujours plus poignants et émouvants. Recueil, roman, publications, qu'importe pourvu qu'il écrive encore et encore, tant que l'envie et le besoin seront de la partie, nous serons comblés de le lire.
Dans ce recueil, on passe du sourire aux larmes, de la joie à la tristesse, d'un rictus aux yeux embrumés. On a le coeur qui s'emballe, comme ses personnages qui ne cessent d'être portés par des histoires d'un réalisme à nous couper le souffle. Ces tranches de vie nous appartiennent toutes ou en partie, cela en est parfois déroutant. Et si nous aussi, on se retrouvait dans pareilles situations, confrontés aux mêmes événements, aux mêmes choix, aux mêmes injustices… Que ferions-nous pour garder espoir, pour ne pas baisser les bras, pour continuer d'aimer, pour croire encore en la vie ? Autant de questions abordées par l'auteur qui tente de nous éclairer avec un angle tout à fait personnel. Il met « des mots sur des maux », il le fait bien et moi, ça me plaît.
Je pense que je pourrais vous parler de chacun de ces textes pendant des heures, tant ils trouvent écho en moi, mais ce serait vous priver de votre propre plaisir.
Il faut que vous sachiez que ces 180 pages sont remplies d'une mélancolie contagieuse, mais qu'il est bon pour le lecteur de se projeter dans ces histoires. Est-ce que l'on fait ce qu'il faut au quotidien pour profiter de chaque moment avec l'être aimé ? Et que faire face à des situations où tout semble être parfait en apparence, où tout peut sourire un jour et vous échapper le lendemain ? Affronter toutes les injustices imposées par la vie qui peut en un claquement de doigts, tout vous retirer, comme ça, sans prévenir.
Je ne suis pas surpris d'avoir aimé ce recueil tant j'aime la sensibilité de l'auteur. Cette source d'inspiration qu'est la mélancolie pour Frédéric, je la connais aussi, je m'en inspire à travers ce genre de lecture, en écoutant mon chanteur préféré, en repensant au passé, à mes choix, mes réussites, mes échecs…
Je vais même profiter de cette chronique pour remercier Frédéric pour les émotions qu'il met dans chacun de ses textes, pour la justesse des sentiments qu'il décrit à travers ses personnages et enfin pour l'homme qu'il est, avec ce côté profondément humain qu'il cache derrière des failles qui le rendent tellement vrai.
J'ai hâte de le lire de nouveau et vous invite à découvrir rapidement sa plume.
On en parle dès que vous l'aurez lu !

Lien : http://www.chroniquesauscalp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
LeslecturesdeMaud
  10 mai 2018
Sortir de ses lectures de prédilection et s'aventurer vers des sentiers remplis d'émotions, ne m'est jamais facile.
J'ai trouvé ces nouvelles bouleversantes, on y retrouve la douleur, la tristesse, l'absence, le manque, la mélancolie, l'amertume, la souffrance et la douleur ; mais aussi le bonheur, la sensualité, la passion, les rires, les plaisirs de la vie à deux ou en famille. Ce cocktail de sentiments se trouvent dans chacun de tes récits, emprunts de beaucoup de sensibilités. Tu décris l'Amour ou les amours avec un grand A, mais aussi leurs déchéances. le choix des mots et la puissance d'expression m'ont procurée de l'empathie et beaucoup de troubles lors de mes lectures ; principalement, Laura, Les leçons de piano, 5 jours pour vivre et le vieux.
Mon ascenseur émotionnel n'a eu de cesse de naviguer dans les différents d'étages au fil des ressentis, tout au long de ma lecture. Heureusement, bien équipée de mouchoirs, j'ai choisi de te découvrir au calme, pendant des vacances afin d'encaisser ce tourbillon émotionnel. Je n'ai pas pu enchaîner tes nouvelles comme les chapitres d'un polar, d'un thriller ou d'un roman d'espionnage. Il m'a fallu des pauses…J'ai pris beaucoup de plaisir à te lire et te félicite pour cet ouvrage que je qualifie de magnifique.
Je te remercie pour ta gentillesse et nos échanges 😊 Je lirai également Betty lors de sa sortie.

Lien : https://www.facebook.com/les..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
YdamelcYdamelc   28 avril 2018
Elle n'existait alors qu'au travers des rôles qu'ils lui avaient assignés : femme de ménage, femme de baise, femme secrétaire, femme aux fourneaux... Aujourd'hui elle ne veut plus de ça, être un second rôle. Elle veut briller sur la scène de son existence, être l'égal de cet homme qui la respecte et l'aime comme elle est, vraiment, avec ses angoisses et ses peurs, ses démons et ses doutes. Elle veut trouver un abri au creux de ses bras, s'y sentir protégée, loin des autres, des gens qui lui font peur. Elle veut le rendre heureux, se réveiller à ses côtés chaque matin et faire l'amour avant le petit-déjeuner, partager des promenades près du fleuve, lire ses livres immaculés et y noter des mots d'amour, être la plus sensuelle des femmes pour lui, l'embrasser à pleine bouche et sentir son sexe durcir sous la toile de son jean, lui faire découvrir ses films préférés en se gavant de chocolat jusqu'à la nausée, ne rien dire parfois et rester silencieuse parce que les mots sont inutiles quand les yeux disent l'essentiel, lui murmurer à l'oreille des mots coquins et le rendre fou de désir, le rejoindre sous la douche et le prendre dans sa bouche pour voir son regard se troubler, aller au restaurant et s'enivrer de vin, se coller à lui pour danser sur une chanson de Ed Sheeran, redevenir cette adolescente au cœur qui s'enflamme pour un rien, être sa femme et lui son homme, être juste bien pour une fois si ce n'est pas trop demander. Elle veut tout ça : des choses simples, un quotidien auprès de lui, banalité magnifique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          270
autres livres classés : séparationVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr

Autres livres de Frédéric Brusson (2) Voir plus




Quiz Voir plus

Pourquoi j'ai mangé mon père - Roy LEWIS

Comment s'appelle le père de la horde de pithécanthropes dont il est question dans ce roman ?

Albert
Edouard
Marcel

8 questions
463 lecteurs ont répondu
Thème : Pourquoi j'ai mangé mon père de Roy LewisCréer un quiz sur ce livre