AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2362801586
Éditeur : Editions Thierry Marchaisse (19/01/2017)

Note moyenne : 3.67/5 (sur 3 notes)
Résumé :
« La vie dans le Groupe Nomade, c'est quelque chose de très intéressant à approfondir, et même de très important, toute la relation coloniale s'est construite là. Vous n'en trouverez rien dans les archives car on ne parlait pas de notre vie quotidienne dans nos rapports. Tous ces gens qui étaient avec nous... il y avait du monde au GN ! Et de tout ça, il ne reste aucune trace. »Jean du Boucher, officier de la petite noblesse gasconne, raconte ici la conquête du terr... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
michel.carlier15
  29 juin 2017
Il faut avouer que , en ouvrant ce livre , j'ai eu tout de suite un préjugé défavorable : un militaire français qui raconte sa vie de méhariste dans le désert mauritanien en 1932-1933 , ça refroidit un peu .
Mais , au fil des pages , on finit par trouver cet officier , Jean du Boucher , éminemment sympathique , néanmoins , je doute profondément que les autres militaires français se soient comportés comme lui , son approche devait être assez minoritaire .
Je veux dire par là , que , lui au moins , a su faire la démarche pour s'intégrer dans le paysage , respecter la culture de l'autre , jusqu'à épouser une jeune femme issue des tribus Rgaybat qu'ils devaient mettre au pas (soumettre serait excessif ) et apprendre la langue arabe . Effacer l'image du militaire pour "être un homme parmi les hommes" . Lui qui s'était fixé pour objectif d'accepter les autres se "découvre plus avide encore d'être accepté par eux" .
"Me faire accepter , inspirer confiance , et pour cela me plier aux coutumes , aux codes de la bienséance bédouine , dire sans dire , interroger sans questionner , négocier sans impatience , tel est le secret de la loi du désert " . Tout cela au point d'avoir oublié l'enseignement que l'école militaire lui a donné .
Que Sophie Caratini se soit penchée sur cette histoire de militaire en Mauritanie et s'exprime par sa bouche , il y a a priori de quoi être interloqué .
Mais il ne faut pas oublier que Sophie Caratini est avant tout anthropologue , que son travail sur les relations franco-mauritaniennes s'est étalé sur près de vingt ans , qu'elle a dirigé pendant huit ans le département d'ethnologie à l'institut du monde arabe à Paris , et qu'elle a également enquêté sur la "trilogie coloniale" : les "Groupes nomades" , unités méharistes de l'armée française , étaient constitués de militaires français , de goumiers maures et de "tirailleurs sénégalais" recrutés dans les villages peuls . Son enquête a donc été orientée d'abord auprès des militaires français qui ont vécu dans le désert mauritanien , mais elle a également réalisé des recherches chez les anciens goumiers maures , et dans les villages peuls .
En définitive , Antinea , c'est le désert , mais c'est aussi et surtout l'amour (c'est dans le titre) que l'on porte à des lieux , à des rochers , à des arpents de sable , à des oasis , mais par-dessus tout aux personnes qui ont vécu cette tranche d'histoire .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
e-Miliko
  19 juillet 2017
J'ai souhaité recevoir ce livre dans le cadre de Masse critique par fascination pour le désert du Sahara et les populations nomades qui le parcourt. En commençant ma lecture, j'ai d'abord cru que j'avais commis une erreur, pour m'apercevoir ensuite que c'était au contraire un très bon choix.
Le livre se base sur les entretiens de l'auteure avec un officier français des unités méharistes de Mauritanie à l'époque coloniale. La forme du récit conserve cette situation: on ne découvre que le voix de ce narrateur qui déroule ses mémoires, avec de rares adresses à son interlocutrice qui en rappellent la présence, sans que ces paroles à elle ne soient jamais transcrites. Comme le précise la note de l'éditeur, tout cela a été réécrit, mais soumis pour approbation au principal intéressé.
Ce dispositif particulier m'a d'abord dérouté, les adresses à l'auteure, même rares, rompaient l'immersion. Et puis j'avais de la peine à m'identifier ou sympathiser avec cet homme à la famille d'officiers, qui rêvait d'être affecté dans le Sahara pour recevoir son baptême du feu et avoir l'occasion de réellement se battre et conquérir.
Et puis... et puis le jeune officier découvre réellement le désert, le narrateur s'immerge dans ses souvenirs, on rencontre avec lui les tirailleurs sénégalais, les goumiers issus des tribus nomades mauritaniennes, apprend à les connaître, on le suit qui affronte et vit le désert avec eux... et on partage réellement sa fascination pour le Sahara, pour "Antinéa", la femme imaginé par le romancier Pierre Benoît comme la personnification, l'incarnation de l'attirance que le désert peut exercer.
Cette magie qui opère est la grande force du livre, même si l'intérêt culturel et historique est parfaitement réel aussi, dans la représentation des relations entre tirailleurs, goumiers et officiers français au sein de l'armée, évocation des chaînes de commandement et des décisions politiques qui pèsent sur l'action locale.
Cette lecture m'a inspiré l'envie de découvrir les deux précédents volets de cette "trilogie" de l'auteure, dans lesquels, selon le même dispositif littéraire, elle présente les souvenirs d'un tirailleur et d'une fille de goumier.
En bref, j'ai beaucoup apprécié ce livre, et il vaut la peine de poursuivre sa lecture si on "croche" pas immédiatement aux premières pages. Antinéa ne se dévoile pas au premier regard...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Fadette100
  29 juin 2017
Le général Jean du Boucher, officiers saint-cyriens est affecté dans l'unité méhariste chargée de conquérir l'extrême Nord de la Mauritanie. il se voit confier le commandement d'une section de tirailleurs sénégalais. Il découvre la société maure où il prend successivement deux concubines. Récit épique dont l'écriture vous emporte et vous transporte dans des paysages à couper le souffle. Je recommande fortement ce roman.
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
michel.carlier15michel.carlier15   29 juin 2017
Maintenant qu'il faut partir , je réalise à quel point cette vie de pasteur m'a comblé . Jamais je n'aurais cru qu'engraisser des chameaux puisse procurer un tel plaisir , une telle félicité ! Je ne pense plus du tout à l'ivresse du danger , et ma présence au milieu de mes hommes a pris un autre sens . Ma vie a pris un sens . Elle est en harmonie avec l'univers qui tourne perpétuellement autour de moi . Je n'ai pas été touché par la grâce des mystiques , ne croyez pas ça , et puis vous avez compris que ce n'est pas mon genre . C'est difficile à expliquer , je crois que je me tends compte à ce moment-là que le désert m'a donné quelque chose d'essentiel . Caracoler tout le jour avec mes goumiers de puits en pâturages , parler arabe , partager avec eux la nourriture et le sommeil , tout ça a réveillé en moi la part d'homme libre que j'avais oubliée .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Sophie Caratini (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Sophie Caratini

Sophie Caratini - La Fille du chasseur - Témoignages de Mariem sur France Culture
Entretien sur France Culture 30 août 2011 - 15h à 16h Émission : Tout un monde par Marie Hélène Fraïssé Interview de Sophie Caratini La Fille du chasseur " N...
autres livres classés : ethnologieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Petit quiz sur la littérature arabe

Quel est l'unique auteur arabe à avoir obtenu le Prix Nobel de littérature ?

Gibran Khalil Gibran
Al-Mutannabbi
Naghib Mahfouz
Adonis

7 questions
27 lecteurs ont répondu
Thèmes : arabe , littérature arabeCréer un quiz sur ce livre